Pourquoi les lits d'hôpitaux devraient porter des panneaux de mise en garde

lit d’hôpital

En bref -

  • Vous pensez peut-être que les antibiotiques peuvent soigner tous les types d'infections, mais la réalité est toute autre dans les environnements où prolifèrent des bactéries résistantes aux antibiotiques
  • Lorsque vous êtes admis à l’hôpital, la personne qui a occupé votre lit avant vous pourrait augmenter votre risque de développer une infection à clostridium difficile, infection dangereuse, parfois mortelle
  • Des études ont prouvé que les lits d'hôpitaux hébergent des bactéries, et qu’ils ne sont pas toujours nettoyés correctement, ce qui augmente votre risque de contracter une infection nosocomiale
Taille du texte:

Dr. Mercola

Ce que le Centre américain de contrôle et de prévention des maladies (CDC) qualifie de « bataille que l’on peut gagner » coûte chaque année la vie à des dizaines de milliers d'américains.

Selon le CDC, entre 5 et 10 % des personnes qui sont admises à l’hôpital contractent une infection au cours de leur hospitalisation. Cela représente 1,7 millions d'infections et 99.000 décès, pour 20 milliards de dollars de frais médicaux.

On pense souvent que les antibiotiques peuvent soigner tous les types d'infections, mais cela est en train d'évoluer rapidement. En réalité, selon les experts en maladies infectieuses, l’ère des antibiotiques touche à sa fin.

De nombreuses bactéries commencent à résister aux médicaments, et le nombre de décès dus à des maladies qui répondaient autrefois rapidement aux traitements, est en augmentation.

Ceci, combiné à une baisse du développement de nouveaux antibiotiques, dont les marges bénéficiaires sont faibles, a conduit au développement de bactéries qui remportent non seulement des batailles, mais s'apprêtent aussi à gagner la guerre.

Les experts nous ont mis en garde contre la réduction à venir de l’efficacité des antibiotiques, et ce moment est arrivé.

Les bactéries ont trouvé le moyen de résister à la plupart des antibiotiques existants, et nous arrivons aujourd'hui à un point de l’histoire qui risque de voir les soins médicaux revenir à l’époque ‘pré-antibiotiques’.

Ceci aurait un impact sur les interventions chirurgicales, les accouchements, et même les simples coupures et égratignures, et ferait de nombreuses victimes.

Le précédent occupant de votre lit d'hôpital pourrait prédire votre risque d'infection

Qu’elles soient planifiées ou non, les admissions à l’hôpital ne devraient jamais être prises à la légère, comme il est indiqué dans une récente étude publiée dans la revue ‘Journal of the American Medical Association (JAMA) Internal Medicine’.

Les chercheurs ont découvert que si la personne qui occupait votre lit d'hôpital avant vous a été traitée avec des antibiotiques, votre risque de contracter une infection à clostridium difficile (C. Diff.), un virus potentiellement mortel qui provoque d’importantes diarrhées, s’en trouve accru.

Les chercheurs ont étudié plus de 100.000 duos d'individus hospitalisés entre 2010 et 2015.

Les médecins savent que le fait de prendre des antibiotiques peut directement influer sur votre risque de contracter une infection à C. diff., mais ce risque peut aujourd'hui être accru par le simple fait d’occuper le même lit qu’une personne qui a pris des antibiotiques.

L’étude a montré que les patients avaient un risque accru de 22 % de développer une infection à C. diff. Lorsque l’occupant précédent de leur lit avait reçu des antibiotiques. Kevin Brown, Ph. D., professeur adjoint et chercheur à l’école de santé publique de l’université de Toronto, a déclaré à Reuters :

« Environ la moitié des patients hospitalisés dans des services de soins actifs prennent des antibiotiques. Cela représente une part importante de patients susceptibles de propager l’infection. »

Les personnes âgées sont plus exposées

La période moyenne d’incubation de l’infection à C. diff. est de six jours. Les chercheurs ont découvert par ailleurs que les patients qui contractent l’infection présentent des facteurs de risque caractéristiques.

Il s'agit notamment de personnes âgées dont le taux d'albumine est faible, qui ont pris des antibiotiques dans le passé et ont un taux élevé de créatinine.

Les chercheurs n’ont pas estimé le risque potentiel des patients qui présentent ces critères spécifiques. Au sein de la population globale, l'association est faible, et l’étude n'a pas pu établir de relation causale.

Le Dr. Siegel insiste sur le fait qu'il s'agit là d'une raison supplémentaire de ne pas considérer la prescription et l’utilisation d’antibiotiques comme anodines.

Selon le CDC, près de 500.000 américains contractent chaque année une infection à C. diff. Parmi elles, plus de 100.000 sont des résidentes de maisons de retraite.

Environ 29.000 d’entre elles décèdent dans les 30 jours qui suivent la déclaration de l’infection. Parmi les patients qui ont été infectés par le C. diff. à l’hôpital, 1 sur 5 connaissent une récurrence de l’infection. Selon le Dr. Tom Frieden, directeur du CDC :

« Les infections à C. difficile provoquent de terribles souffrances et entrainent chaque année le décès de milliers d'américains. Ces infections peuvent être évitées en optimisant la prescription d'antibiotiques et en améliorant le contrôle des infections au sein du système de santé. »

Une étude conduite par le CDC a montré qu'une infection sur trois touche des patients de plus de 65 ans, et que deux infections sur trois contractées à l’hôpital touchent des personnes de plus de 65 ans.

Des rapports sur les supervirus pourraient révéler la véritable ampleur des infections nosocomiales

Le sénateur californien Jerry Hill prévoit de déposer un projet de loi qui obligerait les hôpitaux de son état à rapporter les cas d’infections mortelles par des supervirus.

Les représentants de l’état de Californie estiment qu’entre 7.500 et 9.000 personnes meurent chaque année dans leur état, des suites de ces infections nosocomiales.

L’état n’établissant pas de suivi des infections ou décès dus à des supervirus, il estime ce chiffre sur la base des décès survenant chaque année dans l’ensemble des États-Unis.

Malheureusement, si le nombre de décès est élevé, les experts pensent que les chiffres pourraient être sous-estimés, car les certificats de décès n’indiquent pas toujours précisément les facteurs causaux de décès des patients.

Le projet de loi que Jerry Hill prévoit de présenter obligerait les hôpitaux à rapporter jusqu’à 22 types d'infections.

Si la Californie rapporte aujourd'hui un petit nombre d'infections, elle n’établit pas de rapport s’agissant des infections à entérobactéries résistantes aux carbapénèmes (ERC), une famille de bactéries hautement résistantes aux antibiotiques. Selon le CDC, il s'agit d'une menace urgente pour la santé publique.

Un article paru dans le Los Angeles Times a rapporté plusieurs cas de patients décédés d'une infection nosocomiale en Californie. Pourtant, la cause de décès indiquée sur les certificats de décès n’était pas associée à une infection.

Les infections nosocomiales sont encore plus meurtrières que ce qui était indiqué jusqu’à présent

Le danger associé aux infections à ERC étant extrêmement important, le CDC recommande aux autorités locales de santé d’exiger qu’elles soient rapportées, et indique que « si ce n’est pas possible », les services de santé doivent effectuer des enquêtes visant à détecter la présence de supervirus, afin de réduire les risques de transmission.

Curieusement, le comté de Los Angeles a cessé d’exiger des hôpitaux qu'ils rapportent les cas d'infection, en dépit du fait que la région présente une « prévalence élevée » du supervirus.

Les infections très répandues, provoquées par des bactéries résistantes aux antibiotiques, entrainent la mort lorsque les bactéries se propagent jusqu'au sang, déclenchant une septicémie et provoquant des dommages qui conduisent à des défaillances d'organes.

Le CDC estime que le nombre de décès dus à des septicémies pourrait être supérieur de 140 % à ce qui est indiqué sur les certificats de décès.

Au cours d'une étude menée par l’université du Michigan, les chercheurs ont découvert des données similaires. Si les symptômes pour lesquels les patients avaient été traités étaient indiqués sur les certificats de décès, le taux de mortalité des infections serait supérieur à celui des maladies cardiaques, des AVC et des cancers.

À l’heure actuelle, les principales causes de décès dans les hôpitaux, d'après les certificats de décès, sont les maladies cardiaques suivies des cancers et des maladies cérébro-vasculaires (AVC). En 2013, le Dr. Frieden avait déclaré à USA Today, à propos des infections à ERC :

« Ces bactéries sont un cauchemar, et présentent une triple menace. Elles sont résistantes à presque tous les antibiotiques.

Le taux de mortalité lié à ces bactéries est élevé : elles tuent la moitié des personnes atteintes d'une infection grave. Enfin, elles peuvent étendre leur résistance à d'autres bactéries. »

De nombreux hôpitaux ne suivent pas des procédures de nettoyage correctes

Réduire la propagation des bactéries résistantes aux antibiotiques se résume à stopper la propagation de ces bactéries d'un patient à un autre.

Les proches d'une patiente, dont le cas a été rapporté dans le Los Angeles Time, ont été horrifiés de voir les membres du personnel de l’hôpital aller d'un patient à un autre sans prendre aucune précaution pour éviter la propagation de l’infection à ERC dont souffrait leur mère.

L’étude du JAMA qui a évalué la probabilité qu’un patient contracte une infection à C. diff. si l'occupant précédent du lit avait reçu des antibiotiques, met également en évidence la difficulté qu’il y a à désinfecter les sommiers et matelas des lits.

Des chercheurs de l'université Xavier, de Cincinnati, ont également démontré que les matelas des lits d’hôpitaux n’étaient pas nettoyés correctement.

Ils ont découvert que 84 % des hôpitaux utilisent des produits chimiques qui ont été testés uniquement sur des surfaces dures, et non sur des matelas, que seuls 23 % nettoyaient les matelas avant de les désinfecter, comme le recommandent tant les fabricants des produits que les fabricants des matelas, et que 6 % ne rinçaient pas le désinfectant, exposant ainsi potentiellement les patients à des résidus chimiques.

Des colonies de bactéries découvertes sur des sommiers et matelas de lits d’hôpitaux

D'autres recherches ont montré que les matelas des lits d'hôpitaux n’étaient pas débarrassés des bactéries courantes. Plus de 1.000 cultures ont été prélevées sur les matelas de 52 hôpitaux différents, avant et après qu’ils aient été nettoyés.

Les chercheurs ont effectué 500 cultures de bactéries, 263 avant, et 237 après que les matelas aient été désinfectés.

La prévalence du Staphylococcus aureus était élevée, ce qui a poussé les chercheurs à penser que le désinfectant n’était pas efficace, et qu’il ne faisait que déplacer la bactérie d'une partie du matelas à une autre.

Les professionnels de l’Université Xavier ont pris part à une autre étude, qui a démontré l’inefficacité des processus de nettoyage des matelas d'hôpitaux. Près de 85 % des 39 matelas testés présentaient des colonies de bactéries, de même que près de 55 % des sommiers.

Parmi ces bactéries, les chercheurs ont identifié des bacillus, des micrococcus, des staphylococcus et des bactéries à Gram négatif.

Le Dr. Edmond Hooker, de l’Université Xavier, a présenté ces conclusions lors de la réunion annuelle de l’Association des professionnels du contrôle des infections et de l’épidémiologie (Association for Professionals in Infection Control and Epidemiology, APIC).

Voici ce qu’il a déclaré au cours de son exposé :

« Cette recherche rejoint les données de plus en plus nombreuses qui prouvent que l’environnement hospitalier est sale ; il n’est pas suffisamment bien nettoyé, et cela entraine le développement d'infections nosocomiales et des décès.

 Les hôpitaux doivent cesser d’ignorer l’environnement hospitalier comme source d’infections nosocomiales. »

L’Université Xavier a indiqué avoir reçu une subvention de recherche d'une fondation privée associée au fabriquant d’enveloppes de matelas lavables.

Le Dr. Hooker était l’auteur principal d'une étude qui avait démontré que ces enveloppes offraient aux patients une surface plus propre que ce que permettaient les désinfectaient utilisés sur les matelas.

Des mesures qui peuvent vous sauver la vie en cas d'hospitalisation

Dans la vidéo ci-dessus, Andrew Saul, Ph.D., co-auteur du livre « Hospital and Health : Your Orthomolecular Guide to a Shorter Hospital Stay » (« Hôpital et Santé : votre guide orthomoléculaire pour écourter votre hospitalisation ») évoque les dangers de l’hospitalisation, le type de patients qui décèdent le plus fréquemment, et la façon dont vous pouvez vous protéger, ou protéger un proche, si vous devez être hospitalisé.

La contamination des endoscopes est un autre facteur qui peut vous exposer à l’infection d'un autre patient. Si vous devez passer une coloscopie ou un autre examen qui nécessite un endoscope flexible, appelez l’hôpital pour connaitre le type de solution de nettoyage qu'il utilise.

Si l’établissement utilise du glutaraldéhyde (dont le nom commercial est le Cidex), changez d'hôpital ou de clinique et choisissez un établissement qui utilise de l'acide peracétique.

Cette démarche réduira significativement vos risques de contracter une infection due à un endoscope contaminé.

Lorsque des membres du personnel de l’hôpital sont dans votre chambre, n’hésitez pas à leur rappeler de se laver les mains avant de vous toucher, ou de toucher le matériel médical, y compris votre lit, votre table de nuit et les autres objets que vous êtes susceptibles de manipuler.

L’idéal, si vous n’êtes pas en mesure de parler, est d'avoir un proche qui puisse rester près de vous pour préserver vos intérêts.

Gardez surtout à l’esprit que vous avez le droit de demander à vos infirmières et médecins de prendre des mesures préventives appropriées, et que vous avez des droits au sein du système hospitalier.

La plupart des hôpitaux pensent que vous ne les exercerez pas, il est donc important que vous connaissiez vos droits et responsabilités pour être sûr que votre hospitalisation se déroule en toute sécurité.

+ Sources et Références