Votre problème de santé chronique pourrait-il être dû à un canal radiculaire ?

canal radiculaire

En bref -

  • Les dents qui ont subi un traitement radiculaire sont susceptibles d’héberger des microbes nocifs, dont les déchets métaboliques toxiques peuvent avoir des conséquences sur la santé globale et contribuer au développement de diverses maladies chroniques
  • Le documentaire de Netflix intitulé « Root cause » (‘la racine du problème’) présente des interviews de médecins et de dentistes qui pensent que ces infections dentaires cachées sont à l’origine de nombreux problèmes de santé
  • Le principal problème réside dans le fait que, lorsque vous subissez un traitement radiculaire, la dent meurt mais reste dans votre corps. Or, on sait très bien qu’un organe mort ne doit pas rester dans l’organisme, car il y engendrerait de graves infections
  • Même si la racine de la dent est parfaitement nettoyée, il est physiquement impossible d’éliminer tous les agents pathogènes des microtubules, et les déchets laissés par ces bactéries sont extrêmement toxiques
  • Les infections des canaux radiculaires sont associées à un risque accru de maladie cardio-vasculaire et de cancer, mais peuvent également jouer un rôle dans de nombreuses autres maladies et provoquer notamment une fatigue et des douleurs chroniques
Taille du texte:

Les dents qui ont subi un traitement radiculaire sont susceptibles d’héberger des microbes nocifs, dont les déchets métaboliques toxiques peuvent avoir des conséquences sur la santé globale et contribuer au développement de diverses maladies chroniques.

Le documentaire de Netflix « Root Cause » (‘la racine du problème’) aborde ces problèmes, et présente des interviews de médecins et de dentistes du monde entier, y compris de votre serviteur (bien que brève), qui pensent que ces dents infectées sont à l’origine de nombreux problèmes de santé.

Voici les médecins qui ont été interrogés :

Dr. David Minkoff

Dawn Ewing, Ph.D., auteure de « Let the Tooth Be Known »

Dr. Greg Emerson

Thomas E. Levy, cardiologue et co-auteur du livre « The Toxic Tooth : How a Root Canal Could Be Making You Sick » (« La dent toxique : comment un traitement radiculaire pourrait vous rendre malade »)

Dr. Stuart Nunnally, chirurgien-dentiste

Dr. Lane Freeman, chirurgien-dentiste

Dr. Gerald H. Smith, chirurgien-dentiste

Dr. Bradley Nelson, auteur du livre « The Body Code »

Dr. Thomas Rau, directeur médical de la Paracelsus Academy, située en Suisse, un centre leader de la médecine alternative en Europe, notamment de la dentisterie biologique

Dr. Mark A. Steiner, chirurgien-dentiste, spécialisé dans la dentisterie holistique

Dr. Jerry Tennant

Dr. Candice Owens, chirurgien-dentiste

Le film relate l’expérience personnelle du réalisateur Frazer Bailey (incarné par l'acteur Ben Purser), qui a passé dix ans à chercher l’origine de ses problèmes chroniques d'anxiété, de fatigue, de nausées, de vertiges et d'insomnie.

Vous pouvez en visionner la bande-annonce ci-dessus. Le film est disponible dans son intégralité sur Netflix. Ceux d’entre vous qui n'ont pas accès à Netflix peuvent visionner ma précédente vidéo sur les canaux radiculaires.

Les canaux radiculaires sont des sources d’infections chroniques

Comme il est expliqué dans le film, le principal problème du traitement radiculaire réside dans le fait que la dent meurt mais reste dans le corps. Or, on sait très bien qu’un organe mort ne doit pas rester dans l’organisme, car il y engendrerait de graves infections.

Il n’y a aucune raison d'imaginer qu'une dent morte n'entrainerait pas le même type de problème. Les dents sont des structures vivantes, au travers desquelles circule du sang.

Même si la racine est parfaitement nettoyée, il est impossible d’éliminer les bactéries présentes dans les microtubules, et les déchets de ces bactéries sont extrêmement toxiques.

Comme le souligne le Dr. Smith, dentiste, vos dents sont faites du même tissu que celui dont sont faits les systèmes nerveux sympathique et parasympathique, il est donc important de comprendre qu’elles font partie intégrante de votre biologie et ne peuvent pas en être dissociées.

Toute toxine provenant de votre bouche circule via votre système lymphatique vers votre thyroïde, votre thymus, votre cœur, et dans tout votre corps.

Les dents toxiques associées aux maladies cardio-vasculaires

La méthode BaleDoneen, une stratégie en matière de santé cardiovasculaire proposée par le Centre américain de prévention des crises cardiaques et des AVC, insiste sur l'importance d'éviter les traitements radiculaires, car les bactéries qu’ils produisent sont connues pour affecter la santé cardiovasculaire.

Le Dr. Levy, cardiologue et auteur du livre « The Toxic Tooth » (« La dent toxique »), explique que les sources souvent négligées de ces crises cardiaques sont des dents infectées à la suite d’un traitement radiculaire.

Une étude finlandaise, publiée en 2016, semble confirmer ces soupçons, concluant que les infections dentaires cachées peuvent en effet prédisposer certaines personnes à des maladies cardiovasculaires.

Cette étude ne s’est pas penchée particulièrement sur les canaux radiculaires infectés, mais sur la parodontite apicale, une infection de la pulpe dentaire, à la racine de la dent, généralement provoquée par une carie.

Selon l'auteur de l’étude, le Dr. John Liljestrand, « Le syndrome coronarien aigu est 2,7 fois plus courant chez les patients qui présentent des dents nécessitant un traitement radiculaire et qui n’ont pas été traitées, que chez les patients qui n'ont pas ce problème. »

Si cette étude suggère donc que la solution est d’effectuer un traitement radiculaire sur les dents dont la pulpe est infectée, ce traitement ne résoudra en réalité pas le problème, et il risque même de l’aggraver.

Au cours d’une autre petite étude, les chercheurs ont tenté de déterminer si les traitements radiculaires et le fait d’enlever les dents de sagesse pourrait effectivement contribuer au développement d'une inflammation chronique.

Histoire anecdotique d'un cancer - Un cancer de la gorge guéri en éliminant une dent ayant subi un traitement radiculaire

Des dents infectées peuvent même être à l’origine d’un cancer. Le Dr. Rau affirme que 97 % des patientes âgées de 30 à 70 ans, atteintes d'un cancer du sein, examinées à la Paracelsus Academy, en Suisse, dont il est le directeur médical, « avaient subi un traitement radiculaire ou présentaient un problème de toxicité au niveau des dents. »

De son côté, le Dr. Tennant déclare que 96 % des 60 derniers patients qu’il a reçus en consultation présentaient une infection dentaire. Le Dr. Smith, quant à lui, rapporte l’histoire de l’un de ses patients qui est venu le consulter alors qu’il était atteint d'un cancer de la gorge au stade 4.

Le Dr. Smith a remarqué que le cancer était situé à proximité de deux dents qui avaient subi un traitement radiculaire.

Il a extrait les deux dents et traité la zone d’extraction à l'ozone. Il a également prescrit au patient un traitement homéopathique et de l’argent ionique.

En trois semaines, le cancer avait totalement disparu, et la rémission a été confirmée par les analyses de sang, les scanners et l’examen visuel. « Voici l’impact des dents toxiques qui ont subi un traitement radiculaire », explique le Dr. Smith.

Tous les traitements radiculaires sont sources d'infection à un certain degré

D'après le Dr. Rau, les traitements radiculaires sont « tous des sources d'infection, sans exception ».

À l'appui de cette affirmation, les experts médicaux dans le film citent plusieurs recherches toxicologiques ayant montré que 100 % des dents extraites, qui avaient auparavant subi un traitement radiculaire, étaient bourrées de bactéries nocives.

Comme le souligne le Dr. Levy, « La science prouve que les dents qui subissent un traitement radiculaire s'infectent toujours. Certaines sont simplement un peu plus toxiques et infectées que d'autres. »

La raison pour laquelle les personnes qui ont subi un traitement radiculaire ne développent pas toutes des problèmes significatifs, est liée au fait que les réactions aux toxines varient d'un individu à l'autre.

Certaines personnes sont tout d'abord d'une constitution plus résistante que d'autre. Votre charge toxique globale, provenant d'autres expositions environnementales, entre également en jeu.

L’extraction d'une dent ayant subi un traitement radiculaire doit être effectuée avec soin

Si dans certains cas, la solution peut résider dans l’extraction d’une dent qui a subi un traitement radiculaire, cela doit être effectué dans les règles de l’art.

Vous devez être certain que votre dentiste comprend les conséquences d'une telle extraction, et qu'il connait bien la dentisterie holistique. Pour trouver un dentiste qui pratique la dentisterie biologique (holistique), vous pouvez consulter la liste ci-dessous.

L’extraction de la dent n’est que la première étape. La zone doit ensuite être drainée et débarrassée des bactéries.

De nombreux dentistes holistiques considèrent qu'il est indispensable à cette étape d'utiliser de l’ozone, car ce gaz imprègne l’os et la gencive, et tue les bactéries responsables de l’infection.

Le ligament parodontal doit également être enlevé pour permettre à l’os maxillaire de repousser correctement et de refermer parfaitement le trou laissé par la dent.

Si le site d’extraction n’est pas nettoyé et désinfecté méticuleusement (ceci vaut d'ailleurs pour toute extraction de dent, et non uniquement pour celles qui ont subi un traitement radiculaire), une cavitation risque de se former - une poche creuse dans l’os maxillaire qui se remplit de bactéries.

Des cavitations peuvent également se former si le ligament parodontal n’est pas enlevé, car il empêche alors l’os de repousser correctement.

Lorsque la dent qui a subi un traitement radiculaire a été extraite, vous devez laisser votre os maxillaire cicatriser. Cela prend généralement au moins trois mois. Lorsque votre dentiste vous aura confirmé qu’aucune cavitation ne s’est formée, vous pourrez envisager la pose d'une prothèse dentaire.

Comme il est indiqué dans le film, il existe à ce stade plusieurs options pour remplacer une dent, notamment celles mentionnées ci-après.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter l'article « Les alternatives plus sûres et plus saines au traitement radiculaire et aux autres techniques de restauration dentaire courantes. »

Ne pas remplacer la dent.

Un bridge amovible.

Un bridge traditionnel, qui nécessite de créer des couronnes pour les dents situées de chaque côté de la dent manquante.

L'un des gros inconvénients de cette méthode est qu’elle sacrifie deux dents saines (la plupart du temps), et augmente le risque que ces dents nécessitent plus tard un traitement radiculaire. Par ailleurs, un bridge ne dure qu’entre cinq et quinze ans, soit huit ans en moyenne.

Un bridge en résine, ou bridge Maryland : la pontique (la fausse dent) est maintenue en place par un cadre fixé à l'arrière des dents adjacentes.

Il s'agit de l’option privilégiée par de nombreux dentistes holistiques, car elle ne nécessite pas d’endommager les dents voisines. L'un de ses inconvénients, c’est que la solidité du bridge dépend de sa bonne adhésion, et qu’il risque de se détacher et de devoir être refixé de temps à autre.

Par ailleurs, cette option ne convient pas pour remplacer les molaires, en raison de la pression que subirait le bridge lors de la mastication.

Un bridge soutenu par des implants dentaires, qui peut être une bonne option lorsqu'il manque deux dents adjacentes, ou plus.

Un implant - les implants traditionnels étaient jusqu’à présent en titane, mais il existe aujourd'hui également des implants en zircone (un genre de céramique). Le titane peut dans certains cas déclencher des maladies auto-immunes. Il existe un test sanguin7 qui permet de déterminer cette sensibilité.

Le titane étant un métal, il peut également générer un courant galvanique dans votre bouche, et perturber le flux énergétique dans le méridien qui traverse la dent. Si la plupart des personnes ne remarquent pas les courants galvaniques, certaines ressentent des décharges nerveuses, développent des ulcères, ont un goût salé ou métallique dans la bouche, ou encore des sensations de brûlures.

Les courants galvaniques peuvent également provoquer des insomnies, une confusion mentale, des acouphènes, des crises d’épilepsie et des vertiges.

Par ailleurs, si vous buvez de l’eau fluorée ou utilisez un dentifrice au fluor, il est important de savoir que le fluor accélère considérablement la corrosion du titane. Un faible pH dans la bouche, dû à l'acidité ou à une sécheresse buccale, accélère encore cet effet.

La meilleure option, pour un implant, est un implant en zircone. On considère qu’il est bien plus biocompatible et il est généralement recommandé par les dentistes holistiques.

Étudiez soigneusement vos options

Il est important de comprendre que l’origine première des carries et/ou des infections dentaires est liée à votre alimentation, et principalement à une consommation excessive de sucre.

Si votre alimentation n’est pas équilibrée, votre système immunitaire est fragilisé, et les bactéries ont alors d'autant plus de facilité à faire des dégâts.

Ceci étant dit, si vous avez une ou plusieurs dents qui ont subi un traitement radiculaire, cela ne signifie pas que vous deviez les faire extraire en urgence.

Cela signifie, par contre, que c’est un fait à garder à l’esprit si jamais vous commencez à souffrir d'un problème de santé chronique, et à prendre en compte si vous devez alors choisir un plan de traitement.

Par ailleurs, si vous envisagez un traitement radiculaire, évaluez les données et votre situation personnelle, notamment les risques pour votre santé, avant de prendre une décision.

Je vous suggère également d’envisager une thérapie à l’ozone avant d'opter pour un traitement radiculaire ou une extraction dentaire.