Une étude de cas montre que le CBD réduit les tumeurs

tumeur

En bref -

  • Au cours d'une récente étude de cas, un homme de 81 ans dont l’identité n’est pas révélée, auquel on avait diagnostiqué un adénocarcinome pulmonaire un an auparavant et qui avait refusé tout autre traitement, a pris de l’huile de CBD et a vu la taille de sa tumeur diminuer de façon impressionnante
  • La réduction de la taille de sa tumeur a été documentée par ses médecins, au moyen de radiographies et de scanners
  • Une étude portant sur deux composés cannabinoïdes a permis d'obtenir des résultats impressionnants, notamment le soulagement de la douleur, la restauration de l’appétit et la réduction de tumeurs cérébrales
  • Votre organisme est pourvu de récepteurs de cannabinoïdes naturels, ce qui indique que vous fabriquez ces composés naturellement ; produits en quantités appropriées, les cannabinoïdes sont essentiels pour rester en bonne santé
Taille du texte:

Dr. Mercola

Le cannabis est utilisé depuis longtemps en médecine botanique traditionnelle. Le terme cannabis médical fait référence à l’utilisation de la plante entière, non transformée, et de son extrait pur, pour traiter des maladies ou soulager un symptôme.

Pour pouvoir être utilisé à cette fin, le produit doit être issu de plants de cannabis de qualité médicinale qui ont été soigneusement cultivés, sans pesticides ni engrais toxiques.

Le cannabis renferme plus de 400 substances chimiques et au moins 60 cannabinoïdes différents - des composés chimiques auxquels seul le corps humain est conçu pour réagir.

Les deux principaux sont le cannabidiol (CBD) et le tétrahydrocannabinol (THC), ce dernier étant le composant psychoactif de la marijuana.

D'après l’Institut national américain de la toxicomanie, des résultats particulièrement remarquables d’études scientifiques ont conduit à la création de deux médicaments, sous formes de comprimés, contenant des substances cannabinoïdes et approuvés par l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (FDA), qui a autorisé uniquement l’utilisation d’ingrédients simples, et non de la plante entière.

Le fait que l’huile de CBD apparaisse et disparaisse régulièrement de la liste des drogues du tableau I (la catégorie la plus dangereuse, réservée à des drogues telles que le LSD et l’héroïne) pourrait témoigner d'une lutte sous-jacente entre les résultats de recherches et le désir d’exploiter le potentiel financier des comprimés.

Récemment, un patient britannique anonyme a été traité à l’huile de CBD et a obtenu des résultats remarquables, attestés par ses médecins.

Un patient britannique anonyme voit sa tumeur pulmonaire réduite grâce à l’huile de CBD

Le Daily Mail a rapporté le cas d’un patient de 81 ans, anonyme à l'heure qu'il est mais dont on pense qu’il habiterait Stoke-on-Trent, au Royaume-Uni, qui a vu sa tumeur réduite de façon impressionnante après avoir consommé quotidiennement de l’huile de CBD.

Le patient de 81 ans serait un ex-fumeur qui avait été traité 15 ans auparavant pour un cancer de la prostate.

L'homme avait été diagnostiqué d'un adénocarcinome pulmonaire en octobre 2016, une forme de cancer du poumon qui représente 80 % de tous les cancers pulmonaires diagnostiqués au Royaume-Uni.

Il avait refusé les traitements de chimiothérapie et de radiothérapie qui lui avaient été proposés pour prolonger son espérance de vie. En décembre de la même année, la masse avait grossi, mais il déclina à nouveau les propositions de traitement.

Une radiographie des poumons effectuée en juillet 2017 montrait que la maladie progressait toujours, mais en novembre de cette même année, un scanner révélait soudainement, et contre toute attente, une « régression presque totale de la tumeur ».

Le patient souffrait de maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) et avait apparemment fumé une vingtaine de cigarettes par jour pendant vingt ans.

Après avoir remarqué l'importante diminution de la taille de la tumeur et le ralentissement de sa progression, les médecins ont interrogé le patient à propos de son hygiène de vie, pour tenter de comprendre ce qui pouvait être à l’origine de ces changements. Le patient leur indiqua qu’il avait commencé à prendre de l’huile de CBD deux mois avant son dernier scanner.

Il ne mentionna aucun autre changement en termes d'alimentation, de médicaments ou d’hygiène de vie, ce qui poussa ses médecins à penser que l’huile de CBD était à l’origine de la réduction de sa tumeur.

D'après l’American Cancer Society, le cancer pulmonaire non à petites cellules est le type de cancer du poumon le plus courant, avec un taux de survie à cinq ans compris entre 6 et 60 %, selon l'avancement de la maladie.

Le Daily Mail a publié les scanners du patient, qui montrent que la taille de sa tumeur a diminué de moitié. Bien que les experts aient spécifié qu'il s'agissait d'un cas isolé, d'autres données appuient l’utilisation du cannabis dans le traitement du cancer.

Une équipe de recherche internationale découvre que le THC ralentit le développement des tumeurs cérébrales

Si le CBD et le THC sont tous deux des cannabinoïdes qui interagissent avec des récepteurs présents dans le cerveau humain, ils ont des effets extrêmement différents.

Le CBD est non psychoactif, ce qui signifie qu’il ne provoque pas l’effet euphorisant ressenti lorsqu’on consomme ou fume de la marijuana. Le THC est le principal composant psychoactif de la plante, et principal responsable de l’effet euphorisant associé à son usage récréatif.

Si le patient britannique anonyme de 81 ans a vu sa tumeur réduite après avoir consommé uniquement de l’huile de CBD, ce sont à la fois du THC et du CBD qui ont été utilisés au cours d’une étude in vitro conduite par l’université de Londres et publiée dans Molecular Cancer Therapeutics, et qui a permis d'obtenir des résultats impressionnants.

notamment un soulagement des douleurs, une restauration de l’appétit et une réduction de tumeurs cérébrales.

L’étude a montré que le THC et le CBD, associés à la radiothérapie, permettaient de réduire davantage les tumeurs que la radiothérapie seule. Fait intéressant, l'utilisation d'un seul composant, ou de la radiothérapie seule, a eu un effet négligeable sur le traitement des tumeurs cérébrales.

Les données suggèrent que les patients n’ont pas nécessairement besoin qu'une grande quantité de THC se fixe aux récepteurs de cannabinoïde des cellules cérébrales, car ses propriétés anticancer se manifestent à petites doses, sans effets secondaires psychoactifs. Wai Liu, Ph.D., auteur principal de l’étude, explique que l’essentiel est de trouver le bon équilibre.

Voici ce qu’il a déclaré au Medical Daily:

« Nous pensons que les cannabinoïdes touchent de nombreuses voies de signalisation cellulaire, ce qui les prépare aux effets des rayonnements.

Le prétraitement aux cannabinoïdes semble interférer avec la capacité des cellules cancéreuses à réparer les dommages provoqués par les rayonnements sur leur ADN.

Nous pensons que cet effet est dû aux différentes voies que touchent ces cannabinoïdes.

Plus spécifiquement, le THC fonctionne via des récepteurs, tandis que le CBD n’en a peut-être pas besoin ; par conséquent, utiliser les deux ensembles a un ‘effet d'amorçage’ sur les cellules tumorales, et les rend plus vulnérables à l’effet destructeur des rayonnements sur les cellules. »

Votre corps fabrique naturellement des endocannabinoïdes

Dans cette courte vidéo, Carl Germano, Ph.D., aborde l’importance du système endocannabinoïde et le rôle qu'il joue dans le maintien de la santé.

Les récepteurs de cannabinoïdes ont été découverts dans les années 90, et c’est alors que l’on a compris que le corps humain fabrique des composés qui influencent ces récepteurs.

On a remarqué que les personnes souffrant de migraines, de fibromyalgie, du syndrome de l’intestin irritable, de troubles neurologiques et de diverses affections résistantes aux traitements, présentent des carences en cannabinoïdes endogènes.

Si le CBD et le THC font l’objet de toutes les attentions et de la plupart des recherches, la plante de cannabis renferme au moins 58 autres cannabinoïdes et 400 autres substances chimiques, et un bon nombre de ces autres phytocannabinoïdes et terpènes sont nécessaires au bon fonctionnement du système endocannabinoïde interne (ECS).

Si le cannabis était interdit aux États-Unis depuis 1938, une récente Farm Bill l'a légalisé, ce qui est une excellente nouvelle pour les nutritionnistes cliniques.

Carl Germano, expert en phytocannabinoïdes, est très enthousiaste à propos des études à venir sur la plante, qu’il décrit comme ‘sans doute la plus importante sur cette Terre’.

Il existe un lien étroit entre votre ECS et votre taux d'oméga-3, car les acides gras oméga-3 favorisent l'activité des récepteurs de cannabinoïdes.

Une revue systématique d'interventions cliniques, publiée dans PLOS ONE, a été conduite en vue de trouver le moyen de réguler à la hausse les récepteurs de cannabinoïdes.

Les chercheurs ont découvert des données cliniques suggérant que le yoga, l’exercice et les acides gras oméga-3 ont un effet sur votre ECS.

L'histoire du cannabis et du cancer

L’utilisation du cannabis à des fins médicinales remonte au moins à 6.000 ans. Il a été introduit pour la première fois en occident par W.B. O’Shaughnessy, un chirurgien irlandais qui l'avait découvert alors qu’il travaillait en Inde.

Ses recherches ont été présentées pour la première fois à des universitaires de la Société médicale et physique de Calcutta, en 1839. La plante était à l'origine utilisée principalement pour ses propriétés analgésiques, sédatives, antispasmodiques et anticonvulsives.

En plus des études sur le traitement du cancer, que nous avons évoquées, les chercheurs ont découvert que le cannabis est pro-apoptotique, c’est-à-dire qu’il provoque le suicide des cellules cancéreuses.

Il le fait tout en laissant intactes les cellules saines, et qu'il est également anti-angionène, privant les tumeurs d'apports sanguins.

Des chercheurs d’Harvard ont par exemple montré que le THC stoppe le développement des tumeurs du poumon, tout en réduisant considérablement la propagation du cancer.

Comment stimuler votre production naturelle d’endocannabinoïdes

J’ai expliqué dans l’un de mes précédents articles (« Le système endocannabinoïde et le rôle important qu’il joue pour la santé humaine ») pourquoi il est important d’activer votre ECS.

Il existe plusieurs façons naturelles d'activer le système pour améliorer votre santé sans avoir recours à des cannabinoïdes externes :

Évitez les pesticides et les phtalates — Tout d'abord, il est important d'éviter de bloquer la réceptivité de votre système endogène en réduisant votre exposition aux pesticides néonicotinoïdes et aux phtalates.

Optimisez vos apports d’oméga-3 — Il existe une relation étroite entre votre ECS et votre taux d’oméga-3. Les acides gras oméga-3 renforcent l'activité de vos récepteurs de cannabinoïdes, et sont utilisés par votre organisme comme structures de base pour la production de cannabinoïdes.

Exposez-vous au froid — L’un des bienfaits du froid est qu’il régule les endocannabinoïdes dans les tissus adipeux blancs et bruns.

Jeûnez — Le jeûne intermittent peut améliorer votre santé par l’intermédiaire d'un autre mécanisme de votre organisme, en augmentant votre taux d’endocannabinoïdes et en régulant votre ECS.

Consommez de la caféine — Une consommation régulière de caféine régule et améliore l'activation des récepteurs cannabinoïdes. Gardez à l’esprit que la caféine peut également perturber le sommeil, il est donc important d'éviter toute substance caféinée après 14h00.

Réduisez votre stress — Il a été démontré que le stress émotionnel réduit le taux d’endocannabinoïdes dans l’organisme. Un taux élevé de cortisol entrave également les liaisons avec les récepteurs endocannabinoïdes.

Faites de l’exercice — Si l’exercice physique est excellent pour réduire le stress, la recherche a également montré que la fameuse « euphorie du coureur » pourrait être liée à la libération d’endocannabinoïdes dans votre cerveau, et non seulement aux endorphines.

Si vous êtes débutant en matière d’exercice, vous trouverez des conseils et des liens dans mon article « Exercise to Improve Your Body and Your Brain » (« Faites du sport pour le bien de votre corps et de votre cerveau »).

+ Sources et Références