Des Dérivés du Raisin pour Lutter Contre la Dépression

Raisin

En bref -

  • Une préparation à base de polyphénols obtenue à partir de jus de raisin Concord, d’extrait de pépins de raisin et de trans-resvératrol s’est montrée prometteuse pour le traitement de la dépression.
  • Deux substances phytochimiques en particulier — l’acide dihydrocaféique (DHCA) et le malvidine-3-O-glucoside (l’oenine) — ont semblé être responsables des effets bénéfiques
  • Les dérivés du raisin ciblent des voies cellulaires et moléculaires liées à l’inflammation tout en modulant la plasticité synaptique, les troubles de laquelle ont été liés à la dépression.
Taille du texte:

Dr. Mercola

Une préparation à base de polyphénols obtenue à partir de jus de raisin Concord, d’extrait de pépins de raisin et de trans-resvératrol s’est montrée prometteuse pour le traitement de la dépression d’après une étude menée sur des animaux de l’Icahn School of Medicine at Mount Sinai.

Deux substances phytochimiques en particulier — l’acide dihydrocaféique (DHCA) et le malvidine-3-O-glucoside (l’oenine) — ont semblé être responsables des effets bénéfiques, qui comprenaient la modulation des inflammations et de la plasticité synaptique, augmentant essentiellement la le résilience contre la dépression induite par le stress chez la souris.

Des recherches antérieures ont démontré qu’une seule dose de resvératrol peut améliorer la circulation sanguine vers votre cerveau et peut améliorer certains aspects des fonctions cérébrales, notamment la diminution de l’inflammation qui peut aller jusqu’à offrir une protection contre la dépression.

L’étude présentée a révélé que les dérivés du raisin ciblent des voies cellulaires et moléculaires liées à l’inflammation tout en modulant la plasticité synaptique, les troubles de laquelle ont été liés à la dépression.

Il a été découvert que l’acide dihydrocaféique atténuait une substance pro-inflammatoire appelée l’interleukine 6 tandis que l’oenine module la plasticité synaptique, une fonction cérébrale essentielle qui contrôle votre capacité à détecter et conserver les informations complexes et à réagir à des stimulis externes.

Le stress-chronique (ou stress traumatique aigu) agissant comme le facteur le plus important de la vulnérabilité à la dépression d’un individu, le fait que la préparation spéciale à base de raisin ait aidé à promouvoir la résilience face au stress chez les souris était également à noter tout particulièrement L’auteur de l’étude, le Docteur Giulio Maria Pasinetti, professeur de neurologie a déclaré dans un communiqué:

"Nore approche visant à faire usage d’un traitement combiné de DHCA et d’oenine afin d’inhiber l’inflammation périphérique et de moduler la plasticité synaptique dans le cerveau agit en synergie pour optimiser la résilience contre les phénotypes tels que a dépression induite par le stress chronique…

La découverte de ces nouveaux composés polyphénoliques naturels dérivés du raisin ciblant les voies cellulaires et moléculaires associées à l’inflammation peut fournir un moyen efficace de traiter un sous-ensemble de personnes atteintes de dépression et d’anxiété, un trouble affectant tant de gens.

Pourquoi les Traitements Classiques de la Dépression Echouent Souvent

Près de 7 pour cent des personnes adultes américaines ont souffert d’un épisode dépressif au cours de la dernière année tandis que, à travers le monde, 350 millions de personnes souffrent de dépression, ce qui en fait l'une des principales causes d’invalidité.

Malgré cela, seul environ un tiers souffrant de dépression se font soigner, ce qui expose les deux tiers restants non soignés à un risque de suicide accru et une qualité de vie inférieure.

Néanmoins, de grands problèmes existent avec les traitements classiques de la dépression, qui s’axe en général sur la prise d’antidépresseurs. Pour commencer, les effets secondaires peuvent être graves.

Les utilisateurs d'antidépresseurs ont un risque accru de développer un diabète de type 2, même après avoir corrigé d'autres facteurs de risque, tel que l'indice de masse corporelle (IMC).

L’utilisation d'antidépresseurs a également été liée à l’épaississement des artères, ce qui pourrait contribuer au risque de maladie cardiaque et d'accident vasculaire cérébral, ainsi qu’à un risque accru de crise cardiaque et, paradoxalement, à des pensées suicidaires.

Les médicaments sont également associés à la démence, des chercheurs remarquant que le « traitement par ISRS, IMAO, antidépresseurs hétérocycliques, et autres antidépresseurs était associé à un risque accru de démence », et que lorsque la dose augmentait, le risque aussi.

De surcroît, les médicaments sont également connus pour épuiser divers nutriments de votre corps, notamment la coenzyme Q10 et la vitamine B12 - dans le cas des antidépresseurs tricycliques, qui sont nécessaires pour une bonne fonction mitochondriale. Les ISRS risquent d'épuiser l'iode et l'acide folique.

Fondamentalement, les études ont démontré de façon répétée que les antidépresseurs ne fonctionnaient pas mieux que des placebos pour une dépression légère à modérée.

En réalité, Irving Kirsch, directeur adjoint du Programme d’Etudes contre Placebo à la Harvard Medical School a effectué des méta-analyses d’antidépresseurs en comparaison avec des placebos et a conclu qu’il n’y avait pratiquement aucune différence dans leur efficacité, notant que, « La différence est si modeste que cela ne revêt aucune importance clinique ».

Ce qui est diffèrent néanmoins, sont les effets secondaires potentiels qui sont bien plus importants pour les antidépresseurs que pour les placebos. Sans parler du fait que, l’idée largement répandue selon laquelle la dépression est due à de faibles taux de sérotonine ou autres substances dans le cerveau est uniquement une théorie — une théorie en grande partie démentie.

Les antidépresseurs axés sur la théorie du déséquilibre chimique restent pourtant le traitement de référence pour cette pathologie Comme l’ont écrit les chercheurs étudiant les composés du raisin dans Nature Communications:

« Les traitements actuellement disponibles pour les troubles dépressifs majeurs (TDM) ciblent principalement des mécanismes neurochimiques ou neurobiologiques. Les traitements pharmacologiques conventionnels aboutissent à une rémission temporaire chez moins de 50 pour cent des patients.

Par conséquent, il y’a un besoin urgent pour une gamme plus large de nouvelles thérapies afin de cibler les mécanismes pathologiques sous-jacents nouvellement découverts.

La Nature Pourrait Abriter de Nombreuses Armes contre la Dépression

Comme on l’a vu, il a été précédemment démontré que le resvératrol, composé du raisin également retrouvé dans les framboises, les mûres et d’autres baies noires, les grenades, le vin rouge et le chocolat noir, a des effets antidépresseurs sur les souris et les rats.

Dans une étude, le resvératrol a démontré un(des) effet(s) de type antidépresseur(s) possiblement en raison de l’activation d’un facteur neurotrophique dérivé du cerveau hippocampique (BDNF). Le facteur neurotrophique dérivé du cerveau (BDNF) favorise des neurones cérébraux sain et leur taux semble être faible chez les personnes souffrant de dépression.

Toutefois, le raisin n’est pas la seule source naturelle de substances pouvant donner un coup de fouet à votre santé mentale. La psilocybine, drogue psychédélique, également connue sous le nom de champignons magiques, en est une autre continuant à offrir des promesses dans le traitement de la dépression.

Dans une petite étude portant sur 19 patients atteints de dépression résistante au traitement, tous ont observé une amélioration des symptômes une semaine après avoir reçu une dose unique de psilocybine, et la moitié d'entre eux n'étaient plus déprimés cinq semaines après le traitement.

Les scintigraphies cérébrales ont montré des modifications cérébrales réelles dans les zones impliquées dans la dépression, y compris une activité moindre dans l'amygdale, impliquée dans le traitement des émotions, et une activité plus stable dans le réseau par défaut (liens entre l'activité du réseau et la dépression).

Les chercheurs ont suggéré que les cerveaux des participants pourraient avoir été en quelque sorte « réinitialisés », ce qui leur aurait permis de surmonter la dépression.

Malheureusement, la psilocybine est un médicament de l’Annexe 1, comme le cannabis, par conséquent les essais sont environ 10 fois plus chers que pour les autres médicaments légaux, et afin d'amener la recherche au niveau où elle pourrait potentiellement aboutir à un traitement psychiatrique, des essais cliniques de phase 3 doivent être menés avec des milliers de participants.

Pour que cela se produise, la psilocybine devrait être reprogrammée. L’exposition à la lumière est un autre moyen par lequella nature assure votre santé psychique.

L’exposition à lalumière du soleil vous aidera à maximiser votre taux de vitamine D (un autre facteur lié à la dépression) et influera sur votre santé mentale par d’autres mécanismes, tels que la régulation de votre rythme circadien et la production de sérotonine qui est libérée en réaction à l’exposition à la lumière du soleil.

Si vous n’avez pas accès régulièrement à la lumière du soleil, la thérapie lumineuse à spectre continu peut être une alternative utile. La seule luminothérapie et le placebo étaient tous deux plus efficaces que le Prozac pour le traitement de la dépression modérée à sévère au cours d’une étude de huit semaines.

Suppléments Utiles pour la Dépression

D’autres boosters d’humeur attestés sont aisément disponibles dans la nourriture que vous consommez, ou sinon au rayon des suppléments Notamment:

Magnésium : Les suppléments en magnésium ont conduit à des améliorations pour la dépression légère à modérée chez les adultes, avec des effets bénéfiques apparaissant dans les semaines suivant le traitement.

Les acides gras oméga-3 dont il a été démontré qu’ils apportaient des améliorations chez les patients souffrant du trouble dépressif majeur. Assurez-vous de consommer suffisamment d'oméga-3 dans votre alimentation, qu'ils proviennent du saumon sauvage d'Alaska, des sardines, du hareng, du maquereau ou des anchois, ou d'un supplément d'oméga-3 d’origine animale de haute qualité.

Vitamines B De faibles taux de vitamine B sont courant chez les patients souffrant de dépression,tandis qu’il a été démontré que les suppléments en vitamine B amélioraient les symptômes.

Les folates Les folates aident votre corps à produire des neurotransmetteurs régulant l’humeur, notamment la sérotonine et la dopamine. Une étude de 2012 a révélé que les personnes ayant des apports élevés en folates avaient un moindre risque de dépression que celles dont les apports étaient plus faibles.

Les probiotiques Une petite étude impliquant des adultes diagnostiqués avec un IBS (syndrome du côlon irritable) et la dépression, a démontré que le probiotique Bifidobacterium longum soulageait la dépression.

Après six semaines, 64% des participants traités présentaient des scores plus faibles au test de dépression, contre 32% seulement des personnes du groupe de contrôle qui avaient reçu un placébo. Consommer régulièrement des aliments fermentés est un excellent moyen de fournir à votre corps une source continue de probiotiques.

On peut aussi songer à la SAM, un dérivé d’acide aminé apparaissant naturellement dans toutes les cellules. Il joue un rôle dans de nombreuses réactions biologiques en transférant son groupe méthyle à l'ADN, aux protéines, aux phospholipides et aux amines biogènes. Plusieurs études scientifiques indiquent que la SAM peut être utile dans le traitement de la dépression.

Le 5-hydroxytryptophane (5-HTP), un précurseur de la sérotonine est une autre alternative naturelle qui surpasse un placébo lorsqu’il s'agit de soulager la dépression - plus que ce qui peut être dit à propos des antidépresseurs ! Il a également été démontré que le millepertuis apportait un remède similaires aux antidépresseurs pour la dépression légère à modérée mais avec moins d’effets secondaires.

Le Traitement de la Dépression Nécessite une Approche Globale

La dépression est une pathologie complexe avec différentes causes nécessitant une approche toute aussi variée du traitement Ce qui fonctionne pour traiter votre dépression peut être différent de ce qui fonctionne pour votre voisin. Néanmoins, en plus des suppléments susmentionnés, une stratégie qui profitera à la plupart est de faire de l’activité physique régulière.

Même une quantité minimale d'exercice peut suffire à combattre la dépression chez certaines personnes, au moins une heure par semaine, selon une étude de 11 ans dans laquelle les personnes qui pratiquaient régulièrement des activités de loisir pendant une heure par semaine étaient moins susceptibles de déprimer.

De l’autre côté, les personnes qui ne faisaient pas d'exercice étaient 44 % plus susceptibles de souffrir de dépression que celles en ayant fait pendant au moins une à deux heures par semaine.

Veuillez garder à l'esprit que l'activité physique doit comprendre non seulement « l'exercice », mais aussi beaucoup de mouvements quotidiens sans exercice, de façon à rester le plus souvent en mouvement (sauf lorsque vous dormez).

Passez du temps dans la nature— à jardiner, faire des randonnées, ou visiter un parc— peut également aider à atténuer l’anxiété et les symptômes dépressifs, tout comme peut le faire la pratique de la méditation consciente et l’Emotional Freedom Technique (EFT).

L’attention portée à votre alimentation est également fondamentale, en particulier en limitant le nombre d’aliments transformés et de sucres que vous consommez.

D'autre part, les aliments bons pour votre humeur comprennent notamment: le chocolat noir, les bananes, le curcuma et même le café noir bio. Prendre soin de vous-même en ayant un style de vie sain (manger sainement, avoir un sommeil de très bonne qualité, faire de l’exercice et évacuer le stress régulièrement) est un élément crucial pour lutter contre et se remettre de la dépression.

Néanmoins, si vous êtes en proie à un épisode dépressif, il est difficile de se concentrer sur la réalisation de plans à long-terme ou de changements de style de vie.

Dans ce cas,veuillez demander de l’aide auprès d’un professionnel de la santé, d’un ami proche ou d’un membre de votre famille, et si vous vous sentez désespéré ou avez des pensées suicidaires, veuillez appeler le Service d’Aide National de Prévention du Suicide, un numéro sans frais: 1-800-273-TALK (8255), appelez le 911 ou rendez vous au service d’urgence de l’hôpital le plus proche de vous.