La magie des champignons

Champignon

En bref -

  • Les champignons sont le fruit du mycélium, un réseau de cellules qui ressemble à une toile d'araignée, et se trouve sous la terre
  • Les polysaccharides à longue chaine présents dans les champignons, en particulier les molécules alpha et bêta glucane, sont les principaux responsables des effets bénéfiques des champignons sur votre système immunitaire
  • L’extrait de champignon reishi pourrait contribuer à réduire l’obésité en modulant la composition du microbiote intestinal
Taille du texte:

Dr. Mercola

Il n’est sans doute pas d'aliment plus mystérieux et magique que le champignon. Dans la vidéo ci-dessus, Paul Stamets, éminent mycologue, nous donne un aperçu de certains effets des champignons médicinaux sur notre santé : ils activent notamment notre système immunitaire et peuvent potentiellement aider à lutter contre le cancer.

Les champignons pourraient même contribuer à sauver le monde :

  • En restaurant les habitats naturels qui ont été dévastés par la pollution
  • En luttant naturellement contre la grippe, les virus et d’autres maladies
  • En tuant les fourmis, termites et autres insectes sans utiliser de pesticides
  • En permettant de produire un carburant durable

Les champignons sont le fruit du mycélium, un « réseau filamenteux de cellules qui ressemble à une toile d'araignée ». Voici ce qu’explique Paul Stamets :

« Le réseau mycélien exsude, en se développant dans le sol, sous nos pieds, et dans les forêts qui nous entourent, un ensemble considérable d’enzymes, d'agents antimicrobiens, et de composants antiviraux. Le mycélium est la base cellulaire de nos réseaux alimentaires, en produisant les sols riches si indispensables à la vie.

Le mycélium est une membrane digestive qui détruit également de nombreux déchets environnementaux toxiques, et a engendré une nouvelle science - la « mycoremédiation »... Faire équipe avec le mycélium améliore la santé environnementale - à l’extérieur, et à l’intérieur de notre organisme. »

Les champignons, qui sont les fruits du mycélium, ne vivent que quelques jours, ce qui ajoute à l’excitation des chasseurs de champignons sauvages.

La chasse aux champignons n’est pas une activité pour les âmes sensibles

Le professeur Helen Macdonald, professeur à l’Université de Cambridge, a écrit un article publié dans le New York Times, à propos de la magie - et des dangers - que l’on peut ressentir en partant à la chasse aux champignons.

« Lorsque vous cueillez des champignons comestibles, c’est votre seule capacité à les identifier qui vous évitera de mourir ou de tomber gravement malade. Vous bravez véritablement le danger, et mettez constamment votre vie en jeu car les risques sont terrifiants.

L’engouement actuel pour les légumes sauvages, encouragé en partie par des chefs cuisiniers en quête de nouveautés culinaires et le désir nostalgique de se reconnecter à la nature, a donné lieu à la publication de quelques guides à succès, qui présentent une sélection d’espèces comestibles et vénéneuses.

Nick, professeur émérite d'histoire de la science et mycologue amateur, pense qu’ils sont irresponsables, et même dangereux. « Ils n’expliquent pas tout ce à quoi vous pouvez vous trouver confronté », met-il en garde.

De nombreux champignons vénéneux ressemblent de très près à des champignons comestibles, et différencier les uns des autres demande un examen minutieux, une grande détermination et l’examen des spores, teintés et mesurés, au microscope. »

Il existe une grande diversité de formes, de couleurs et de textures parmi les champignons, y compris parmi les spécimens d'une même espèce. Pour épaissir encore le mystère, sur les 140.000 espèces de champignons existantes, la science n’en connait réellement bien que 10 %, d'après Paul Stamets.

Le mycélium magique

Les champignons sont le système de recyclage de la nature. Sans champignons, il n'y aurait pas de plantes, car les champignons (et leur « parent », le mycélium) décomposent la roche et les matières organiques, les transformant en terre qui nourrit les plantes.

Ils contribuent même à faire tomber la pluie. Lorsque deux mycélia compatibles s'associent, le mycélium qui en résulte forme occasionnellement des carpophores, que l’on appelle des champignons.

Les champignons forment des spores, qui s’envolent pour former de nouvelles colonies de mycélia, et le cycle de vie est ainsi complet. Les tapis de mycélium peuvent être si petits qu’ils sont invisibles à l’œil nu, ou couvrir de vastes surfaces.

Leur extrême résistance rend le sol spongieux et capable de supporter 30.000 fois son poids. Environ 16 cm3 de terre peuvent contenir jusqu'à 1,5 km de filaments mycéliens. Le plus grand organisme vivant sur terre est un mycélium situé dans l’est de l’Oregon ; il couvre environ 9 km2, a l'épaisseur d'une paroi cellulaire, et est vieux de 2.000 ans.

Paul Stamets pense que le mycélium et le complexe réseau ramifié qu'il forme, fonctionne comme « l’Internet de la Terre », une voie de communication complexe qui est en quelque sorte le réseau neuronal de Mère Nature. D'une certaine façon, le mycélium est « conscient » et semble être capable d'apprendre.

Si une voie est brisée, il développe une voie de remplacement. D'après Paul Stamets, lorsque vous marchez dessus, il détecte votre présence et se met à ‘suivre’ vos pas pour essayer de récolter des débris. Le mycélium - et pas uniquement les champignons - contient de nombreux agents thérapeutiques pour lesquels les champignons sont appréciés.

Certains compléments alimentaires contiennent du mycélium, un bonus de bienfaits thérapeutiques, qui stimulent notamment la production d’énergie et améliorent la concentration.

Les champignons peuvent-ils aider à lutter contre le cancer ou à le prévenir ?

Une centaine d’espèces de champignons sont étudiées pour leurs bienfaits sur la santé. Parmi ces 100 espèces, une demie douzaine sort particulièrement du lot, pour leur capacité exceptionnelle à stimuler le système immunitaire, ce qui peut contribuer à lutter contre le cancer, ou à le prévenir.

Les polysaccharides à longue chaine présents dans les champignons, en particulier les molécules alpha et bêta glucane, sont les principaux responsables des effets bénéfiques des champignons sur votre système immunitaire. Au cours d'une étude, il a été constaté que la consommation d'une ou deux portions de champignons shiitake déshydratés avait un effet de modulation bénéfique sur le système immunitaire.

Le Cordyceps, également appelé champignon chenille ou Tochukasu, est un champignon particulièrement exceptionnel, aux propriétés anti-tumorales. Ce champignon parasite est particulier car, à l’état sauvage, il pousse sur des insectes et non sur des plantes. Il est utilisé depuis longtemps en médecine traditionnelle chinoise et tibétaine.

Les scientifiques de l’Université de Nottingham étudient la cordycépine, l'un des composants médicinaux actifs de ce champignon, comme remède potentiel contre le cancer. Un extrait protéique du champignon polypore versicolore est également utilisé dans certains pays, dont le Japon, pour stimuler le système immunitaire des patients atteints d'un cancer. Les champignons ont parfois également des effets anticancers directs. Par exemple :

  • Au cours d'une étude japonaise sur les animaux, des souris atteintes d'un sarcome ont reçu de l’extrait de champignon shiitake. Six souris sur 10 ont montré une régression complète de leur tumeur, et avec des concentrations légèrement plus élevées, les 10 souris ont montré une régression complète de leur tumeur.
  • Il a été démontré que le lentinane, un composé présent dans les champignons shiitake, augmente le taux de survie des patients atteints d'un cancer.
  • Il a été prouvé également que des extraits de champignon maïtaké, associés à la vitamine C, réduisent de 90 % le développement des cellules cancéreuses de la vessie, et les tue.
  • Au Japon, les deux principales formes de remèdes alternatifs utilisés par les patients atteints d'un cancer sont un champignon du nom d’Agaricus subrufescens, et l’extrait de champignon shiitake.
  • L’acide ganodérique présent dans les champignons reishi peut être efficace dans le traitement du cancer du poumon.

Les champignons reishi pourraient réduire l’obésité en modulant les bactéries intestinales

Le ganoderme luisant est un champignon médicinal connu sous le nom de linghzi en Chine et de reishi au Japon. L’un de ses composants les plus utiles est l'acide ganodérique (un triterpénoïde), qui est utilisé dans le traitement du cancer du poumon, de la leucémie, et d'autres cancers.

Il semble toutefois également prometteur pour aider à réduire l’obésité. Des souris nourries de façon malsaine ont atteint un poids de 42 grammes en deux mois.

Toutefois, celles qui ont reçu également une dose élevée d’extrait de ce champignon ont atteint un poids de 35 grammes seulement. Leur niveau d'inflammation et de résistance à l’insuline étaient également moins élevés.

On pense que l’extrait de champignon reishi réduit l’obésité chez les souris en modifiant la composition de leur microbiote intestinal. Le champignon agit comme un prébiotique qui favorise le développement des microbes bénéfiques. Selon Paul Stamets :

« La sélection des bactéries par le mycélium, pour créer des guildes de microbes, est essentielle à sa survie. Le mycélium choisit des ensembles de microbes qui l’aident non seulement à digérer les aliments et à repousser les prédateurs, mais qui sont également bénéfiques aux communautés végétales qui forment l’écosystème dans lequel vit le mycélium, de façon à ce qu’il puisse produire des fruits (les champignons).

Cela signifie que les produits à base de mycélium peuvent favoriser la digestion et contribuer au développement des bonnes bactéries dans nos microbiomes...

Ce qui est très intéressant, c’est que nous savons maintenant que les champignons sont des prébiotiques pour le microbiome - favorisant donc le développement de bactéries bénéfiques telles que le lactobacillus acidophilus et le bifidofactérium.

Une récente recherche a montré que la consommation de reishi et de polypore versicolore stimule non seulement le système immunitaire, mais qu’elle équilibre également le microbiome en faveur de ces bactéries bénéfiques, améliorant la digestion, et - fait incroyable - favorisant potentiellement la perte de poids ! »

Les principaux composants bioactifs des champignons

La plupart de champignons sont composés d’eau pour 90 %, mais la composition des 10 % restants est tout à fait extraordinaire.

Les champignons contiennent des protéines, des fibres et une petite proportion de matières grasses, ainsi que des vitamines et minéraux, dont du potassium, du calcium, du phosphore, du magnésium, du sélénium et du zinc.

Ils contiennent également de nombreuses molécules bioactives, notamment des terpénoïdes, des stéroïdes, des phénols et tous les acides aminés essentiels (ce sont en particulier de bonnes sources de lysine et de leucine). Les champignons contiennent également des polysaccharides, qui ont de nombreuses propriétés bénéfiques, notamment :

  • Anti-inflammatoires
  • Hypoglycémiques
  • Anti-ulcères
  • Anti-tumorigènes
  • Immunostimulantes

On comprend facilement pourquoi les champignons sont appréciés depuis des siècles pour leurs propriétés médicinales. En Égypte ancienne, par exemple, on pensait que les champignons prolongeaient la vie, et nous savons aujourd'hui que cette propriété pourrait être due aux nombreuses substances phytochimiques bénéfiques et autres composants qu’ils contiennent.

D'après le magazine Herbal Medicine, par exemple, à propos des aspects biomoléculaires et cliniques du champignon reishi :

« … il existe des données qui démontrent ses effets bénéfiques pour la santé, notamment ses effets anticancers, son action sur la régulation de la glycémie, ses effets antioxydants, antibactériens, antiviraux, et protecteurs contre les lésions hépatiques et gastriques. »

Certains antioxydants sont même particuliers aux champignons. L'un d’entre eux, l’ergothionéine, commence à être reconnu par les scientifiques comme un « antioxydant majeur ». Les champignons apportent également des nutriments précieux dont manquent de nombreuses personnes, notamment des vitamines B comme la riboflavine, la niacine et l'acide pantothénique.

Une analyse a montré que la consommation de champignons était associée à une alimentation de meilleure qualité et à une meilleure nutrition. Le bêta-glucane présent dans les champignons joue même un rôle dans le métabolisme des graisses et pourrait contribuer à maintenir de bons taux de cholestérol.