Comment la mélatonine peut aider à lutter contre la dépression, les maladies auto-immunes et le cancer

Mélatonine

En bref -

  • Le manque d’exposition au soleil, associé à l’exposition aux lumières artificielles jusque tard dans la soirée, perturbe votre horloge biologique et votre production de mélatonine, et peut entrainer de nombreux effets néfastes sur la santé, notamment en augmentant votre risque de cancer
  • Les poussées de sclérose en plaque qui se manifestent au printemps et en été - elles tendent à être moins fréquentes, grâce à l’augmentation des taux de vitamine D, mais se produisent néanmoins - pourraient être liées à une diminution du taux de mélatonine
Taille du texte:

Dr. Mercola

La mélatonine est une hormone qui joue de nombreux rôles importants pour votre santé : elle améliore la qualité du sommeil, renforce le système immunitaire, ralentit le vieillissement du cerveau, réduit le nombre de crises de migraine, protège la masse osseuse, et prévient le cancer.

Le manque d’exposition au soleil dans la journée, associé à l’exposition aux lumières artificielles jusque tard dans la soirée, perturbe votre horloge biologique et donc votre production de mélatonine, et ce dérèglement peut entrainer de nombreux effets néfastes sur la santé.

La mélatonine a fait l’objet d’essais précliniques pour le traitement de plus d'une centaine de maladies, dont un bon nombre sont étroitement liées à votre besoin de sommeil.

Les effets de la mélatonine, au-delà de son rôle pour le sommeil

Votre horloge biologique est située dans le noyau suprachiasmatique du cerveau (NSC) qui fait partie de l’hypothalamus. En se basant sur les signaux de lumière et d’obscurité, votre NSC indique à votre glande pinéale quand secréter de la mélatonine, et à quel moment en stopper la production.

Des études scientifiques ont démontré que la mélatonine aide les individus à s’endormir plus vite et à rester endormis, à être moins nerveux, et qu’elle contribue à prévenir la fatigue pendant la journée.

Gardez à l’esprit qu'une dose infime peut être suffisante. Je conseille de commencer par une dose de 0,25 mg à 0,5 mg, et de l’augmenter ensuite progressivement. Prendre des doses plus élevées, telles que 3 mg, peut parfois vous éveiller davantage, au lieu de vous aider à dormir, commencez donc par un faible dosage, et adaptez-le si nécessaire.

Il a également été démontré que la mélatonine réduit les effets du décalage horaire lorsque vous traversez plusieurs fuseaux horaires. D'après une récente recherche, les enfants qui souffrent d’eczéma, une affection qui affecte souvent la qualité du sommeil, parviennent également à mieux dormir en prenant un supplément de mélatonine.

Fait intéressant, la mélatonine contribue également à atténuer la sévérité de l’eczéma, rappel de ses effets anti-inflammatoires. Toutefois, les bienfaits de la mélatonine vont bien au-delà de son action sur le sommeil. J'aborderai dans cet article son rôle dans trois domaines particuliers : la dépression, la sclérose en plaque et le cancer.

Normaliser votre rythme circadien contribue à soulager les symptômes de la dépression

Votre taux de mélatonine augmente et diminue en fonction de la lumière et de l’obscurité, et votre santé, aussi bien physique que mentale, est intimement liée à ce rythme jour/nuit. Lorsqu’il fait nuit, votre taux de mélatonine augmente, ce qui explique que vous puissiez vous sentir fatigué lorsque le soleil commence à se coucher.

Par contre, si vous êtes exposé à une lumière vive artificielle le soir, notamment à la lumière bleue émise par les télévisions et autres écrans, vous risquez d'avoir du mal à vous endormir, car votre production de mélatonine est alors entravée.

L’exposition à la lumière lorsque vous vous levez la nuit peut également être un problème, comme je l’explique dans la vidéo ci-dessus. Vous n’êtes pas obligé pour autant de marcher dans le noir à tâtons, car les longueurs d'ondes rouges et oranges ne perturbent pas la production de mélatonine.

Vous pouvez donc utiliser une lumière rouge pour vous guider jusqu’à la salle de bains. Si vous avez un réveil dans votre chambre, veillez à ce qu’il soit doté d'un écran LED rouge. Un affichage bleu serait très mauvais, car c’est la couleur qui stoppe le plus radicalement la production de mélatonine.

Dépression saisonnière, ou TAS

Le trouble affectif saisonnier (TAS, que l’on appelle également « dépression saisonnière ») est associé au manque d’exposition au soleil, et les scientifiques recommandent généralement de traiter ce trouble au moyen d’une luminothérapie plein spectre, plutôt que par la prise d’ISRS tels que le Prozac ou le Zoloft.

Fait intéressant, une récente recherche suggère que la luminothérapie pourrait même être préférable pour traiter les dépressions majeures, car elle donnerait de meilleurs résultats que le Prozac chez les personnes souffrant de dépression modérée à sévère.

L’une des raisons pour lesquelles elle fonctionne aussi bien, est sans doute liée au fait que la lumière vive contribue à réinitialiser votre horloge biologique, ou rythme circadien.

Une supplémentation de mélatonine peut également y contribuer, dans une certaine mesure, mais pas aussi efficacement que l’exposition à la lumière du jour. La lumière peut également agir, d’une façon similaire aux antidépresseurs, en régulant le fonctionnement des neurotransmetteurs.

La luminothérapie - plus efficace que le Prozac

L’étude en question avait pour objet de comparer l’efficacité de la luminothérapie, utilisée seule ou en association avec la fluoxétine, un antidépresseur (Prozac).

L’essai, d'une durée de huit semaines, a porté sur 122 adultes âgés de 19 à 60 ans souffrant de dépression modérée à sévère.

Les participants ont été répartis en quatre groupes, et ont reçu :

  • Un traitement de luminothérapie (30 minutes par jour au réveil, au moyen d'un dispositif de marque Carex, modèle classique, émettant une lumière d’une intensité 10.000 lux), plus un cachet placébo
  • Du Prozac (20 mg/jour), plus un générateur d’ions désactivé en guise de dispositif lumineux placébo
  • Un traitement de luminothérapie, plus du Prozac
  • Un dispositif lumineux placébo, plus un cachet placébo (le groupe de contrôle)

En conclusion, l’étude a déterminé que la combinaison la plus efficace était celle associant la luminothérapie au Prozac - mais la luminothérapie seule suivait de très près, en deuxième position, suivie par les placébos.
En effet, le traitement médicamenteux était le moins efficace de tous les traitements, et MOINS efficace que les placébos ! À l’issue de l’étude, une rémission a été observée :

  • Chez plus de 19 % des sujets du groupe ‘Prozac seul’
  • Chez 30 % des sujets du groupe placébo
  • Chez près de 44 % des sujets du groupe ‘luminothérapie seule’
  • Chez près de 59 % des sujets du groupe ‘combinaison active’

Le rôle de la mélatonine dans la lutte contre le cancer

Le cancer est un autre domaine dans lequel la mélatonine joue un rôle majeur. Les données suggèrent qu’elle pourrait être un complément important aux traitements contre le cancer, car elle contribue à protéger des effets toxiques de la radiothérapie.

Les cellules de votre corps - y compris les cellules cancéreuses - possèdent des récepteurs de mélatonine, et la mélatonine est elle-même cytotoxique, ce qui signifie qu’elle peut provoquer la mort des cellules tumorales (ou apoptose). De plus, elle :

  • Stimule la production de substances favorisant l’immunité, telles que les interleukines-2 qui aident à identifier et à attaquer les cellules mutées qui se transforment en cellules cancéreuses
  • Inhibe le développement de nouveaux vaisseaux sanguins tumoraux (l’angiogenèse tumorale), ce qui ralentit la propagation du cancer
  • Retarde la progression du cancer en activant le réseau des cytokines, ce qui contribue à inhiber le développement de la tumeur, et en stimulant l'activité cytotoxique des macrophages et des monocytes
  • Limite les dommages oxydatifs à l’ADN grâce à son action antioxydante
  • Inhibe le développement des tumeurs en neutralisant les œstrogènes (Le soir, lorsque la production de mélatonine est au plus fort, la division cellulaire ralentit. Et lorsque la mélatonine se fixe sur une cellule cancéreuse du sein, il a été démontré qu’elle neutralise la tendance de l’œstrogène à stimuler la croissance cellulaire.)

La mélatonine possède également un effet calmant sur d'autres hormones reproductrices, en dehors de l'œstrogène, ce qui pourrait expliquer pourquoi elle semble protéger plus efficacement contre certains cancers hormonodépendants, tels que les cancers des ovaires, du col de l’utérus, de la prostate, des testicules et du sein - ce dernier ayant fait l’objet d'une attention particulière de la part des scientifiques.

Voici certaines des études menées sur la mélatonine dans le cadre de la lutte contre le cancer du sein :

  • Le magazine Epidemiology a fait état d’un risque de cancer du sein plus élevé chez les femmes travaillant principalement de nuit
  • Selon une étude israélienne, les femmes vivant dans des quartiers très éclairés la nuit sont plus susceptibles de développer un cancer du sein que celles vivant dans des endroits où l’obscurité nocturne prédomine
  • Une étude sur la santé des infirmières a révélé un nombre de cancers du sein chez les infirmières, plus élevé de 36%, chez celles travaillant de nuit
  • Les femmes aveugles, dont les yeux ne peuvent pas détecter la lumière et qui ont donc une importante production de mélatonine, sont moins touchées que la moyenne par le cancer du sein
  • Si l’on considère les études épidémiologiques dans leur ensemble, il a été démontré que le nombre de femmes touchées par un cancer du sein est plus élevé de 60% chez les femmes travaillant de nuit, même en prenant en compte d'autres facteurs tels que les différences dans l'alimentation.

La mélatonine pourrait améliorer le pronostic des patients atteints du cancer du poumon

D'autres types de cancers pourraient également être affectés par la mélatonine. En 2004, la fondation Life Extension a collaboré avec les centres de traitement du cancer d’Amérique sur le premier essai clinique évaluant les effets de la mélatonine chez des patients atteints de cancer du poumon.

Les résultats, qui ont été publiés au cours de la réunion de l’American Society of Clinical Oncology de 2014, ont mis en évidence une réponse tumorale chez un peu plus de 29 % des patients qui avaient reçu de la mélatonine le soir, chez 8 % de ceux qui la recevaient le matin, et chez 10,5 % des sujets qui avaient reçu un placébo.

Voici ce qu'a rapporté le magazine Life Extension :

« Des études cliniques européennes indiquent que chez les patients atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules, les taux de survie à cinq ans et le taux global de régression des tumeurs étaient plus élevés chez les patients traités concomitamment avec de la mélatonine, que chez ceux qui étaient traités uniquement par chimiothérapie.

Tandis qu'aucun des patients traités par chimiothérapie n'avait survécu après deux ans, 3 sur 49 des patients traités par chimiothérapie associée à la mélatonine, avaient survécu après cinq ans.

Les chercheurs espèrent que des résultats aussi prometteurs pourront convaincre la médecine traditionnelle d'associer la mélatonine aux traitements standards contre le cancer, pour les patients en début de traitement. »

L’importance de la lumière et de l’obscurité pour la synchronisation de vos horloges biologiques

La production de mélatonine est stimulée par l'obscurité et stoppée par la lumière, c’est pourquoi votre taux devrait être au plus haut juste avant de vous coucher.

Ce système parfaitement orchestré vous permet de vous endormir lorsque le soleil se couche et de vous réveiller frais et dispo avec le lever du soleil, tout en vous apportant des bienfaits anti-vieillissement et en luttant contre les maladies.

Si vous avez du mal à vous endormir, un signal indiquant que votre production de mélatonine est stoppée, je vous suggère de dormir dans le noir total et de baisser les lumières au moins une heure avant de vous coucher. Évitez également de regarder la télévision et d'utiliser votre ordinateur ou d'autres gadgets électroniques au moins une heure avant de vous coucher.

Tous ces appareils émettent de la lumière bleue, qui diminuera votre production de mélatonine si vous travaillez après la tombée de la nuit, l’idéal est donc de les éteindre lorsque le soleil se couche. Si vous êtes malgré tout obligé d'utiliser ces appareils, vous pouvez porter des lunettes jaunes qui filtrent les longueurs d’ondes bleues, et/ou utiliser un logiciel gratuit tel que f.lux.

Pour éclairer les pièces le soir, utilisez des ampoules « faibles en lumière bleue », qui émettent une lumière ambrée et n'inhibent pas la production de mélatonine. La qualité de la lumière à laquelle vous êtes exposé dans la journée est un facteur tout aussi important.

Si vous n’êtes pas suffisamment exposé à la lumière du soleil dans la journée, votre rythme circadien risque de se désynchroniser.

La plupart des lampes à incandescence et fluorescentes émettent une lumière de très mauvaise qualité. Pour fonctionner de façon optimale, votre organisme a besoin de la lumière plein spectre que vous recevez en plein air, mais la plupart d’entre nous ne passons pas suffisamment de temps dehors pour tirer avantage de cette saine lumière.

Utiliser des ampoules plein spectre chez vous et au bureau peut contribuer à compenser ce manque de lumière du soleil dans la journée, mais cela ne suffit pas à la remplacer totalement. Faites donc l’effort de sortir au moins 30 à 60 minutes par jour au moment le plus lumineux de la journée, c’est-à-dire aux alentours de midi. Cela vous aidera à « régler » votre horloge circadienne et à mieux dormir.

Pour maintenir une santé optimale, veillez à la qualité de votre sommeil

Souvenez-vous, lorsque votre rythme circadien est perturbé, votre organisme produit moins de mélatonine, ce qui signifie qu'il est moins apte à lutter contre le cancer, et moins protégé contre les radicaux libres qui peuvent accélérer le vieillissement et l'apparition de maladies.

Si vous avez apporté les changements nécessaires à vos habitudes de sommeil et avez toujours du mal à dormir, un supplément de mélatonine de bonne qualité peut s'avérer utile.

La quantité de mélatonine que vous produisez et libérez chaque nuit varie en fonction de votre âge. Les enfants ont généralement des taux de mélatonine plus élevés que les adultes, et le taux continue généralement de diminuer avec l’âge. C’est pourquoi certaines personnes âgées peuvent avoir intérêt à prendre un supplément de mélatonine.

C’est également valable pour les personnes qui travaillent la nuit, voyagent souvent et doivent faire face aux décalages horaires, ou souffrent d'insomnies occasionnelles dues au stress ou à toute autre raison. Commencez par un dosage de 0,25 à 0,5 mg environ, et augmentez-le ensuite si nécessaire.

Si vous commencez à vous sentir plus éveillé, cela signifie que vous devez sans doute réduire le dosage.