Le resvératrol pousse les cellules indésirables à s'auto-détruire

Cellules de resvératrol

En bref -

  • Une étude suisse menée sur des souris de laboratoire suggère que le resvératrol pourrait être efficace dans le traitement du cancer du poumon, car il pousse les cellules indésirables à s'auto-détruire - tout du moins lorsqu’il est administré à haute dose par voie nasale
  • Les chercheurs ont noté une diminution de 45 % de la charge tumorale chez les souris traitées au resvératrol, et soulignent qu’elles développent des tumeurs plus petites et moins nombreuses que les souris non traitées
  • Ayant la capacité de neutraliser les radicaux libres, le resvératrol est connu pour ses propriétés antivieillissement, anticancer, anti-inflammatoires, antimicrobiennes, antioxydantes et neuroprotectrices
  • Bien qu’on trouve du resvératrol dans certains aliments tels que les myrtilles, le chocolat noir, la peau du raisin et le vin rouge, sa biodisponibilité est faible, et la supplémentation est bien plus efficace
  • Le ptérostilbène, dont la biodisponibilité est supérieure et qui offre des bienfaits similaires à ceux du resvératrol, est un autre puissant composé végétal qui mérite qu’on s'y intéresse
Taille du texte:

Une étude suisse menée sur des souris de laboratoire suggère que le resvératrol, un composé du raisin, pourrait être efficace dans le traitement du cancer du poumon, tout du moins s'il est administré à haute dose, par voie nasale.

Les chercheurs ont noté une diminution de 45 % de la charge tumorale chez les souris traitées au resvératrol, et soulignent qu’elles développent par ailleurs des tumeurs plus petites et moins nombreuses que les souris non traitées.

En dépit des résultats positifs, qui montrent que le resvératrol pousse les cellules indésirables à s'auto-détruire, des recherches complémentaires doivent être effectuées. En effet, le resvératrol, administré par voie orale, est métabolisé et éliminé en quelques minutes - bien avant d'avoir atteint les poumons.

Le ptérostilbène est un composé végétal puissant similaire au resvératrol, qui mérite qu'on s'y intéresse. C’est le principal polyphénol antioxydant que renferment les myrtilles, et bien qu'il possède de nombreuses propriétés similaires, il surpasse le resvératrol par sa biodisponibilité.

Le cancer du poumon : le cancer le plus meurtrier au monde

D'après l’Observatoire mondial du cancer, une branche de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le cancer du poumon, qui est le cancer le plus meurtrier au monde, a coûté la vie à 1,7 millions de personnes depuis le début de l’année 2018. Les décès des suites du cancer du poumon sont plus nombreux que ceux dus aux cancers du sein, du pancréas et de la prostate cumulés.

L’Association pulmonaire américaine indique que le tabagisme est responsable de 80 à 90 % de tous les cancers du poumon mortels. Le ministre américain de la santé a publié un rapport en 2004 établissant que les hommes qui fument ont 23 fois plus de risques de développer ce type de cancer que les non-fumeurs, tandis que les femmes fumeuses voient leur risque multiplié par 13.

Cependant, même si vous n'avez jamais fumé, vous pouvez présenter un risque de développer un cancer du poumon. Un rapport, publié en 2006 par le département américain de la santé et des services sociaux, affirme que les non-fumeurs ont un risque de développer un cancer du poumon supérieur de 20 à 30 % s'ils sont exposés à des fumées secondaires chez eux ou sur leur lieu de travail.

Au vu des statistiques, il est évident qu’il faut continuer à insister sur l’importance de l’arrêt du tabac. Si vous êtes fumeur, c’est un avertissement de plus qui vous prouve qu’il est important d'arrêter de fumer.

Qu’est-ce que le resvératrol et pourquoi est-ce bon pour la santé ?

Les auteurs de l’étude suisse sur les effets du resvératrol sur le cancer du poumon indiquent qu’il s’agit de « l’un des produits naturels les plus étudiés, notamment pour ses propriétés chimio préventives. » En effet, on trouve sur le site internet de l’Institut américain de la santé (NIH), PubMed.gov, plus de 11.000 études menées sur ce composé.

Au vu de la popularité du resvératrol dans les recherches scientifiques, vous vous demandez peut-être pourquoi il suscite tant d'intérêt. L’intérêt considérable du resvératrol vient principalement de sa puissante action antioxydante.

Les antioxydants sont bien connus pour leurs propriétés antivieillissement et leurs effets bénéfiques sur la santé, en particulier par leur action préventive contre les dommages causés par les radicaux libres.

Ainsi qu’il est expliqué dans la vidéo en début d’article, le resvératrol est capable de neutraliser et de maîtriser les radicaux libres qui sont fabriqués par votre organisme au cours d'activités normales telles que la respiration, l’exercice physique et le métabolisme. Une surabondance de radicaux libres peut contribuer au vieillissement et au développement de nombreuses maladies.

Plus précisément, le resvératrol est un polyphénol conçu pour augmenter la durée de vie des plantes en les aidant à résister aux maladies, et à des facteurs de stress tels que les changements de climat brutaux ou l’excès de rayons ultraviolets. Comme vous le savez, l’homme fait face à des menaces similaires, le resvératrol est donc susceptible de booster notre santé, tout comme celle des plantes.

Le resvératrol est présent des aliments d'origine végétale tels que les myrtilles, la peau du raisin, les pamplemousses, les framboises et le vin rouge, ainsi que dans le chocolat noir et le cacao cru, entre autres.

N’en déduisez pas pour autant que quelques verres de vin rouge supplémentaires vous permettraient de profiter de l’effet antivieillissement et neuro-protecteur du resvératrol.

Les chercheurs sont prudemment optimistes quant aux effets du resvératrol sur le cancer du poumon

Comme nous l'avons indiqué, une recherche effectuée par une équipe de scientifiques de l’Université de Genève (UNIGE), en Suisse, qui ont administré du resvératrol à des souris de laboratoire, suggère qu'il pourrait être efficace dans le traitement du cancer du poumon.

« Nous avons essayé de prévenir le cancer du poumon provoqué par un composé cancérigène présent dans la fumée de cigarette, en utilisant du resvératrol … sur un modèle de souris », explique Muriel Cuendet, Ph. D., professeur associé à la section des sciences pharmaceutiques de l’UNIGE.

L'étude a suivi quatre groupes de souris traitées trois fois par semaine pendant 25 semaines : un groupe de contrôle non traité, un second groupe auquel était administré uniquement le composé cancérigène, un troisième groupe auquel étaient administrés le composé cancérigène et le traitement au resvératrol, et un quatrième groupe qui recevait uniquement du resvératrol.

Au vu des résultats positifs, le Dr. Cuendet a déclaré que « Le resvératrol pourrait donc jouer un rôle préventif contre le cancer du poumon ». La solution de resvératrol administrée équivalait à environ 1,2 milligrammes (mg) par souris, soit environ 60 mg par kilo. En termes de résultats, voici ce que les chercheurs ont observé :

  • Les souris traitées au resvératrol ont présenté une diminution de 27 % de la multiplicité des tumeurs, et ont développé des tumeurs plus petites que les souris non traitées
  • Une diminution de 45 % de la charge tumorale par souris chez les souris traitées
  • S'agissant des deux groupes qui n'avaient pas été exposés au composé cancérigène, 63 % des souris traitées au resvératrol n'avaient pas développé de cancer, pour 13 % seulement chez les souris non traitées
  • Les expériences in vitro suggèrent que le mécanisme chimio préventif du resvératrol est très probablement lié à l’apoptose (la mort programmée des cellules), un processus qui détruit les cellules indésirables.

La faible biodisponibilité du resvératrol limite son efficacité lorsqu’il est pris par voie orale

En dépit des résultats obtenus avec les souris de laboratoire, il n’est pas certain que le resvératrol aurait les mêmes effets sur des humains atteints d'un cancer du poumon, principalement en raison de la vitesse à laquelle il est métabolisé et éliminé - bien avant d’avoir pu atteindre les poumons.

Voici ce qu’a déclaré l’auteur d'une étude publiée en 2011 dans les annales de l'académie des sciences de New-York, à propos de la faible biodisponibilité du resvératrol :

« L'absorption orale du resvératrol chez l’homme est d’environ 75 %, et on pense qu’elle a lieu principalement par diffusion transépithéliale. Le métabolisme important qu’il subit dans les intestins et le foie fait que sa biodisponibilité orale est nettement inférieure à 1 %. Ni l'augmentation des doses de resvératrol, ni la répétition des doses administrées, ne semblent modifier ces constatations.

Des études métaboliques, menées sur le plasma et l’urine, ont révélé que les principaux métabolites étaient des glucoronides et des resvératrol-sulfates. Toutefois, une dose orale de resvératrol pourrait être composée d'une proportion, allant jusqu'à 50 %, d’une quantité réduite de dihydroresvératrols combinés, ainsi que de produits inconnus hautement polaires.

Bien que les sites principaux du métabolisme se situent dans les intestins et le foie (comme on s'y attendait), le métabolisme bactérien du côlon pourrait être plus important que ce que nous pensions initialement ».

Dans ce contexte, Aymeric Monteillier, scientifique de la section des sciences pharmaceutiques de l’UNIGE, et principal auteur de la recherche en question, indique que « C’est pourquoi la difficulté était de trouver une formulation qui nous permette de solubiliser le resvératrol en grandes quantités, alors qu’il est très peu soluble dans l’eau, afin de permettre son administration par voie nasale ».

Les bienfaits du resvératrol pour la santé

De précédentes études suggèrent que le resvératrol pourrait être bénéfique pour la santé à différents égards :

Il lutte contre les radicaux libres

Il améliore le débit sanguin cérébral et réprime l’inflammation du cerveau

Il possède des propriétés antimicrobiennes et antioxydantes

Il protège potentiellement de la dépression

Il a des effets antivieillissement

Il reproduit les effets de la restriction calorique

Il favorise l’apprentissage et la mémoire

Il présente des bienfaits neuro-protecteurs

Les meilleures sources de resvératrol

Si le resvératrol est présent en petites quantités dans les aliments mentionnés précédemment, c’est la muscadine, une variété de raisin, qui en offre la concentration la plus élevée - en particulier dans la peau et les pépins. Comme nous l'avons souligné, les myrtilles et les framboises sont également des sources de resvératrol.

Le fruit entier contenant du fructose, veillez à modérer votre consommation afin de ne pas dépasser un apport de 25 mg de fructose par jour si vous êtes en bonne santé.

Si vous souffrez d'une maladie chronique telle qu'un cancer ou le diabète, limitez davantage encore votre apport quotidien de fructose et ne dépassez pas 15 mg par jour, jusqu’à ce que votre santé s'améliore.

Puisqu’il est difficile de parvenir à obtenir une quantité thérapeutique de resvératrol par l’alimentation, vous pouvez envisager de prendre un complément de resvératrol à base d'aliments entiers. J’en prends régulièrement un qui est composé d’extraits de pépins et de peau de raisin muscadine.

Une dose de ce supplément, qui contient 50 mg de resvératrol, équivaut en termes de quantité de resvératrol, à 39 verres de vin de 23 cl. Pour éviter que votre organisme ne développe une accoutumance au resvératrol, je vous conseille de le prendre de façon cyclique - les jours de la semaine, par exemple, en arrêtant le temps du week-end.

Quelles sont les étapes suivantes de la recherche sur le resvératrol et le cancer du poumon ?

Maintenant qu'il a été établi que l’administration devait être effectuée par voie nasale, l’équipe de l’UNIGE poursuit ses recherches pour identifier un biomarqueur potentiel qui les aiderait à sélectionner les personnes éligibles à un traitement préventif à base de resvératrol.

Comme l’ont indiqué les auteurs de l’étude, « Cette étude a permis de découvrir comment contourner la faible biodisponibilité du resvératrol pris par voie orale, ce qui nous encourage à réévaluer son utilisation par de nouveaux essais cliniques. »

Fait intéressant, les scientifiques suggèrent que le resvératrol pourrait potentiellement être bénéfique pour les fumeurs et anciens fumeurs s'il était possible d’en développer la prise par nébuliseur ou via des e-cigarettes.

Sachant les dangers pour la santé qui y sont associés, je ne peux pas recommander les e-cigarettes ni le vapotage comme alternatives sûres au tabac. Ceci étant dit, voici ce que les chercheurs ont indiqué :

« Pour les ex-fumeurs, on pourrait imaginer un nébuliseur semblable à ceux que l’on utilise pour administrer les beta-2-sympathomimetiques aux personnes asthmatiques …

Une cigarette électronique contenant du resvératrol pourrait comporter les avantages de son activité pharmacologique chimio préventive tout en encourageant la transition du tabac conventionnel vers la cigarette électronique. »

Une alternative au resvératrol : le ptérostilbène pourrait être encore plus efficace

En dehors du resvératrol, le ptérostilbène, un anti-inflammatoire moins connu, mérite également qu’on lui prête attention. C’est le polyphénol antioxydant le plus abondant dans les myrtilles. Comme le resvératrol, le ptérostilbène est un stilbène, mais sa biodisponibilité est bien supérieure.

Si l’on considère que la biodisponibilité du resvératrol est d’environ 20 à 25 %, celle du ptérostilbène est de 80 %, ce qui signifie que votre organisme peut en tirer un meilleur profit. Certains experts suggèrent que ces deux composés sont plus efficaces lorsqu'ils sont associés, soulignant qu'ils agissent en synergie pour booster votre santé et contribuer à prévenir les maladies.

S'agissant du ptérostilbène, voici ce qu’ont déclaré les auteurs d'une étude de 2013, destinée à évaluer ses propriétés antioxydantes :

« L'activité antioxydante du ptérostilbène a des effets anticancérigènes, anti-inflammatoires, et est associée à la modulation de maladies neurologiques, à l'atténuation des maladies vasculaires et à l’amélioration du diabète.

Des preuves substantielles montrent que le ptérostilbène pourrait disposer de nombreuses propriétés préventives et thérapeutiques, applicables à des maladies très variées, notamment des troubles neurologiques, cardiovasculaires, métaboliques et hématologiques.

Avant de prendre du resvératrol ou du ptérostilbène, parlez-en à votre médecin

Au-delà des bienfaits déjà mentionnés, une étude publiée dans le magazine Evidence-based Complementary and Alternative Medicine (Médecines complémentaires et alternatives fondées sur des preuves) suggère qu'une dose quotidienne de 250 mg de ptérostilbène peut également contribuer à faire baisser la pression artérielle.

Par ailleurs, des expériences sur des souris de laboratoire ont montré qu’il réduit l'anxiété.

Si les nouvelles informations à propos du resvératrol et du ptérostilbène semblent prometteuses, des recherches supplémentaires sont nécessaires afin de valider la véritable étendue de leur effets bénéfiques potentiels sur la santé. Avant de prendre l’un ou l’autre, ou les deux, sous forme de supplément, je vous suggère d’en discuter avec votre médecin.