La dépression a augmenté de 33 % en 5 ans

Dépression

En bref -

  • La compagnie américaine d'assurance maladie privée Blue Cross Blue Shield rapporte que le nombre de diagnostics de dépression clinique a augmenté de 33 % au cours des cinq dernières années parmi ses 41 millions d'assurés
  • Les données de la société Blue Cross suggèrent que 85 % des personnes atteintes de dépression souffrent également d'au moins une autre maladie, tandis que près d'un tiers des personnes dépressives présentent au moins quatre problèmes de santé supplémentaires
  • Un sondage mené par l’Association américaine de psychiatrie indique que le nombre de personnes souffrant d'anxiété est en augmentation, tandis que les données de la compagnie d'assurance santé Cigna soulignent l'augmentation du nombre de personnes isolées dans la population
  • Au vu des risques qui sont associés à la prise de médicaments, je vous propose plusieurs alternatives naturelles pour traiter l’anxiété et la dépression
Taille du texte:

Dr. Mercola

Blue Cross Blue Shield (BCBS), l'une des plus importantes compagnies privées d'assurance maladie des États-Unis, indique que plus de 4 % des assurés, soit environ 9 millions de personnes, souffrent de dépression clinique.

Par ailleurs, elle rapporte que le nombre de dépressions a augmenté de façon vertigineuse : 33 % au cours des cinq dernières années, une augmentation régulière qui touche les hommes comme les femmes, de tous âges - les taux d'incidence pour les adolescents et la génération Y étant particulièrement inquiétants.

Ces données sont lourdes de conséquences, sachant en particulier que la plupart des personnes souffrant de dépression souffrent également d'une ou de plusieurs autres maladies chroniques, d'après BCBS. Si vous souffrez de dépression, vous êtes également susceptible de souffrir d'anxiété, de diabète, de maladie cardiaque ou d'une autre maladie chronique.

Le nombre de personnes atteintes étant en augmentation constante, vous vous demandez peut-être comment on peut traiter la dépression. La bonne nouvelle, c'est qu'il existe de nombreux traitements naturels, qui vous feront davantage de bien que des médicaments.

La compagnie d'assurance BCBS annonce que le nombre de dépressions a augmenté de 33 % en 5 ans

Sur la base des demandes de remboursement de frais adressées par 41 millions de ses assurés, BCBS indique que le nombre de diagnostics de dépressions cliniques - ou dépressions majeures - a augmenté de 33 % au cours des cinq dernières années.

Sachant que la plupart des personnes dépressives luttent également contre d'autres problèmes de santé, tels qu'anxiété, maladies chroniques ou toxicomanie, BCBS indique que la dépression majeure est la « seconde maladie la plus influente sur la santé globale des assurés », après l'hypertension artérielle.

D'après son rapport, les femmes de toutes les tranches d'âge sont plus susceptibles que les hommes d'être atteintes de dépression clinique. Depuis 2013, les diagnostics de dépression ont augmenté dans toutes les populations, l'augmentation la plus frappante concernant les plus jeunes. Au cours des cinq dernières années, les diagnostics de dépression ont augmenté de :

  • 65 % chez les adolescentes
  • 47 % chez les adolescents
  • 47 % au sein de la génération Y

D'après le rapport, les hommes et les femmes souffrant de dépression perdent en moyenne 9,6 années de vie saine. « Certains rapports prédisent d'ores et déjà que, d'ici 2030, la dépression sera la première cause de baisse de longévité, et de décès », explique le Dr. Trent Haywood, chef du service médical de l'association BCBS.

Le nombre de personnes souffrant d'anxiété augmente ; les femmes sont davantage touchées que les hommes

Hormis l'isolement, l'anxiété fait également des dégâts. Une enquête réalisée par l'Association américaine de psychiatrie (APA) auprès de 1.004 adultes montre que 39 % d'entre eux indiquent se sentir plus anxieux cette année que l'année passée. Voici ce qu'a également révélé cette enquête :

  • Le taux d'anxiété cette année au niveau national est de 51 %, soit une augmentation de 5 points par rapport à l'année dernière
  • Le nombre de personnes souffrant d'anxiété a augmenté dans toutes les tranches d'âge, la génération Y étant plus affectée que les baby-boomers ou la génération Z
  • L'anxiété parmi les baby-boomers a augmenté de 7 points entre 2017 et 2018 - la plus forte augmentation enregistrée parmi tous les groupes interrogés
  • Alors que davantage de personnes sont anxieuses cette année par rapport à l'année passée, à propos des cinq sujets sur lesquels portait l'enquête - finances, santé, politique, relations avec les autres et sécurité - l'augmentation la plus significative d'une année sur l'autre concerne l'anxiété générée par le paiement des factures
  • Les femmes sont plus anxieuses que les hommes : 57 % des femmes âgées de 18 à 49 ans ont indiqué être plus anxieuses que l'année précédente, contre 38 % des hommes de la même tranche d'âge

Voici ce qu'a déclaré le Dr. Anita Everett à propos des résultats de l'enquête : « Ce sondage montre que les adultes sont de plus en plus anxieux - en particulier à propos de la santé, de la sécurité et de leurs finances.

L'augmentation du stress et de l'anxiété peut avoir un impact significatif sur de nombreux aspects de la vie des individus, notamment sur leur santé mentale, et peut affecter la vie familiale. Cela souligne le besoin de faire diminuer les effets du stress par le biais de la pratique régulière d'exercice physique, de la relaxation, d'une alimentation saine et de moments passés avec ses proches. »

Le sondage a également porté sur l'attitude et la perception de la santé mentale et des traitements, et voici ce qu'il a révélé :

  • 86 % des personnes interrogées pensent que la santé mentale d'une personne influe sur sa santé physique
  • 75 % pensent que les troubles mentaux non traités ont un impact significatif sur l'économie américaine
  • 50 % estiment que les troubles mentaux sont moins stigmatisés aujourd'hui qu'il y a dix ans
  • 35 % des personnes interrogées ne voteraient pas pour un candidat à une fonction officielle qui souffrirait d'un trouble mental, que la personne ait ou non suivi un traitement
  • 12 % seulement des personnes considèrent que la santé mentale devrait être une préoccupation majeure des responsables politiques fédéraux

Il est aussi important de prendre soin de votre santé comportementale que de votre bien-être physique

Vu la prévalence de la dépression, de l'isolement, de l'anxiété et d'autres troubles de la santé mentale, il apparaît clairement qu'il est aussi important de prendre soin de votre santé comportementale, que de votre santé physique.

J'évoque depuis de nombreuses années le lien puissant qui existe entre la santé mentale et la santé physique, plus connu sous le terme de connexion corps-esprit. Si vous n'êtes pas convaincu de l'existence de ce lien, sachez que le National Institute of Mental Health (NIMH - Institut américain de la santé mentale) indique que la dépression est associée à un risque accru de :

  • Maladie d'Alzheimer
  • Maladies cardiovasculaires
  • Ostéoporose
  • Diabète de type 2

D'après le sondage de BCBS, sur les plus de 9 millions de personnes diagnostiquées comme souffrant de dépression majeure en 2016, 85 % souffrent au moins d'un autre problème de santé. Près d'un tiers des personnes présentent au moins quatre affections supplémentaires. Après avoir étudié plus avant la relation entre la dépression clinique et les autres maladies, BCBS a déclaré :

« Les personnes souffrant de dépression majeure sont deux fois plus susceptibles de souffrir également d'une ou de plusieurs autres maladies chroniques, trois fois plus susceptibles de souffrir de troubles liés à des douleurs ou de se blesser, et sept fois plus susceptibles de souffrir d'alcoolisme ou de toxicomanie que les personnes qui ne sont pas atteintes de dépression majeure. »

Le NIMH explique que « L'un des facteurs favorisant certaines de ces maladies, est le fait que les personnes dépressives … ont parfois plus de mal à prendre soin d'elles, à demander de l'aide et des soins, à suivre un traitement médical, à manger sainement et à faire de l'exercice. »

De plus, le NIMH explique que, en ce qui concerne la dépression, les scientifiques « ont observé des changements dans le fonctionnement des différents systèmes de l'organisme, qui sont tous susceptibles d'avoir un impact sur la santé. » Voici certains des signes physiques que l'on peut observer chez les personnes souffrant de dépression :

  • Modifications du rythme cardiaque et de la circulation sanguine
  • Augmentation de l'inflammation
  • Changements métaboliques
  • Taux anormaux des hormones du stress

« Elles sont étroitement liées, explique le Dr Haywood. « Il est possible de souffrir d'une maladie qui entraine ensuite une dépression, ou de souffrir d'abord de dépression, puis d'une maladie chronique. C'est bidirectionnel. »

Les antidépresseurs risquent de faire plus de mal que de bien

Suite à la méta-analyse de 17 études portant sur les décès liés aux antidépresseurs, les chercheurs de l'université McMaster, à Ontario, au Canada, ont conclu que ces médicaments augmentent le risque de décès.

Après avoir écarté de leurs données les personnes souffrant de maladies cardiovasculaires, l'équipe a noté que le risque de décès augmente de 33 % chez les personnes sous traitement antidépresseur par rapport aux personnes qui ne suivent pas de tels traitements.

Par ailleurs, les chercheurs ont noté que les personnes sous antidépresseur ont un risque d'évènements cardiovasculaires, tels qu'AVC et crises cardiaques, accru de 14 %. « Ces résultants nous inquiètent beaucoup », a déclaré Paul Andrews, Ph. D., professeur adjoint de psychologie évolutionniste à l'université McMaster et auteur principal de l'étude.

« Ils suggèrent que les patients ne devraient pas prendre d'antidépresseurs sans comprendre précisément comment ils interagissent avec leur organisme. »

Bien que de nombreux médecins pensent que les antidépresseurs permettent de réduire les symptômes de la dépression, Marta Maslej, candidate au doctorat au département de psychologie, de neuroscience et du comportement de l'université McMaster, et co-auteur de l'étude, explique qu'on ne connait pas suffisamment les effets de ces médicaments sur l'organisme, en dehors de leurs effets sur le cerveau.

« Ce que nous savons de leurs effets sur le reste de l'organisme, indique une augmentation du risque de décès » explique Marta Maslej.

Point positif, l'équipe de l'université McMaster a découvert que les antidépresseurs n'ont pas d'effet nocif chez les personnes souffrant d'une maladie cardiaque, principalement parce que les antidépresseurs inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) ont une action fluidifiante sur le sang, ce qui est un avantage en cas de maladie cardiovasculaire.

Voici ce que le Daily Mail a publié à propos des résultats :

« Les scientifiques pensent que cela est dû au fait que les antidépresseurs sont également des fluidifiants sanguins, et qu'ils protègent donc les personnes atteintes de maladies cardiaques en empêchant la formation de caillots. Mais chez les personnes qui ne souffrent pas d'une maladie cardiaque, cet effet est dangereux puisqu'il augmente le risque d'hémorragie majeure et d'hémorragie interne. »

Traitements naturels pour vous aider à traiter l'anxiété et la dépression

Au vu du nombre croissant de personnes souffrant d'anxiété et de dépression, et des effets potentiellement négatifs associés aux médicaments psychotropes, je vous encourage vivement à envisager les traitements naturels avant toute prise de médicaments. Voici certaines alternatives que vous pouvez considérer :

Les exercices de respiration

La façon dont vous respirez est intimement liée à votre état mental. J'ai publié dans le passé des interviews de Patrick McKeown, l'un des principaux experts de la Méthode de respiration Buteyko, et je vous recommande vivement cette approche.

L'exposition aux champs électromagnétiques (EMF)

L'exposition aux rayonnements microondes provenant des moniteurs de surveillance pour bébés, des téléphones portables, des antennes relais téléphoniques, des téléphones sans fil, des compteurs intelligents et des routeurs Wi-Fi, peut influer sur votre santé mentale plus que vous ne l'imaginez. Il faut au moins éteindre ces appareils ou les tenir loin de vous lorsque vous dormez.

Les Techniques de Libération Émotionnelle (EFT)

Dans la vidéo ci-dessous, Julie Schiffman, praticienne d'EFT, montre comment utiliser les tapotements pour traiter la dépression.

L'exercice physique

Il est indispensable de bouger quotidiennement pour être en bonne santé, et la pratique régulière d'exercice physique est essentielle à votre bien-être mental et physique. Fixez-vous pour objectif de faire au moins 10.000 pas par jour et envisagez également de faire des exercices de cardio, des étirements, et de la musculation.

La santé intestinale

Les troubles gastrointestinaux sont associés à de nombreux problèmes psychologiques, notamment à l'anxiété et à la dépression, vous devez donc veiller à avoir une alimentation riche en fibres. Pensez également à manger des aliments fermentés ou à prendre un complément de probiotiques.

Les déséquilibres nutritionnels

Le manque d'acides gras oméga-3 d'origine animale, de vitamines B, de magnésium et de vitamine D font partie des déséquilibres nutritionnels connus pour contribuer aux problèmes de santé mentale.

L'entrainement à la pleine conscience et/ou une pratique spirituelle

La méditation (notamment la méditation de pleine conscience), la prière et autres pratiques spirituelles sont non seulement relaxantes et apaisantes, mais elles aident également à raviver la connexion entre votre esprit, votre corps et vos émotions.

Les champignons à psylocybine

Également connus sous le nom de champignons magiques, les champignons à psylocybine, bien qu'ils ne soient pas encore autorisés aux États-Unis, peuvent réellement changer la donne dans le traitement de l'anxiété sévère et de la dépression. Consommez-les uniquement sous la supervision d'un professionnel de santé.

Le sommeil

Vous avez sans doute remarqué que le sommeil a un effet direct sur vos fonctions cognitives, votre mémoire et votre humeur, et vous savez probablement que la plupart des adultes ont besoin de sept à neuf heures de sommeil réparateur par nuit.

Le sucre et les aliments transformés

Votre alimentation joue un rôle clé dans votre santé mentale, et consommer des aliments riches en sucre et des aliments transformés ne permet pas de nourrir votre cerveau ni d'équilibrer votre humeur. Quelques changements simples en termes de choix alimentaires peuvent faire une grande différence pour votre santé mentale.

Les thérapies

Il existe de nombreux types de thérapies susceptibles de contribuer à soulager les symptômes de l'anxiété et de la dépression. Vous pouvez envisager de tester l'acupuncture, le massage sacro-crânien, l'intégration neuro-émotionnelle par les mouvements oculaires (EMDR), les sons de la nature, la thérapie par la parole et le yoga, pour n'en citer que quelques-uns. Toute activité thérapeutique qui favorise la relaxation et la conscience corps-esprit vaut la peine d'être étudiée.

Les expositions toxiques

L'exposition à des produits toxiques peut considérablement influer sur votre santé. L'anxiété est par exemple l'un des symptômes courants de l'exposition aux moisissures ; si vos symptômes s'atténuent lorsque vous êtes en dehors de votre maison ou de votre bureau, vous devez donc y prêter attention. Si vous ne l'avez pas encore fait, il est temps de remplacer vos produits toxiques pour l'entretien de la maison, et vos soins corporels, par des alternatives naturelles.

Votre santé mentale est tout aussi importante que votre santé physique, et elle mérite que vous y prêtiez attention. Prenez des mesures dès aujourd'hui pour prendre soin de vous, mentalement et émotionnellement. Même si vous n'avez pas été officiellement diagnostiqué, il est très possible que vous souffriez d'accès occasionnels d'anxiété ou de dépression.

À titre préventif, vous pouvez choisir d'appliquer un ou deux des conseils ci-dessus. Comme toujours, mieux vaut prévenir que guérir.