Les 9 aliments que vous devez éviter à tout prix

Aliments malsains

En bref -

  • Les viandes transformées augmentent vos risques de cancer, en particulier de cancer des intestins, et il n’a été défini AUCUN niveau en dessous duquel leur consommation serait « sûre ». Abandonnez donc la charcuterie, et optez plutôt pour des viandes bio, d'animaux nourris à l’herbe ou élevés en pâturage, ou pour du saumon sauvage
  • Le popcorn micro-ondable, le sel de table, les fruits et légumes conventionnels tels que les pommes de terre, et les produits à base de soja non fermenté, y compris les isolats de protéines de soja, sont plus nocifs que bénéfiques, car ils renferment de dangereux contaminants
Taille du texte:

Dr. Mercola

De nombreux aliments sont largement promus comme étant bons pour la santé, alors qu’ils ne sont rien d'autre que de la malbouffe nocive. Dans l’article en référence, Jared Koch, fondateur du site Clean Plates, publie une liste de neuf aliments qui sont bien moins « bons pour votre santé » que ce que l’on veut vous faire croire.

Je passe ici en revue les aliments mentionnés dans cette liste.

1. Les tomates en conserve

Les tomates en conserve

De nombreuses grandes marques de produits en conserve utilisent du BPA - une substance chimique toxique associée à des problèmes de reproduction, à des effets neurologiques, à une augmentation du risque de cancer du sein et de la prostate, au diabète, aux maladies cardiaques, et à d'autres graves problèmes de santé.

D'après les tests effectués par le magazine Consumer Report, quelques portions d'aliments en conserve peuvent suffire à dépasser la dose journalière tolérable d’exposition au BPA pour les enfants.

Une acidité élevée - une caractéristique importante des tomates - provoque la libération de BPA dans les aliments. Pour éviter cette substance chimique nocive, évitez tous les produits en conserve, et tenez-vous en aux fruits et légumes frais, ou optez pour les marques qui utilisent des bocaux en verre - en particulier pour les aliments acides tels que les tomates.

2. Les viandes transformées

Les viandes transformées

Jared Koch attire l'attention sur le fait que les charcuteries telles que le salami, le jambon, et le bœuf cuit, sont généralement préparées à partir d'animaux provenant d’élevages industriels (CAFO).

Cela signifie qu’on leur donne des hormones de croissance, des antibiotiques et autres médicaments vétérinaires, et qu'ils sont élevés dans des conditions déplorables qui favorisent les maladies ; ces viandes sont également chargées en nitrite de sodium (un conservateur et agent antimicrobien couramment utilisé qui apporte de la couleur et du goût), et d’autres arômes et colorants artificiels.

Les nitrites peuvent être convertis en nitrosamines par votre organisme, qui sont des substances chimiques extrêmement cancérogènes.

La recherche a associé les nitrites à un taux accru de cancer colorectal, de cancer de l’estomac et du pancréas. Mais ce n’est pas tout. La plupart des charcuteries transformées contiennent également d'autres substances chimiques favorisant le cancer, qui apparaissent au cours de la cuisson. Il s'agit notamment des substances suivantes :

  • Des amines hétérocycliques (AH), qui sont des composants dangereux se formant dans les viandes et autres aliments lors de cuissons à haute température. D'après la recherche, les viandes transformées sont clairement associées à un risque accru de cancers de l’estomac, du colon et du sein.
  • Des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) : de nombreuses viandes transformées sont fumées au cours du processus de séchage, ce qui provoque la formation de HAP. Les HAP peuvent également se former lorsque les viandes sont grillées. Lorsque les graisses tombent sur la source de chaleur, cela dégage des fumées qui enveloppent la viande, et qui peuvent y déposer des HAP cancérogènes.
  • produits terminaux avancés de glycation (PTAG) : lorsque les aliments sont cuits à haute température - y compris lorsqu’ils sont pasteurisés ou stérilisés - cela augmente la formation de PTAG. Les PTAG s'accumulent dans l’organisme avec le temps, engendrant stress oxydatif, inflammation, et augmentant le risque de maladies cardiaques, de diabète et de maladies rénales.

Les viandes transformées ne sont donc pas des aliments sains et quiconque devrait absolument éviter d’en consommer, d'après une revue, effectuée en 2011, de plus de 7000 études cliniques portant sur le lien entre l’alimentation et le cancer.

C’est l’examen des éléments de preuve le plus important jamais entrepris, et il confirme les précédentes découvertes : les viandes transformées augmentent vos risques de cancer, en particulier de cancer des intestins, et il n'a été défini AUCUN niveau en dessous duquel leur consommation serait « sûre ».

Vous avez donc tout intérêt à abandonner la charcuterie, et à opter plutôt pour des viandes bio, d'animaux nourris à l’herbe, ou pour du saumon sauvage

3. La margarine

La margarine

Résultat malheureux de la folie des régimes pauvres en graisse, les graisses saines telles que le beurre ont été bannies, et la santé publique s’est dégradée. La margarine et autres imposteurs prétendant remplacer le beurre contiennent une myriade de composants malsains, notamment :

  • Des gras trans : ces graisses artificielles présentes dans la margarine, les ‘shortenings’ (matières grasses végétales) et autres beurres à tartiner, se forment au cours du processus d'hydrogénation, qui transforme les huiles végétales liquides en graisse solide. Les gras trans contribuent au développement de maladies cardiaques, de cancers, de problèmes osseux, de déséquilibres hormonaux et de maladies de peau, à la stérilité, à des problèmes de grossesse et d'allaitement, ainsi qu’à des faibles poids de naissance et à des troubles de l'apprentissage chez les enfants. Un panel de scientifiques du gouvernement américain a déterminé que les graisses trans artificielles sont dangereuses, quelles que soient les quantités.
  • Des radicaux libres : les radicaux libres et autres produits de dégradation toxiques se forment au cours de la transformation industrielle à haute température des huiles végétales. Ils contribuent au développement de nombreux problèmes de santé, notamment au cancer et aux maladies cardiaques.
  • Les émulsifiants et conservateurs : de nombreux conservateurs à l'innocuité discutable entrent dans la composition des margarines et des pâtes à tartiner. La plupart des matières grasses végétales solides sont stabilisées au moyen de conservateurs comme le BHT.
  • De l’héxane et d'autres solvants : utilisés au cours du processus d’extraction, ces produits chimiques industriels peuvent avoir des effets toxiques.

L'acide linoléique conjugué (ALC) est connu non seulement pour contribuer à lutter contre le cancer et le diabète, mais il peut également vous aider à perdre du poids, ce qui n’est pas le cas de ses substituts, les gras trans.

Le bon beurre à l'ancienne, lorsqu’il est à base de lait de vaches nourries à l’herbe, est riche en acide linoléique conjugué (ALC). Le beurre est décrié principalement en raison de sa teneur en graisses saturées.

4. Les huiles végétales

Les huiles végétales

De tous les aliments néfastes qui s’offrent à nous, ceux préparés avec des huiles végétales chauffées sont parmi les pires. Ne vous y trompez pas - les huiles végétales ne sont pas les ingrédients sains que l’on a voulu vous faire croire.

C’est en grande partie dû au fait qu’elles sont hautement transformées, et lorsqu’on en consomme en grande quantité, ce qui est le cas de la plupart des adultes, elles perturbent sérieusement le ratio si important oméga-6/oméga-3. Dans l’idéal, ce ratio doit être de 1 pour 1.

Lorsque vous faites cuire des aliments, ils risquent d’être endommagés par la chaleur. Les huiles que vous choisissez pour la cuisson doivent être suffisamment stables pour résister aux modifications chimiques lorsqu’elles sont chauffées à des températures élevées, faute de quoi vous courrez des risques pour votre santé.

Exemple de dommage, en l’oxydant, les huiles végétales convertissent votre bon cholestérol en mauvais cholestérol. Lorsque vous cuisinez avec des huiles végétales polyinsaturées (les huiles de canola, de maïs et de soja par exemple), vous introduisez du cholestérol oxydé dans votre organisme.

Lorsque l’huile est chauffée et mélangée à l’oxygène, elle rancit. Une huile rance est une huile oxydée et ne doit PAS être consommée - elle entraîne directement des maladies cardio-vasculaires. Lorsque ces huiles sont hydrogénées, cela y introduit des graisses trans, ce qui augmente votre risque de maladies chroniques telles que cancer du sein et maladies cardiaques.

Quelle est donc la meilleure huile pour la cuisson ?

De toutes les huiles, l’huile de noix de coco est la plus adaptée pour la cuisson car c’est une graisse presque complètement saturée, ce qui signifie qu’elle est bien moins susceptible de se dégrader à la chaleur.

L’huile de noix de coco est par ailleurs l’une des graisses les plus exceptionnelles et les plus bénéfiques pour votre corps. L’huile d’olive, bien qu’elle soit très saine, est rapidement endommagée par la chaleur et il vaut mieux l'utiliser à froid, pour assaisonner les salades.

5. Le popcorn micro-ondable

Le popcorn micro-ondable

Les perfluoralkyles, qui comprennent l'acide perfluoroctanoïque (APFO), et le perfluorooctane sulfonate (PFOS), sont des substances chimiques utilisées pour éviter que la graisse ne transperce les emballages des fast food ; elles sont ingérées par le biais des aliments et apparaissent ensuite dans le sang, sous forme de contaminants.

Les sacs de popcorn micro-ondable sont enduits d’APFO et lorsqu’ils sont chauffés, ces composés se répandent dans le popcorn.

Ces substances font partie d'un groupe de produits chimiques de plus en plus large, que l’on qualifie de substances « androgynes », car elles sont susceptibles de perturber le système endocrinien et d'affecter les hormones sexuelles. L’EPA a désigné les PFC comme « probablement cancérigènes », et a déclaré que l’APFO « représente un risque pour l’homme en termes de développement et de reproduction. » Les chercheurs ont également associé divers PFC à une série d’autres risques pour la santé, notamment :

  • La stérilité - Une étude publiée dans le magazine Human Reproduction a découvert que les APFO et les PFOS (perfluorooctane sulfonate) augmentent considérablement les risques de stérilité. Les APFO sont associés à une augmentation de 60 à 154 % des risques de stérilité.
  • Les maladies de la thyroïde - Une étude de 2010 a découvert que les APFO peuvent nuire à votre fonction thyroïdienne. Les individus qui présentaient des concentrations élevées d’APFO étaient deux fois plus susceptibles de souffrir d'une maladie de la thyroïde, que ceux qui présentaient des concentrations plus faibles. Votre thyroïde contient des thyroglobulines, des protéines qui se lient à l’iode pour former des hormones, qui à leur tour influent sur pratiquement tous les organes, tissus et cellules de votre organisme. Les hormones thyroïdiennes sont également nécessaires à la croissance et au développement des enfants. Les maladies thyroïdiennes, si elles ne sont pas traitées, peuvent conduire à des maladies cardiaques, à la stérilité, à une faiblesse musculaire et à l’ostéoporose.
  • Le cancer - L’APFO a été associé à des tumeurs sur au moins quatre organes suite à des tests sur les animaux (foie, pancréas, testicules et glandes mammaires chez le rat), et a été associé à une augmentation du taux de cancers de la prostate chez les ouvriers travaillant dans des usines manipulant de l’APFO.
  • Des problèmes de système immunitaire - Plusieurs études conduites par des scientifiques suédois indiquent que les PFC ont un effet néfaste sur le système immunitaire. Ainsi qu’il est expliqué dans un rapport de l’Environmental Working Group (EWG - Groupe de travail pour l’environnement) sur les PFC, l’APFO entraine une diminution de toutes les sous-populations de cellules immunitaires étudiées, dans le thymus et la rate, et provoque une immunosuppression.
  • L'augmentation du taux de cholestérol LDL - Une étude de 2010 publiée dans Archives of Pediatric & Adolescent Medicine a montré que les enfants et les adolescents présentant des taux élevés d'APFO ont un taux de cholestérol total et un taux de LDL (le « mauvais » cholestérol) plus élevé, tandis que le PFOS est associé à une augmentation du cholestérol total, c’est-à-dire du cholestérol LDL et du HDL (ou « bon » cholestérol).

6. Les pommes de terre conventionnelles et tous les fruits et légumes frais connus pour être fortement contaminés par les pesticides

Tous les fruits et légumes

L’idéal est de consommer uniquement des fruits et légumes bio, car les substances chimiques synthétiques ne sont pas autorisées par la réglementation de l’USDA en matière d’agriculture biologique. Ceci étant dit, les fruits et légumes produits de façon conventionnelle ne sont pas tous soumis aux mêmes quantités de pesticides.

Les 15 fruits et légumes suivants sont les plus lourdement chargés en pesticides, ce qui en fait les produits devant être achetés bio, ou cultivés de façon biologique, en priorité :

Pomme

Céleri

Tomate cerise

Concombre

Raisin

Piment fort

Nectarine (d'importation)

Pêche

Pomme de terre

Épinard

Fraise

Poivron

Chou kale

Chou cavalier

Courge d’été

Par contre, il a été déterminé que les produits suivants sont les plus faiblement contaminés par les pesticides, et sont donc les plus sûrs parmi les fruits et légumes conventionnels. Notez que certaines variétés de maïs doux et la plupart des papayes de Hawaï, bien que faiblement contaminées par les pesticides, sont génétiquement modifiées.

Si vous ne savez pas si le maïs doux ou les papayes conventionnelles que vous souhaitez acheter sont génétiquement modifiés, je vous conseille de choisir des variétés bio :

Asperge

Avocat

Chou

Melon Cantaloup

Maïs doux (non génétiquement modifié)

Aubergine

Pamplemousse

Kiwi

Mangue

Champignon

Oignon

Papaye (non génétiquement modifiée. La plupart des papayes provenant de Hawaï le sont)

Ananas

Petits pois (surgelés)

Patate douce

7. Le sel de table

Le sel de table

Le sel est essentiel à la vie - il est impossible de vivre sans. Toutefois, le « sel de table » classique et le sel utilisé dans les aliments transformés sont DIFFÉRENTS du sel dont votre organisme a réellement besoin. Le sel de table n'a d'ailleurs pratiquement rien à voir avec le sel naturel. L’un est néfaste pour la santé, l’autre lui est bénéfique.

  • Le sel raffiné est composé à 98 % de chlorure de sodium, et les 2 % restants sont composés de substances chimiques synthétiques, telles que des absorbeurs d'humidité, et d'un peu d’iode. Il s'agit de substances chimiques dangereuses, telles que du ferrocyanure et de l'aluminosilicate. Certains pays européens, qui ne pratiquent pas la fluoration de l’eau potable, ajoutent également du fluor dans le sel de table
  • Le sel naturel est composé à environ 84 % de chlorure de sodium. Les 16 % restants, dans le sel naturel, consistent en d'autres minéraux naturels, notamment des oligo-éléments tels que du silicium, du phosphore et du vanadium

Sachant que le sel est absolument essentiel pour être en bonne santé, je vous conseille d'opter pour un sel pur, non raffiné. Mon favori est un sel de mer ancien, entièrement naturel, qui provient de l’Himalaya.

Le sel d’Himalaya est totalement pur : il a passé des milliers d'années à s'affiner sous une pression tectonique extrême, loin de toutes impuretés, il n’est donc pas contaminé par les métaux lourds ni les toxines industrielles modernes.

De plus, il est extrait et lavé à la main, et très peu transformé. Le sel d’Himalaya ne contient que 85 % de chlorure de sodium, les 15 % restants étant constitués d’oligo-éléments des mers préhistoriques. Le sel naturel non raffiné est important pour de nombreux processus biologiques, notamment :

  • Il est un composant essentiel du plasma sanguin, de la lymphe, du liquide extracellulaire, et même du liquide amniotique
  • Il permet aux nutriments de pénétrer et de ressortir de vos cellules
  • Il maintient et régule la pression artérielle
  • Il augmente le nombre de cellules gliales dans le cerveau, qui sont responsables de la pensée créative et de la planification à long terme
  • Il aide votre cerveau à communiquer avec vos muscles, ce qui vous permet de bouger sur commande, via un échange entre les ions sodium et potassium

8. Les isolats de protéines de soja et tous les produits à base de soja non fermenté

Les isolats de protéines de soja et tous les produits à base de soja non fermenté

Malheureusement, la majeure partie de ce que les médias vous ont amené à croire à propos du soja est tout simplement erronée. L'un des plus gros problèmes que pose le soja est le fait que 90 à 95 % des fèves de soja cultivées aux États-Unis sont génétiquement modifiées, et qu’elles servent à la fabrication d’isolats de protéines de soja.

Les graines de soja génétiquement modifiées sont conçues pour être « résistantes au Roundup », ce qui signifie qu’elles peuvent supporter des doses d’herbicides qui leurs seraient en principe fatales.

L'ingrédient actif du Roundup, le glyphosate, perturbe l’équilibre hormonal fragile du cycle reproducteur de la femme. De plus, le glyphosate est toxique pour le placenta, qui sert à transmettre des nutriments vitaux de la mère à l’enfant, et à éliminer les déchets.

Lorsque le placenta est endommagé ou détruit, cela peut entrainer une fausse couche. Les enfants des femmes ayant été exposées à des doses même minimes de glyphosate sont exposés à de graves malformations congénitales.

Le mécanisme nocif du glyphosate n'a été identifié que récemment, et démontre la façon dont cette substance chimique perturbe le fonctionnement des cellules, et est à l’origine de bon nombre de nos maladies modernes, notamment de l’autisme.

On trouve des isolats de protéines de soja dans les barres protéinées, dans les substituts de repas sous forme de milk-shake, dans les boissons aux fruits en bouteille, dans les soupes et les sauces, dans les succédanés de viande, les viennoiseries, les céréales de petit-déjeuner et dans certains compléments alimentaires.

Même si vous n’êtes pas végétarien et ne consommez pas de lait de soja ni de tofu, il est important de lire attentivement les étiquettes présentes sur les produits. Il existe tellement de noms différents pour les additifs issus du soja, que vous pourriez rapporter chez vous un produit à base de soja génétiquement modifié sans même le savoir.

En plus des isolats de protéines de soja, il vaut mieux éviter TOUS les produits à base de soja non fermenté si vous êtes soucieux de votre santé.

Des milliers d’études ont établi un lien entre le soja non fermenté et la dénutrition, les troubles digestifs, l’effondrement du système immunitaire, les dysfonctionnements de la thyroïde, le déclin cognitif, les troubles de la reproduction et la stérilité - et même le cancer et les maladies cardiaques.

Le seul soja présentant des bienfaits pour la santé est le soja bio qui a été correctement fermenté, et les produits fabriqués à partir de ce soja sont les seuls que je recommande de consommer. Après un long processus de fermentation, les taux de phytates et « d'anti-nutriments » présents dans les fèves de soja diminuent, et elles deviennent alors bénéfiques pour votre système digestif.

9. Les édulcorants artificiels

Les édulcorants artificiels

Contrairement à ce que l’on pense souvent, les études ont montré que les édulcorants artificiels tels que l'aspartame peuvent stimuler l’appétit, augmenter les envies de glucides, et favoriser le stockage des graisses et la prise de poids. Au cours de l’une des plus récentes de ces études, il a été montré que la saccharine et l’aspartame provoquent une prise de poids plus importante que le sucre.

L’aspartame est sans doute l'un des plus préoccupants. Il est composé principalement d'acide aspartique et de phénylalanine. La phénylalanine en a été modifiée synthétiquement pour porter un groupe méthyle, qui est le principal responsable de la saveur sucrée.

Ce lien phénylalanine méthyle, appelé ester méthylique, est très faible, ce qui permet au groupe méthyle sur la phénylalanine de se détacher facilement et de former du méthanol.

Vous avez peut-être entendu dire que l’aspartame est sans danger car on trouve également du méthanol dans les fruits et les légumes. Toutefois, dans les fruits et légumes, le méthanol est fermement lié à la pectine, ce qui lui permet de traverser votre système digestif en toute sécurité. Ce n’est pas le cas du méthanol généré par l'aspartame ; il ne se lie à rien qui puisse aider à l’éliminer de votre organisme.

Le méthanol agit à la façon du cheval de Troyes ; il est acheminé vers des tissus sensibles de votre organisme, tels que votre cerveau et votre moelle osseuse, où l’alcool déshydrogénase, qui est une enzyme, le convertit en formaldéhyde, qui provoque des ravages au niveau des protéines sensibles et de l’ADN.

Tous les animaux EXCEPTÉ L’HOMME disposent d’un mécanisme de protection qui leur permet de décomposer le méthanol en acide formique, qui est inoffensif. C’est pourquoi les résultats des tests de toxicologie sur les animaux sont discutables. Ils ne peuvent pas s'appliquer totalement à l’homme.