Maladies contre lesquelles il est prouvé qu’un régime cétogène peut-être efficace

cellules cancéreuses

En bref -

  • L’obésité, les maladies cardiovasculaires, la maladie d’Alzheimer et le cancer ont un point commun - ces maladies ont toutes pour origine la résistance à l'insuline et à la leptine
  • Adopter une alimentation riche en bonnes graisses et pauvre en glucides vous permet d'atteindre la cétose nutritionnelle, un état métabolique dans lequel votre organisme utilise des graisses plutôt que du glucose comme principale source de carburant
  • Maintenir un état de cétose nutritionnelle peut être efficace pour lutter contre des maladies telles que l’obésité, le diabète, le cancer, l’épilepsie, les maladies d’Alzheimer et de Parkinson, la SLA, la SEP, l'autisme, les migraines, les lésions cérébrales traumatiques, le syndrome des ovaires polykystiques, et bien d'autres affections
Taille du texte:

Dr. Mercola

L’obésité ainsi que d'autres principales causes de mortalité, telles que le diabète, les maladies cardiovasculaires, la maladie d’Alzheimer et le cancer, ont un point commun - ces maladies ont toutes pour origine la résistance à l'insuline et à la leptine.

En d'autres termes, le problème sous-jacent est une dysfonction métabolique qui se développe en raison d'une consommation excessive de glucides nets (glucides totaux moins les fibres) et/ou de protéines.

Les principaux coupables sont les sucres présents dans les aliments transformés et les céréales, dont l'alimentation standard des américains regorge.

Lorsque vous développez une résistance à l’insuline et à la leptine, cela déclenche une cascade biochimique qui pousse non seulement votre organisme à retenir cette graisse, mais qui engendre également une inflammation et des dommages cellulaires.

En bref, en optimisant votre fonction métabolique et mitochondriale, vous vous engagez clairement sur la voie d'une meilleure santé. Comment faire pour corriger ces déséquilibres métaboliques ?

La clé est votre alimentation. Les heures auxquelles vous prenez vos repas peuvent également jouer un rôle important.

La cétose nutritionnelle pourrait être la clé d'une santé optimale

En adoptant une alimentation riche en bonnes graisses, pauvre en glucides et pauvre à modérée en protéines, vous entrez dans ce que l'on appelle la cétose nutritionnelle: un état dans lequel votre organisme utilise des graisses comme principale source de carburant, plutôt que du glucose (du sucre).

Des recherches de plus en plus nombreuses suggèrent que la cétose nutritionnelle est la réponse à une longue liste de problèmes de santé, à commencer par l’obésité.

De nouvelles preuves scientifiques indiquent d'ailleurs qu’une alimentation riche en graisses, pauvre en glucides nets et pauvre à modérée en protéines (en d'autres termes, une alimentation qui vous maintient en état de cétose nutritionnelle), est idéale pour la plupart des individus.

Certains athlètes de sports d’endurance se détournent même des méthodes conventionnelles basées sur les glucides et adoptent ce type d'alimentation, car elle booste leur résistance et leur endurance physique.

Au-delà du traitement de la résistance à l’insuline et du diabète de type 2, la cétose nutritionnelle offre de nombreuses autres applications, notamment comme traitement des crises d’épilepsie, en particulier pour les enfants qui ne réagissent pas aux médicaments, et de troubles neurologiques tels que la maladie d’Alzheimer ou la maladie de Parkinson.

Le cancer est un autre domaine dans lequel le régime cétogène se révèle très prometteur.

Lorsque vous parvenez à utiliser les graisses au lieu du sucre, comme principale source de carburant, vous en tirez également d'autres avantages, notamment une diminution de la faim ainsi qu’une réduction radicale des envies de nourriture.

Devenir un bon ‘brûleur de graisse’ peut également prolonger votre espérance de vie. Les chercheurs ont identifié environ une douzaine de gènes associés à la longévité.

Prévenir cette dégradation peut contribuer à préserver votre masse musculaire.

Les BCAA offrent également d'autres bienfaits : De nombreuses études menées sur des modèles animaux d’âge moyen ont montré que les BCAA augmentaient la masse musculaire et la biogénèse des mitochondries cardiaques (la création de nouvelles mitochondries), améliorant ainsi à la fois leur santé et leur espérance de vie.

Les cétones - un carburant sain et propre

La principale raison pour laquelle de si nombreuses personnes sont aujourd'hui en surpoids et/ou en mauvaise santé, c’est que l’alimentation occidentale est beaucoup trop riche en glucides non-fibreux.

Ces glucides non-fibreux servent de principal carburant, ce qui inhibe la capacité de l’organisme à accéder aux graisses corporelles et à les brûler.

Les bonnes graisses sont un bien meilleur carburant, qui sont exploitées beaucoup plus efficacement que les glucides.

Lorsque vous brûlez principalement des graisses comme carburant, votre quotient respiratoire (la quantité d'oxygène dont vous avez besoin) diminue généralement, ce qui montre que votre métabolisme est plus efficace.

Comment atteindre l’état de cétose nutritionnelle

La façon la plus efficace d’habituer votre organisme à utiliser les graisses comme source de carburant est d'éliminer la plupart des sucres et des amidons de votre alimentation, et cela vaut pour tout le monde, que vous soyez athlète de haut niveau ou diabétique et sédentaire.

Il faut dans le même temps remplacer ces glucides par des graisses saines.

Un apport quotidien d'un maximum de 50 grammes de glucides nets environ, associé à une consommation faible à modérée de protéines, suffit généralement à atteindre la cétose nutritionnelle (l’état métabolique associé à une augmentation de la production de cétones dans votre foie, c’est-à-dire l’équivalent, en termes biologiques, d’être capable de brûler des graisses).

Il s'agit toutefois d'une règle générale, car chaque individu réagit différemment aux aliments. Certaines personnes peuvent atteindre un état de cétose en consommant jusqu'à 70, voire 80 grammes de glucides non fibreux.

D'autres, en particulier si elles sont résistantes à l’insuline, ou souffrent de diabète de type 2, peuvent devoir réduire leur apport de glucides nets à 40 grammes, voire à 30 grammes par jour, pour y parvenir.

Pour déterminer votre consommation optimale personnelle de glucides, il est important de mesurer non seulement votre glycémie, mais aussi vos cétones, ce qui peut être fait par le biais des urines, de la respiration ou du sang.

Cela vous donnera une mesure objective pour savoir si vous êtes réellement en cétose, plutôt que de vous fier à la seule quantité de glucides que vous consommez. La cétose nutritionnelle se caractérise par un taux sanguin de cétones de 0,5 à 0,3 millimoles par litre (mmol/L).

Ceci étant dit, l'utilisation d'un traqueur nutritionnel vous permettra de bien mieux appréhender la quantité et le type d'aliments qui vous permettront d'atteindre vos objectifs en termes de nutriments, dans le cadre de votre régime cétogène, et vous aidera également à évaluer la valeur nutritionnelle de vos choix alimentaires.

Le traqueur idéal d'après-moi est disponible sur Cronometer.com/mercola. Il s'agit d'une version améliorée du traqueur nutritionnel de base ‘Cronometer’, dont les valeurs par défaut sont fixées à des taux de macronutriments qui favorisent la cétose nutritionnelle.

Évitez le lait et pensez aux huiles TCM

En plus d'éviter les sucres et les céréales, il vaut mieux éviter le lait pendant un temps, car il peut être difficile de maintenir un état de cétose si vous en consommez beaucoup.

Le galactose présent dans le lait est un glucide, et vous risquez de dépasser rapidement votre quantité autorisée de glucides nets en buvant un simple verre de lait. La caséine, qui est la principale protéine du lait, peut également déclencher ou contribuer à l’inflammation.

Lorsque vous limitez votre consommation de glucides nets, votre corps se met à utiliser la graisse comme carburant et votre foie commence à convertir une partie de cette graisse en corps cétoniques.

Il s'agit d'une production endogène, c’est-à-dire que ces corps cétoniques sont fabriqués par votre organisme à partir de vos réserves de graisse, ou des matières grasses provenant de votre alimentation.

Le régime cétogène est utilisé depuis longtemps dans le traitement des crises d’épilepsie

Le site Authority Nutrition passe en revue 15 affections dont il a été prouvé qu’elles répondent favorablement à un régime cétogène, et il s'agit sans doute là d'une liste restreinte.

D'après mes connaissances en matière de santé mitochondriale et de fonction métabolique, une vaste majorité des maladies pourraient faire partie de cette liste.

L’une des affections pour lesquelles nous disposons du plus de recul, et des rapports les plus nombreux sur l’utilisation du régime cétogène, est l’épilepsie.

Ce régime est employé avec succès dans le traitement des crises d’épilepsie résistantes aux médicaments depuis les années 1920, et des études ont confirmé qu’il était efficace tant pour les enfants que pour les adultes.

D'après moi, il serait judicieux d'utiliser le régime cétogène comme traitement de première intention, mais en médecine conventionnelle, il n’est généralement pas envisagé ni recommandé à moins que le patient ne réagisse pas aux médicaments.

La cétose nutritionnelle améliore la santé cérébrale

Les cétones sont en règle générale la source favorite d’énergie du cerveau, et en particulier pour les personnes souffrant de diabète, de la maladie d’Alzheimer et de la maladie de Parkinson, et peut-être même de SLA, car ces maladies rendent certains neurones résistants à l’insuline.

Ou ils les rendent incapables d'utiliser efficacement le glucose, ce qui provoque leur mort.

En présence de cétones, ces neurones ont de meilleures chances de survie.

Certaines études soutiennent également le recours à la cétose nutritionnelle dans le traitement de l’autisme.

Ainsi qu’il est souligné dans l’article en référence, « Il existe certains points communs entre l’autisme et l’épilepsie, et de nombreuses personnes souffrant d'autisme souffrent de crises d’épilepsie provoquées par la surexcitation des cellules du cerveau. »

La recherche montre que la cétose nutritionnelle contribue à atténuer cette activité excessive ; au cours d'une étude pilote, une majorité d’enfants autistes ont effectué des progrès après avoir suivi un régime cétogène cyclique pendant six mois.

Contrairement au glucose, la présence de cétones dans le sang ne provoque pas de hausse du taux d'insuline. Elles n’ont par ailleurs pas besoin d'insuline pour les aider à traverser les membranes cellulaires, y compris les membranes neuronales.

Elles utilisent au contraire la diffusion simple et elles peuvent donc pénétrer même les cellules qui sont devenues insulino-résistantes. Il s'agit probablement de l’une des raisons pour lesquelles la cétose nutritionnelle fonctionne si bien pour traiter de nombreux troubles et maladies neurologiques.

Elle s'avère même prometteuse dans le traitement des affections suivantes :

La migraine — il a été démontré que suivre un régime cétogène pendant quatre semaines permet de réduire la fréquence des migraines et de réduire la prise d'antalgiques.

Les lésions cérébrales traumatiques — des études sur les animaux suggèrent qu’elle peut réduire l’œdème cérébral, améliorer les fonctions motrices et accélérer la guérison, bien qu’elle semble plus efficace chez les jeunes sujets que chez les sujets âgés.

Des études sur l’homme doivent cependant être réalisées pour valider ces conclusions.

Les maladies métaboliques sont soulagées par le régime cétogène

La cétose nutritionnelle est également indiquée en cas d'obésité, de syndrome métabolique (prédiabète) et de diabète. Ceci n’est pas surprenant, sachant que l’un de ses effets bénéfiques est la correction de la résistance à l’insuline.

Si vous présentez au moins trois des symptômes suivants, vous pourriez être atteint d'un syndrome métabolique : obésité abdominale, taux élevé de triglycérides, faible taux de cholestérol HDL, tension artérielle élevée et/ou glycémie à jeun élevée.

Il a été démontré que la cétose nutritionnelle améliore la plupart de ces symptômes.

Il a été démontré que la stéatose hépatique non alcoolique (SHNA), qui est fortement liée à l’obésité, le diabète de type 2 et le syndrome métabolique, sont également améliorés par une alimentation pauvre en glucides et riche en bonnes graisses.

Au cours d'une étude, des hommes obèses souffrant d'un syndrome métabolique et d’une SHNA ont présenté des améliorations significatives en termes de poids, de tension artérielle, d’enzymes hépatiques et de graisse hépatique après quatre mois de régime cétogène ; 21 % d’entre eux ont totalement guéri de leur SHNA.

Les troubles hormonaux et du systèmes nerveux peuvent s'atténuer grâce au régime cétogène

Le fait d’être un ‘brûleur de graisse’ efficace peut également favoriser votre régulation du système hormonal et du système nerveux.

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) et la sclérose en plaque (SAP) sont deux maladies qui semblent bien répondre à ce changement de source de carburant.

Le SOPK, qui augmente le risque des femmes de développer une résistance à l’insuline, un diabète, une stérilité, un syndrome coronarien, des troubles lipidiques (tels qu’un taux élevé de cholestérol et une tension artérielle élevée) et possiblement un cancer du sein, est caractérisé par :

  • L’hyperinsulinémie (résistance à l’insuline avec un taux sanguin d'insuline élevé)
  • L'augmentation de production d'androgènes (hormones mâles), provoquant le développement d’une pilosité faciale et/ou d’acné
  • L'absence totale, ou presque, d'ovulation
  • L’obésité

Au cours d'une étude, des femmes atteintes d'un SOPK ayant suivi un régime cétogène pendant six mois, ont perdu en moyenne 12 % de leur poids corporel et ont vu leur taux d'insuline à jeun réduit de 54 % en moyenne.

Leurs taux d'hormones sexuelles se sont également améliorés, et 2 femmes sur les 11 sont tombées enceintes malgré des antécédents de stérilité.

La SAP, une maladie auto-immune, provoque une détérioration de la gaine de myéline (le revêtement de protection des nerfs), entrainant des symptômes tels qu’engourdissements, pertes d’équilibre et perte des fonctions motrices, ainsi que des troubles de la vue et des problèmes de mémoire.

Ainsi qu’il est souligné dans l’article en référence : « Une étude portant sur la SAP, menée sur des modèles de souris, a montré qu’un régime cétogène permet de supprimer les marqueurs inflammatoires.

La réduction de l’inflammation a permis des améliorations en termes de mémoire, de fonction d'apprentissage et de capacités physiques. »

La cétose nutritionnelle pourrait être la clé de la prévention du cancer

Le cancer est une maladie dévastatrice, et presque tout le monde aujourd'hui a vu sa vie affectée par cette maladie, d'une façon ou d'une autre. Elle est d'ailleurs devenue l’une des principales causes de mortalité dans le monde.

Pire encore, le corps médical ignore largement le fait que la plupart des cancers ont pour origine des troubles métaboliques et mitochondriaux, et les recommandations conventionnelles en termes de prévention n'ont donc que peu d’effets pour freiner le nombre de diagnostics de cancers.

Considérer le cancer comme une maladie métabolique - et non comme une maladie provoquée par la détérioration de l’ADN, qui est une répercussion des dysfonctions mitochondriales - nous permet de contrôler ces dysfonctions en choisissant nos aliments et nutriments avec soin.

Cela nous permet aussi d’employer des méthodes qui contribuent à optimiser les voies biochimiques qui stoppent le développement du cancer, tout en stimulant les mécanismes de la rémission.

Corriger les dysfonctions métaboliques et optimiser la santé mitochondriale ouvre la voie vers une longue vie, en bonne santé

J'ai pris conscience que les dysfonctions mitochondriales sont au cœur de ce qui détraque l’organisme. Pratiquement chacune de vos cellules contient des milliers de mitochondries, qui génèrent environ 90 % de l’énergie dont vous avez besoin pour vivre et rester en bonne santé.

Lorsqu'un grand nombre d’entre elles cesse de fonctionner correctement, votre organisme ne peut plus fonctionner correctement, et vous devenez la cible potentielle de nombreuses maladies.

Pour certains, cela se manifeste sous forme de diabète ou de maladie cardiovasculaire, pour d'autres, sous forme d'un cancer ou d’une maladie neurodégénérative.

Le remède consiste à optimiser votre fonction mitochondriale et à corriger les dysfonctions métaboliques que sont la résistance à l’insuline et à la leptine. Nous nous sommes ici concentrés sur les bienfaits du régime cétogène, qui consiste à consommer des aliments riches en bonnes graisses, des protéines avec modération et peu de glucides nets (c’est à dire des glucides non fibreux).

D’autres méthodes pour favoriser le brûlage des graisses

Voici deux autres méthodes qui vous aideront à passer de l’utilisation du sucre à l’utilisation des graisses comme principale source de carburant :

Le jeûne intermittent ou prolongé, comme le Peak Fasting — Le jeune intermittent est une alternative aux jeûnes prolongés.

Si je recommandais auparavant de sauter le petit déjeuner et de faire du déjeuner votre premier repas de la journée, j’ai réalisé finalement que pour la plupart des gens, il est bien plus efficace de sauter le dîner.

La difficulté est ensuite de déterminer l'heure qui vous convient le mieux pour prendre votre petit déjeuner. J'ai sur moi un moniteur de glucose en permanence, et j’ai appris à déterminer le moment idéal pour rompre mon jeûne en surveillant ma glycémie.

Vous pouvez faire de même, même si vous ne disposez pas d’un tel moniteur. Il vous suffit de contrôler régulièrement votre glycémie dans la matinée, et lorsque vous constatez qu’elle augmente, alors que vous n'avez pas mangé, cela signifie que vous êtes en gluconéogenèse.

Faire du sport est un excellent moyen de stimuler la restauration et la régénération des mitochondries, car c’est un puissant stimulant du PGC1 alpha, qui est sans doute le stimulus le plus puissant dans votre organisme pour la biogénèse mitochondriale.