La lumière sur les effets nocifs des champs électromagnétiques

lignes électriques

En bref -

  • L’exposition aux champs électromagnétiques hyperfréquences, comme ceux des téléphones portables, provoque un important dysfonctionnement des mitochondries, dû aux dommages infligés par les peroxynitrites, des radicaux libres qui provoquent également des coupures simples et double brin de votre ADN
  • La surproduction de radicaux libres engendrée par l’exposition aux micro-ondes basse fréquence des téléphones portables et des réseaux Wifi, est associée à des maladies chroniques telles que l’arythmie cardiaque, l'anxiété, la dépression, l'autisme, la maladie d’Alzheimer et la stérilité
  • La signalisation calcique excessive engendrée par l’exposition aux CEM joue également un rôle important dans les effets pathophysiologiques des CEM, notamment ceux évoqués ci-dessus
  • Il existe des moyens pour réduire les effets nocifs des CEM, notamment l’optimisation de votre taux de magnésium, la consommation de certains aliments qui stimulent l'activité du Nrf2, la pratique d’exercice physique, la restriction calorique et des méthodes qui stimulent la signalisation par l'oxyde nitrique (qui agit à son tour en augmentant l'activité du Nrf2)
Taille du texte:

Dr. Mercola

J’ai souvent souligné que les champs électromagnétiques (CEM) représentent une menace cachée et pernicieuse pour la santé. Mais comment ces rayonnements hyperfréquence affectent-ils précisément votre santé ?

Martin Pall, Ph.D., a identifié les mécanismes moléculaires probables par lesquels les CEM provenant des téléphones portables et des technologies sans fil nuisent aux plantes, aux animaux et à l’homme, et a publié plusieurs études sur ce sujet.

Le Dr. Pall est titulaire d'une licence en physiques de l’Université John Hopkins et d'un Doctorat en biochimie et en génétique de l’Institut de technologie de Californie, et est particulièrement qualifié pour effectuer ce type de recherches.

Il a passé ces 18 dernières années à éplucher la littérature médicale et à associer et établir des parallèles entre les travaux effectués par d'autres, pour répondre à cette question urgente.

Les CEM et le calcium intracellulaire

Lorsque vous exposez des cellules à des CEM, cela entraine une augmentation du calcium intracellulaire. Cela augmente par ailleurs la signalisation calcique, ce qui est également important pour expliquer les dommages que provoquent les CEM. Depuis 25 ans, l’industrie affirme que les rayonnements non-ionisants sont inoffensifs et que les seuls rayonnements inquiétants sont les rayonnements ionisants. Les recherches du Dr. Pall prouvent de façon irréfutable que cela est faux.

Comment les CEM nuisent à votre santé

Lorsque vos CCVD sont exposés aux CEM, ils s'ouvrent, et permettent le passage de quantités anormalement élevées d'ions calcium dans les cellules - environ 1 million d'ions par seconde et par canal.

Chaque CCVD dispose d'un détecteur de tension, une structure qui détecte les modifications électriques au travers de la membrane plasmique et ouvre le canal. Les CEM passent par le détecteur de tension pour activer le canal et augmenter de façon radicale les taux intracellulaires, jusqu'à des niveaux dangereux.

« En raison de la structure du détecteur de tension et de son emplacement dans la membrane plasmique, on peut présager, d'après les fondements de la physique, qu’il est extraordinairement sensible aux forces électriques des CEM », explique le Dr. Pall.

En moyenne, ces forces sont approximativement 7,2 millions de fois plus élevées sur le détecteur de tension que sur les groupes électriques à charge unique situés dans la partie aqueuse de la cellule. Cela signifie que le coefficient des normes de sécurité actuelles est erroné d’environ 7 millions.

Voici comment ces CEM très faibles, dont l’industrie affirme qu’ils ne vous feront aucun mal, vous emmènent en réalité prématurément. Ils agissent en activant les CCVD. Cela s’avère être excessivement dangereux, car l’excès de calcium dans une cellule a de nombreuses conséquences.

Non seulement cela entraine une signalisation calcique excessive, mais cela augmente également la production d’oxyde nitrique (NO). Si le NO a de nombreux effets bénéfiques sur la santé, un excès considérable de NO entraine une réaction avec les superoxydes.

Voie de signalisation du NO vs. voie des péroxynitrites

Il est important de comprendre que le stress oxydatif n’est pas toujours nocif. Certains radicaux libres sont biologiquement utiles et nécessaires. Le NO, par exemple, est un radical libre, et offre cependant de nombreux effets très bénéfiques. C’est lorsqu’il y a un excès de stress oxydatif que surviennent les problèmes.

Fait intéressant, le Dr. Pall explique que la voie de signalisation du NO et les voies des péroxynitrites s'inhibent mutuellement, ce que j’ignorais. Cela appuie le fait que les nouveaux exercices de type ‘nitric oxide dump’ limitent les dommages infligés par les CEM.

Pourquoi vous ne pouvez pas vous fier aux affirmations de l’industrie

Peu de personnes savent que l’industrie des télécommunications est peut-être encore plus solide, financièrement, que l'industrie pharmaceutique, et politiquement tout aussi puissante. Les lobbyistes sont très doués pour diffuser et protéger la version de la vérité proposée par l’industrie.

Inutile de préciser que l'industrie discrédite également activement les recherches qui démontrent les dommages et/ou cessent de financer celles qui commencent à révéler des problèmes.

Le président actuel de la Commission fédérale des communications est d'ailleurs l'ancien lobbyiste en chef de l’industrie des télécommunications - l’un des pires cas de ‘rétro-pantouflage’ écœurant entre l’industrie et le gouvernement, et de loup dans la bergerie, auquel j'ai assisté depuis longtemps.

Les effets neuropsychiatriques de l’exposition aux CEM

Cela nous amène au cœur du problème, c’est-à-dire les endroits du corps dans lesquels les CCVD sont les plus denses, et les maladies subséquentes auxquelles on peut s’attendre de l’exposition chronique aux CEM.

C’est dans le système nerveux que l’on trouve la densité de CCVD la plus importante, et des études remontant aux années 1950 et 1960 montrent en effet que le système nerveux est l’organe le plus sensible aux CEM.

Certaines de ces études montrent des effets considérables sur la structure des neurones, mort cellulaire et dysfonction synaptique notamment. Lorsque les CCVD sont activés dans votre cerveau, ils libèrent des neurotransmetteurs et des hormones neuroendocrines. Voici donc les conséquences d'une exposition chronique aux CEM sur le cerveau, que le Dr. Pall détaille dans un article de 2016 :

Chez les animaux exposés aux CEM, les effets cumulatifs sur le cerveau sont considérables. Des études sur le polymorphisme génétique montrent également qu’une activité importante des CCVD dans certaines parties du cerveau entraine de nombreux effets neuropsychiatriques.

Les effets cardiaques

Votre cœur est également très sensible aux CEM, en particulier les cellules du pacemaker cardiaque, qui présentent la densité de CCVD la plus élevée. Voici les troubles que les CEM tendent par conséquent à provoquer.

Si vous souffrez de l’un quelconque de ces troubles (ou de l’un de ceux mentionnés plus haut ou plus loin), vous devez savoir que l’exposition aux CEM en est un facteur contributif majeur, et vous devez prendre immédiatement et activement des mesures pour réduire votre exposition.

  • Arythmie cardiaque (associée à la mort cardiaque subite)
  • Fibrillation auriculaire / flutter auriculaire
  • Contractions auriculaires prématurées (PAC) et contractions ventriculaires prématurées (CVP), que l’on appelle également des palpitations
  • Tachycardie (rythme cardiaque rapide) et bradycardie (rythme cardiaque lent)

Effets sur la reproduction

Le système reproducteur, et particulièrement les testicules, est une autre zone du corps très dense en CCVD. L’une des conséquences est l'altération ou la diminution de la fertilité. Il existe des preuves qui démontrent que les CEM peuvent entrainer la stérilité tant chez les hommes que chez les femmes, cependant la stérilité masculine a été davantage étudiée.

Les CEM et le cancer

Des études sur le cancer ont également été bloquées par l’industrie de différentes façons, notamment en empêchant les chercheurs d'obtenir des données du monde réel sur l’utilisation des téléphones portables.

De toute évidence, les personnes qui utilisent le plus leur téléphone portable sont les plus exposées. Même s'il ne figure pas en tête de liste des préoccupations associées aux CEM, le cancer est cependant une autre des conséquences potentielles des dommages subis par les mitochondries.

Les femmes qui portent leur téléphone portable dans leur soutien-gorge, par exemple, risquent de développer un cancer dans le quadrant supéro-interne du sein, qui est très rare, plutôt qu’un cancer situé dans le quadrant supéro-externe.

Le développement d'un cancer du cerveau est un autre risque lié à l’utilisation intensive du téléphone portable, si vous placez le téléphone à votre oreille. Ceci étant dit, il est sans doute contre-productif d'insister sur le risque de cancer, car la plupart des gens utilisent un téléphone portable, et ceux qui développent un cancer du cerveau sont rares.

Le problème est que la période de latence du cancer du cerveau est d'au moins dix ans. L'arythmie, l'autisme, l’anxiété et la maladie d’Alzheimer, par contre, sont des maladies extrêmement courantes aujourd'hui, et nous connaissons désormais le mécanisme qui explique comment les CEM contribuent à leur développement.

Lesquels sont les plus dangereux, les téléphones portables, ou les rayons X ?

Pour la plupart des gens, la réponse est évidente : ce sont les rayons X. Si vous le pensez également, c’est que vous vous êtes laissé convaincre par les mensonges de l’industrie des télécommunications qui ont influencé le gouvernement afin de renforcer ce mythe délirant.

En réalité, il existe des preuves irréfutables qui montrent que les téléphones portables sont plus dangereux que les rayons X - et très largement.

L’une des meilleures preuves a été apportée par une étude allemande (dirigée par le professeur Franz Adlkofer), au cours de laquelle les effets des rayonnements ionisants équivalents à 1.600 radiographies pulmonaires ont été comparés à ceux reçus en passant 24 heures en conversation sur un téléphone portable.

Étonnamment, ils ont découvert que les deux provoquent approximativement le même nombre de cassures de l’ADN au cours des essais in-vitro. D'après le Dr. Pall, cela sous-estime en réalité très largement les effets des téléphones portables, car ils utilisent des CEM à ondes continues, et non pulsées.

Il existe de nombreuses preuves qui démontrent que les CEM pulsés sont bien plus nocifs que les CEM à ondes continues. Ceci est important à de nombreux égards, notamment parce que tous les appareils de communication sans fil fonctionnent par impulsions.

Dans un autre article, le groupe a montré que lorsque vous utilisez des impulsions similaires à celles d'un véritable téléphone portable, les dommages apparaissent à des intensités beaucoup plus faibles.

Rayonnements ionisants et cassures de l’ADN

L'industrie prétend qu’il n’y a pas suffisamment d’énergie dans les rayonnements hyperfréquence pour provoquer des dommages directs des liaisons covalentes dans l’ADN. C’est vrai. Il n’y en a pas suffisamment.

C’est l’amplification biologique qui provoque un stress oxydatif excessif, qui est responsable des dommages. Fait intéressant, même la plupart des dommages provoqués par les rayonnements ionisants sont en réalité dus à la formation secondaire de radicaux libres, qui brise l’ADN. Ils ne sont pas directement dus à l’énergie des rayonnements.

Méthodes pratiques pour limiter votre exposition

Naturellement, pour réduire vos risques de dommages, vous devez réduire votre exposition aux CEM. Les antennes relais constituent une préoccupation majeure si vous travaillez ou que votre école se situe à moins de 300 mètres (environ 1.000 pieds) de l’une d’entre elles.

Le simple fait de passer près de ces antennes relais en voiture peut vous exposer à des rayonnements importants.

Votre téléphone portable est une source majeure d’exposition, tout comme les téléphones sans fil, les routeurs Wifi, les écouteurs Bluetooth et autres dispositifs fonctionnant en Bluetooth, les souris et claviers sans fil, les thermostats intelligents, les moniteurs de surveillance pour bébé, les compteurs intelligents et le four micro-ondes de votre cuisine.

L'idéal est d’examiner chacune de ces sources et de déterminer comment vous pouvez limiter leur utilisation.

Déconnecter votre Wi-Fi le soir est une solution simple. Il représente une source d’exposition tout simplement inutile. Éviter de porter votre téléphone portable sur vous et de poser votre ordinateur portable sur vos genoux sont également des mesures simples à prendre.

Il existe des pochettes pour téléphones portables dont l’une des faces est ‘blindée’ : placer cette face contre votre corps vous protège donc un peu. Utilisez des écouteurs lorsque vous téléphonez, ou placez votre téléphone portable en mode haut-parleur.

Efforcez-vous de câbler vos appareils de façon à éviter le rayonnement du Wifi et ne vous exposez pas inutilement aux rayonnements de souris, claviers et imprimantes sans fil. Il est également possible d’installer des protections contre les rayonnements dans votre habitation afin de réduire votre exposition. 

Comment activer le Nrf2 pour réduire les effets des CEM

Je rédige actuellement un article très détaillé sur le Nrf2, un hormétique biologique vital qui régule la superoxyde dismutase, la catalase et tous les autres antioxydants intracellulaires bénéfiques. Par ailleurs, il :

  • Réduit l’inflammation
  • Améliore la fonction mitochondriale
  • Stimule la biogénèse des mitochondries
  • Aide à détoxifier l’organisme des xénobiotiques, des substances toxiques contenant du carbone, et des métaux toxiques
  • Active la transcription de plus de 500 gènes dans le génome humain, dont la plupart ont des fonctions cytoprotectrices. Cela comprend les trois gènes qui encodent les enzymes nécessaires à la synthèse du glutathion réduit, qui est l’un des plus importants antioxydants produit dans votre organisme

L’une des façons simples d'activer les Nrf2 est de consommer des composés alimentaires boosteurs de Nrf2, tels que le sulforaphane, présent dans les légumes crucifères, des aliments riches en antioxydants phénoliques, des DHA et des EPA, qui sont des acides gras oméga-3 à longue chaine, des caroténoïdes (en particulier des lycopènes), des composés soufrés, présents dans les légumes de la famille des allium, des isothiocyanates présents dans la famille des choux, et des aliments riches en terpénoïdes.

Ce qu’il faut retenir

Je pense personnellement que l’exposition aux CEM est sans doute l’un des facteurs contributifs les plus significatifs de la diminution de la numération des spermatozoïdes que nous observons aujourd'hui, ainsi que de l’augmentation du nombre de cas d'anxiété, de dépression, d'autisme et de maladie d’Alzheimer. C’est sans doute aussi très probablement un facteur contributif du cancer.