Les chiropracteurs, une aide précieuse contre le mal de dos

chiropracteur travaillant sur le dos d’un patient

En bref -

  • Votre colonne lombaire est une structure complexe de nerfs interconnectés, de muscles, de tendons, de ligaments et d’os, œuvrant de concert pour soutenir votre tronc
  • Près de 80 pour cent des gens à travers le monde souffriront de mal de dos au cours de leur vie; une nouvelle étude montre qu’inclure la chiropraxie dans votre approche peut réduire la douleur et l’infirmité
  • Les douleurs lombaires, l’une des principales raisons pour les ordonnances d’opioïdes, peuvent potentiellement être évitées par une bonne mécanique corporelle et une bonne posture, réduisant le stress exercé sur les muscles et les articulations
  • Parmi les autres alternatives naturelles au traitement de la douleur, on compte la réduction ou l’élimination des céréales et du sucre, la maximisation des taux de vitamine D, les Techniques de Libération Émotionnelle et l’adjonction de compléments tels que l’astaxanthine, le boswellia et le curcumin
Taille du texte:

Dr. Mercola

Votre colonne lombaire, ou bas du dos, est une structure complexe de ligaments interconnectés, de muscles, d'articulations, et de nerfs œuvrant de concert pour soutenir votre tronc et offrir force et flexibilité.

Toutefois, le bas de votre dos est aussi vulnérable aux blessures et à la douleur, en fonction de la manière dont on l'utilise et on le protège.

Les lésions mécaniques et des tissus mous constituent certaines des causes les plus fréquentes des douleurs lombaires pouvant toucher les disques intervertébraux, les racines nerveuses et les articulations vertébrales.

Les douleurs lombaires sont un problème fréquent à travers le monde2 et une des principales causes d'infirmité. Bien que plusieurs facteurs ont été identifiés, dans la plupart des cas, l'élément déclencheur reste obscure et un diagnostic difficile à effectuer.

Les douleurs lombaires ont un poids social, psychologique et économique énorme sur la collectivité et toucheraient, d'après les estimations jusqu'à 20 pour cent des personnes adultes au cours d'une même année. 

On estime que près de 80 pour cent de la population connaîtra au moins un épisode de douleurs lombaires au cours de la vie.

Ajouter des soins chiropratiques peut réduire

Une étude qui comprenait des soins chiropratiques comme approche d'une équipe multidisciplinaire à l'encontre des douleurs lombaires au sein de deux importants hôpitaux militaires a révélé une réduction de l'inconfort et de l'infirmité plus importante qu'avec des soins médicaux classiques.

Les chercheurs ont examiné 750 militaires en service actif suivant un traitement pour des douleurs lombaires. Tous recevaient une physiothérapie et/ou des médicaments pour soulager la douleur et l'inflammation.

Les chercheurs ont indiqué que les douleurs lombaires représentaient un coût de traitement direct et indirect supérieur à 234 milliards de dollars en 2010.

De manière intéressante, les participants pour lesquels les soins d'un chiropracteur avaient été prescrits ont seulement reçu entre deux et cinq soins en moyenne au cours de la période de six semaines de l'étude, mais ont ressenti un soulagement plus important que ceux n'en ayant pas reçu.

Certains patients ont rapporté des effets indésirables lorsque des soins chiropratiques leur ont été dispensés, la plupart desquels ayant été décrits comme des raideurs articulaires et musculaires.

Les personnes qui n'ont pas reçu de soins chiropratiques ont également rapporté des effets indésirables, notamment trois d'entre elles ayant ressenti les effets secondaires d'un médicament et quatre d'entre eux ayant rapport des effets indésirables du fait des injections épidurales.

Les résultats de l'étude suggèrent que disposer des soins chiropratiques peut améliorer la situation chez ceux qui souffraient de douleurs lombaires en réduisant les douleurs et en améliorant la fonction.

Le docteur Daniel Cherkin, docteur du Kaiser Permanente Washington Health Research Institute, a écrit un éditorial associé, au sein duquel il a déclaré :

« Tous ces traitements présentent des risques d'inconvénients moins élevés que les médicaments, les injections et la chirurgie.

Du fait qu'il n'ait pas été possible de prévoir quels patients vont le plus bénéficier d'un traitement spécifique, essayer plusieurs de ces traitements alternatifs pour en trouver un qui fonctionne est une stratégie judicieuse. »

Les douleurs lombaires sont l'une des principales causes des prescriptions d'opioïdes

En réponse à une épidémie croissante d'opioïdes alimentée par la prescription d'analgésiques, les recommandations diffusées début 2017 par l'American College of Physicians préconisaient la manipulation vertébrale et d'autres traitements non-médicamenteux.

Une autre option pouvant être la thérapie de première intention pour les douleurs lombaires aiguës et chroniques. 

Près d'1 visite sur 10 relative à des soins primaires concerne les douleurs lombaires, et les médecins prescrivent de plus en plus de scanners dispendieux et d'analgésiques narcotiques.

Des chercheurs du Beth Israel Deaconess Medical Center de Boston ont examiné les dossiers de traitement des patients provenant de près de 24,000 visites en cabinet liées à un simple mal de dos entre 1999 et 2010.

Les résultats publiés ont révélé que les médecins ont de plus en plus prescrit des narcotiques opioïdes, avec une augmentation de 19 à 29 pour cent. Au cours de la même période, les recommandations d'anti-douleurs en vente libre ont diminué de 37 à 25 pour cent.

De leur propre aveu, les médecins participants qualifient le sur-traitement à destination de leurs patients de « fréquent » et que 22 pour cent des médicaments sur ordonnance, 24 pour cent des tests et 11 pour cent des procédures étaient inutilement prescrites.

Et cela malgré des années d'insistance de la part du secteur de la santé pour maîtriser les coûts en éliminant les procédures inutiles.

La raison la plus fréquente citée pour le sur-traitement était la peur de l'erreur médicale et la pression des patients.

La plupart des cas de mal de dos sont mécaniques ou non-organiques, ce qui signifie que la douleur n'est pas causée par des affections graves telles que l'arthrite inflammatoire, les infections ou les fractures. 

Ce type de douleurs s'arrange généralement en trois mois avec une activité physique modérée, une bonne mécanique corporelle et des choix de mode de vie limitant les inflammations.

Les prescriptions d'analgésiques opioïdes peuvent commencer avec des douleurs lombaires, mais au cours d'une étude menée par CNN et des chercheurs d'Harvard, les résultats ont révélé qu'en 2014 et 2015 des centaines de médecins ont reçu plus de 25,000 dollars chacun de la part de fabricants d'opioïdes pour la prescription de médicaments. 

Ceux qui prescrivaient le plus d'opioïdes recevaient les versements les plus importants. Au cours de ces deux années, au moins un médecin a reçu plus d'1 million de dollars.

Les douleurs lombaires sont liées à la manière dont vous employez votre dos

Bien que des recommandations de l'American College of Physicians concernant le traitement du mal de dos ont été récemment diffusées, dans un commentaire sur la recherche du Beth Israel Deaconess, le Dr. Donald Casey observe que les recommandations sur le traitement du mal de dos étaient auparavant contradictoires.

La conjonction entre le long délai d'adoption des recommandations et les systèmes de pot-de-vin des fabricants pourrait signifier que vous êtes davantage tenu de détourner votre professionnel de santé des analgésiques narcotiques et d'éviter une addiction potentiellement mortelle et destructrice.

En réduisant les douleurs lombaires, les soins chiropratiques peuvent avoir un effet important sur la crise des opioïdes.

Un grand nombre de chiropracteurs sont aptes à évaluer la manière dont vous utilisez votre dos en analysant votre posture lorsque vous êtes assis, debout ou que vous marchez, ainsi que par un examen physique approfondi.

Les recommandations incluront souvent des exercices d'intensité modérée et des étirements, ainsi que l'amélioration de l'usage mécanique et de la posture de vos muscles du tronc.

Alternatives naturelles aux analgésiques sur ordonnance

Il existe un grand nombre de méthodes différentes pour permettre de réduire les réactions inflammatoires dans votre corps. Lorsqu'elles fonctionnent ensemble, vous ressentez des bienfaits plus importants.

Lorsque vous incorporez des soins chiropratiques à ces stratégies vous réduisez votre temps de récupération et l'éventualité d'avoir besoin d'un médicament anti-douleur délivré sur ordonnance.

Je conseille fortement d'épuiser toutes les autres options avant de recourir à un anti-douleur narcotique. Les risques associés à ces médicaments sont importants et l'addiction une préoccupation très réelle.

Un grand nombre des solutions suivantes fonctionnent mieux de concert les unes avec les autres pour réduire l'inflammation et la douleur.

Posture — Marchez et tenez-vous assis et debout avec une bonne posture, en gardant votre poids équilibré, vos muscles du tronc impliqués, une légère courbe au niveau de vos lombaires, vos épaules en arrière et votre tête en équilibre au-dessus de vos épaules comme s'il existait un fil attaché à votre tête tirant vers le ciel.

Ne soyez pas voûté lorsque vous êtes debout ou assis. Rappelez-vous de garder vos épaules en arrière, vos muscles du tronc impliqués et vos pieds bien au sol lorsque vous vous asseyez.

Ne vous asseyez pas avec une jambe coincée sous l'autre car ceci raccourcit vos muscles au niveau du bas du dos et augmente vos risques d'inconfort et de douleur. Portez des chaussures confortables à petits talons afin de réduire la tension sur votre ceinture lombaire.

Souplesse — Étirez-vous toujours avant toute activité physique intense. Il serait judicieux de prendre part à un programme d'étirements réguliers pour s'assurer d'être souple et réduire la tension sur les muscles, tendons et articulations environnantes.

Maintien — Utilisez un bon support lombaire dans les chaises ou les véhicules, qui améliore votre évaluation subjective du confort et réduit l'aplatissement de la courbure lombaire.

Positions — Changez de position assise au moins toutes les 10 minutes pour soulager la tension; levez-vous et étirez doucement vos muscles. Restez assis de manière chronique est un facteur de risque de mauvaise santé et de douleur.

Pour plus d'informations veuillez consulter mon article précédent, "Principes de Posture Naturelle pour la Santé et le Soulagement des Douleurs."

Soulevez correctement les objets — Lorsque vous soulevez quelque chose de lourd, ne penchez pas trop votre dos, mais penchez plutôt vos genoux tout en gardant votre dos droit et votre région lombaire soutenue en mobilisant vos muscles du tronc.

Faites du sport — Faites au moins 30 minutes de sport par jour. Cela améliore la circulation vers vos muscles et vos tendons, permet de les renforcer et régule votre poids.

Alternatives naturelles aux analgésiques sur ordonnance

Il existe un grand nombre de méthodes différentes pour permettre de réduire les réactions inflammatoires dans votre corps. Lorsqu'elles fonctionnent ensemble, vous ressentez des bienfaits plus importants.

Lorsque vous incorporez des soins chiropratiques à ces stratégies vous réduisez votre temps de récupération et l'éventualité d'avoir besoin d'un médicament anti-douleur délivré sur ordonnance.

Je conseille fortement d'épuiser toutes les autres options avant de recourir à une anti-douleur narcotique. Les risques associés à ces médicaments sont importants et l'addiction une préoccupation très réelle.

Un grand nombre des solutions suivantes fonctionnent mieux de concert les unes avec les autres pour réduire l'inflammation et la douleur.

Éliminez ou diminuez radicalement la plupart des céréales et des sucres de votre alimentation — Éviter les céréales et les sucres fera diminuer votre taux d'insuline et de leptine ainsi que la résistance à l'insuline et à la leptine, qui est l'une des principales raisons de la production des prostaglandines inflammatoires.

C'est la raison pour laquelle il est si important de stopper la consommation de sucre et de sucreries pour contrôler la douleur et d'autres types de maladies chroniques.

Prenez des acides gras oméga-3 d'origine animale de bonne qualité — Les acides gras oméga-3 sont les précurseurs de médiateurs d'inflammation que l'on appelle les prostaglandines (D'ailleurs, les analgésiques anti-inflammatoires fonctionnent en manipulant les prostaglandines.)

Optimisez votre taux de vitamine D — Obtenez une exposition régulière et raisonnable au soleil, qui activera un ensemble de mécanismes différents pour réduire la douleur, notamment pour maintenir vos os et vos muscles puissants. Faites contrôler votre taux de vitamine D deux fois par an. On estime actuellement que le niveau idéal pour la santé et la prévention des maladies se situe entre 60 et 80 ng/mL.

Les Techniques de Libération Émotionnelle (EFT) et corps-esprit — Les Techniques de Libération Émotionnelle (EFT) constituent une approche non-médicamenteuse de la gestion des douleurs de tout type.

Elles tirent parti des principes de l'acupuncture tout en aidant à équilibrer votre délicat système énergétique, permettant de remédier aux émotions négatives sous-jacentes, souvent inconscientes pouvant aggraver vos douleurs physiques.

En stimulant (par des tapotements) du bout des doigts des points d'acupuncture bien établis, vous rééquilibrez votre système énergétique, ce qui tend à dissiper la douleur.

Des méthodes telles que le yoga, le Foundation training, l'acupuncture, l'activité physique, la méditation, les compresses chaudes et froides, et les techniques corps-esprit peuvent également donner des résultats en termes de soulagement de la douleur, sans aucun médicament.

Thérapie Laser de Classe 4 par K-Laser — Si vous souffrez d'une blessure, d'arthrite ou de toute autre douleur d'origine inflammatoire, je vous encourage fortement d'essayer la thérapie K-Laser. Cela peut être un excellent choix pour soulager de nombreuses affections douloureuses, y compris les blessures graves. En traitant les causes sous-jacentes de la douleur, vous n'aurez plus besoin d'antalgiques.

Le traitement par K-laser est une thérapie par laser infrarouge de classe 4 qui contribue à réduire la douleur, l'inflammation, et à améliorer la guérison des tissus - tant les tissus durs que mous, notamment les muscles, les ligaments, et les os.

La longueur d'onde infrarouge utilisée dans le K-Laser cible des parties spécifiques de votre corps et peut pénétrer profondément dans l'organisme pour atteindre des endroits tels que la colonne vertébrale ou la hanche.

Pour plus d'informations à propos de cette technologie révolutionnaire, et sur la manière dont elle peut permettre de soigner les douleurs chroniques, veuillez écouter mon entretien antérieur avec Dr. Phil Harrington.

L'acupuncture — Ce traitement est efficace pour un grand nombre de douleurs. La recherche a démontré un effet « clair et net » de l'acupuncture dans le traitement des douleurs dorsales, cervicales et des épaules, de l'ostéoarthrite, et des maux de tête.

Physiothérapie et massothérapie — Vous pouvez constater des résultats positifs aussi bons que la chirurgie pour des affections douloureuses telles que le déchirement du cartilage et l'arthrite avec

L'Astaxanthine — L'astaxanthine est l'un des antioxydants liposolubles les plus efficaces connus. Il a des propriétés anti-inflammatoires très puissantes et est très souvent bien plus efficace que les médicaments anti-inflammatoires. Des doses plus élevées sont généralement nécessaires et il peut falloir 8 milligrammes ou plus par jour pour bénéficier de ses bienfaits.

Le gingembre — Cette épice possède une puissante action anti-inflammatoire, soulage la douleur et a un effet apaisant sur l'estomac. Le gingembre frais fonctionne bien, infusé dans de l'eau bouillante comme du thé, ou râpé dans un jus de légumes.

Le curcuma — Au cours d'une étude sur les patients souffrant d'arthrose, les personnes qui ajoutaient 200 milligrammes de curcuma par jour à leur programme de traitement plan présentaient une réduction des douleurs et une mobilité accrue. 

Une étude antérieure a également révélé qu'un extrait de curcuma composé de curcuminoïdes bloquait les voies inflammatoires, prévenant de manière efficace la surproduction d'une protéine déclenchant le gonflement et la douleur.

La Boswellia — Également appelée boswelline ou «Encens indien», cette plante contient des substances anti-inflammatoires actives spécifiques.

La Bromélaïne — Cette enzyme, que l'on trouve dans les ananas, est un anti-inflammatoire naturel. On peut en consommer sous forme de supplément, mais manger des ananas frais, notamment les variétés riches en bromélaïne, peut également être bénéfique.

Le myristoléate de cétyle (CMO) — Cette huile, que l'on retrouve dans le poisson et le beurre laitier, agit comme un «lubrifiant conjoint» et un anti-inflammatoire.

Huiles d'onagre, de cassis et de bourrache — Elles contiennent les acides gras essentiels gamma-linoléique (GLA), qui sont utiles dans le traitement de la douleur de l'arthrite.

La crème de Cayenne — Également appelée crème de capsaïcine, cette épice est obtenue à partir de piments forts déshydratés. Elle atténue la douleur en épuisant la réserve de substance P de l'organisme, un composant des cellules nerveuses qui transmet les signaux de douleur à votre cerveau.