Mangez plus de yaourts pour éviter l’ostéoporose

Les yaourts réduisent l’ostéoporose

En bref -

  • On pourrait assimiler les yaourts au lait cru de vaches nourries à l'herbe, à des bactéries comestibles ; ils sont étonnement simples à préparer, avec les bons ingrédients, et dans les bonnes conditions, et pourraient expliquer comment l'homme a réussi à survivre à la préhistoire
  • Une étude menée à Dublin a testé la consommation de yaourts sur plus de 4.300 personnes, et a conclu que 39 % des femmes et 52 % des hommes avaient un risque d’ostéoporose plus faible lorsqu’ils mangeaient des yaourts, par rapport à ceux qui n’en consommaient pas
  • Il est important de lire les étiquettes des yaourts que vous achetez, car certaines marques proposent quelques produits « sains », mais la plupart d’entre eux sont pleins d'additifs nocifs, tels que du sucre, des conservateurs et des sucres et colorants artificiels
Taille du texte:

Dr. Mercola

Si on vous demandait qui a inventé le yaourt, et depuis combien de temps il fait partie de notre ‘paysage alimentaire’, vous ne sauriez peut-être pas quoi répondre, je vais donc vous le dire.

Le yaourt est sans doute l’un des premiers « aliments transformés », car il a été créé suite à un accident heureux, survenu quelque part en Asie centrale, à l’époque Néolithique, 4.500 ans avant notre ère, c’est-à-dire avant l’ère chrétienne.

Si vous vous demandez comment l’être humain a survécu à ces époques préhistoriques, la réponse pourrait être liée à la consommation de yaourts.

Nous savons déjà depuis longtemps que ce produit laitier fermenté aide à équilibrer les bactéries intestinales, favorisant la santé digestive, mais une nouvelle recherche révèle qu’il présente également des bienfaits pour les os.

La recherche a montré en effet qu’une alimentation qui intègre des yaourts augmente la densité osseuse et réduit le risque d'ostéoporose.

Vous savez sans doute que le yaourt est en réalité du lait fermenté. On pourrait même assimiler les yaourts à des bactéries comestibles ; ils sont étonnement simples à préparer si vous disposez de quelques ingrédients essentiels, et des bonnes conditions.

Ils peuvent contribuer au développement d'un microbiote intestinal sain et à éliminer les toxines. Prenez deux bonnes bactéries, lactobacillus bulgaricus et streptococcus thermophilus, ajoutez-les à du lait cru de vaches nourries à l’herbe, de bonne qualité, et lorsqu’il aura atteint une certaine température, il fermentera.

Bien que cela puisse ne pas sembler très appétissant, vous obtiendrez au final un délicieux yaourt onctueux.

L’histoire du yaourt

Les bienfaits (potentiels) des produits laitiers pour la santé ont été consignés par la médecine Ayurvédique dès 6.000 ans avant J.C. Aujourd'hui, la cuisine indienne propose des centaines de types de yaourts et le terme « yaourt » est devenu universel. Le site Hurriyet Daily News explique son origine :

« Les premières traces de domestication des vaches viennent de Libye et remontent à environ 9000 ans avant J.C., mais on sait que les turcs d’Asie centrale consommaient du lait de cheval bien avant que l’homme ne consomme le lait des vaches...

Bien qu’il n’existe aucune preuve scientifique de la consommation de yaourts à cette période particulière de l'histoire, il n’est pas difficile de l’imaginer, vu les conditions de vie à cette époque.

Il est très probable que les habitants d’Asie centrale aient vu leur principal aliment de base, le lait, se transformer en quelque chose d'autre, sous l’effet des micro-organismes vivant dans les intestins des animaux, dans lesquels il était stocké lorsqu’ils parcouraient les steppes. »

Lorsque l’Amérique a appris le secret du lait fermenté par des bactéries, elle a entrepris de « diversifier » le produit, en le mélangeant avec des fruits, du miel ou du sucre, pour le rendre plus appétissant, ce qui, comme vous allez le découvrir, a contribué à faire du yaourt un aliment néfaste, au lieu de l’en-cas idéal et sain qu’il était au départ.

Aujourd'hui, des adeptes en Turquie et dans les régions de la Méditerranée orientale fabriquent des produits comme des boissons (‘ayran’), des mélanges au concombre (‘cacik’ en turc), des soupes (‘tarhana’) et des fromages au yaourt (‘çökelek‘ en turc), préparés selon les méthodes utilisées depuis des siècles dans des cultures toujours florissantes aujourd'hui.

Pourquoi est-ce important ? Parce que les chercheurs du Trinity College, à Dublin, en Irlande, ont découvert début 2017 qu’en plus d'améliorer la forme physique globale, la consommation quotidienne de yaourt est associée à une diminution de 31 % du risque d'ostéopénie, et à une diminution de 39 % du risque d'ostéoporose chez les femmes, et de 52 % chez les hommes, par rapport aux personnes qui ne mangent pas de yaourts.

Voici ce que rapporte le site Bel Marra Health :

« Pour déterminer les raisons de cette association, et les facteurs de risques de souffrir d’ostéoporose, plusieurs facteurs ont été pris en compte, tels que l’IMC, la fonction rénale, l'activité physique, la consommation de lait ou de fromage, et les supplémentations de calcium ou de vitamine D, ainsi que les facteurs de risque traditionnels pour la santé des os - tels que le tabagisme et la consommation d'alcool. »

Consommer des yaourts de bonne qualité pourrait protéger vos os

Le New York Times a rapporté que les scientifiques avaient suivi plus de 4.300 adultes, en tenant compte de différents facteurs, et ont montré que, par rapport aux personnes qui n’en consommaient pas du tout, celles qui consommaient des yaourts quotidiennement présentaient une densité osseuse supérieure de 3 à 4 %.

La perte osseuse est à l’origine de l’ostéoporose, ou, littéralement « os poreux », une maladie dont souffrent 40 millions de personnes aux États-Unis, dont la plupart sont des femmes, d'après Medical News Today.

Ce qui est incroyable, c’est que les médicaments prescrits par les médecins à leurs patients pour traiter cette maladie risquent de provoquer des fractures dues à une augmentation de la perte osseuse, et sont associés à une augmentation du risque de cancer.

Les chercheurs ont également observé que les biomarqueurs de perte osseuse des participants étaient plus faibles de 9,5 % chez les personnes qui consommaient le plus de yaourts, par rapport à celles qui en consommaient le moins, indiquant que leur dégradation osseuse était plus faible. Eamon Laird, boursier post-doctoral au Trinity College de Dublin, qui a dirigé l’étude, souligne :

« Le yaourt est une riche source de différents nutriments, favorables à la santé des os, et d'une certaine façon, nos découvertes ne sont donc pas surprenantes. Les données suggèrent que l’augmentation de la consommation de yaourts pourrait être une solution pour préserver la santé des os, mais cela doit être confirmé par des recherches complémentaires, car il s'agit d'observations.

Les résultats démontrent l’existence d’un lien significatif entre la santé ou la fragilité des os et un produit alimentaire relativement simple et peu coûteux. Nous devons maintenant vérifier ces observations par des essais randomisés contrôlés, car nous n’en avons pas encore identifié les mécanismes précis, qui pourraient être dus aux bienfaits du microbiote ou aux macronutriments et micronutriments présents dans le yaourt. »

Eamon Laird ajoute toutefois que, l’étude étant de nature observationnelle, elle ne démontre pas nécessairement une relation de cause à effet. Il précise qu’elle prouve cependant que les yaourts sont une bonne source de micronutriments, de vitamines D, B, et de calcium, sans parler des protéines et des probiotiques.

Les autres produits laitiers n’offrent pas les mêmes bienfaits que le yaourt, mais ce dernier est toutefois souvent chargé de tant d'additifs et de sucre, que ses bienfaits s’en trouvent annulés. Ces additifs transforment des yaourts nutritionnellement sains, en produits nocifs pour la santé. « Nous devons faire attention à cela », met en garde Eamon Laird.

De quoi faut-il vous méfier lorsque vous achetez des yaourts

Il est important de consulter l’étiquetage des yaourts que vous achetez en supermarché. Certaines marques proposent quelques produits « sains », mais la plupart sont bourrés d'additifs nocifs.

L'institut Cornucopia propose un « grille d'évaluation » des yaourts vendus dans le commerce, classée par marques et non par produits, afin que les consommateurs aient une meilleure idée de ce qu’ils achètent, et :

« Pour responsabiliser les fabricants et les vendeurs qui ont transformé le yaourt - un aliment ancien, et sain - en une cochonnerie, un aliment transformé bourré d’édulcorants, de conservateurs, d’épaississants, de substituts de lait et de saveurs et colorants artificiels. L'alimentation bio réduit énormément l’exposition aux produits agrochimiques.

Par ailleurs, une recherche publiée, revue par des pairs, indique le lait biologique est nutritionnellement meilleur que le lait conventionnel, qui provient souvent de vaches laitières confinées dans des parcs d’engraissement et nourries de céréales génétiquement modifiées... (Et), de plus, il présente un taux de résidus chimiques plus faible. »

Certains yaourts contiennent 22 g de sucre par portion, voire plus - au moins autant que dans un ‘Twinkie’ ! Les effets nocifs du sucre surpassent de loin les bienfaits minimes des probiotiques que peut vous apporter un yaourt industriel.

Voici certains des ingrédients qui posent problème, et qu’il faut repérer lorsque vous achetez des yaourts :

Les épaississants et stabilisants, tels que le carraghénane, la gomme de guar et la pectine. D'après l’institut, le carraghénane est connu pour être un « puissant agent inflammatoire pour les intestins, provoquant une multitude d’effets néfastes pour la santé, y compris potentiellement le cancer »

Les édulcorants artificiels tels que le sucralose (qui peut avoir des effets neurotoxiques, augmenter votre taux d'insuline et provoquer le cancer), l’aspartame et la saccharine - qui perturbent le métabolisme - qui sont tous fabriqués en laboratoire

Le sirop de glucose-fructose (HFCS), dont une étude de l’Université de Princeton a conclu qu'il « provoque des prises de poids considérables »

Les colorants artificiels, provenant généralement d’entreprises de transformation alimentaire qui utilisent des produits chimiques de synthèse

Pour réduire les coûts de fabrication, les fabricants de yaourts utilisent souvent des nutriments synthétiques, tels que du concentré de protéine de lait, pour remplacer les vrais produits

Des conservateurs tels que du benzoate de sodium, des ingrédients génétiquement modifiés (OGM), des hormones de croissance, des désherbants et des pesticides

Du lait provenant d’élevages intensifs (CAFO)

Les yaourts sont bons pour votre santé à condition d’être ‘sains’

Les probiotiques jouent un rôle extrêmement bénéfique pour votre santé intestinale. Selon le type et la quantité de micro-organismes qui sont présents dans vos intestins, leur interaction avec votre organisme peut soit prévenir, soit encourager le développement de nombreuses maladies.

Le yaourt est une excellente source de bactéries naturelles et saines, à condition qu’il ne soit pas pasteurisé, qu’il soit préparé à base de lait de vaches nourries à l’herbe et qu’il ne contienne ni sucres ajoutés, ni édulcorants artificiels.

Le site Food Babe recommande exclusivement les yaourts bio natures, grecs ou classiques (j'ajouterais qu’ils doivent être à base de lait de vaches nourries à l’herbe).

« L'industrie alimentaire a la réputation de s’emparer d'aliments incroyablement sains et de les transformer en cochonneries, et c’est exactement ce qui s’est produit pour la plupart des yaourts que l’on trouve dans le commerce.

Les yaourts du commerce sont généralement préparés avec du lait de vaches confinées, qui ne peuvent pas brouter librement dans les pâturages. Elles sont généralement nourries de céréales génétiquement modifiées, et non d'herbe.

Au cours de la fermentation des yaourts, on ajoute parfois des antimoussants chimiques … ces pratiques m'inquiètent, car le yaourt était depuis toujours un aliment si sain, facteur de longévité. »

Ce que vous ne réalisez peut-être pas, lorsque vous achetez des yaourts au rayon laitage de votre supermarché, c’est qu’ils reflètent directement la qualité du lait qui a été utilisé pour les fabriquer. Pour être sûr que vos yaourts contiennent tous les bons ingrédients pour une santé optimale, et aucun des mauvais, il est très simple de les préparer vous-même, à partir de lait cru bio, de vaches nourries à l’herbe.

La plupart des gens savent que le yaourt apporte du calcium, un sel minéral dont la National Osteoporosis Foundation dit qu’il est indispensable à la vie, puisqu’il contribue à la construction des os, à la coagulation du sang, et qu’il permet à vos muscles de se contracter et à vos nerfs d’envoyer des messages.

De plus, lorsque vous manquez de calcium (et la meilleure source est l’alimentation), il est prélevé sur vos os.

En plus de la très importante vitamine D, l'apport de vitamines B est une autre raison de privilégier les yaourts à base de lait de vaches nourries à l’herbe. On peut également ajouter le phosphore, le potassium et la riboflavine, ainsi que des protéines d’excellente qualité, des probiotiques bénéfiques et de l’acide linoléique conjugué (ALC) anti-cancer, un acide gras très important, dont l'une des seules autres sources est le bœuf nourri à l’herbe.