La FDA revient sur sa position quant à la prise quotidienne d'aspirine

Dosage de l'aspirine

En bref -

  • Les études scientifiques n’ont pas réussi à prouver que l'aspirine, à faible dose, offre une protection efficace et sûre contre les maladies cardiovasculaires
  • L'aspirine peut entrainer de nombreux et graves problèmes de santé, entre autres des hémorragies gastro-intestinales et intra-cérébrales, des ulcères, des insuffisances rénales, ou la cécité
  • Une approche plus sûre et plus efficace pour prendre soin de votre santé cardiaque consiste à réduire l’inflammation chronique via l’alimentation, la pratique d’exercice physique, l’exposition au soleil, et la connexion à la Terre
Taille du texte:

Dr. Mercola

Si vous n'avez jamais été victime d'une crise cardiaque, tenez-vous à distance de votre tube d'aspirine...

Après avoir encouragé la prise d’aspirine pendant plusieurs dizaines d'années, la FDA déclare aujourd'hui que, si vous n’avez jamais été victime d'un problème cardiaque, vous ne devez pas prendre d'aspirine quotidiennement — même si vous avez des antécédents familiaux de maladies cardiaques.

La FDA déclare aujourd'hui sur son site Internet :

« La FDA a conclu que les données ne soutiennent pas la prise d'aspirine comme traitement préventif pour les personnes n’ayant jamais subi de crise cardiaque, d’AVC ou de problème cardiovasculaire, une pratique qualifiée de « prévention primaire ».

Chez ces personnes, les bénéfices n’ont pas été prouvés, mais les risques - tels que de dangereuses hémorragies cérébrales ou gastriques - restent présents. »

Cette annonce a été provoquée par la demande de la société Bayer de modifier l’étiquetage de l'aspirine qu’elle commercialise, afin d'indiquer qu'il peut prévenir les attaques cardiaques chez les personnes en bonne santé.

L’aspirine a généré l’année dernière 1,27 milliards de dollars de chiffre d'affaires pour Bayer, et d'après la demande de cette société, on comprend qu’elle souhaiterait que tout le monde utilise ce médicament.

Mais la FDA a répondu - à juste titre - « pas si vite ». Les données soutenant la prise d'aspirine à titre préventif se sont affaiblies progressivement pour finalement disparaître tout à fait.

C’est pourquoi je la déconseille depuis plus de dix ans. Il semble que l'aspirine, même « l’aspirine à faible dose » (AFD), fasse plus de mal que de bien.

Le fait que l'aspirine ait le MOINDRE effet protecteur contre les maladies cardiovasculaires, même si vous avez subi une crise cardiaque ou un AVC, est d'ailleurs contestable.

De récentes études scientifiques ont révélé de nombreux effets secondaires graves suggérant que, quels que soient les bénéfices que puisse apporter l’aspirine, ils pourraient être éclipsés par ses risques, en particulier lorsqu'on sait qu’il existe des alternatives naturelles, et plus sûres.

L’aspirine pourrait masquer la survenue d’un évènement cardiaque

Chaque année, environ 800.000 personnes décèdent des suites de maladies cardiovasculaires, ce qui comprend les crises cardiaques et les AVC.

C’est pourquoi la santé cardiaque fait l’objet d'une telle attention, et pourquoi l'aspirine a été proclamé comme étant un « remède miracle » par ceux qui pensaient qu'il représentait un traitement préventif sûr et efficace. Mais cette époque est révolue.

Il y a près de 10 ans, le Dr. John G.F. Cleland, cardiologue de l’université de Hull, au Royaume Uni, a écrit un excellent article qui a été publié dans le British Journal of Medicine, remettant en question l’efficacité du traitement à base d'aspirine, en prévention des crises cardiaques.

En se basant sur une série de méta-analyses de l’Antithrombotic Trialists' Collaboration, qui est un corpus de recherches considérable, ayant suivi plus de 100.000 patients à haut risque d’évènement cardiaque, le Dr. Cleland a conclu que le traitement à base d'aspirine ne sauvait pas de vies. L'aspirine modifie plutôt la façon dont les évènements vasculaires se présentent.

Le nombre d’évènements non mortels est peut-être réduit, mais le nombre de morts subites augmente, car ce que la plupart des médecins ignorent, c’est que l'aspirine, étonnamment, peut masquer un évènement cardiaque.

Le Dr. Cleland a également découvert que les études vantant les bienfaits de l'aspirine comportent de graves lacunes, et que leurs interprétations sont partiales. Depuis la première étude du Dr. Cleland, un déluge d’études scientifiques a confirmé les revers de l’aspirine, que je résume ci-après.

L'aspirine augmente votre risque d’hémorragie

Non seulement l’aspirine n'a pas réduit la prévalence des crises cardiaques et des AVC, mais la liste de ses effets secondaires semble s'allonger à mesure que les études se multiplient.

Au premier rang de ces effets secondaires, l’hémorragie gastro-intestinale, car l’aspirine agit sur les plaquettes - les cellules sanguines qui permettent à votre sang de coaguler.

L'aspirine augmente également votre risque d’hémorragie cérébrale, en particulier si vous êtes âgé. Une étude a découvert un taux élevé de mortalité chez des personnes âgées qui avaient pris de l’aspirine de façon prophylactique après avoir subi un traumatisme crânien, et avaient ensuite souffert d'une hémorragie cérébrale fatale.

L'aspirine détruit la muqueuse de votre tractus gastro-intestinal

La prise régulière d'aspirine détruit également la muqueuse de votre tractus gastro-intestinal, augmentant votre risque d’ulcère duodénal, d'infection par H. Pylori, de maladie de Crohn, de maladie diverticulaire, de maladie inflammatoire chronique de l’intestin (MICI) et de perforation intestinale.

Plus de 10 % des patients prenant de l’aspirine à faible dose développent un ulcère gastrique. Les dommages occasionnés au duodénum - la partie la plus haute de votre intestin, dans laquelle est déversé le contenu de l’estomac - peuvent provoquer des ulcères duodénaux, qui sont sujets aux hémorragies. Il a été prouvé que même l’aspirine à faible dose provoque des problèmes.

Une étude japonaise a découvert que l’incidence des hémorragies de l’ulcère, chez les patients atteints d'un ulcère duodénal et suivant un traitement à base d’aspirine à faible dose (AFD), était plus élevée que chez les patients ne suivant pas un tel traitement.

Une étude australienne a également montré que l’aspirine provoque des dommages gastro-duodénaux, même au faible dosage indiqué pour la protection cardiovasculaire (80mg). Enfin, des chercheurs japonais ont démontré que l'aspirine avait provoqué de « légères lésions intestinales » chez 80 % des participants à l’étude, après seulement deux semaines de traitement à base d’aspirine.

AUTRES mauvaises nouvelles pour Bayer

Chaque année, l'aspirine et autres AINS tuent 15.000 personnes et sont responsables de l’hospitalisation de 100.000 autres — et il s’agit probablement d’estimations prudentes.

L'aspirine pourrait être l’un des plus anciens médicaments meurtriers ! Des preuves historiques sérieuses démontrent que le surdosage d'aspirine a contribué dans une large mesure au nombre élevé de décès lors de la pandémie de grippe de 1918. La toxicité de l’aspirine peut se manifester par des hémorragies et une accumulation de fluides dans les poumons, pouvant entrainer la mort.

Ajoutant encore au poids des travaux du Dr. Starko, une étude animale conduite en 2010 suggère que le traitement de la grippe par des antipyrétiques (tels que l’aspirine) peut augmenter votre risque de décès. Cette étude a porté sur des animaux, mais les résultats étaient suffisamment convaincants pour que les chercheurs « réclament urgemment » une étude sur l’homme.

L'aspirine épuise également l’organisme des réserves de nutriments importants, tels que la vitamine C, la vitamine E, l'acide folique, le fer, le potassium, le sodium et le zinc et diminue votre production de mélatonine.

En plus de la liste, qui ne cesse de s'allonger, des agressions de l'aspirine sur l’organisme, la prise régulière d'aspirine est associée à des problèmes de santé encore plus étendus, tels que :

  • Augmentation du risque d'un certain type de cancer du sein (ER/PR négatif)
  • Augmentation du risque d’insuffisance rénale
  • Cataracte, dégénérescence maculaire, et cécité
  • Perte d'audition et acouphènes
  • Troubles érectiles : l'aspirine et autres AINS sont liés à une augmentation de 22 % du risque de troubles érectiles, d'après les chercheurs de l’association Kaiser, qui ont étudié les cas de plus de 80.000 hommes

La véritable clé pour protéger votre cœur est de réduire l’inflammation chronique

Pour en revenir à votre cœur, compte tenu de tous ses effets indésirables, pourquoi prendre le risque de prendre de l'aspirine alors qu’il existe des alternatives plus sûres et plus efficaces ?

La clé est de traiter l’inflammation chronique en effectuant des modifications spécifiques dans votre hygiène de vie, qui concernent l’alimentation, l’exercice, l’exposition au soleil, et le contact peau nue avec la Terre.

1er conseil pour la santé cardiaque : adoptez une alimentation VÉRITABLEMENT saine pour le cœur

Mon régime spécial « santé du cœur » est très différent de ce que les organismes de réglementation et la plupart des cardiologues conventionnels recommandent - car le mien s'appuie sur la science.

Le tableau qui suit résume mes recommandations nutritionnelles de base, qui permettent toutes d'apaiser l’inflammation chronique.

Limitez ou éliminez de votre alimentation tous les aliments transformés et génétiquement modifiés (OGM)

Éliminez le gluten et les aliments hautement allergènes et pro-inflammatoires

Remplacez tous les gras trans (huiles végétales, margarine, etc.) par des graisses saines, présentes par exemple dans l’avocat, le beurre cru, les noix, les graines et l'huile de noix de coco

Mangez au moins un tiers de vos aliments crus, si possible

Augmentez la quantité de légumes frais dans votre alimentation

Consommez chaque jour des aliments fermentés naturellement, ce qui augmentera la diversité microbienne dans vos intestins et contribuera à réduire l’inflammation chronique à un niveau minimum

Évitez les édulcorants artificiels quels qu’ils soient

Limitez votre consommation de sucre, en particulier de fructose raffiné. Limitez votre consommation de fructose à moins de 25 grammes par jour, toutes sources confondues, y compris les fruits entiers. Si vous souffrez de résistance à l’insuline, de diabète, d'hypertension ou de maladie cardiaque, il vaut mieux limiter votre consommation de fructose à 15 grammes par jour au maximum

Mangez autant que possible des aliments bio afin d’éviter l’exposition aux substances chimiques agricoles nocives, tels que le glyphosate

Pour rééquilibrer votre ratio oméga 3 / oméga-6, prenez un supplément d’oméga-3 de haute qualité, comme de l’huile de krill, et réduisez votre consommation d’huiles végétales raffinées, qui sont riches en acides gras oméga-6 de mauvaise qualité et en gras trans

Buvez beaucoup d’eau pure et fraiche

2ème conseil pour la santé cardiaque : il est ESSENTIEL d'éviter les gras trans

On pensait que l’effet protecteur de l'aspirine était dû au fait qu’il inhibe la cyclo-oxygénase et module donc favorablement la synthèse des prostaglandines inflammatoires, ce qui, essentiellement, diminue la formation de plaquettes et donc « fluidifie le sang ». Toutefois, il y a des moyens bien plus efficaces pour influencer cette voie favorablement.

Les gras trans empêchent la formation de prostacycline, qui fluidifie le sang. Si vous évitez soigneusement tous les gras trans, votre corps se fera un plaisir de fabriquer de la prostacycline et votre sang restera fluide, ce qui vous évitera crises cardiaques et AVC.

Il est essentiel d'éviter les gras trans pour préserver votre santé cardiovasculaire. C’est une méthode BIEN plus efficace que de consommer des gras trans et de prendre de l'aspirine pour fluidifier votre sang.

3ème conseil pour la santé cardiaque : faites de l’exercice et modifiez vos heures de repas

L'un des principaux avantages de l’exercice physique, c’est qu’il optimise vos taux d'insuline et de leptine. Suivre les recommandations diététiques ci-dessus vous rapprochera du but, mais ajouter la pratique d’exercices physiques vous fera franchir la ligne d'arrivée.

Si votre taux d'insuline à jeun est supérieur à trois, envisagez sérieusement de restreindre votre apport de céréales et de sucres, jusqu'à retrouver un taux d’insuline de trois, ou inférieur à trois (en ce qui concerne le fructose, essayez de ne pas dépasser 15 grammes par jour).

Vous pouvez inclure le jeûne intermittent dans votre programme diététique et sportif, ce qui peut accélérer vos progrès.

Le jeûne intermittent augmente la sensibilité à l’insuline et à la leptine, ainsi que l’efficacité des mitochondries, réduit le stress oxydatif, booste la production d'hormones de croissance et vous aide à éliminer tout excès de graisse corporelle.

C’est un point important, car la résistance à l’insuline et à la leptine sont au cœur de la plupart des maladies cardiovasculaires.

4ème conseil pour la santé cardiaque : améliorez votre viscosité sanguine en vous connectant à la Terre

La connexion à la Terre pourrait bien être l’un des secrets les mieux gardés pour prévenir les caillots sanguins ! En termes simples, la connexion à la Terre (ou ‘grounding’), c’est le phénomène qui se produit lorsque vous marchez pieds nus sur la terre, dans l’herbe, le sable, sur la brique, etc.

Des électrons libres sont transférés de la Terre à votre corps par l’intermédiaire de vos pieds, et ces électrons sont parmi les plus puissants antioxydants connus.

L'une des découvertes les plus importantes à propos de la connexion à la Terre, c’est qu’elle diminue la viscosité de votre sang, ce qui a des répercussions importantes sur la santé cardiovasculaire, car presque tous les aspects des maladies cardiovasculaires sont corrélés à une viscosité sanguine élevée.

L’effet de la connexion à la Terre sur la fluidité du sang est si efficace que toute personne suivant un traitement anti-coagulant, à base de Coumadine, par exemple, doit diminuer son dosage si elle commence à pratiquer le grounding.

Lorsque vous vous connectez à la Terre, vos globules rouges ont une charge plus importante à leur surface, ce qui les oblige à se repousser les uns les autres, ils ont donc moins tendance à se « coller » ensemble et à former des caillots. Cela permet à votre sang de circuler plus facilement, et fait baisser votre tension artérielle.

Même un minuscule caillot sanguin peut être mortel s’il se loge dans une partie critique du corps, cette « fluidification du sang » offre donc d’immenses bienfaits pour la santé. Une mise en garde toutefois : si vous prenez de la Coumadine, la pratique du grounding est déconseillée car elle pourrait fluidifier votre sang de manière excessive.