Une mise en garde de santé publique lancée à l’encontre du dentifrice au fluor

(Vidéo en anglais)
fluor, dentifrice au fluor, fluorose dentaire

En bref -

  • D'après le Centre américain de contrôle et de prévention des maladies (CDC), 40 % des enfants âgés de 3 à 6 ans utilisent des quantités potentiellement dangereuses de dentifrice
  • Le CDD et l’Association dentaire américaine (ADA) recommandent de ne pas utiliser plus de l’équivalent d'un petit pois de dentifrice pour les enfants de cet âge, et les enfants de moins de trois ans ne devraient pas en mettre plus de l’équivalent d'un grain de riz sur leur brosse à dent
  • Les dentifrices au fluor portent une étiquette de mise en garde qui indique que « Si vous avalez accidentellement plus de dentifrice que la quantité utilisée pour vous brosser les dents, consultez immédiatement un médecin ou contactez un centre anti-poison »
  • Si l’on sait qu'avaler du dentifrice peut poser des problèmes, boire de l’eau fluorée est censé être non seulement sans danger, mais également bénéfique pour les dents
  • L’eau fluorée est cependant une source bien plus importante d’exposition au fluor que le dentifrice. Une récente recherche a montré que la prévalence de la fluorose dentaire chez les enfants âgés de 10 à 12 ans dans trois provinces équatoriennes est proche de 90% ; une relation statistique positive a été mise en évidence entre la fluorose dentaire et la consommation de boissons en bouteilles
Taille du texte:

D'après le Centre américain de contrôle et de prévention des maladies (CDC), 40 % des enfants âgés de 3 à 6 ans utilisent des quantités potentiellement dangereuses de dentifrice.

Le CDD et l’Association dentaire américaine (ADA) recommandent de ne pas utiliser plus de l’équivalent d'un petit pois de dentifrice pour les enfants de cet âge, et les enfants de moins de trois ans ne devraient pas en mettre plus de l’équivalent d'un grain de riz sur leur brosse à dent.

Le problème que pose l’utilisation de quantités excessives de dentifrice est lié au fluor qu’il contient. Si vous regardez attentivement, vous constaterez que les dentifrices au fluor portent une étiquette de mise en garde qui indique que « Si vous avalez accidentellement plus de dentifrice que la quantité utilisée pour vous brosser les dents, consultez immédiatement un médecin ou contactez un centre anti-poison. »

L’excès de fluor provoque la fluorose dentaire

Le fait est que le fluor est une substance toxique, qui n'a aucune nécessité biologique connue. Les chercheurs remettent même en question son efficacité comme prophylactique anti-carries topique.

Les caries dentaires sont provoquées par la déminéralisation de vos dents par les acides qui se forment durant la fermentation bactérienne des sucres alimentaires. La déminéralisation est contrée par le dépôt de minéraux contenus dans la salive. Toutefois, le processus de reminéralisation est lent, et le fluor est censé prévenir les caries dentaires en favorisant cette reminéralisation.

Le problème, c’est que vos dents n’ont pas véritablement besoin de fluor pour être reminéralisées. De plus, la recherche a conclu que l’écran protecteur formé par le fluor sur les dents est jusqu’à 100 fois plus fin que ce que l’on pensait jusqu’à présent.

On a longtemps pensé que le fluor modifiait le principal minéral qui compose l’émail dentaire, l’hydroxyapatite, en un matériau plus résistant aux caries, la fluorapatite.

Cependant, les chercheurs ont découvert que la couche de fluorapatite ainsi formée ne fait que 6 nanomètres d’épaisseur - c’est-à-dire qu’elle est environ 10.000 fois plus fine qu’un cheveu humain. Ainsi que le soulignent les auteurs de l’étude, « ...on peut remettre en question le fait que des couches si fines ...puissent réellement agir comme couches protectrices de l’émail. »

Par ailleurs, il a été démontré que le fluor provoque des dommages systémiques significatifs lorsqu'il est ingéré, ce qui est à l’origine du nouvel avertissement lancé par le CDC contre l'utilisation de quantités excessives de dentifrice. Voici ce qu'a rapporté le Chicago Sun Times :

« Utiliser trop de dentifrice pour se brosser les dents risque d’endommager l’émail, car les enfants pourraient avaler trop de fluor alors que leurs dents sont en cours de développement, déclare le CDC. Cela peut provoquer une fluorose dentaire, caractérisée par des taches blanches et une décoloration des dents. »

La fluorose dentaire n’est toutefois que la partie visible de l’iceberg s’agissant des dommages que peut provoquer le fluor.

Il a par exemple été démontré que le fluor est un perturbateur endocrinien qui peut affecter vos os, votre cerveau, votre thyroïde, votre glande pinéale et même votre taux de glycémie. Il est important de souligner également que le fluor est une neurotoxine reconnue, dont il été démontré qu’elle entraine une baisse du QI chez les enfants.

Aux États-Unis, les dents de la majeure partie des enfants sont endommagées par le fluor

D'après la recherche présentée lors de la conférence nationale sur la santé bucco-dentaire d'avril 2017 à Albuquerque, au Nouveau Mexique, 57 % des jeunes âgés de 6 à 19 ans présentent une fluorose dentaire, une affection caractérisée par l'apparition de tâches et par une décoloration progressive de l’émail dentaire.

Lorsque les chercheurs du FAN (Fluoride Action Network - un réseau d'information sur le fluor) ont analysé le même ensemble de données, ils ont découvert que plus de 21 % des adolescents présentaient une fluorose modérée, et 2 % une fluorose sévère.

D'après le FAN, « Les données suggèrent que jusqu'à 24 millions d'adolescents présentent aujourd'hui une forme de fluorose, 8 millions d’entre eux ayant une fluorose modérée, et 840.000 une fluorose sévère. » Etonnamment, la situation continue d’empirer.

D'après les données les plus récentes, qui n’ont pas encore été publiées, le taux de fluorose dentaire aux États-Unis atteindrait aujourd'hui le chiffre stupéfiant de 65 %.

Contraste frappant, lorsque les États-Unis ont instauré la fluoration de l’eau en 1945, il avait été annoncé que 10 % seulement des individus souffriraient de fluorose dentaire légère, aux taux recommandés à l’époque. De toute évidence, cela n'a pas fonctionné.

En 2011, l’inquiétude à propos du nombre croissant de cas de fluorose a poussé le département américain de la santé et des services sociaux à réduire le taux recommandé de fluor dans l’eau potable, qui est passé de 0,7 à 1,2 mg/L à 0,7 mg/L.

Cependant, il a été démontré que même à ce taux, le fluor provoque des effets secondaires tels que baisse du QI, troubles du comportement, changements neurochimiques, hypothyroïdie et trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH) ; si l’exposition a donc été réduite pour un grand nombre, les risques les plus graves n’ont pas disparu.

De plus, une baisse du QI a été observée chez des participants à des études qui présentaient une concentration élevée de fluor dans les urines, alors qu’ils ne souffraient pas de fluorose dentaire, ce qui suggère que les doses de fluor qui affectent les capacités cognitives sont bien plus faibles que celles qui provoquent une fluorose dentaire sévère.

L’eau fluorée est sans doute bien plus inquiétante que l’excès de dentifrice

Malheureusement, les autorités de santé publique considèrent souvent la fluorose comme un problème purement esthétique, et pensent que c’est une contrepartie acceptable aux bienfaits supposés du fluor. En réalité, la fluorose dentaire est le signe extérieur qui montre que le fluor affecte également d'autres aspects de votre santé.

La recherche a par exemple découvert une altération des capacités cognitives chez des enfants atteints de fluorose (y compris de fluorose légère), par rapport à des enfants qui n’en étaient pas atteints.

Les études ont également montré que les enfants atteints de formes plus sévères de fluorose présentent également davantage de caries — une découverte qui suggère que, de toute évidence, « plus, ce n’est pas mieux », même s'agissant de protection contre les caries.

Soulignons que le CDC ignore totalement le rôle que joue l’eau fluorée dans cette épidémie, alors que le dentifrice n’est de loin par la seule source de fluor pour les jeunes enfants, et qu’il n’est sans doute pas non plus la plus importante.

Une étude publiée en janvier 2019 dans le magazine de dentisterie clinique et expérimentale, a montré que la prévalence de fluorose dentaire chez les enfants âgés de 10 à 12 ans, de trois provinces équatoriennes, était de près de 90 %.

D'après les auteurs de l’étude, « Une relation statistique positive ainsi qu’une signification statistique ont été révélées entre la fluorose dentaire et la consommation de boissons en bouteilles. »

Une relation « faiblement négative » entre la fluorose et le brossage des dents avec un dentifrice pour adultes, sans l’aide des parents, suggère que l’eau fluorée (utilisée dans les boissons en bouteilles) est probablement un facteur de risque plus important que l’exposition au dentifrice, même si l’ingestion de dentifrice est également susceptible de jouer un rôle.

Le CDC et les grands médias nient l'évidence

Voici ce qu'a écrit le FAN en réponse à la mise en garde du CDC contre le dentifrice :

« Une série de nouvelles histoires … à propos d’enfants qui avalent trop de dentifrice. Selon Paul Connett, Ph.D., directeur du FAN, ‘Les partisans de la fluoration de l’eau passent à côté du vrai problème.

La fluorose dentaire est le biomarqueur d’une surexposition au fluor et ‘l'arbre qui cache la forêt’, c’est-à-dire les dommages occasionnés par le fluor aux autres tissus.’

Une récente recherche scientifique indique que l’exposition à l’eau fluorée peut ralentir le fonctionnement de la thyroïde,et 350 études publiées indiquent que le fluor peut endommager le cerveau …

S'il est compréhensible que les partisans convaincus de la fluoration de l’eau soient obnubilés par les études qui portent sur les dents, on comprend moins pourquoi les médias ignorent les effets du fluor sur le cerveau.

Le cerveau du fœtus est menacé par diverses toxines environnementales, mais une seule, le fluor, est délibérément ajoutée à notre eau.

Il existe des méthodes plus sûres pour prévenir les caries dentaires, qu’exposer les fœtus à un neurotoxique... Le fait de répéter constamment le dogme selon lequel la fluoration serait « sûre et efficace » ne le rend pas plus exact.

Le fluor n'a aucun rapport avec la protection de votre santé bucco-dentaire

Il est important de comprendre que la solution, pour avoir une bonne hygiène bucco-dentaire et se protéger des caries, n’est pas de boire de l’eau fluorée et de se brosser les dents avec du dentifrice au fluor.

Il est bien plus important de vous préoccuper de votre alimentation et des soins bucco-dentaires élémentaires. Voici un programme en cinq étapes qui peut vous aider à améliorer votre santé bucco-dentaire, sans avoir recours à des agents toxiques tels que le fluor :

1. Réduisez vos apports de glucides nets pour maintenir un taux d'insuline optimal. Je vous suggère de réduire vos apports totaux de glucides nets (c’est-à-dire la quantité totale de glucides, en grammes, moins la quantité de fibres, en grammes) si votre taux d'insuline à jeun est supérieur à 5.

En dehors du sucre, évitez les glucides tels que haricots et légumineuses, et les céréales telles que riz, quinoa et avoine, ainsi que les produits hautement transformés à base de céréales tels que pain, pâtes, céréales, chips, bagels et frites. La digestion de ces aliments commence dans la bouche, et ce sont ceux qui affectent le plus la santé de vos dents.

Limitez votre consommation quotidienne de fructose à 25 grammes maximum. Même le fructose provenant des fruits frais doit être limité, jusqu'à ce que vous ayez normalisé vos taux d'insuline et de leptine.

Si vous souffrez déjà de diabète de type 2 ou de résistance à l’insuline, envisagez de réduire votre apport total de fructose à 15 grammes par jour, jusqu'à ce que vous ayez rétabli votre sensibilité à l’insuline.

Privilégiez une alimentation à base d'aliments frais, entiers, qui comprenne également des viandes bio nourries à l'herbe, et des légumes fermentés. Cela vous garantit de faire le plein de minéraux pour des os et des dents solides. Si nécessaire, envisagez de prendre un ou plusieurs compléments alimentaires pour renforcer votre santé bucco-dentaire.

2. Brossez-vous les dents deux à trois fois par jour, pendant 3 à 6 minutes, après avoir bu et/ou mangé.

3. Utilisez un dentifrice sans fluor, ou fabriquez-le vous-même. Vous pouvez par exemple préparer un mélange simple à base d'huile de coco, de bicarbonate de soude et de sel de l’Himalaya. Vous pouvez y ajouter de l'huile essentielle de menthe poivrée pour le parfumer, et prévenir les caries dentaires.

Commencez par quelques cuillères à soupe d'huile de coco et de bicarbonate de soude, et ajoutez de l’un ou de l’autre jusqu’à obtenir une consistance agréable (une consistance un peu ferme est généralement plus facile à utiliser).

Si vous achetez un dentifrice sans fluor, vérifiez la liste de ses ingrédients et évitez tous les produits nocifs tels que triclosan, laurylsulfate de sodium, propylène glycol, diéthanolamine et parabène.

4. Utilisez quotidiennement un fil dentaire.

5. Pratiquez le « oil pulling » avec de l’huile de coco une fois par jour, idéalement le matin au réveil pendant 5 à 10 minutes, pour réduire le développement des bactéries, renforcer vos dents, réduire la mauvaise haleine et votre risque de maladie parodontale.

Pour protéger les dents, les os et le cerveau de votre enfant, évitez toutes les sources de fluor

Vous trouverez des conseils sur la façon de vous brosser les dents et d’utiliser un fil dentaire correctement, ainsi que sur la pratique du ‘oil pulling’ en lisant l'article « Abnégation dentaire :améliorez votre santé bucco-dentaire. »

Dans la vidéo ci-dessus, Bill Osmunson, dentiste et militant anti-fluor convaincu, évoque également quelques-unes des variables qui contribuent à une bonne hygiène bucco-dentaire (résumées ci-dessus).

Souvenez-vous qu’en évitant les sucres et les aliments transformés, vous empêchez la prolifération des bactéries qui sont les premières responsables des caries dentaires.

Pratiquer ensuite un bon brossage des dents et utiliser un fil dentaire, et faire pratiquer régulièrement un détartrage par un dentiste qui pratique la dentisterie biologique et sans mercure, vous permettra de conserver naturellement des dents et des gencives saines.

De nombreuses substances naturelles, telles que les vitamines C et K2, les Coenzyme Q10 et les sels de Schussler, des remèdes homéopathiques tels que silice, fluorure de calcium (à ne pas confondre avec le fluorure de sodium, que l'on trouve dans le dentifrice), phosphate de calcium et carbonate de calcium, ont également le pouvoir d'améliorer la santé de vos dents et de vos gencives.

Le fluor ne présente vraiment aucun avantage, il ne présente que des risques, qui vont bien au-delà des signes visibles de la fluorose dentaire. Les dommages qu’il provoque dans votre corps et que vous ne pouvez pas voir, sont bien pires.

En plus d’apprendre à vos enfants à manger correctement et à prendre soin de leurs dents, pensez donc également à limiter leur exposition au fluor, quelles qu’en soient les sources.

Cela inclut que ce soit dans le dentifrice et autres produits de soins dentaires, l’eau fluorée, les pesticides fluorés (et donc les aliments contaminés aux pesticides), les boissons en bouteilles tels que les jus de fruits et les thés, les emballages de fast-foods, les casseroles et poêles antiadhésives, les médicaments contenant du fluor, le sel de table fluoré et le poulet désossé mécaniquement.