Les tiques vont-elles gagner ?

Tiques

En bref -

  • La bouche des tiques est spécialement conçue pour leur permettre de se nourrir de sang ; en plus de l’hypostome en forme d’aiguille, qui est couvert de crochets orientés vers l’arrière, elle est pourvue de deux chélicères, de petites tiges qui lui permettent de faire pénétrer l’hypostome dans la peau
  • La salive des tiques contient des anesthésiants, de sorte que l’on ne sent pas leur morsure, ainsi que des anticoagulants et des immunosuppresseurs qui facilitent l’alimentation de la tique, et permettent également la transmission de maladies telles que la maladie de Lyme
Taille du texte:

Dr. Mercola

Les tiques sont très répandues, et si leurs morsures sont parfois inoffensives, elles peuvent dans certains cas transmettre des maladies graves.

On estime que plus de 300.000 personnes contractent chaque année la maladie de Lyme - provoquée par la bactérie Borrelia burgdorferi, transmise par la morsure de la tique du cerf et de la tique occidentale à pattes noires.

Les tiques sont des créatures discrètes qui ont développé un système sophistiqué pour se nourrir du sang des humains.

Tandis que d'autres insectes suceurs de sang, comme les moustiques, piquent, sucent rapidement le sang et repartent, l’objectif d’une tique est de rester accrochée à votre peau pendant plusieurs jours, et elles ont donc une bouche conçue spécialement pour cela.

En plus de l’hypostome en forme d’aiguille, qui est couvert de crochets orientés vers l’arrière, elle est pourvue de deux chélicères, de petites tiges qui lui permettent de faire pénétrer l’hypostome dans la peau. On ne sent pas la morsure des tiques, et on ne sent rien non plus lorsqu’elles se nourrissent de notre sang.

Leur salive contient en effet des anesthésiants, ainsi que des anticoagulants et des immunosuppresseurs qui facilitent l’alimentation de la tique, et permettent également la transmission de maladies telles que la maladie de Lyme.

Comment les tiques transmettent-elles des maladies ?

Pour survivre et passer d'un stade de sa vie au suivant (œuf, larve, nymphe et adulte), la tique doit trouver du sang pour se nourrir. Une tique peut vivre ainsi jusqu’à trois ans, bien qu'un grand nombre meurent bien avant, faute d'avoir trouvé un hôte sur lequel se nourrir.

Les tiques attendent sur les feuilles des arbres ou dans l’herbe le passage d’un hôte potentiel, qu’elles détectent via sa respiration, ses odeurs corporelles, sa chaleur, l’humidité qu’il dégage, les vibrations qu’il provoque, et même son ombre.

Si vous vous aventurez trop près de la cachette d'une tique, elle ‘montera à bord’ et commencera son processus d'attachement, qui peut prendre de quelques minutes à deux heures.

Une tique suçant le sang de son hôte pendant plusieurs jours, elle ingère à cette occasion tout agent pathogène qui s'y trouve. S'agissant de la bactérie responsable de la maladie de Lyme, les souris à pattes blanches qui en sont porteuses infectent 75 à 95 % des larves de tiques qui se nourrissent de leur sang.

Ces pathogènes présents dans les tiques peuvent ensuite être transmis à leurs prochains hôtes via la salive qu’elles libèrent lorsqu’elles se nourrissent.

Il existe plus de deux douzaines de maladies transmises par les tiques qui peuvent être transmises à l’homme, notamment la fièvre à tiques du Colorado, la fièvre pourprée des montagnes Rocheuses, la maladie de Powassan et la maladie de Lyme, qui est de plus en plus répandue.

Dans la plupart des cas, les morsures de tiques ne provoquent aucun symptôme, mais il est cependant possible de ressentir une douleur, une brûlure, ou de développer une réaction cutanée.

Si vous présentez une rougeur ou une réaction cutanée au niveau de la morsure d'une tique, cela peut être le signe d'une maladie transmise par une tique, il faut donc vous faire examiner par votre médecin.

La maladie de Lyme est souvent associée à une éruption cutanée typique, en « œil de bœuf », mais elle n’apparait que chez 50 % environ des personnes infectées, l'absence de réaction n’exclut donc pas la possibilité d'une morsure de tique.

La maladie de Lyme progresse

Si seule la tique du cerf transmet la maladie de Lyme, des cas ont aujourd'hui été signalés dans la moitié des comtés des 48 états du continent américain.

La maladie de Lyme est la maladie à transmission vectorielle la plus courante aux États-Unis d'après le centre américain de contrôle et de prévention des maladies (CDC), 95 % des cas confirmés en 2015 ayant été observés dans l’un des 14 états suivants :

Connecticut

Delaware

Maine

Maryland

Massachusetts

Minnesota

New Hampshire

New Jersey

New York

Pennsylvanie

Rhode Island

Vermont

Virginie

Wisconsin

D'après la Société internationale de la maladie de Lyme et des maladies associées (ILADS), depuis le début de la surveillance, en 1982, le nombre de cas rapportés de maladie de Lyme a été multiplié par presque 25. La maladie s’étend également géographiquement.

Plus une tique reste accrochée longtemps, plus les risques de transmission d'un agent infectieux sont élevés. Dans la plupart des cas, la maladie est transmise par de jeunes nymphes plutôt que par des tiques adultes, simplement parce que les nymphes sont plus petites et donc moins susceptibles d’être repérées et éliminées.

D'après le CDC, la tique doit généralement rester accrochée au minimum 36 à 48 heures pour transmettre la bactérie responsable de la maladie de Lyme, mais l’ILADS souligne qu’il est possible d’être infecté en moins de 24 heures.

De nombreux patients atteints de la maladie ne se souviennent même pas avoir été mordus par une tique et, d'après le Dr. Dietrich Klinghardt - l’un des plus éminents spécialistes de la maladie de Lyme - la bactérie responsable de la maladie peut également être transmise par d'autres insectes piqueurs ou suceurs de sang, notamment les moustiques, les araignées, les puces et les mites.

Le diagnostic et le traitement de la maladie de Lyme posent de nombreux problèmes

La maladie de Lyme se manifeste généralement en premier lieu par un état de fatigue, de la fièvre, des maux de tête et des douleurs articulaires ou musculaires. Elle peut ensuite provoquer des spasmes musculaires, une perte de coordination motrice, une paralysie intermittente, une méningite, et même des problèmes cardiaques.

Il est essentiel de la traiter le plus rapidement possible pour éviter les complications, mais il n’existe aucun test fiable pour la diagnostiquer.

D'après l’ILADS, jusqu'à 50 % des patients testés pour la maladie de Lyme présentent des résultats négatifs, et un patient consulte en moyenne cinq médecins sur une période de presque deux ans avant que le diagnostic ne soit posé. Nombre d’entre eux se voient dire que leur maladie « est psychologique » avant de recevoir enfin de l’aide.

L’une des raisons pour lesquelles l’analyse de sang est un indicateur peu fiable de l’infection, c’est que la spirochète responsable de la maladie de Lyme (une cousine de la spirochète responsable de la syphilis) est capable d'infecter les globules blancs.

Les tests de laboratoire s'appuient sur le fonctionnement normal des globules blanc, et mesurent leur production d'anticorps. Or, si vos globules blancs sont infectés, ils ne réagissent pas correctement à une infection.

Pour que les tests soient utiles, vous devez d'abord recevoir un traitement. Ce n’est que lorsque votre système immunitaire commence à réagir normalement que les anticorps apparaissent sur les résultats d'une analyse de sang.

C’est ce que l’on appelle le « paradoxe de Lyme » - il faut d'abord être traité pour qu’un diagnostic correct puisse être posé. Il existe également une controverse problématique quant au fait de savoir si la maladie de Lyme est une maladie chronique.

L’IDSA (Infectious Diseases Society of America - société américaine des maladies infectieuses) a longtemps recommandé un traitement court par antibiotiques, bien que de nombreux patients ne soient pas guéris en fin de traitement, ou rechutent rapidement. À cause des recommandations de l’IDSA, les compagnies d'assurance maladie ne remboursent généralement pas les traitements prolongés.

Les traitements naturels contre la maladie de Lyme

Les antibiotiques sont souvent inefficaces contre la maladie de Lyme, et risquent de gravement perturber vos bactéries intestinales et d'augmenter le risque de développer des infections résistantes aux antibiotiques, en particulier s'ils sont pris sur le long terme.

Je recommande d’essayer d'abord des méthodes naturelles, telles que la gamme d'antimicrobiens végétaux de Nutramedix, recommandée par l’un des plus éminents spécialistes des médecines alternatives, le Dr. Lee Cowden.

La caractéristique la plus intéressante de ce traitement naturel contre la maladie de Lyme, souvent désigné comme le « Protocole Cowden », est son utilisation successive de plusieurs antimicrobiens végétaux différents, qui évite que les bactéries n’y deviennent résistantes.

Le tableau suivant présente également plusieurs compléments alimentaires, que les personnes ayant opté pour des méthodes naturelles ont trouvés efficaces dans le traitement de la maladie de Lyme.

Les probiotiques, pour renforcer le système immunitaire et restaurer la flore microbienne lors, et après un traitement par antibiotiques

La curcumine aide à réduire les toxines neurologiques et l’œdème cérébral

L’astaxanthine neutralise les toxines, améliore la vue et soulage les douleurs articulaires, courantes dans la maladie de Lyme

Le concentré de protéines de lactosérum peut apporter des éléments nutritifs, dont manquent souvent les personnes atteintes de la maladie de Lyme, qui se sentent trop mal pour manger correctement

L’extrait de pépins de pamplemousse peut aider à traiter la forme kystique de la Borrelia

L’huile de krill, pour réduire l’inflammation

La coriandre, comme chélateur naturel des métaux lourds

La serrapeptase aide à rompre les biofilms

Le resvératrol peut traiter la Bartonellose, qui est une co-infection, et contribuer également à la détoxification

Le GABA et la mélatonine pour lutter contre l’insomnie

Andrographis et Artémisinine, deux plantes qui peuvent aider à traiter la Babésiose, une co-infection courante

Le CoQ10 qui favorise la santé cardiaque, soulage les douleurs musculaires et atténue la confusion mentale

La quercétine réduit le taux d'histamine (souvent élevé en cas de maladie de Lyme)

Les facteurs de transfert peuvent contribuer à renforcer le système immunitaire

Le Dr. Klinghardt a également établi un protocole de traitement de la maladie de Lyme qui peut vous aider à soigner l’infection. Ce protocole est expliqué en détail sur son site internet, mais en voici les bases, pour vous en donner une idée :

1. Évaluez tous les facteurs externes, et intervenez pour les modifier si nécessaire. Ces facteurs comprennent les moisissures, les champs électromagnétiques, la pollution électromagnétique et les rayonnements micro-ondes provenant des technologies sans fil. Le Dr. Klinghardt conseille de protéger votre habitation avec une peinture YShield (peinture graphite) afin de réduire les radiations micro-ondes provenant de l’extérieur.

Pour les rideaux, on utilise un tissu enduit d'argent. Il est conseillé aux patients de débrancher tous les fusibles le soir et d’éliminer tous les téléphones sans fil jusqu’à ce qu’ils soient guéris.

2. Gérez le stress et les problèmes émotionnels. Des outils de psychologie énergétique, tels que la Technique de Libération Émotionnelle (EFT), peuvent être efficaces pour traiter les composantes émotionnelles de la maladie de Lyme.

3. Traitez les infections parasitaires, bactériennes et virales. Les parasites doivent être traités en premier lieu, suivis des bactéries et enfin des virus.

Le Dr. Klinghardt utilise un cocktail antimicrobien composé d'armoise, de vitamine C, de phospholipides et de différentes plantes. Les infections virales sont traitées grâce à la ‘Viressence’, de la marque BioPure, une teinture de plantes amérindiennes.

4. Traitez les autres facteurs d'hygiène de vie. Déterminez vos besoins en suppléments (antioxydants) pour traiter vos carences nutritionnelles.

Comment éviter les morsures de tiques

Si vous vous aventurez dans un espace naturel susceptible d’abriter des tiques, les précautions suivantes peuvent vous aider à éviter leurs morsures :

Dans les zones infestées de tiques, évitez le contact avec le sol, les tas de feuilles mortes et la végétation.

Portez des vêtements clairs coupés dans des tissus à tissage serré, afin de repérer les tiques plus facilement.

Portez des chaussures fermées, un pantalon et une chemise à manches longues. Rentrez le bas de votre pantalon dans vos chaussettes ou vos bottes, et votre chemise dans votre pantalon.

Vérifiez fréquemment la présence éventuelle de tiques sur vos vêtements et sur toute partie exposée de votre peau lorsque vous êtes à l’extérieur, et vérifiez à nouveau lorsque vous rentrez.

Marchez au centre des sentiers.

Restez sur des sentiers dégagés et régulièrement fréquentés. Évitez tout contact avec la végétation.

Évitez de vous asseoir par terre ou sur des murs en pierre.

Attachez vos cheveux s'ils sont longs, en particulier lorsque vous jardinez.