Comment guérir les maladies inflammatoires de l'intestin comme la maladie de Crohn

symptômes maladie inflammatoire intestin

En bref -

  • On estime que 1,6 million de personnes souffrent de maladies inflammatoires de l’intestin (MII), telles que la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse. 70 000 nouveaux cas de MII sont diagnostiqués a chaque année
  • Un certain nombre de bactéries et de champignons intestinaux ont été identifiés comme jouant un rôle dans les MII. Les bactéries intestinales influencent également vos réponses immunitaires et jouent un rôle dans la maladie cœliaque, les allergies alimentaires et les sensibilités alimentaires
  • Les MII sont associées à une mauvaise absorption et une malnutrition qui peuvent entraîner des fractures osseuses et des maladies osseuses telles que l'ostéopénie et l'ostéoporose. L'inflammation intestinale semble être un facteur important de la perte osseuse
Taille du texte:

Dr. Mercola

Les bactéries présentes dans votre intestin jouent un rôle crucial dans votre santé et votre alimentation peut modifier considérablement votre microbiome intestinal. Le sucre nourrit les bactéries, les levures et les champignons nuisibles à la santé dans votre intestin, ce qui peut en fait vous nuire davantage que son impact sur la résistance à l'insuline.

En mangeant sainement, vous permettez aux bactéries intestinales bénéfiques de prospérer. Elles effectuent ensuite la véritable « magie » en nourrissant votre santé. Vous avez peut-être remarqué que les probiotiques figurent désormais dans des articles concernant toutes sortes de problèmes de santé, notamment l'obésité, le diabète, la dépression et les maladies cardiaques.

Comme l'explique la neurologue russe, le Dr Natasha Campbell-McBride, créatrice du régime GAPS, la flore intestinale d'une femme peut également influencer la santé de son enfant et, si la flore intestinale de votre enfant est compromise dès la naissance, il peut être exposé à un risque accru de problèmes neurologiques et comportementaux, ainsi qu'à des dommages suite à une vaccination.

Naturellement, les déséquilibres dans votre microbiome intestinal sont le plus facilement associés à des problèmes intestinaux, allant de légers inconforts aux maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (MII), telles que la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse.

MII : un problème fréquent aux conséquences potentiellement graves

La maladie de Crohn et la colite ulcéreuse sont collectivement appelées des MII. On estime que 1,6 million de personnes souffrent de MII et 70 000 nouveaux cas de MII sont diagnostiqués aux chaque année. Ces deux problèmes de santé sont caractérisés par des symptômes tels que :

  • Diarrhée fréquente, crampes abdominales et douleur intense
  • Saignement rectal
  • Perte de poids
  • Fatigue
  • Nausée et fièvre

La colite ulcéreuse et la maladie de Crohn sont des maladies auto-immunes qui peuvent avoir de graves conséquences si elles ne sont pas traitées. Les symptômes associés à ces maladies sont causés par une inflammation de vos intestins, ce qui augmente également votre risque de blocages intestinaux, d'abcès, de perforation intestinale et de cancer du côlon.

Les MII augmentent votre risque de maladies osseuses

Les MII sont également associées à la mauvaise absorption et à la malnutrition qui peuvent entraîner des fractures osseuses et des maladies osseuses, telles que l'ostéopénie et l'ostéoporose. En fait, l'inflammation intestinale semble être un facteur important de la perte osseuse.

Les chercheurs ont également découvert que l'intestin qui fuit, ce qui permet aux microbes et autres particules étrangères d'entrer dans votre circulation sanguine, est fortement associé à des problèmes articulaires, tels que la polyarthrite rhumatoïde.

Bactéries et champignons liés à la maladie de Crohn

De nombreux facteurs liés au mode de vie peuvent contribuer à l'inflammation de vos intestins. Sans surprise, la recherche suggère que les bactéries et les champignons sont impliqués :

Des recherches antérieures ont lié la maladie de Crohn à la présence d'une bactérie appelée Mycobacterium paratuberculosis qui empêche les globules blancs de tuer la bactérie E. coli connue pour être présente en nombre accru dans les tissus infectés par la maladie de Crohn. Une voie d'exposition à ces mycobactéries est le lait de vache.

Une étude a révélé que Mycobacterium avium paratuberculosis (MAP) était présent chez environ 92 % des patients atteints de la maladie de Crohn, contre 26 % des patients du groupe témoin. La MAP est présente dans environ 2 % du lait pasteurisé commercialisé.

Ainsi, non seulement la pasteurisation tue les bactéries bénéfiques disponibles dans le lait, mais elle laisse en vie des organismes potentiellement nocifs. Il y a de bonnes raisons de limiter effectivement la consommation de lait (car il est riche en sucres naturels qui peuvent favoriser la résistance à l'insuline et prévenir la cétose nutritionnelle).

Mais, si vous buvez du lait et que vous souffrez de MII, le lait cru de vaches nourries en pâturage est BIEN PLUS préférable au lait pasteurisé de vaches issues d'élevages intensifs. Le lait cru de vaches nourries en pâturage peut vous procurer une relative guérison lorsque vous souffrez d'une MII.

Ancien expert de l'Organisation mondiale de la santé, le Dr A.V. Costantini a découvert que les personnes atteintes de la maladie de Crohn ont souvent de l'aflatoxine, une mycotoxine produite par des moisissures d'Aspergillus, dans leur sang.

La recherche semble confirmer le rôle potentiel de l'aflatoxine dans la maladie de Crohn, car l'activité de la maladie chez les patients atteints était plus faible pendant qu'ils suivaient un régime sans levure, en évitant spécifiquement les levures de boulanger et de brasseur.

Les chercheurs ont également lié la maladie de Crohn à un manque de bactéries saines Bifidobacterium et Bacteroides et à la réduction simultanée des acides gras à chaîne courte (AGCC).

Les AGCC sont produits par des microbes intestinaux qui fermentent les fibres alimentaires. Donc s'assurer d'un apport suffisant de fibres dans votre alimentation est une partie importante de l'équation du traitement.

Plus récemment, les chercheurs ont découvert que les patients atteints de la maladie de Crohn présentaient des quantités plus élevées de bactéries Serratia marcescens et E. coli dans leurs intestins, ainsi que le champignon Candida tropicalis.

Des expériences ont révélé que ces trois micro-organismes interagissent pour créer un biofilm inflammatoire qui, à son tour, produit les symptômes de la maladie de Crohn.

Les bactéries intestinales possèdent une puissante influence sur vos réponses immunitaires

Des recherches récentes montrent également que les bactéries gastro-intestinales (GI) peuvent être responsables de réponses immunitaires hyperactives, allant de la maladie cœliaque aux allergies alimentaires et aux sensibilités alimentaires.

Selon les estimations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), 1 à 3 % de tous les adultes et entre 4 et 6 % de tous les enfants dans le monde sont allergiques à au moins 1 des 70 aliments allergènes.

Les aliments associés aux réactions les plus graves sont le gluten, les fruits de mer, les œufs, les arachides, le soja, le lait et les noix.

Ce qu'il faut faire et ne pas faire lorsque vous souffrez de la maladie de Crohn

La lutte contre la maladie de Crohn implique deux stratégies : éviter ce qui perturbe votre microbiome intestinal et mettre en œuvre des stratégies alimentaires qui nourrissent les microbes bénéfiques. Vos bactéries intestinales sont très vulnérables aux facteurs liés au mode de vie et à l'environnement, y compris ce qui suit, qu'il vaut mieux éviter autant que possible :

Sucre raffiné et fructose transformé

Céréales raffinées, en particulier celles contenant du gluten

Aliments transformés (les additifs alimentaires courants tels que les émulsifiants ont été mis en relation avec la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse en particulier)

Antibiotiques (y compris les antibiotiques donnés au bétail pour la production alimentaire)

Eau chlorée et fluorée

Savons antibactériens

Produits chimiques et pesticides agricoles

Produits laitiers pasteurisés

Tous ces facteurs déséquilibrent votre flore intestinale. Bien que certains de ces facteurs soient omniprésents et puissent être difficiles à éviter, ce n'est pas impossible. Modifier simplement votre alimentation pour éviter les aliments transformés et vous concentrer sur les vrais aliments (idéalement des produits bio cultivés localement) fera une grosse différence, car cela réduira considérablement la quantité de sucre que vous consommerez et limitera automatiquement votre exposition aux antibiotiques et aux produits chimiques agricoles.

Signes et symptômes de la flore intestinale déséquilibrée

Comment savoir si votre santé commence déjà à souffrir d'un manque de bactéries saines dans votre système digestif ? Les symptômes suivants sont tous des signes que des bactéries malsaines ont pris le contrôle de votre intestin et que vous devez probablement prendre des mesures, même en l'absence d'un diagnostic de MII :

Gaz et ballonnements

Constipation ou diarrhée

Fatigue

Nausée

Maux de tête

Envies de sucre et envies d'aliments avec des sucres raffinés

Aliments spécifiques qui aident à prévenir et à guérir les MII

Ensemencer à nouveau votre intestin avec des probiotiques devrait figurer en haut de votre liste de priorité. Les aliments fermentés et cultivés traditionnellement(à condition qu'ils n'aient subi aucune sorte de pasteurisation) sont chargés de bactéries bénéfiques et saines, et ils sont faciles à préparer à partir de zéro.

Pour préparer du kéfir, par exemple, tout ce que vous avez à faire est d'ajouter un demi-paquet de granules de préparation de kéfir à un litre de lait cru de vaches nourries au pâturage et de laisser reposer à température ambiante pendant un à trois jours. Pour en savoir plus sur la fermentation des légumes, consultez mon article précédent, « Conseils pour la fermentation à domicile ». Outre les légumes fermentés, le lait cru, le kéfir et/ou le yaourt au lait cru, voici d'autres aliments spécifiques importants si vous souffrez de MII :

Myrtilles — Riches en antioxydants, vitamines et fibres, la recherche a montré que les myrtilles peuvent contribuer à soulager et à protéger contre l'inflammation intestinale telle que la colite ulcéreuse. L'effet protecteur des myrtilles face aux MII est double. Premièrement, les myrtilles sont riches en polyphénols qui ont des effets antimicrobiens et antioxydants. Lorsqu'elles sont combinées avec des probiotiques, la combinaison réduit non seulement les bactéries induisant l'inflammation, mais augmente également la quantité de Lactobacilla favorisant la santé.

De plus, la fibre des myrtilles n'est pas fortement dégradée dans vos gros intestins. Cela signifie que les substances qui peuvent provoquer une inflammation ne doivent pas entrer en contact avec la muqueuse de vos intestins. Au lieu de cela, elles sont intégrées dans la fibre de myrtille, où elles ne causent pas de dommages, puis sont transportées hors de votre corps avec la phase d'élimination.

Les myrtilles peuvent également protéger contre le cancer du côlon grâce à un composé antioxydant appelé ptérostilbène. Ce composé inhibe les gènes impliqués dans l'inflammation qui serait un facteur de risque de cancer du côlon. Les myrtilles sont également une bonne source d'acide ellagique, connu pour bloquer les voies métaboliques qui peuvent conduire au cancer.

L'huile de coco est un autre ajout bénéfique à votre alimentation si vous souffrez d'une MII. Il a été démontré que les effets anti-inflammatoires et cicatrisants de l'huile de coco apaisent l'inflammation et contribuent à guérir les lésions dans le tube digestif. L'huile de coco a également des propriétés antimicrobiennes qui favorisent la santé intestinale en tuant les micro-organismes gênants, y compris la levure Candida, qui peuvent provoquer une inflammation chronique.

L'acide caprylique, un triglycéride à chaîne moyenne (huile MCT) avec huit carbones (c'est pourquoi il est également connu sous le nom de C8) est également un antifongique potentiel. Le Dr Leon Chaitow, auteur de « Candida Albicans: Could Yeast Be Your Problem? », le recommande au lieu de médicaments antifongiques en cas de prolifération de Candida. (L'acide caprylique se transforme également facilement en cétones, qui sont un carburant très efficace et sain pour votre corps.)

Les oméga-3 d'origine animale sont un autre élément absolument essentiel pour prévenir et contrôler les MII. Les acides gras oméga-3 contenus dans l'huile de krill, l'EPA et le DHA ont des propriétés immunostimulantes ainsi que des propriétés anti-inflammatoires prouvées bénéfiques pour les troubles intestinaux, notamment la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse.

Les aliments riches en fibres, tels que la cosse de graine de psyllium bio, les graines de chanvre, de lin et de chia, les baies, les légumes tels que le brocoli et les choux de Bruxelles, les légumes-racines et les tubercules, les noix et les haricots crus, contribuent à nourrir les microbes bénéfiques dans votre intestin. Optez pour 50 grammes de fibres pour 1 000 calories consommées.

Compléter avec de la coque de psyllium bio peut vous aider à vous rapprocher de cette quantité idéale. Assurez-vous simplement que le psyllium est bio, car le psyllium non bio est généralement sévèrement contaminé par des pesticides.

L'importance de la vitamine D

Enfin et surtout, assurez-vous que votre taux de vitamine D se situe dans une plage thérapeutique saine de 40 à 60 nanogrammes par millilitre (ng/ml). La vitamine D s'est avérée être une pièce importante du puzzle que constitue le traitement si vous avez la maladie de Crohn. Un faible taux de vitamine D est associé à un risque accru de maladie de Crohn et il a été démontré que la correction de votre carence en vitamine D atténue les symptômes de la maladie.

Les chercheurs ont également découvert une « interaction significative entre le taux de vitamine D et la sensibilité à la maladie de Crohn, ainsi qu'une association significative entre le taux de vitamine D et le génotype ».

Dans cette étude, le taux sanguin de vitamine D s'est révélé significativement inférieur chez les patients atteints de la maladie de Crohn. Parmi les sept variations de séquence d'ADN examinées pour les effets, deux variantes ont montré une association significative avec un taux de vitamine D chez les patients atteints de la maladie de Crohn, quatre variantes ont été associées au taux de vitamine D chez les témoins.

En bref, les chercheurs ont découvert que la vitamine D peut affecter l'expression génétique associée à la maladie de Crohn et rendre les choses meilleures ou pires, selon que vous en avez assez ou non. L'une des raisons pour lesquelles la vitamine D peut agir contre les maladies inflammatoires de l'intestin est qu'elle aide votre corps à produire plus de 200 peptides antimicrobiens qui contribuent à combattre toutes sortes d'infections, y compris celles qui pourraient déclencher une MII.

N'oubliez pas que le moyen idéal pour optimiser votre taux de vitamine D est d'exposer une quantité importante de votre peau au soleil vers midi. La vitamine D est une hormone stéroïde et un marqueur de l'exposition aux ultraviolets B (UVB).