Pourquoi il ne faut pas acheter de fruits prédécoupés

fruits prédécoupés

En bref -

  • Les fruits prédécoupés augmentent vos risques d'intoxication alimentaire, notamment de salmonellose. Des salmonelles ont été détectées dans des melons prédécoupés deux fois en deux ans
  • Les fruits prédécoupés sont plus chers, l’oxydation leur fait perdre une partie de leurs vitamines, leur respiration accélère leur détérioration et des additifs alimentaires leurs sont parfois ajoutés pour préserver leurs couleurs et leur texture
  • Les fruits prédécoupés doivent être réfrigérés et sont généralement présentés dans des emballages en plastique - dont la plupart finissent dans les décharges ou sur les océans, ajoutant à la pollution de la planète
Taille du texte:

Dr. Mercola

Consommer davantage de légumes est sans doute l’une des façons les plus simples d'améliorer votre santé. Tous les légumes sont bons pour la santé, mais certains sont néanmoins meilleurs que d'autres.

Certains fruits, plus pauvres en fructose, sont également sains car ils sont très riches en antioxydants.

Au cours d'une étude1 réalisée par la revue de l’American Medical Association, les chercheurs ont démontré que de mauvaises habitudes alimentaires contribuaient au développement de maladies cardiométaboliques.

Les bons aliments, identifiés au cours de l’étude comme réduisant le risque de maladies cardiométaboliques, comprennent les fruits, les légumes, les noix et les graines, le poisson et les fruits de mer, ainsi que la viande rouge.

Comme je l’ai déjà évoqué, consommer trop de fructose, sous quelque forme que ce soit, peut favoriser l’obésité, le diabète de type 2 et les maladies cardiovasculaires. Toutefois, les fruits, consommés avec modération, ont tout à fait leur place dans une alimentation équilibrée.

Lorsque vous achetez vos fruits et légumes, gardez à l’esprit qu'il vaut toujours mieux acheter des aliments entiers.

Le centre américain de contrôle et de prévention (CDC) des maladies a rapporté des épidémies de listériose, de cyclosporose et de salmonellose, dont l’origine a été associée à des salades en sachet, des plateaux de légumes prédécoupés et des melons prédécoupés.

Les fruits prédécoupés augmentent vos risques d'intoxication alimentaire

Au cours de l’été 2018, le CDC a ouvert une enquête à propos d’une épidémie de salmonellose touchant plusieurs états, déclenchée par des melons prédécoupés commercialisés par la société Caito Foods, à Indianapolis.

Les produits incriminés comprenaient des melons cantaloup, des pastèques et des salades de fruits. À la fin de l’épidémie, le CDC a rapporté que 77 personnes avaient été infectées, dont 36 avaient dû être hospitalisées.

Dans des circonstances tristement similaires à l’épidémie de 2018, la société Caito Foods s’est de nouveau trouvée obligée de rappeler des melons prédécoupés, moins d'un an plus tard. Le 12 avril 2019, l’entreprise annonçait le rappel de produits contenant des melons frais prédécoupés.

Selon le CDC, il s’agissait de pastèques, de melons honeydew, et de melons cantaloup prédécoupés, ainsi que de mélanges de fruits en morceaux. Ces produits avaient été distribués dans 16 états et vendus sous diverses marques.

L’enquête a démarré le 2 avril 2019 ; 22 jours plus tard, 117 personnes infectées avaient été recensées à travers 10 états, dont 32 avaient dû être hospitalisées.

En plus de jeter les aliments qui ont fait l’objet d'un rappel, le CDC donne des recommandations particulières s'agissant du nettoyage de votre réfrigérateur, car la bactérie est susceptible de se propager dans toutes les étagères et les bacs à légumes. Vous trouverez ces recommandations sur le site cdc.gov/foodsafety/communication/clean-refrigerator-steps.html.

Les symptômes de la salmonellose, qui comprennent des crampes d’estomac, des nausées, des vomissements, des diarrhées sanglantes et de la fièvre, peuvent apparaître de 12 à 72 heures après la consommation d'un produit contaminé, et perdurer de quatre à sept jours.

Keith Warriner, professeur en sciences alimentaires à l’université de Guelph, explique les risques que peuvent présenter les fruits prédécoupés :

« Le problème des fruits et légumes transformés, c’est que, tout comme lorsque vous vous égratignez, une fois qu’ils sont coupés, ils perdent leur couche protectrice et sont exposés à d’éventuelles contaminations.

Les melons, en particulier, sont un très bon exemple, car leur chair est le meilleur support de croissance qui soit pour les salmonelles. »

Les melons poussant sur le sol, des agents pathogènes peuvent se déposer sur leur peau. Ces agents pénètrent ensuite facilement dans le fruit lorsque vous le coupez.

Le professeur Warrnier recommande de brosser soigneusement la peau des melons sous l’eau courante, avant de les couper. Ensuite, consommez-le immédiatement, ou placez-le au réfrigérateur, car les salmonelles peuvent doubler en nombre en seulement 30 minutes.

Le prix élevé des fruits et légumes prédécoupés

Le prix que vous payez pour profiter du côté pratique des fruits prédécoupés ne s’arrête pas au risque de contamination bactérienne. Comme vous vous en doutez, s'agissant de produits destinés à vous simplifier la vie, acheter des fruits prédécoupés revient plus cher que d'acheter les fruits entiers et de les préparer chez soi.

D’après le bureau américain des statistiques du travail, l'alimentation était en 2017 le troisième poste de dépense le plus important dans le budget des ménages, après le logement et les transports.

En 2018, la revue Vice a comparé les fruits et légumes prédécoupés aux produits entiers. La revue a démontré qu’en achetant les fruits et légumes entiers et en les préparant chez eux, les consommateurs économiseraient en moyenne 100 dollars par mois.

Le prix des brocolis entiers, par exemple, est de 2,99 dollars la livre, alors que les fleurettes prédécoupées sont vendues 4,99 dollars la livre ; l’ananas frais, quant à lui, est vendu 2,99 dollars la livre, contre 4,99 dollars lorsqu'il est préparé et prédécoupé.

L'une des différences les plus marquées concerne les oignons rouges, qui sont vendus 49 cents la livre chez Walmart, lorsqu’ils sont entiers, contre 4 dollars la livre pour des oignons émincés.

Sachant le coût additionnel qu’ils représentent pour votre budget, si vous décidez malgré tout de continuer à acheter des fruits prédécoupés (qui restent un meilleur choix, en termes de nutrition, que les aliments transformés et autres malbouffes), vous devez également savoir que le fait qu’ils soient coupés expose leur chair à l’oxygène et à la lumière, ce qui accélère leur oxydation et affecte leur teneur en vitamines.

Dans une interview qu’elle a accordée au magazine Men’s Health, Caroline West Passerrello, diététicienne et porte-parole de l’Académie américaine de nutrition et de diététique, a souligné que les fruits et légumes entiers conservent leurs vitamines plus longtemps que ceux dont la chair est exposée à la lumière.

L’eau qu’ils contiennent s’évaporant également plus vite, les vitamines hydrosolubles risquent également de disparaître.

Couper les fruits augmente leur taux de respiration, ce qui accélère leur métabolisme et ainsi leur détérioration. Même lorsqu’il est séparé de sa plante, le fruit est un organisme vivant qui continue de respirer après sa récolte, et les glucides qu’il renferme sont utilisés pour produire de l’énergie.

Le taux plus élevé de respiration après la coupe peut également accélérer la perte de saveur et de valeur nutritive.

L’un des autres coûts qui s'ajoute à l'achat des fruits prédécoupés, c’est le plastique dans lequel ils sont conditionnés. La majeure partie termine dans les décharges et les océans.

Les fruits prédécoupés nécessitent par ailleurs un traitement, un conditionnement et une réfrigération constante, qui consomment énormément d’énergie.

Lorsqu’ils sont prédécoupés, les fruits naturels contiennent des additifs

Par ailleurs, pour éviter que les fruits ne brunissent, ils sont parfois plongés dans de l’ascorbate de calcium, qui permet de préserver leur couleur et leur texture. Cette substance chimique entre dans la composition du NatureSeal, un produit vendu aux industries et aux particuliers.

Selon la FDA, l’ascorbate de calcium est généralement reconnu comme sûr (il bénéficie de la désignation ‘GRAS’ pour ‘generally recognized as safe’), et il échappe aux exigences habituelles en matière de tolérance aux additifs alimentaires.

En 2001, la FDA avait assigné la société NatureSeal pour défaut de mention de l'ascorbate de calcium dans la liste des ingrédients. Voici ce que la société NatureSeal déclare :

« Nos produits sont fabriqués à partir d’ingrédients exempts de sulfite (‘GRAS’), exempts d'allergènes, sans OGM, certifiés casher et halal, et certains sont autorisés pour la culture biologique.

Les produits de la gamme NatureSeal sont des mélanges précis de vitamines et de minéraux qui préservent jusqu’à 21 jours la texture et la couleur naturelle des fruits et légumes fraichement découpés, sans en altérer la saveur.

Plus de 30 formules différentes sont actuellement utilisées par plus de 500 fabricants répartis à travers une trentaine de pays. »

Le système défaillant du ‘GRAS’ a permis à des milliers d'additifs alimentaires d’échapper à des tests rigoureux, grâce à un vide juridique de l’amendement de 1958 sur les additifs alimentaires.

Lorsque la loi a été rédigée, elle était destinée à s'appliquer à des ingrédients alimentaires courants, connus pour être sûrs d'après leur utilisation passée.

Cependant, les substances chimiques utilisées actuellement n’existaient pas dans les années 1950 lorsque cette loi a été rédigée, et un nombre incalculable d'ingrédients fabriqués aujourd'hui profitent de ce vide juridique.

Que contient la boite ?

Le site Mashed cite plusieurs autres raisons pour lesquelles les fruits et légumes prédécoupés ne vous apportent sans doute pas ce que vous espérez.

Par exemple, d'après un article paru dans le New York Post, qui relate des questions soulevées dans une série de documentaires intitulée « Rotten » (« Pourris »), près de 90 % de l’ail commercialisé dans le monde provient de Chine.

Sans parler des problèmes de pollution aux métaux lourds, l’ail transformé est épluché par des prisonniers chinois. C’est une tâche pénible, et les prisonniers y perdent souvent leurs ongles. Pour pouvoir continuer à travailler, ils en sont réduits à éplucher l’ail avec leurs dents.

La mini-carotte est un en-cas populaire car elle facile à emporter, elle est sucrée, et se marie très bien avec de nombreuses sauces, telles que le houmous par exemple.

Cependant, si les carottes sont riches en nutriments, les mini-carottes, quant à elles, sont trempées dans le chlore avant d’être commercialisées, ce qui augmente votre risque d’exposition aux sous-produits de désinfection, qui font partie des produits chimiques les plus dangereux qui soient pour la santé.

Quant aux traces blanches qui apparaissent parfois sur les mini-carottes, elles ne sont pas dues au rinçage au chlore, mais sont un signe de déshydratation.

Ces carottes sont obtenues à partir de grandes carottes qui ont été raccourcies et dont la couche protectrice a été enlevée. Leur déshydratation provoque des traces blanches, et s'accompagne généralement d'une perte de nutriments et de saveur.

Comment préparer les fruits et légumes pour réduire les risques de contamination

Autrefois, il suffisait de frotter une pomme sur son jean avant de croquer dedans. Mais aujourd'hui, les résidus de pesticides et les bactéries jouent un rôle important dans la préservation de la sécurité alimentaire.

D'après l’agence de presse Reuters, l’EPA exige que les pommes soient trempées dans l’eau chlorée après récolte, afin d’en éliminer les bactéries et autres « matières organiques ».

À moins d'acheter des fruits et légumes bio, vos aliments renferment probablement aussi des pesticides. Une étude a proposé une façon étonnamment simple et abordable de se débarrasser des pesticides toxiques qui contaminent les aliments.

Une équipe de l’université du Massachusetts a utilisé des pommes pour comparer l’efficacité de détergents du commerce avec celle de produits faits maison.

Grâce à des analyses très poussées, les chercheurs ont démontré que les résidus de pesticides présents sur les pommes étaient éliminés plus efficacement si elles étaient lavées avec du bicarbonate de soude (NaHCO3).

L’équipe a testé l’eau du robinet et un produit blanchissant de la marque Clorox, mais aucun des deux n'a fonctionné aussi bien que le bicarbonate de soude, qui est très alcalin. Voici ce que les auteurs ont rapporté :

« Cette étude nous indique que la méthode standard qui consiste à laver les pommes après-récolte pendant deux minutes avec une solution à base de Clorox, n’est pas un moyen efficace pour éliminer totalement les résidus de pesticides présents sur les pommes.

Le NaHCO3 est plus efficace pour éliminer les résidus de pesticides présents sur les pommes. En présence de NaHCO3, le thiabendazole et le phosmet se dégradent, ce qui ajoute à la force physique du lavage. »

Renforcez votre système immunitaire en faisant de bons choix d'hygiène de vie au quotidien

L'une des meilleures façons de vous protéger des infections d'origine alimentaire et des pesticides, c’est d'acheter des produits alimentaires de bonne qualité, auprès de petits producteurs locaux.

Renforcer votre système immunitaire est une autre façon de vous protéger des infections.

L’idéal est d'adopter au quotidien de bonnes habitudes d'hygiène de vie qui vous permettront de renforcer votre santé globale, votre système immunitaire et de réduire vos risques d'infections. Voici des stratégies essentielles pour y parvenir :

Éviter le sucre — Les américains consomment en moyenne 17,4 cuillères à café de sucre par jour, et la consommation excessive de fructose et de sirop de glucose fructose est encore plus préoccupante.

Le fructose est une hépatotoxine, qui est directement métabolisée en graisse. La consommation de sucre a un impact négatif sur votre système immunitaire. Substituez les aliments transformés, en particulier les aliments riches en céréales, en fructose et en sucre, par des aliments crus et bio.

Optimiser votre santé intestinale — Le microbiote intestinal joue un rôle fondamental dans le fonctionnement du système immunitaire. Prendre des probiotiques de bonne qualité ou consommer des aliments fermentés vous aidera à peupler votre tractus gastrointestinal de bonnes bactéries, qui sont votre meilleure défense contre les bactéries nocives telles que les salmonelles.

Optimiser votre sommeil — Dormir suffisamment, d'un sommeil réparateur, permet à votre système immunitaire de se réguler. Une étude a montré que le manque de sommeil reflète la réponse immunitaire du corps à l’exposition au stress.

Réduire le stress — Le stress que vous ressentez a un effet négatif sur votre système immunitaire. Trouvez des moyens de vous détendre ; pensez au yoga, à la Technique de Libération Émotionnelle, à la méditation et à d'autres activités récréatives.

Vous trouverez d'autres conseils et suggestions dans mon article « How Stress Affects Your Body, and Simple Techniques to Reduce Stress and Develop Greater Resilience » (« Comment le stress affecte votre organisme, et techniques simples pour réduire le stress et développer votre résilience »).

Faire de l’exercice — Faire de l’exercice régulièrement, toutes les semaines, vous aidera à soutenir et à renforcer votre système immunitaire.

Trouvez une forme d’exercice que vous appréciez et pratiquez chaque jour des exercices de type Nitric Oxide Dump (« décharge d'oxyde nitrique »), qui permettent de soutenir la biogénèse des mitochondries et de réduire la résistance à l’insuline.

Optimisez votre taux de vitamine D — Exposez-vous raisonnablement au soleil pour optimiser votre production naturelle de vitamine D, ou prenez un supplément le cas échéant, pour aider à moduler vos réponses immunitaires.

Les carences en vitamine D sont associées à une vulnérabilité accrue aux infections.

+ Sources et Références