Supprimez Google de votre vie

intelligence artificielle

En bref -

  • Google, l’un des plus importants monopoles qui n’aient jamais existé, représente une menace majeure pour toutes les personnes qui s'intéressent à la santé, à l'alimentation, aux compléments alimentaires, et qui souhaitent obtenir des informations fiables sur ces sujets, ou sur d'autres questions
  • S'il n’est pas la seule menace pour notre vie privée, Google est l’une des plus importantes. Il enregistre absolument tout ce que vous faites sur Internet au moyen des outils Google, et établit des profils de personnalité extrêmement détaillés de tous ses utilisateurs
  • Le recueil par Google des données sur les utilisateurs aurait soi-disant un objectif purement commercial, mais les profils pourraient tout aussi bien être utilisés à des fins bien plus malveillantes, qui porteraient atteinte à la liberté
  • En plus de monopoliser Internet, Google est également très présent dans les domaines de l’éducation des enfants, de la santé et même de l’industrie alimentaire, et participe à des recherches sur l'ingénierie sociale, sur l’intelligence artificielle et sur des applications militaires
Taille du texte:

Dr. Mercola

Google, de loin l’un des plus importants monopoles qui n’aient jamais existé, représente une menace majeure pour toutes les personnes qui s'intéressent à la santé, à l'alimentation, aux compléments alimentaires, et qui souhaitent obtenir des informations fiables sur ces sujets, ou sur d'autres questions.

S'il n’est pas la seule menace pour notre vie privée, Google est sans aucun doute l’une des plus importantes. Au fil du temps, Google s’est positionné de telle manière qu’il est aujourd'hui profondément intégré et impliqué dans notre vie quotidienne.

Il est important de savoir que Google enregistre absolument tout ce que vous faites sur internet si vous utilisez un outil Google, et que ces données sont utilisées pour établir des profils de personnalité extrêmement détaillés.

« Chaque mot de chaque e-mail envoyé par l’intermédiaire de Gmail, et chaque fois que vous cliquez dans un navigateur Chrome, l’entreprise le voit. ‘Nous n'avons pas besoin que vous écriviez,’ avait un jour expliqué Eric Schimdt, co-fondateur de Google. ‘Nous savons où vous êtes. Nous savons où vous êtes allé. Nous savons à peu près à quoi vous pensez.’ »

Qui peut savoir à quelles fins ces profils - qui permettent pour ainsi dire de lire dans les pensées - sont véritablement utilisés. Cette collecte de données serait soi-disant réalisée principalement à des fins commerciales, pour permettre aux entreprises de cibler les utilisateurs en fonction de leurs intérêts établis pour certaines activités ou certains produits.

Ceci est déjà suffisamment déplorable, mais les profils pourraient tout aussi bien être utilisés à des fins bien plus malveillantes, qui porteraient atteinte à la liberté, et les faits ont d'ailleurs prouvé que cela se produit d'ores et déjà.

Sachez que Google est également la plus importante entreprise au monde spécialisée dans l’intelligence artificielle (IA), depuis qu’elle a racheté la société Deep Mind pour 500 millions de dollars, il y a plusieurs années. Deep Mind emploie aujourd'hui plus de 700 chercheurs en IA, l'équipe la plus importante au monde dans ce domaine.

Ils sont responsables de la défaite du champion humain de Go l’année dernière, ce qui est bien plus complexe que de battre un champion d’échecs. À ce niveau d'intelligence artificielle, ils n’ont aucun mal à faire le tri dans vos données, grâce à leurs algorithmes d'apprentissage profond, et à repérer des habitudes qu’ils peuvent exploiter.

L'article paru en 2013, « What Surveillance Valley Knows About You » (« Ce que la vallée de la surveillance sait sur vous ») est une lecture révélatrice que je vous recommande, et qui décrit le caractère terriblement invasif de cette collecte et de cette distribution de données, et à quel point elles peuvent être dangereuses si vous apparaissez sur certaines listes particulières.

Les collectes de données de Google sont particulièrement inquiétantes au regard de ses liens avec le milieu militaire, et du fait que l’entreprise ait été surprise à enfreindre le droit à la vie privée et à faire de fausses déclarations quant au type et aux quantités de données qu’elle collecte et partage - et cela à de maintes reprises.

Ne vous y trompez pas : recueillir des données sur ses utilisateurs est l'activité principale de Google. Le fait qu'il vous rende certains services en le faisant n'a pour but que de détourner votre attention des violations de la vie privée qui sont en jeu.

Les multiples facettes de la domination de Google

Le monopole de Google sur Internet, centré sur la surveillance et le partage d'informations personnelles, n’est qu'un début. Le géant de la technologie est également impliqué dans :

L’éducation des enfants, fidélisant astucieusement la future base de clients que représentent les enfants, grâce à des placements de produits dans les écoles. De nombreuses écoles n’utilisent plus de livres.

Le travail en classe est effectué uniquement sur des tablettes ou des ordinateurs équipés de logiciels fournis par Google, tels que Google Classroom, Google Docs et Gmail. Voici un extrait d’un article paru récemment dans le New York Times :

Lorsqu’ils sont en dehors de l’école, les enfants sont encouragés à transformer leurs comptes scolaires en comptes personnels - une démarche qui permet à Google d'établir des profils de personnalités et des profils à des fins commerciales extrêmement détaillés des individus, dès leur plus jeune âge.

L’ingénierie sociale — Google contrôle activement les discours publics - ce que l’on appelle également l'ingénierie sociale - en censurant discrètement certains types d'informations. Pour citer un exemple, le site Activist Post a récemment révélé la façon dont YouTube a censuré Ron Paul, ancien membre du congrès, ainsi que le candidat républicain à la présidence de 2011, pour avoir voulu promouvoir la paix.

Ainsi qu’il est souligné dans l'article, « Nous assistons sur YouTube et sur Facebook à des manœuvres destinées à faire taire l’opposition qui milite en faveur de la paix... Cette répression coïncide avec une pression massive de la part des principaux médias, destinée à diviser les gens... dans le but de créer un climat si tendu que les gens ne se préoccupent pas de savoir qui les contrôle. »

Google s’est également décrété l'arbitre des « fake news », ou fausses informations, en censurant l’information selon ses propres critères de ce qui est vrai ou faux. Inutile de vous dire que cela permet également à Google de censurer les informations qui ne serviraient pas au mieux ses propres intérêts.

La santé, avec un intérêt particulier pour la promotion des médicaments. Google s’est par exemple récemment associé à l’Alliance nationale contre la maladie mentale, et a lancé un questionnaire d'auto-évaluation sur la dépression - un questionnaire qui, sans surprise, oriente les participants vers une solution médicamenteuse.

L’industrie alimentaire, ouvrant la voie à la normalisation des substituts de viande.

L’IA — À terme, l’objectif est de créer des intelligences artificielles auto-apprenantes, capable d'imiter le processus de la pensée humaine. Ainsi qu’il est expliqué sur le site de Google dédié à l’IA, « Notre mission est d'organiser l’information du monde, et de la rendre universellement accessible et utile... de résoudre les problèmes de nos utilisateurs, de nos clients et du monde...

l’IA nous permet d’examiner les anciens problèmes sous des angles nouveaux, et contribue à faire évoluer notre façon de vivre et de travailler, et nous pensons que son impact sera véritablement significatif lorsque tout le monde y aura accès. »

‘Don’t Be Evil’ (‘Ne soyez pas malveillants’)

Ironiquement, Google fait aujourd'hui exactement l’inverse de ce que prônait sa devise originale : « Ne soyez pas malveillants ». Lorsque Google est devenu Alphabet, il a adopté un slogan plus détaillé : « Conduisez-vous correctement - respectez la loi, agissez avec honneur, et traitez les autres avec respect. »

L’entreprise a également bien du mal, cependant, à respecter cette nouvelle devise. Elle semble être rarement capable de distinguer le bien du mal - en tous cas s'agissant de ses utilisateurs - et l’entreprise agit régulièrement comme si elle était au-dessus des lois du pays.

L’année passée, Google a été reconnu coupable d'avoir violé les règles antitrust de l’Union européenne en favorisant ses propres filiales commerciales dans les résultats de recherches, par rapport à leurs concurrents, et condamné à une amande de 2,7 milliards de dollars.

Pourquoi il faut se préoccuper des monopoles tels que Google

Malheureusement, de nombreuses personnes ne comprennent pas le problème que pose Google. Ses services sont utiles et pratiques, ils facilitent et égayent la vie à bien des égards. Il s'agit là d’un appât, que nombreux sont ceux à avaler sans se soucier le moins du monde du véritable prix de ces services, ou en sous-estimant simplement la menace que représente la collecte de toutes ces données personnelles.

Si vous faites partie de ces personnes, je vous demande de vous pencher sérieusement sur cette question, car les monopoles menacent véritablement notre mode de vie, à bien des égards. Ainsi que l’explique Barry Lynn, journaliste économique et ancien directeur de l’institut Open Markets :

« Le premier problème, c’est la protection du consommateur, et les risques de préjudices au consommateur. Nous avons créé au départ des lois antitrust pour protéger nos libertés, souvent en tant que producteurs de ‘choses’... Ma liberté d'apporter mon blé, mes idées, le produit de mon travail, sur le marché. C’est ça, la liberté. »

Comment faire disparaître Google de votre vie

Alphabet, la société mère rebaptisée, qui héberge Google et ses divers départements, est devenue une super entité dont les ‘tentacules’ atteignent le gouvernement, la production alimentaire, la santé, l’éducation, les applications militaires et la création d'intelligences artificielles plus ou moins indépendantes.

Les données sont l'une des composantes clés de ces entreprises - vos données personnelles, la surveillance de toutes les pages internet que vous visitez et la moindre pensée que vous écrivez sur un appareil fonctionnant avec Google, de même que le suivi géographique de vos moindres déplacements.

En dehors de l’envoi de publicités ciblées, à quoi ces informations peuvent-elles servir, à terme ? Comment peuvent-elles être utilisées, en association avec des robots militaires équipés d’IA ? Comment pourraient-elles être utilisées pour influencer vos décisions en termes de soins médicaux ?

Comment pourraient-elles être utilisées pour influencer vos décisions en termes de mode de vie ? Comment peuvent-elles être (ou sont-elles) utilisées pour modeler la politique et la société toute entière ?

Aujourd'hui, être un consommateur avisé implique de prendre des décisions judicieuses et éclairées en matière de technologie.

Toute personne qui réfléchit un tant soit peu aux ramifications du monopole sans cesse croissant de Google dans nos vies quotidiennes, tremble sans doute à l'idée des possibilités qu’elles lui offrent, et sera certainement d'accord avec moi pour dire que nous ne pouvons pas laisser perdurer cette situation.

Cette année, décidez de mettre un terme à l’une des plus grandes fuites de données personnelles de votre vie, en boycottant tous les produits Google. Voici un résumé des mesures que vous pouvez prendre dès aujourd'hui. Pour plus d'informations, rendez-vous sur Goopocalypse.com's boycott Google page. Évitez tous les produits Google quels qu’ils soient :

  • Cessez d'utiliser les moteurs de recherche de Google. L'une des meilleures alternatives que j'ai trouvé pour l’instant est DuckDuckGo
  • Désinstallez Google Chrome et optez pour le navigateur Opera, utilisable sur tous les ordinateurs et appareils mobiles. Du point de vue de la sécurité, Opera est bien meilleur que Chrome et offre un service RVP (réseau virtuel privé) gratuit, qui préserve davantage encore votre vie privée
  • Si vous avez un compte Gmail, fermez-le et ouvrez un compte auprès d'un fournisseur de messagerie électronique non affilié à Google, tel que ProtonMail, un service de messagerie cryptée basé en Suisse
  • N'utilisez plus Google Docs. Le site internet Digital Trends a publié un article, suggérant différentes alternatives
  • Si vous êtes élève au collège, ne convertissez pas les comptes Google que vous avez créés au collége, en comptes personnels