Jeûner régénère votre pancréas

Le jeûne

En bref -

  • Il a été démontré que jeûner réduit votre risque de cancer, de maladies cardiovasculaires et de diabète ; le jeûne stimule également votre système immunitaire et le potentiel anti-vieillissement de votre organisme
  • Les trois méthodes de jeûne que je vous encourage à étudier sont : le régime qui mime le jeûne, le jeûne intermittent, et le jeûne à l’eau
Taille du texte:

Dr. Mercola

Le jeûne est un outil puissant que presque tout le monde peut utiliser pour prendre sa santé en main. Une recherche sur les animaux a montré que le régime qui mime le jeûne peut non seulement aider votre pancréas à se régénérer, mais qu’il peut également inverser les symptômes du diabète.

Au cours d'une autre étude, menée sur des souris de laboratoire, la réduction de l'apport calorique à une fenêtre de six heures par jour, a réduit de façon significative le taux d'une protéine mutante particulière, connue pour jouer un rôle dans la maladie de Huntington.

Ces résultats, ainsi que ceux d'autres recherches, mettent à jour de nouveaux extraordinaires bienfaits du jeûne.

Si vous n'avez encore jamais songé aux effets positifs que le jeûne pourrait avoir sur votre santé, je vous encourage à lire cet article et à envisager l’une de ces trois méthodes : le régime qui mime le jeûne, le jeûne intermittent, ou le jeûne à l’eau. Le jeûne est l’un des outils les plus efficaces que vous puissiez utiliser pour lutter contre les maladies chroniques.

Le régime qui mime le jeûne régénère le pancréas de souris de laboratoire et élimine leur diabète

À l’issue d'une étude publiée dans le magazine Cell, un groupe de chercheurs, dont la plupart étaient affiliés à l’Université de Californie du Sud (USC), suggère que votre pancréas pourrait parvenir à se régénérer grâce à un régime mimant le jeûne.

Au cours d’expériences menées sur des animaux, des scientifiques, dirigés par le Dr. Valter Longo, Ph.D., professeur de gérontologie et de sciences biologiques, et directeur de l’Institut pour la Longévité de l’USC, sont parvenus à restaurer les fonctions du pancréas grâce à une version adaptée du régime qui mime le jeûne. Ce régime est caractérisé par l’alternance de périodes ‘de faste’ et de périodes ‘de famine’.

Le Dr. Longo souligne que ce régime a favorisé la « production de cellules bêta, qui produisent de l’insuline, phénomène similaire à celui observé au cours du développement du pancréas. » (Les cellules bêta détectent le sucre présent dans votre sang et libèrent de l’insuline si la glycémie est trop élevée.)

Étant donné ses effets reconstituants sur le pancréas, le régime mimant le jeûne a également permis d’inverser les symptômes du diabète chez les souris de laboratoire.

Le Dr. Longo explique que « Nous avons conclu qu’en plaçant les souris dans un état extrême, puis en les en sortant - autrement dit en les affamant puis en les nourrissant à nouveau - nous poussons les cellules du pancréas à utiliser un genre de reprogrammation développementale, qui reconstruit la partie de l’organe qui ne fonctionnait plus. »

Les expériences ont révélé des bienfaits notoires pour les souris atteintes de diabète : les cycles du régime qui mime le jeûne ont restauré la sécrétion d’insuline ainsi que l’homéostasie glucidique chez les souris atteintes de diabète de type 1 et de type 2.

En quoi le régime qui mime le jeûne consiste-t-il ?

Contrairement au jeûne traditionnel, basé sur l'abstinence alimentaire totale pendant une période donnée, un régime qui mime le jeûne vous autorise à consommer un nombre extrêmement restreint de calories, généralement pendant une période de cinq jours, ce qui vous permet de bénéficier de certains des bienfaits thérapeutiques d’un jeûne traditionnel total.

Le régime qui mime le jeûne du Dr. Longo consiste à réduire votre apport calorique à 800 à 1100 calories par jour, cinq jours par mois. Cette approche améliore nettement l’observance du régime, car de nombreuses personnes trouveraient trop difficile de pratiquer un jeûne de cinq jours à l’eau.

La méthode de restriction calorique apporte de nombreux bienfaits, tout en réduisant les risques de souffrir d’effets secondaires indésirables.

Le principe, au cours des cinq jours de restriction calorique, est de consommer des aliments faibles en glucides et en protéines, mais riches en bonnes graisses. Les autres jours du mois, vous êtes libre de manger ce que bon vous semble. L’objectif est de mimer l’alternance de périodes ‘de faste’ et de périodes ‘de famine’.

Bien que cela semble simple à première vue, le Dr. Longo insiste sur le fait qu'il vaut mieux entreprendre ce régime sous surveillance médicale. « En résumé : n’essayez pas de suivre ce régime chez vous. » Le Dr. Longo explique que « ce régime est bien plus sophistiqué que ce que les gens pensent. »

La restriction calorique se montre également prometteuse pour lutter contre la maladie de Huntington

Une nouvelle recherche menée par des scientifiques canadiens, publiée dans le magazine Acta Neuropathologica Communications, indique que restreindre quotidiennement la prise alimentaire à une fenêtre de temps spécifique, pourrait être bénéfique pour les personnes souffrant de la maladie de Huntington.

Plus de 30.000 personnes sont atteintes de cette maladie neurologique progressive, qui se déclare généralement entre 30 et 50 ans.

Les symptômes de cette maladie comprennent des troubles cognitifs, des mouvements involontaires (chorée) et des troubles de la mobilité. La plupart des approches conventionnelles consistent en la prise de médicaments, notamment de la tétrabénazine, pour traiter les symptômes tels que la chorée.

Les chercheurs ont découvert que limiter quotidiennement l'apport calorique à une période de six heures, identique chaque jour, améliorait l’état de souris atteintes de la maladie de Huntington.

Plus précisément, ce programme alimentaire strict, qui consistait à jeûner chaque jour pendant les 18 heures restantes, a entrainé une diminution significative du taux d'une protéine mutante spécifique, qui joue un rôle dans la maladie de Huntington. La maladie est provoquée par une mutation héréditaire du gène de l’huntingtine (HTT), connue pour être transmise par les parents à leurs enfants.

La forme mutante du HTT est dénommée mHTT ; on pense qu’elle agit avec d'autres protéines de l’organisme pour accélérer la progression de la maladie.

L'étude a révélé que la restriction alimentaire déclenchait chez les souris un processus que l’on appelle l’autophagie - un processus d'auto-nettoyage des cellules destiné à éliminer les éléments endommagés ou inutiles. Les chercheurs ont remarqué que l’autophagie, déclenchée par le jeûne, réduisait le taux de mHTT dans le cerveau des rongeurs.

Le jeûne à l’eau de plusieurs jours est également un excellent traitement métabolique

Après quelques doutes préalables, je considère aujourd'hui le jeûne à l’eau de plusieurs jours comme l'un des meilleurs traitements métaboliques qui soit.

Ce type de jeûne pousse en effet vos cellules à se mettre en mode protégé « antivieillissement ». Il favorise également l’autophagie, le processus d’auto-nettoyage des cellules, dont nous avons parlé plus haut, grâce à l'activation de cellules souches.

J'ai effectué plusieurs jeûnes à l’eau de cinq jours au cours des derniers mois, et je recommande vivement de le pratiquer régulièrement. À condition de vous y préparer correctement, je pense que si vous souffrez de résistance à l’insuline, un jeûne mensuel à l’eau de cinq jours, peut vous être bénéfique.

À moins que vous soyez anorexique, âgé et affaibli, enceinte ou atteint d'un grave problème de santé, un jeûne de trois à sept jours peut certainement vous être bénéfique ; un jeûne bref ne vous fera certainement pas de mal, et ne provoquera pas non plus de perte musculaire significative. Voici ce que le site ABC Science explique à propos du jeûne à l’eau :

« Après deux ou trois jours de jeûne, votre énergie provient simultanément de deux sources différentes. Une très petite partie provient de la dégradation des muscles - mais vous pouvez éviter cela en faisant des exercices de musculation … la majeure partie de votre énergie provient de la décomposition des graisses.

Très rapidement ensuite, toute votre énergie provient de la décomposition des graisses. Les molécules de graisse se décomposent en deux substances chimiques - les glycérols (qui peuvent être convertis en glucose) et les acides gras libres (qui peuvent être convertis en d'autres substances chimiques, les cétones). Votre organisme, y compris votre cerveau, peut fonctionner grâce à ce glucose et à ces cétones, jusqu'à ce que vous n’ayez finalement plus de graisse.

Chez l’homme, il semble que jeûner ait des effets bénéfiques sur l'hypertension artérielle, le diabète, l’asthme, et l’épilepsie, chez les enfants. Chez les animaux, il semble que le jeûne réduise le déclin cognitif observé dans des maladies telles que la maladie de Parkinson, ou d’Alzheimer. »

Commencer par pratiquer le jeûne intermittent peut être un bon moyen de préparer votre corps (et votre esprit) au jeûne à l'eau. En augmentant simplement le nombre d’heures pendant lesquelles vous vous abstenez de manger, vous pourrez conditionner votre corps afin qu’il supporte des journées entières sans nourriture.

Mon habitude de pratiquer le jeûne intermittent 20 heures par jour m'a sans aucun doute facilité le passage au jeûne à l’eau. Même en jeûnant par intermittence un peu moins de 20 heures par jour, vous aiderez votre organisme à utiliser les graisses comme source de carburant.

Je conseille de prendre un complément alimentaire de sels minéraux de bonne qualité lorsque vous pratiquez le jeûne à l’eau, et de continuer également de prendre vos compléments nutritionnels habituels. Si vous prenez un complément de magnésium, sachez qu'il peut provoquer des selles très liquides pendant un jeûne total. Par ailleurs, vous aurez besoin de consommer du sel de bonne qualité.

Les bienfaits d'un mode d'alimentation qui mime le jeûne

Dans son livre « The Longevity Diet : Discover the New Science Behind Stem Cell Activation and Regeneration to Slow Aging, Fight Disease and Optimize Weight, » (« Le Régime de longévité : découvrez les nouvelles découvertes scientifiques sur l'activation et la régénération des cellules souches qui ralentit le vieillissement, lutte contre les maladies et optimise le poids »), le Dr. Longo suggère que le protocole mimant le jeûne soutient votre santé globale et votre bien-être, car il permet de maintenir un niveau sain de :

  • Protéine C-réactive, un marqueur d’inflammation
  • Glycémie à jeun
  • Facteur de croissance 1, apparenté à l’insuline, un marqueur associé à la diminution de la mortalité et des dommages à l’ADN
  • Cellules souches et de marqueurs régénératifs

D'après le Dr. Longo, le régime mimant le jeûne protège et régénère également votre organisme en agissant sur de multiples systèmes corporels, qu'il régénère et dont il améliore les performances. Parmi ses bienfaits pour la santé, le Dr. Longo explique que le régime mimant le jeûne :

  • Réduit le cancer de près de 50 %
  • Retarde l'apparition du cancer et favorise la présence de tumeurs bénignes par rapport aux tumeurs malignes
  • Améliore la fonction cognitive et les marqueurs du vieillissement
  • Renforce votre système immunitaire, qui se trouve rajeuni
  • Diminue les facteurs de risque associés aux maladies cardiovasculaires, au cancer et au diabète

Une alimentation qui mime le jeûne renforce l’efficacité des traitements contre les maladies malignes

Au vu de ses années de recherche et d’expérience, le Dr. Longo recommande vivement l’association du régime mimant le jeûne aux traitements contre le cancer.

D'après lui, non seulement ce régime améliorerait radicalement l’efficacité de la thérapie contre le cancer, mais il atténuerait également certains de ses effets secondaires désagréables. Voici ce que le Dr. Longo déclare :

« La bataille a été rude. Nous travaillons avec les meilleurs services d'oncologie du monde : MD Anderson, la clinique Mayo et le USC Norris Cancer Center... Nous ne souhaitions absolument pas passer pour des rebelles... Nous nous sommes vraiment battus, mais nous voulions également les convaincre. Nous souhaitions que les oncologues disent : ‘Oui. Ce régime est une bonne méthode.’

Les problèmes de sécurité... sont vraiment minimes et les bienfaits potentiels sont très importants... Chez les souris, nous observons régulièrement des rémissions complètes, même chez les sujets présentant des métastases. »

Le Dr. Longo pense que les régimes mimant le jeûne sont particulièrement bénéfiques dans les cas de cancers avancés, métastasiques, qui ne laissent que très peu d'options aux patients. Pour ces cas particuliers, il encourage les oncologues à envisager sérieusement d'associer le régime mimant le jeûne aux soins standards contre le cancer.

À ce jour, le Dr. Longo et son équipe ont démontré l’efficacité du régime mimant le jeûne associé aux inhibiteurs de kinase, à la chimiothérapie, et contre de nombreux types de cancers.

Il explique que des centaines d’essais cliniques impliquant le régime mimant le jeûne sont en cours, et que de nouvelles données à propos de nouvelles thérapies sont constamment enregistrées. Il suggère que l’immunothérapie fait partie des nouvelles thérapies à envisager. Elle rend le cancer visible pour votre système immunitaire, qui peut donc l’attaquer.

Quelle que soit votre situation en termes de traitement contre le cancer, le Dr. Longo vous conseille d'attirer l'attention de votre oncologue sur le régime mimant le jeûne. Vous pouvez commencer par lui suggérer de « lire au moins les essais cliniques qui ont déjà été publiés », dit-il.

Il ajoute qu’il « pense qu’il est important d’informer les patients atteints de cancer à propos de ce régime, et de leur offrir une chance, en particulier lorsqu’ils n'ont aucune autre option valable. »

Mises en garde importantes à propos du jeûne

Certains problèmes de santé nécessitent une surveillance médicale rigoureuse, afin que le jeûne soit pratiqué en toute sécurité. Indépendamment de votre état de santé, veillez, avant d’entreprendre quelque programme de jeûne que ce soit, à en discuter avec votre médecin.

Si vous souffrez d'une maladie chronique, il devra surveiller attentivement votre état de santé et toute complication éventuelle liée au jeûne. Je vous conseille d'éviter, ou du moins d’envisager le jeûne avec prudence, si vous êtes dans l’un des cas suivants :

Vous êtes anorexique, ou en insuffisance pondérale sévère

Vous êtes enceinte ou allaitez votre enfant

Vous êtes fragile, ou en mauvaise santé

Vous prenez des médicaments, en particulier s'ils doivent être pris au cours des repas

Vous souffrez d’une maladie hépatique ou rénale

Vous prenez un antihypertenseur ou un traitement contre l’hypoglycémie, en raison du risque de surdosage

Vous avez plus de 70 ans, à moins que vous ne soyez en exceptionnellement bonne santé

La succession des cycles est essentielle au succès du protocole mimant le jeûne

Si vous êtes en bonne santé, vous pouvez tirer des bienfaits d’un régime mimant le jeûne, pratiqué pendant cinq jours, tous les 90 jours.

Toutefois, si vous souffrez d’hypertension, d’obésité, ou que vous avez un taux élevé de cholestérol, vous obtiendrez sans doute de meilleurs résultats en pratiquant le régime une fois par mois, au moins jusqu’à observer une amélioration de votre santé.

Le Dr. Longo insiste sur l’importance d’observer un cycle de périodes avec et sans régime, qui est essentiel pour obtenir des résultats. L’alternance du jeûne et du retour à l’alimentation est l’une des clés qui permet de tirer de nombreux bienfaits de ce régime. Cette alternance permet notamment d'éviter les effets négatifs associés au jeûne permanent ou à la sous-alimentation chronique.

Si cet article vous a motivé à envisager le jeûne, vous êtes peut-être prêt à aborder une nouvelle étape dans votre alimentation. Les bienfaits potentiels du jeûne valent la peine que l’on s'intéresse aux différents types de pratique, notamment parce que votre corps est conçu pour : 1) utiliser les graisses comme principale source carburant et 2) vivre une alternance de périodes de faste et de périodes de famine.

Dans l'idée de reprendre votre santé en main, je vous encourage - sous la supervision de votre médecin - à étudier sérieusement l'un, ou plusieurs des types de jeûne suivants :