Remédier aux douleurs lombaires avec la NST

(Vidéo disponible seulement en anglais)
Homme ayant des douleurs lombaires

En bref -

  • La technique d'intégration neuro-structurelle (NST) est une technique puissante qui peut soulager les douleurs musculaires en stimulant les systèmes nerveux autonomes et périphériques
  • L’objectif principal de la NST est d’éliminer la douleur et les affections physiologiques dysfonctionnels en rétablissant l’intégrité structurelle du corps; la NST aide votre corps à se rétablir à plusieurs niveaux, et donc à revenir à et à maintenir des limites homéostatiques au quotidien
  • Environ 80 pour cent de la population mondiale souffrira à un certain moment de sa vie de douleurs lombaires, et les douleurs lombaires sont la principale cause d’invalidité à travers le monde
Taille du texte:

Par le Dr. Michael Nixon-Livy

Aperçu

En cette ère de recherche médicale et scientifique moderne, de nouvelles découvertes sont faites à un rythme accéléré; néanmoins, rien n’apparaît pour mettre fin à l’apparente détérioration de la situation qui accompagne le fait indéniable que ce problème de santé mondial est en augmentation.

Voici quelques éléments d’informations marquants:

Près de 80 pour cent de la population mondiale, des adolescents aux personnes âgées, souffriront de douleurs lombaires — a un moment dans la vie.

Aujourd’hui, 1 personne sur 10 souffre de douleurs lombaires, ce qui en fait la principale cause d’invalidité au monde.

Différentes études réalisées au cours de la dernière décennie confirment que les personnes qui souffrent de douleurs lombaires déclarent que leur affection a des répercussions négatives sur leur travail, leurs tâches quotidiennes, leur régime d’activité physique, le sommeil, les activités sociales, l’état émotionnel et en définitive la qualité de vie.

D’après les éditeurs d’une série d’articles dans le prestigieux journal médical The Lancet: Les douleurs lombaires touchent, selon les estimations, 540 millions de personnes à travers le monde, et la plupart d’entre elles sont traitées de manière incompatible avec les directives de traitement axées sur les meilleures pratiques.

Au final, 1 personne sur 10 souffrant de douleurs lombaires découvre la cause principale de son trouble tandis qu’une proportion vertigineuse de 90 pour cent demeure complètement dans l'ignorance quant à sa cause et son origine.

Observations supplémentaires

Voici d’autres observations d’Hartvigsen et de ses collègues:

Le fléau mondial des douleurs lombaires va probablement augmenter au cours des prochaines décennies, en particulier au sein des pays à revenu faible ou intermédiaire.

Les coûts liés à l’incapacité au travail et aux soins de santé imputés aux douleurs lombaires différaient significativement à travers le monde.

De faibles niveaux d’activité physique, l’obésité et le tabac ont été associés aux douleurs lombaires.

La plupart des gens souffrant de cette affection n’étaient pas capable de localiser la source nociceptive exacte de leur douleur.

Les douleurs lombaires constituaient une «pathologie complexe» présentant des facteurs biophysiques, des comorbidités, des mécanismes de traitement de la douleur, ainsi que des facteurs psychologiques et sociaux aux douleurs et incapacités associées.

La plupart des épisodes de douleurs lombaires ne duraient pas longtemps et ne laissent pas un effet durable; toutefois, les épisodes périodiques sont fréquents et les douleurs lombaires sont «de plus en plus considérées» comme une affection de longue durée avec une «évolution variable» contrairement aux évènements isolés.

Les incapacités dues aux douleurs lombaires survenaient la plupart du temps au sein des groupes d’âge actif.

Les douleurs lombaires ont occasionné 60,1 millions d’années de vie ajustées d’incapacité en 2015, une augmentation de 54 pour cent depuis 1990, les augmentations les plus importantes ayant eu lieu au sein des pays à revenus faibles et intermédiaires.

Remédier aux douleurs lombaires avec la NST

Si l’on tient compte des éléments précédents, il est aisé de comprendre que remédier aux douleurs lombaires de manière convaincante constitue potentiellement une tâche difficile qui présente de nombreuses permutations, en fonction de la personne et se niveau de douleurs lombaires, pouvant nécessiter une action particulière ou une approche multifactorielle.

douleurs lombaires

Le système avant le symptôme

L’une des idées reçues les plus classiques et fréquentes que j’ai entendu aussi bien les patients que différents professionnels de la santé exprimer ces 30 dernières années est que les douleurs lombaires trouvent leur origine et leur source au sein de la région lombaire en elle-même.

Lorsqu’un patient se présente à mon cabinet avec une IRM (imagerie par résonance magnétique) de sa colonne lombaire qui montre un disque bombé comprimant un nerf voisin, nous sommes bien sûr obligés de convenir que cela a à voir avec sa douleur.

Ce qu’attend le patient de moi est alors de traiter là où le problème paraît évident, ce qui est une attitude tout à fait raisonnable.

Mais sauf lorsque les douleurs lombaires ont été causées par une blessure due à un impact direct, j’ai découvert dans des milliers de cas que le trouble en lui-même et son emplacement sont plus une «expression finale» ou une «manifestation» découlant de déséquilibres systématiques qui sont en place depuis plus longtemps que les douleurs lombaires elles-mêmes.

Les déséquilibres systématiques peuvent aller d’un état aigu à chronique, jusqu’à être de nature dégénérative. Ils sont «systématiques» pour deux raisons.

  • Premièrement, parce que les déséquilibres coexistent et fonctionnent de manière codépendante entre plusieurs systèmes. Les systèmes neuromusculaire, aponévrotique, viscérale et endocrinien et même le cerveau lui-même peuvent tous participer au schéma unique qui aboutit finalement aux douleurs lombaires.
  • Deuxièmement, les déséquilibres sont dit "systématiques" car ils interfèrent avec la capacité autorégulatrice sur laquelle l’organisme humain s'apprit pour fonctionner de manière optimale et ne pas subir la douleur.

Au niveau structurel en lui-même, cette relation se caractérise par la relation rythmique synchrone perpétuelle entre le diaphragme, la ceinture pelvienne, la colonne vertébrale et le crâne. Lorsqu’elle est perdue, un dysfonctionnement commence à s’installer, puis la douleur.

En conséquence, des ajustements réalisés sur la colonne lombaire elle-même pour atténuer les douleurs lombaires peuvent apporter un soulagement temporaire mais pas un rétablissement à long terme, tout simplement parce que le centre de gravité du corps, «le sacrum», dépend de la superstructure du corps, «le crâne», et son cortège de composants auxiliaires (notamment l’articulation temporo-mandibulaire) pour conserver un équilibre dynamique. Et cela s’applique réciproquement.

C’est seulement lorsque les articulations temporo-mandibulaires sont rectifiées et stabilisées que l’on peut espérer avoir une intégration crâno-atlas-cervicale de la colonne, et par conséquent, une bonne intégration lombo-sacro-pelvienne.

C’est seulement à ce moment-là que les relations neuro-musculo-squelettiques entre le diaphragme, la ceinture pelvienne, la colonne vertébrale et le crâne peuvent être rétablies.

Dès lors, les tensions et pressions chroniques intervenant autour et sur la colonne vertébrale elle-même seront atténuées.

Afin de remédier au scénario particulier décrit ci-dessus, une session de NST d’une durée d’environ 30 à 45 minutes inclurait au strict minimum, des ajustements au niveau des lombaires, de la colonne thoracique et cervicale, du sacrum, du diaphragme, des épaules et de l’articulation temporo-mandibulaire.

Cette approche permet de s’assurer que l’intégration systématique soit rétablie avec les douleurs lombaires en perspective. Mais il s’agit juste d’un seul exemple simple pour observer et remédier aux douleurs lombaires de manière systématique.

L’état de tension chronique d’un muscle ischio-jambier est un autre exemple au cours duquel système subit des effets d’une source située en dehors de la zone des douleurs lombaires.

La cause de la tension du muscle ischio-jambier pourrait avoir été structurellement provoquée par le fait de trop rester en position assise, mais elle pourrait aussi avoir été introduite par l’un des réflexes viscéro-somatiques qui existent entre le gros intestin et les muscles ischio-jambiers.

Imaginons que notre patient présentant des douleurs lombaires a de mauvaises habitudes alimentaires depuis quelques temps et est chroniquement constipé.

Il mange beaucoup d’aliments transformés et raffiné et mange beaucoup de viande. Il va aux selles une ou deux fois par semaine ou peut-être moins.

trouble viscéral
Un trouble viscéral peut rapidement causer des muscles tendus et des douleurs lombaires

Choisir les méthodes

Il est toujours légitime de découvrir ce que le patient fait ou fait au quotidien qui pourrait avoir contribué à cet ensemble de compromissions au sein de l’organisme.

Le patient reste-t-il assis durant de longues heures alors lorsqu’il travaille sur un ordinateur ?

Cela peut de toute évidence aboutir à une situation où une mauvaise posture se combine à différents facteurs de stress, comme des facteurs visuels et émotionnels, pour prédisposer le patient à des problèmes de crispations, de grincements et de perturbations de l’articulation temporo-mandibulaire.

L’alimentation et l’hydratation jouent évidemment des rôles important dans ce contexte puisqu’un niveau important de dépendance au sucre liée au stress élevé peut par exemple générer davantage d’irritations aux viscères, aux nerfs et des émotions entrainant des prédispositions supplémentaires aux problèmes de crispations, de grincements et de troubles temporo-mandibulaires.

Triangle de la santé

Rétablir l’intégration systématique pour éliminer les douleurs lombaires

La NST utilise une approche multidimensionnelle à chaque séance qui suit un modèle particulier appelé l’approche Tronc-Extrémités-Tronc où des méthodes particulières sont utilisées afin d’instaurer non seulement une intégration dynamique de la ceinture pelvienne, de la colonne vertébrale et du crâne de manière unitaire, mais aussi de soulager effectivement les parties du corps particulières si besoin.

Le noyau — Inclut des ajustements pour les colonnes lombaires, thoraciques et cervicales, le sacrum et le diaphragme.

Cet ensemble d’ajustements est appelé le «noyau de base» et correspond au minimum dont tout patient bénéficierait quelques soit les symptômes apparents. Les seuls ajustements du noyau de base peuvent générer d’excellents résultats.

Les extrémités — Inclut les ajustements pour les extrémités supérieures et inférieures qui sont ajoutées aux ajustements du noyau de base tels que nécessaires afin de détailler la séance pour des symptômes apparents particuliers dans les hanches, les genoux, les chevilles, les pieds, les épaules, les coudes, les poignets et les mains.

Super noyau — Inclut les ajustements pour le coccyx, la ceinture pelvienne, les articulations temporo-mandibulaires joints, l’atlas et le crâne.

Cet ensemble d’ajustements forme ce qui est appelé en NST les ajustements du «super noyau» et offre non seulement un meilleur déblocage et intégration du système occipito-pelvien et du corps dans son ensemble, mais offre finalement une durabilité des ajustements pour les patients.

macro noyau

Il est essentiel de réguler la tension musculaire

S’il y’a bien un principe essentiel autour duquel s’articule la NST et expliquant comment et pourquoi elle fonctionne si simplement mais de manière si approfondie, c’est l’élimination de «configurations tensionnelles» ‘macro et micro’ musculaires et aponévrotiques à travers le corps.

Par conséquent, l’objectif est de maximiser la «tenségrité» !

modèle simple de tenségrité
Ce modèle simple de tenségrité montre que si les câbles (les muscles) sont équilibrés, les barreaux oranges (les os) suivront et par conséquent la fonction nerveuse et la physiologie sont optimisées
Mauvaise tenségrité

Mauvaise tenségrité = douleurs et dysfonctionnement

Bonne tenségrité

Bonne tenségrité = physiologie et santé robuste

Bien qu’à première vue il peut sembler compliqué d'appréhender le déblocage d’une telle configuration musculaire, le travail est grandement facilité en suivant les séquences simples de libération de la tension qui concerne toute partie du corps sous tension.

Les séquences sont éprouvées, ayant permis à des millions et des millions de personnes de plus de 25 ans en particulier d’atténuer leurs douleurs lombaires et tout un ensemble d’affections différentes.

Par exemple, les libérations bilatérales de la tension pour la colonne lombaire s’élèvent à neuf au total, et bien que cela soit très simple, représentent peut être l’ensemble de libération de la tension le plus compliqué.

Mouvements-PRI de la colonne lombaire

Mouvements-PRI de la colonne lombaire

Mouvements-PRI de la colonne thoracique

Mouvements-PRI de la colonne thoracique

Mouvements-PRI de la colonne cervicale

Mouvements-PRI de la colonne cervicale

Le mouvement-PRI de la NST

Le mouvement-PRI correspond à chaque libération de tension réalisée au cours de la NST qui partagent chacune la même formule commune d’étirement de la peau et d’aponévrose sur une structure sous-jacente désignée (muscle, nerf, tendon ligament).

Cela touche cette structure avec une contre-pression, puis traversant la structure, ce qui a pour effet de la gonfler ou de la faire changer en réaction.

La réaction provoque une «impulsion de décharge» dans la structure sur laquelle elle est appliquée ainsi que sur d’autres structures plus éloignées également, donnant lieu au nom du mouvement-PRI, qui signifie simplement mouvement d’Impulsion continue Proprioceptif.

Les signes de tension musculaire

Un grand nombre de patients qui souffrent de douleurs lombaires vont également avoir d’autres problèmes myofasciaux et musculosquelettiques qui semblent ne pas être reliés, mais qui sont en réalité des signes révélateurs que tout ne se passe pas bien au sein du système tensionnel.

Voici ci-après, une liste de symptômes que déclarent avoir les personnes souffrant de douleurs lombaires, mais qui ne sont pas liés à leurs douleurs lombaires:

Des courbatures, maux et douleurs d’ordre général

Des douleurs lorsque l’on se penche ou l’on se tourne

Des douleurs ou des courbatures lors de la marche

De la douleur lorsque l’on passe en position assise, debout, couchée

Un manque d’énergie, de la fatigue ou de la pesanteur

Une dépression et de la léthargie

De l’irritabilité et de la négativité

Des maux de tête

Des pensées embrumées et des troubles de la mémoire

Des problèmes intestinaux et de vessie

Des difficultés à respirer

Trouble du sommeil

Une faible libido

Les résultats obtenus avec la NST

Les résultats obtenus en utilisant la NST en pratique clinique générale sont vraiment remarquables et peuvent être classés comme suit:

  • 85 pour cent des patients auront besoin d’une à trois séances pour expérimenter un rétablissement
  • 10 pour cent des patients auront besoin d’une à trois séances pour expérimenter un rétablissement
  • 5% des patients auront besoin de séances régulières de sept à 14 jours d’intervalles pour être épargné par la douleur

À propos de l’auteur

nixon livy

Le Dr. Michael Nixon-Livy est le Directeur Général de www.nsthealth.com et ostéopathe pratiquant la NST et psychothérapeute spécialisé en médecine intégrative naturelle pour un soulagement de la douleur et une santé durable. Il est basé en Australie et parcours chaque année le monde pour enseigner donner des conférences.