Les aliments ultra-transformés augmentent le risque de décès de 62 %

malbouffe

En bref -

  • Au cours de l’une des deux études publiées récemment, les chercheurs ont constaté que consommer plus de quatre portions d'aliments ultra-transformés, tels que chocolat, pain, gâteaux et yaourts aux fruits, augmente le risque de décès prématuré de 62 %
  • Au cours de l’étude, menée sur 15 ans, 335 décès ont été recensés, dont une majorité dus à des cancers. Les aliments ultra-transformés augmentent vos risques d'obésité, qui augmente à son tour votre risque de cancer, de diabète de type 2, de maladies cardiovasculaires et de calculs biliaires
  • Une autre étude récente a montré que les aliments ultra-transformés augmentent votre risque de maladies cardiovasculaires
Taille du texte:

Dr. Mercola

L’Institut national américain du diabète et des maladies rénales et digestives définit comme étant en surpoids et obèse une personne dont le poids est supérieur à ce qui est considéré comme normal, en fonction de sa taille.

Cette norme est calculée en divisant le poids d'une personne en kilos par le carré de sa taille, en mètres, ce qui donne l’indice de masse corporelle, ou IMC, selon le CDC.

Un adulte est considéré comme obèse si son IMC est égal ou supérieur à 30. Ces récentes études ne font que renforcer ce que les scientifiques et chercheurs savent déjà : les taux d'obésité sont élevés, et ne font qu’augmenter.

Selon le site The State of Obesity, les disparités raciales et ethniques sont frappantes et persistantes. Selon les données de 2014 de la ‘National Health and Nutrition Examination Survey’ (enquête nationale sur la santé et la nutrition, conduite aux États-Unis), plus de 33 % des individus sont en surpoids.

Quatre portions d'aliments ultra-transformés augmentent votre risque de décès

Les chercheurs ont tenté d’évaluer le lien entre une alimentation à base d'aliments ultra-transformés et le risque de mortalité, toutes causes confondues. À cette fin, ils ont recueilli, de 1999 à 2014, des données sur 19.899 participants.

Ils ont suivi les participants tous les deux ans en réunissant des données sur les aliments et boissons qu’ils consommaient, et ont classé les aliments consommés en fonction de leur degré de transformation, sur la base du système de classification NOVA.

Le système NOVA classe les aliments en plusieurs catégories, en fonction de leur degré de transformation et de son objectif, et non en fonction des nutriments qu’ils contiennent.

NOVA est reconnu comme étant un outil valable dans les recherches sur la nutrition et la santé publique, et il est utilisé dans les rapports des Nations Unies et de l’Organisation panaméricaine de la santé.

La classification NOVA a été établie lorsque les chercheurs ont réalisé que l'importance de la transformation industrielle sur la santé de l’homme, était très sous-estimée dans les recherches. L’objet principal de la recherche était le lien entre les aliments ultra-transformés et la mortalité, toutes causes confondues.

Les participants étaient répartis en quatre catégories, en fonction de leur consommation d'aliments ultra-transformés : faible, faible à moyenne, moyenne à élevée, ou élevée.

Les chercheurs ont constaté que les personnes situées dans le quart le plus élevé, qui consommaient plus de quatre portions d’aliments ultra-transformés par jour, présentaient le risque de décès le plus élevé, toutes causes confondues, par rapport à celles situées dans le quart le plus faible.

Au cours des 15 années qu’a duré l’étude, 335 participants sont décédés. Pour chaque portion supplémentaire d'aliments ultra-transformés, la mortalité toutes causes confondues augmentait de 18 %.

Les chercheurs ont conclu que la consommation de quatre portions ou plus d'aliments ultra-transformés était indépendamment associée à une augmentation de 62 % du risque relatif de mortalité, toutes causes confondues.

Ils ont également constaté que les participants dont la consommation était la plus élevée avaient un indice de masse corporelle supérieur à la moyenne, qu'ils étaient plus susceptibles d’être fumeurs, et de présenter des antécédents familiaux de maladies cardiovasculaires, de diabète et de dépression.

Ils étaient également plus susceptibles de grignoter entre les repas, et d'utiliser un ordinateur pendant des périodes prolongées. La principale cause de décès était le cancer, et survenait à l’âge de 58 ans en moyenne.

Le risque cardiovasculaire augmente avec les aliments ultra-transformés

Une autre étude comportant 105.159 participants a également été conduite récemment. Les chercheurs ont recueilli des données sur leurs apports alimentaires quotidiens au moyen de formulaires conçus pour évaluer les habitudes alimentaires type des participants.

Le principal objet de cette recherche était de mesurer les risques de maladies cardiovasculaires et cérébro-vasculaires.

Les participants ont été suivis sur une période de 5,2 ans en moyenne, durant laquelle les chercheurs ont constaté que la consommation d'aliments ultra-transformés était effectivement associée à un risque accru de maladie cardiovasculaire.

Les aliments ultra-transformés entrainent une prise de poids

L’Institut national américain de la santé (NIH) a mené une autre étude randomisée à petite échelle, mais rigoureuse et soigneusement contrôlée, qui a permis de déterminer que la consommation d’aliments ultra-transformés augmente l’apport calorique et entraine une prise de poids. Les chercheurs ont recruté 20 volontaires en bonne santé, qui ont résidé au Centre clinique du NIH pendant quatre semaines consécutives.

Ils ont été répartis de façon aléatoire en deux groupes ; pendant les deux premières semaines, l’un a suivi un régime à base d'aliments ultra-transformés, et l'autre un régime à base d'aliments non transformés, et les deux groupes ont ensuite immédiatement interverti les deux types d'alimentation pendant les deux semaines suivantes.

Après avoir rassemblé les données, les chercheurs ont conclu que, lorsqu’ils consommaient des aliments transformés, les participants consommaient en moyenne 459 calories supplémentaires par jour, par rapport à la période d’alimentation à base de produits non transformés.

Chez les personnes qui avaient une alimentation ultra-transformée, l'augmentation de l'apport énergétique avait lieu entre le petit-déjeuner et le déjeuner, sans augmentation significative des calories consommées au diner.

Les chercheurs ont également constaté que, lorsque leurs repas étaient ultra-transformés, les participants mangeaient plus vite, ce qui pouvait expliquer l'augmentation de l’apport énergétique.

Ils ont supposé que les aliments ultra-transformés poussaient à manger plus vite, retardant le signal de satiété, et augmentant ainsi l'apport calorique global. Lors des deux semaines d'alimentation ultra-transformée, les participants ont pris en moyenne 900 grammes.

La première cause des décès associés aux aliments ultra-transformés : le cancer

Le dogme établi, selon lequel le cancer est une maladie génétique, influence aujourd'hui la recherche et le type de traitement que prescrivent généralement les oncologues. Il nourrit en réalité toute l’industrie du cancer, mais ne permet aucune avancée significative dans les traitements ni dans la prévention.

L'action du métabolisme sur les cellules cancéreuses est pourtant évidente, et fondée sur les découvertes du Dr. Otto Warburg, un biochimiste qui a reçu le Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1931, pour sa découverte de la nature et de l'action de la cytochrome C oxydase, une enzyme respiratoire.

Ses travaux ont démontré la façon dont les cellules reçoivent de l’énergie via la respiration, et la différence fondamentale du métabolisme énergétique des cellules cancéreuses par rapport à celui des cellules saines.

Selon le National Cancer Institute, le tabagisme est aujourd'hui la première cause de cancer, et de décès liés au cancer.

Si le tabagisme occupe depuis des dizaines d'années la première place sur la liste des causes évitables de cancer, il semble que l’obésité le suive de près.

Selon le Dr. Otis Brawley, professeur d'oncologie en épidémiologie à l’Université John Hopkins, et ancien médecin-chef de l’American Cancer Society, l’obésité pourrait prendre cette première place dans les cinq ou dix ans à venir.

Par rapport aux personnes dont le poids est dans une fourchette normale, les personnes obèses ont également plus de risques de récidive de leur cancer, et des chances de survie plus faibles.

Une recherche publiée dans le New England Journal of Medicine a conclu qu’« un poids corporel élevé est associé à un taux accru de décès pour tous les types de cancers, et pour plusieurs cancers spécifiques. »

L’obésité augmente le risque d'autres problèmes de santé

En plus du cancer, l’obésité pèse sur votre santé physique et financière, même lorsque vous êtes encore en bonne santé.

Les dépenses directes en soins de santé des adultes obèses sont accrues de 42 %, et celles des personnes qui présentent une obésité morbide (ayant un IMC supérieur à 40) sont accrues de 81 % par rapport à celles d'un adulte de poids normal.

Lorsqu’un patient se présente à l’hôpital avec une douleur dans la poitrine, le coût est supérieur de 41 % pour les patients qui présentent une obésité sévère, de 28 % pour les patients obèses, et supérieur de 22 % pour les patients en surpoids, par rapport aux personnes d'un poids normal.

Les frais supplémentaires sont dûs aux problèmes médicaux et physiques liés à l’obésité, tels que le diabète de type 2, les maladies cardiovasculaires et les calculs biliaires.

Lorsque l'on est atteint d'un diabète de type 2, le corps peine à maintenir un taux de glycémie sain, en raison de la résistance à l’insuline. L’insuline est une hormone fabriquée par le pancréas, qui contribue à maintenir votre taux de glycémie dans une fourchette de valeurs normales.

Si vous souffrez d'un diabète de type 2, votre pancréas n’est plus capable de produire suffisamment d'insuline pour répondre à la demande, ce qui provoque une élévation de la glycémie.

L'obésité et le diabète de type 2 augmentent tous deux considérablement votre risque de maladie coronarienne. Une accumulation de plaques d'athérome dans les artères réduit sévèrement le flux sanguin vers le cœur, ce qui peut provoquer une crise cardiaque.

L’obésité peut également augmenter votre risque d'hypertension artérielle, qui peut à son tour augmenter la charge de travail de votre cœur au point de provoquer des dommages aux artères et au cœur.

Les calculs biliaires sont des dépôts cristallins qui se forment à l’intérieur de la vésicule biliaire, généralement à partir d'un excès de cholestérol, de bile ou de bilirubine.

Chez les sujets obèses, ces calculs sont généralement dus à un excès de cholestérol, et leur taille peut varier de celle d'un grain de sable à la taille d'une balle de golf.

À moins qu’ils ne bouchent le canal pancréatique, ils ne provoquent généralement pas de symptômes. L’obésité peut également limiter vos possibilités d'activité physique, et augmenter ainsi votre risque d'ostéoarthrite dans les genoux, le dos et les hanches.

Que contiennent les aliments ultra-transformés ?

Selon le système de classification NOVA, les aliments et boissons ultra-transformés contiennent des formulations industrielles, généralement cinq, ou plus.

Il peut s'agir de sucre, d'huiles, de matières grasses, de conservateurs et d'antioxydants peu courants dans les préparations culinaires, mais qui peuvent être utilisés pour imiter certaines qualités gustatives, ou au contraire cacher des goûts indésirables.

La liste qui suit n’est pas exhaustive, mais elle donne un aperçu des types d'aliments considérés comme ultra-transformés :

La crème glacée

Le chocolat

Les bonbons

Le pain industriel

Les margarines et pâtes à tartiner

Les soupes instantanées, nouilles et desserts emballés

Les pâtisseries

Les gâteaux et préparations pour gâteaux

Les céréales de petit déjeuner

Les cookies

Les barres énergétiques

Les boissons énergétiques

Les yaourts aux fruits

Les boissons aux fruits

Les boissons chocolatées

Les sauces instantanées

Le lait infantile

Les produits prêts à réchauffer

Votre alimentation est un facteur essentiel de votre état de santé et de votre espérance de vie

Il est évident que les États-Unis font face à une grave épidémie de maladies, dont la plupart sont liées à l’alimentation. Il n’existe pas de solution simple et rapide à ce problème.

Il est essentiel de garder à l’esprit que votre santé est basée sur votre alimentation, et que consommer des aliments transformés est le plus sûr moyen d'aboutir à un désastre sur le long terme.