Protocoles de traitement efficaces de l’hypothyroïdie et de l’hyperthyroïdie

Hypothyroïdie

En bref -

  • L’hypothyroïdie, ou thyroïde sous-active, est un problème très courant, dont les causes sont diverses, notamment la consommation d’eau chlorée et d’eau fluorée, ainsi que de farine bromée
  • Le chlore, le fluor et le brome font partie de la famille de l’iode, et sont capables de chasser l’iode présente dans votre thyroïde
  • Le Dr. Jonathan Wright, l’un des pionniers de la médecine naturelle, recommande aux femmes de prendre environ 6 mg d'iode par jour, et aux hommes environ 3 mg par jour, afin de protéger leur poitrine et leur thyroïde
  • Un taux élevé de T3 inverse, qui peut augmenter en réaction à une intoxication aux métaux lourds, est une autre cause importante d'hypothyroïdie. Dans ce type de situation, le traitement, pour être efficace, doit comprendre une détoxification
  • L’hyperthyroïdie (thyroïde trop active) peut être inversée rapidement grâce à un protocole de traitement à base d'une solution de Lugol et de lithium
Taille du texte:

Dr. Mercola

Les maladies thyroïdiennes sont parmi les problèmes de santé les plus courants à l’heure actuelle. D'un point de vue pratique, il existe de nombreuses façons de les aborder.

Dans cette interview, le Dr. Jonathan Wright, l’un des pionniers de la médecine naturelle, nous explique ses protocoles de traitement des dysfonctionnements thyroïdiens.

L’hypothyroïdie, ou thyroïde sous-active, est un problème très courant, dont les causes sont diverses, notamment la consommation d’eau chlorée et d’eau fluorée, ainsi que de farine bromée.

Le chlore, le fluor et le brome font partie de la famille de l’iode, et sont capables de chasser l’iode présente dans votre thyroïde.

Par ailleurs, de nombreuses personnes ne consomment tout simplement pas suffisamment d'iode. La quantité que peut vous apporter le sel iodé suffit à peine à prévenir la formation d'un goitre.

Un taux élevé de T3 inverses est la troisième cause principale d'hypothyroïdie.

Fait intéressant, 95 % du temps, les personnes qui présentent un taux élevé de T3 inverses voient leur taux revenir à la normale après avoir suivi une chélation à l’EDTA ou au DMPS, qui permet d'éliminer le cadmium, le plomb, le mercure, et d'autres métaux toxiques.

En bref, une intoxication aux métaux lourds peut entrainer une forme fonctionnelle d'hypothyroïdie.

« On sait très bien que le plomb et le cadmium perturbent la production de testostérone », explique le Dr. Wright. « Ce que les gens savent moins, c’est que les T3 inverses sont stimulés par les métaux toxiques, qui font grimper leur taux.

En pratique, leur taux est parfois si élevé qu'il dépasse de loin celui des T3 classiques. Vous souffrez d’une hypothyroïdie fonctionnelle, alors même que vos taux de TSH et de T3 libres sont normaux. »

Combien d'iode faut-il consommer pour le bon fonctionnement de la thyroïde?

Au Japon, la dose journalière d'iode obtenue par le biais de l'alimentation avoisine les 2.000 à 3.000 microgrammes (mcg) en moyenne, soit 2 à 3 milligrammes (mg), et il y a des raisons de penser que ce taux est bien plus adapté que l'apport journalier recommandé (AJR) aux États-Unis, qui est de 150 mcg.

Certains préconisent même des quantités encore plus élevées, comme le Dr. Brownstein, qui recommande des doses régulières de 12.5 milligrammes (mg). Guy Abraham, gynécologue-obstétricien et endocrinologue à l’université de Californie du Sud, est un autre partisan des doses élevées d'iode.

« Curieusement, il n'a pas diffusé beaucoup de ses publications avant de prendre sa retraite de l’université de Californie du Sud. Mais il a ensuite élaboré un merveilleux site internet, optimox.com, qui propose gratuitement de nombreuses informations », explique le Dr. Wright.

« Une étude assez approfondie a montré que l'activité de la thyroïde commence à ralentir lorsque notre apport en iode et en iodure atteint 14 ou 14,5 milligrammes. C’est probablement pourquoi le Dr. Abraham, tout d'abord, puis d'autres, ont conçu des solutions et des cachets qui apportent 12 ou 12,5 mg.

Étrangement, en 1829, le Dr. Lugol a élaboré une combinaison d'iode et d’iodure. Deux gouttes de ce produit apportent également 12,5 milligrammes. Comment le Dr. Lugol le savait-il ? Aucune idée.

Mais ce produit fonctionne si bien depuis 1829 qu’il existe toujours (délivré sur ordonnance), sous le nom de solution de Lugol...

Je dis généralement à mes patients, ‘Une goutte de Lugol, c’est-à-dire six milligrammes ; six et quart.’ Ou, pour les hommes, qui ont moins de tissus mammaires, disons trois milligrammes. En prévention du cancer, il faut plus de trois milligrammes pour les femmes. »

L'iode contribue également à protéger la poitrine...

D'après l’expérience du Dr. Wright, la prise de 12,5 mg d'iode par jour n’entraine aucun effet secondaire, et dans certains cas, les bienfaits de quantités plus élevées peuvent allez au-delà de la thyroïde.

Des recherches convaincantes indiquent que l’iode est tout aussi important pour la santé mammaire, et que l’iode - et non l’iodure - se combine à un lipide pour former des molécules qui tuent les cellules cancéreuses du sein.

« Les seins sont de véritables éponges à iode », explique le Dr. Wright. « Ils n'absorbent pas autant l’iodure, contrairement à la thyroïde. Mais si votre taux d'iode est suffisant, ces molécules sont là, prêtes à tuer toute nouvelle cellule cancéreuse du sein ! »

D'après le Dr. Wright, l'iode est également essentiel pour lutter contre d'autres problèmes mammaires, tels que la maladie fibrokystique du sein, contre laquelle l’iode fonctionne presque systématiquement.

Fait intéressant, pour les cas sévères, il est recommandé de badigeonner l’ensemble du col de l’utérus d’iode.

« Dans les cas graves, vous devez consulter votre médecin. Il pourra effectuer le nettoyage à l’iode, explique le Dr. Wright. « Plus la maladie fibrokystique du sein est sévère, plus le traitement sera long.

Par contre, je peux pratiquement vous proposer d’être « satisfait ou remboursé » ... Parce que je n’aurai jamais besoin de vous rembourser. »

Ceci étant dit, il vaut mieux, pour la plupart des individus, éviter de prendre des doses aussi élevées, à moins qu’elles ne soient utilisées à des fins thérapeutiques, sur une courte période.

Je pense personnellement qu'une supplémentation 10 fois moins élevée, c’est-à-dire de quelques milligrammes, est idéale pour la plupart des gens.

De bonnes sources d'iode

En dehors de la lotion de Lugol, les algues, ou le varech, sont d’excellentes sources d'iode. Le fucus vésiculeux est un exemple d’algue qui est souvent recommandée par les herboristes pour préserver la santé de la thyroïde (Nom latin : Fucus vesiculosus).

Vous la trouverez sous forme de poudre ou de gélules. Vous pouvez l’utiliser pour épicer vos plats si vous le souhaitez, car elle présente une légère saveur salée.

L'inconvénient, c’est que pour atteindre une dose de trois milligrammes, vous devez en prendre au moins deux cuillères à café par jour.

L'autre souci de cette algue est sa possible irradiation par le réacteur de Fukushima, qui a contaminé la majeure partie des algues du Japon. Veillez donc à vérifier l’origine de vos algues.

Essayez de vous en procurer qui proviennent des côtes norvégiennes, ou d'aussi loin du Japon que possible.

Les fabricants n’étiquettent pas encore leurs produits pour indiquer qu’ils sont « non irradiés », vous pouvez donc simplement tester le flacon au moyen d'un compteur Geiger avant de l’acheter.

Le programme du Dr. Wright pour la thyroïde

Le Dr. Wright commence toujours par un examen physique, au cours duquel il cherche des signes potentiels de dysfonctionnement thyroïdien.

Il recherche notamment des symptômes tels qu’une sécheresse cutanée, l’affinement de la partie externe des sourcils, une accumulation discrète de fluide au niveau des chevilles, une constipation, un manque de transpiration, une prise de poids, ou un taux de cholestérol élevé.

Un vieux test, et cependant efficace, consiste à prendre votre température chaque matin et de noter si elle s'approche de 37°C (98,6°F).

Ce test est le résultat des travaux du Dr. Broda Barnes, dans les années 1930 et 1940. Le Dr. Barnes a découvert qu'une température basse était une indication fiable d'une thyroïde sous-active (hypothyroïdie). 

« De nos jours, compte tenu de tout ce qui se passe, je trouve ce test utile pour certaines personnes, mais pas pour toutes », explique le Dr. Wright. « Cependant je le fais faire à tout le monde ».

Quant aux tests de laboratoire, le panel complet pour le dépistage des maladies thyroïdiennes comprend le dosage des hormones stimulatrices de la thyroïde (TSH), de la T4 totale, de la T4 libre, de la T3 totale, de la T3 libre et de la T3 inverse.

Il conseille de ne pas se fier au dosage des TSH comme principal outil de diagnostic, même s'il s'agit de la norme conventionnelle.

Il base ses recommandations sur les recherches du Dr. St John O’Reilly, expert de la thyroïde à l’Université d’Écosse, qui a montré que le dosage des TSH ne correspond pratiquement jamais à l’état clinique du patient.

D'après le Dr. Wright, le taux de TSH n’est un indicateur valable d'hypothyroïdie que lorsqu’il est élevé, soit aux environ de 5 ou 10.

La thyroïdothérapie existe depuis les années 1890, et avant que le dosage des TSH ne devienne la norme et que les gens commencent à se fier d'avantage aux analyses de laboratoire qu’aux signes cliniques, la dose moyenne d’extrait thyroïdien prescrite était presque deux fois plus élevée.

Le Dr. St. John O’Reilly recommande de baser plutôt le diagnostic sur l’examen physique et le taux de T3 libre, ce qui est le protocole suivi par le Dr. Wright sans sa clinique.

Pour compliquer les choses : les maladies thyroïdiennes auto-immunes

Malheureusement, la plupart des personnes qui finissent sous traitement d'hormones thyroïdiennes de remplacement prennent des hormones synthétiques, généralement des T4, couramment prescrites sous les marques Synthroid ou Levothroid.

Les médecins conventionnels les prescrivent presque toujours, et ceux qui ne le font pas sont souvent sévèrement critiqués, et même parfois convoqués par l’ordre des médecins.

Cela m’est d'ailleurs arrivé, alors que je ne les prescrivais pas. Je ne reçois plus de patients, mais j’ai abordé ce sujet dans cette newsletter.

J'ai été convoqué par l’ordre des médecins afin de défendre mon point de vue s'agissant de la prescription d'hormones thyroïdiennes bio-identiques, à la place de Synthroid ou de Lévothroid - alors que mon article était soutenu par une étude spécifique parue dans le New England Journal of Medicine, un magazine très prestigieux.

Le Dr. Wright préfère également les hormones thyroïdiennes de remplacement bio-identiques, et commence généralement par prescrire à ses patients des extraits thyroïdiens issus d'animaux (généralement de vaches, de moutons ou de cochons).

Le rôle de l'intoxication aux métaux lourds

Comme indiqué au début de cet article, un taux élevé de T3 inverse, qui peut augmenter en réaction à une intoxication aux métaux lourds, est une autre cause importante d'hypothyroïdie.

Dans ce genre de cas, le Dr. Wright recommande une détoxification avant de commencer un traitement thyroïdien. Le protocole de détoxification varie en fonction de votre taux de plomb, de cadmium, de mercure et d'autres métaux lourds.

« Certaines personnes parviennent à se débarrasser de ces métaux en 10 ou 15 traitements par chélation. D'autres personnes, en particulier celles qui ont vécu toute leur vie dans de grandes villes, ont besoin de 30 ou 40 chélations pour évacuer tous les métaux lourds », explique-t-il.

« Pour pratiquer ces chélations, vous devez veiller à consulter un médecin qui suit la procédure élaborée par l’American Board of Chelation Therapy (ABCT - Conseil américain de la thérapie par chélation).

La chélation permet d’éliminer les minéraux toxiques. Cependant, personne n'a encore découvert de substance chélatrice capable d’éliminer les métaux toxiques sans éliminer en même temps les métaux normaux - le calcium, le magnésium, le zinc et le cuivre.

Les médecins qui pratiquent la chélation doivent régulièrement réinjecter des minéraux normaux, en fonction des résultats du test de chélation initial.

Le test de chélation initial, en page un, indique les métaux toxiques qui sont éliminés, et ceux qui ne le sont pas. La page deux, qui ne doit jamais être omise, doit toujours être réalisée. Elle indique les minéraux normaux. »

L’élimination des métaux lourds nécessite des soins particuliers

Il s'agit clairement d'un processus que vous ne pouvez pas réaliser seul.

Vous aurez absolument besoin d'un coach santé, d'un médecin de confiance, qui est à même de réaliser ces tests et procédures, et qui peut également prescrire les compléments alimentaires adéquats ainsi que les hormones thyroïdiennes de remplacement, que vous ne pouvez pas vous procurer sans ordonnance.

L’élimination des toxines à base de carbone, telles que les herbicides et les pesticides, peut être favorisée par la transpiration, au cours de séances de sauna.

Le protocole Hubbard va un peu plus loin, et consiste à prendre de la niacine, et à pratiquer des exercices de haute intensité ainsi que des séances de sauna régulières, afin de mobiliser et d’éliminer les toxines.

Malheureusement, le fait de transpirer ne permet pas d'éliminer les métaux toxiques. Il faut pour cela adopter une approche plus agressive, telle que la chélation.

Types de médicaments recommandés pour traiter les problèmes de thyroïde

Une fois le taux de T3 inverses normalisé et tout problème d'auto-immunité réglé, le Dr. Wright propose de prescrire une hormone thyroïdienne de remplacement telle que :

  • Armour thyroid
  • Nature-Throid
  • Westhroid

L’Armour thyroid présente un inconvénient : bien qu’il s'agisse pratiquement d'un générique, il est deux fois plus cher que les deux autres.

Cependant, à moins que le coût soit un facteur majeur, il existe différents types de tests qui permettent de vérifier votre compatibilité, afin de déterminer laquelle de ces hormones est susceptible de vous convenir le mieux.