Quels sont les risques potentiels et les bienfaits de la trinitrine ?

trinitrine

En bref -

  • La trinitrine agit en dilatant les artères, ce qui améliore le flux sanguin vers le cœur et réduit le risque de crise cardiaque. Cependant, prise en traitement continu, elle peut perdre de son efficacité et augmenter les dommages infligés au cœur lors d'une crise cardiaque
  • La trinitrine peut également induire une hypotension (faible pression artérielle) chez les personnes ayant un rythme cardiaque rapide
  • La trinitrine est un promédicament, métabolisé dans le corps en oxyde nitrique qui déclenche une vasodilatation ; elle peut également augmenter la vasodilatation via la régulation des nitrates organiques, ou en augmentant l'activité des histones acétylases
Taille du texte:

Dr. Mercola

L'Organisation Mondiale de la Santé estime que 17,9 millions de personnes meurent chaque année d'une maladie cardiovasculaire, et qu’elles sont responsables de 31 % du total des décès dans le monde. Parmi ces décès, 85 % sont dus à des crises cardiaques ou à des AVC.

L’American Heart Association rapporte que le tabagisme, l'inactivité physique, les mauvaises habitudes alimentaire et le surpoids font partie des comportements et facteurs qui influent sur les maladies cardiovasculaires.

Un taux de cholestérol sanguin élevé, l’hypertension artérielle, le syndrome métabolique et les maladies rénales sont également des facteurs de risques.

La trinitrine est un médicament prescrit en cas de douleur thoracique soudaine, afin de tenter d’éviter une crise cardiaque. Avant d'aborder les risques et les bienfaits de ce médicament, il est utile d’expliquer pourquoi il est prescrit, et comment il fonctionne.

Le fonctionnement du cœur

Le cœur est un organe musculaire situé au centre du système circulatoire, qui consiste en un réseau de vaisseaux sanguins qui véhiculent le sang, les nutriments et l’oxygène à travers le corps.

Ce muscle travaille dur et bat 100.000 fois par jour, soit 35 millions de fois par an, et il envoie chaque minute 5 litres de sang à travers le corps.

En d'autres termes, le cœur pompe chaque jour 7.500 litres de sang soit, en une vie, de quoi remplir plus de trois supertankers. Le cœur est situé sous la cage thoracique, à peu près au centre de la poitrine, et sa taille varie en fonction de votre âge et de son état.

Un cœur adulte est en principe de la taille d'un poing de taille moyenne, fermé.

Il est divisé en quatre chambres, superposées deux par deux. Une paroi, appelée le septum, sépare le côté droit du côté gauche du cœur. Chaque côté est divisé en deux chambres, ou cavités cardiaques. Les cavités supérieures de chacun des côtés sont appelées les atria, et les cavités inférieures, les ventricules.

Le côté droit du cœur, qui comprend l'atrium et le ventricule droits, envoie le sang vers les poumons, où il récupère l’oxygène, avant de retourner au cœur par le côté gauche. Le sang pénètre dans l'atrium gauche, traverse le ventricule gauche, puis est pompé vers le reste du corps.

Pour pouvoir accomplir ce travail de façon constante, votre muscle cardiaque a également besoin de sang, de nutriments et d'oxygène, qui sont acheminés via les artères coronaires.

Il existe deux artères coronaires principales qui alimentent les côtés gauche et droit du cœur ; elles se divisent chacune en deux autres artères, et continuent ainsi de se diviser afin d'alimenter le muscle cardiaque.

Si vous souffrez d'une maladie coronarienne, cela peut avoir de graves répercussions sur l'acheminement de l’oxygène et des nutriments vers le muscle cardiaque. Lorsque le muscle cardiaque manque d’oxygène, cela provoque une douleur, que l’on appelle l’angine de poitrine.

Si elle n’est pas traitée, elle peut évoluer en crise cardiaque et entraîner potentiellement le décès. La forme la plus courante de maladie coronarienne est l'athérosclérose, une accumulation de plaques d'athérome sur les parois internes des artères, qui en réduisent la taille et, essentiellement, bloquent la circulation sanguine.

La trinitrine soulage l’angine de poitrine en dilatant les artères

La trinitrine est l’agent à action brève le plus ancien et le plus couramment employé pour traiter l'angine de poitrine (douleur thoracique).

Elle peut être prescrite pour traiter des épisodes de douleurs thoraciques si vous souffrez d'une maladie coronarienne, ou d'un rétrécissement des vaisseaux sanguins qui alimentent le cœur en sang.

Certaines personnes prennent parfois de la trinitrine avant d’entreprendre une activité dont elles pensent qu’elle risque de déclencher une angine de poitrine, afin de la prévenir et potentiellement de prévenir une crise cardiaque.

La trinitrine fait partie d'une classe de médicaments que l’on appelle les vasodilatateurs, qui agissent en dilatant les vaisseaux sanguins, ce qui réduit l’effort que doit fournir le cœur, diminue les besoins en oxygène, et ouvre les artères coronaires, permettant un meilleur acheminement de l’oxygène vers le cœur.

La trinitrine a été découverte il y a plus de 150 ans, et appartient à une classe de médicaments que l’on appelle les dérivés nitrés.

Les nitrates organiques, tels que la trinitrine, sont rapidement absorbés par l'organisme. Ces composés sont des promédicaments qui sont métabolisés en un métabolite actif, l'oxyde nitrique.

L'oxyde nitrique provoque ensuite une vasodilatation en agissant sur les cellules musculaires lisses vasculaires, et entrave l'activation plaquettaire.

La trinitrine peut également provoquer une vasodilatation via d'autres mécanismes indirects, tels que la régulation de la relaxation des cellules musculaires lisses, induite par les nitrates organiques, ou l’augmentation de l’activité des histones acétylases.

Un médicament qui sauve des vies mais comporte aussi des risques

Comme vous vous en doutez, la libération d'oxyde nitrique dans le corps ne se limite pas aux artères coronaires. La trinitrine est le traitement de première ligne de l’angine de poitrine et de l’infarctus du myocarde aigu, car la vasodilatation réduit les dommages ischémiques et augmente le flux sanguin vers le myocarde.

Cependant, sachant que certaines personnes prennent de la trinitrine à titre préventif, sa prise continue peut entraîner une augmentation de la tolérance, et ainsi limiter l’efficacité du médicament.

La tolérance est due en partie à l’inactivation d'une enzyme - l'aldéhyde déshydrogénase 2 (ALDH2) - dont le rôle est de convertir la trinitrine en oxyde nitrique.

Par ailleurs, un traitement prolongé peut influer sur la capacité des cellules myocardiques à survivre à une ischémie, et donc entrainer un agrandissement de la taille de l’infarctus lors d'un infarctus du myocarde, ou d'une crise cardiaque.

Les scientifiques ont montré lors d'une étude animale, que l’administration d’alda-1, un activateur de l’ALDH2, associée à la trinitrine, améliore le métabolisme et prévient les dysfonctions cardiaques après un infarctus.

Si la trinitrine est couramment employée, la tachycardie (rythme cardiaque rapide) est, d'après l’American Heart Association, une contre-indication de son utilisation.

Une recherche publiée dans la revue Prehospital Emergency Care a tenté de déterminer si la trinitrine, administrée en cas de douleur thoracique, était un prédicteur d’hypotension (faible pression artérielle) chez les personnes souffrant de tachycardie, car les données à ce sujet sont limitées.

Les chercheurs ont utilisé une étude de cohorte rétrospective de rapports de soins aux patients, établis par les professionnels des premiers soins de réanimation d'une unité de soins médicaux d'urgence canadienne.

Les données montraient qu’il était peu fréquent que les patients présentent une hypotension avant l’hospitalisation lorsqu’ils étaient pris en charge par les services de réanimation.

Cependant, si le risque était faible, le risque relatif d'hypotension des patients souffrant de tachycardie, qui étaient traités avec de la trinitrine, était significativement plus élevé.

Cela se produisait plus fréquemment chez les personnes qui présentaient une faible tension artérielle avant l'administration de trinitrine, donnée dont les chercheurs suggèrent qu’elle soit désormais prise en compte dans les recommandations d'utilisation.

La trinitrine doit être employée avec modération

La trinitrine à effet rapide peut compléter d'autres traitements anti-angineux chez les personnes souffrant d'angines de poitrine réfractaires ou récurrentes, avec ou sans revascularisation myocardique.

Les chercheurs ont montré que son administration prophylactique augmente le temps de marche lors des tests sur tapis de marche, et supprime ou retarde la dépression du segment ST.

Cette augmentation de la tolérance à l’exercice améliore la qualité de vie. Lorsqu’une personne ressent une douleur thoracique intense, il est essentiel de soulager le symptôme aussi rapidement que possible.

Si la trinitrine ne soigne pas l'athérosclérose ni les autres maladies coronariennes, elle restaure l’oxygénation du myocarde et réduit le risque d'infarctus du myocarde ainsi que la mort de cellules cardiaques.

La trinitrine à action rapide est disponible sous plusieurs formes. Elle existe sous forme d’aérosol, ou d’atomiseur, un dispositif qui permet de vaporiser un fluide sous la langue en cas d'angine de poitrine. Il faut faire attention à ce que la personne n’inhale pas le spray.

Elle existe également sous forme de sachets contenant 400 microgrammes de poudre, à prendre par voie sublinguale, c’est-à-dire en laissant la poudre se dissoudre sous la langue dès le déclenchement de l’angine de poitrine.

Il existe également des cachets qui doivent être placés sous la langue, ou entre la gencive et la joue, et qui se dissolvent et sont absorbés via les tissus de la bouche. Les personnes qui présentent une sécheresse buccale peuvent avoir intérêt à choisir plutôt la trinitrine sous forme de spray.

Aucune de ces formes ne doit être avalée ni inhalée. La trinitrine est absorbée rapidement au travers des tissus de la bouche, et soulage ainsi plus rapidement que si elle est avalée et absorbée via le tractus gastrointestinal.

Après avoir pris le traitement, évitez de vous rincer la bouche ou de cracher pendant au moins cinq minutes, afin que la dose soit entièrement absorbée.

L'administration de trinitrine peut être répétée à cinq minutes d’intervalle ; toutefois, en l'absence de tout soulagement après trois doses, consultez immédiatement un médecin.

Les patchs de trinitrine diffusent le traitement en continu, et en libèrent généralement 0,8 mg par heure. Ils sont laissés en place pendant 12 heures. La plupart des gens l’utilisent dans la journée, et l’enlèvent pour la nuit.

Des artères bouchées sont l’un des symptômes d'une maladie systémique diffuse

Il est important de garder en tête que lorsqu’une athérosclérose se développe dans les artères coronaires, elle se développe généralement aussi dans d'autres parties du corps. L’obstruction des artères coronaires n’est que l’une des manifestations d'une maladie systémique plus importante et plus diffuse.

Selon l’American Heart Association, les maladies coronariennes se développent lorsque des plaques d'athérome bouchent les artères coronaires, et provoquent une ischémie.

L’hypertension artérielle, les antécédents familiaux, le diabète et le tabagisme sont les facteurs de risques habituels. Le fait d’être ménopausée, pour les femmes, ainsi que l’obésité, peuvent également être des facteurs de risque.

Les facteurs de risque des maladies cardiovasculaires, qui affectent vos artères coronaires, et les artères périphériques, et les risques d’AVC et de crise cardiaque, sont les mêmes.

Si de nombreuses personnes considèrent qu'un taux élevé de cholestérol est l'un des facteurs responsables des maladies cardiovasculaires, je pense que le problème est plus complexe qu’un simple chiffre sur votre bilan lipidique.

Il est important au contraire de garder en tête que le cholestérol est nécessaire à la production d'hormones, de vitamine D, et à la fabrication de membranes cellulaires ; 75 % du cholestérol présent dans votre organisme est fabriqué par votre foie, et 25 % de ce cholestérol se trouve dans votre cerveau.

Le ratio lipoprotéines de haute densité (HDL)/cholestérol total et le ratio triglycérides/HDL sont de meilleurs indicateurs de risque de maladie cardiovasculaire.

Pour déterminer votre ratio HDL/cholestérol total, divisez votre taux de HDL par votre taux de cholestérol total. Le chiffre obtenu doit idéalement être de 24 %, ou plus. Les taux de 10 % ou moins, indiquent un risque significatif de maladie cardiovasculaire.

Le ratio triglycérides/HDL est obtenu en divisant le taux de triglycérides par le taux de HDL, et il doit idéalement être inférieur à 2. Le taux de fer, la résistance à l’insuline et l’inflammation chronique sont d'autres facteurs qui influent fortement sur la santé cardiovasculaire.

Un taux élevé de fer et la résistance à l’insuline déclenchent tous deux des processus inflammatoires chroniques dans l’organisme.

Un excès de fer provoque des dommages mitochondriaux par la réaction du fer avec le peroxyde d'hydrogène, une composante normale de la production d'énergie, qui entraine la formation de radicaux hydroxyles.

Un taux élevé de fer est également associé à une dysfonction du métabolisme des glucides, qui augmente votre risque de diabète dans les mêmes proportions que l’obésité.