Tout ce que vous voulez savoir sur votre système immunitaire

Fait vérifié
système immunitaire

En bref -

  • Le système immunitaire possède des moyens complexes pour combattre les virus. Toutefois, les virus possèdent des moyens complexes pour tromper le système immunitaire et envahir les cellules
  • « L'immunité collective » d'un pays contre le COVID-19 est souvent basée sur le pourcentage de personnes qui possèdent des anticorps contre le virus lors de leur test. Mais cela peut ne pas être exact
  • Les cas « dénaturés » ou « bloqués » de COVID-19 ne généreront probablement pas d'anticorps à partir des tests car aucune réponse immunitaire n'a été établie
  • Les virus utilisent des protéines en pointe pour envahir les cellules hôtes, qui commencent alors à faire bourgeonner les virus depuis leurs propres membranes

Dr. Mercola

Le fonctionnement du système immunitaire humain est fascinant et particulièrement important pendant l'épidémie de coronavirus. Alors que l'arsenal du système immunitaire composé de cellules souches, de cellules T auxiliaires, de cellules T cytotoxiques et d'autres combattants est impressionnant, il en est de même de l'arsenal qu'un virus utilise pour envahir les cellules et en faire des usines pour le reproduire.

Une vidéo vivifiante et divertissante, « The Amazing Immunology of our Viral Issue — and Herd Immunity Revelations! » (L'incroyable immunologie de notre problème viral – et les révélations sur l'immunité collective !) décrit la guerre en cours entre votre système immunitaire et un virus envahissant, tel que le COVID-19. Elle a été récemment créée par Ivor Cummins, un ingénieur chimiste qui dirige le site de santé « The Fat Emperor ». Creon Levit, scientifique en chef de Planet Labs, était l'invité.

Creon Levit, qui a collaboré avec les meilleurs immunologistes, est un professionnel de la physique appliquée qui fut auparavant ingénieur en aérospatiale à la NASA pendant plus de 35 ans. Planet Labs est une société privée de données satellitaires qui exploite plus de 300 satellites d'imagerie sur l'orbite basse de la Terre.

Dans « The Amazing Immunology of our Viral Issue — and Herd Immunity Revelations! » (L'incroyable immunologie de notre problème viral – et les révélations sur l'immunité collective !), Creon Levit présente avec des graphiques et des visuels brillants les nombreuses subtilités et signaux cellulaires qui permettent au système immunitaire de combattre des virus comme le COVID-19, ainsi que la façon dont des virus, tel que le COVID-19, peuvent riposter.

Une question particulièrement brûlante que Creon Levit et Ivor Cummins abordent est de savoir si et comment l'immunité collective peut être atteinte contre le COVID-19. Ils parviennent à des résultats surprenants.

Vidéo disponible en anglais

Le test des anticorps n'est pas prédictif dans le cas du COVID-19

On pense généralement que les seules personnes qui peuvent avoir été immunisées contre le COVID-19 sont celles qui présentent des anticorps lors de leur test, dit Ivor Cummins, et « l'immunité collective » d'un pays est souvent basée sur les résultats de ces tests. Par exemple, si 7 ou 8 % d'une population possèdent des anticorps, on suppose qu'un pays n'a qu'un faible pourcentage d'immunité collective. C'est une idée fausse, disent les deux hommes dans la vidéo.

La science suggère que les personnes peuvent avoir une quantité importante d'immunité de fait ou efficace sans présenter d'anticorps, disent-ils. Par exemple, certaines personnes, appelées cas « dénaturés » ou « bloqués », peuvent avoir été exposées au virus mais, contrairement à celles qui les entourent, ne sont pas tombées malades. Selon Creon Levit :

« ...grâce à la chance ou au métabolisme sain de ces personnes, le virus est bloqué par les muqueuses et d'autres sortes de choses et il n'infecte jamais réellement leurs cellules ... par conséquent, elles ne développent même pas de réponse immunitaire et elles pourraient à nouveau devoir faire face au virus et être infectées.

Mais, un certain nombre de personnes exposées ne contractent pas la maladie, pas tant à cause d'une réponse immunitaire classique, car elle est simplement bloquée dans leurs membranes corporelles et des processus non spécifiques. »

Selon Ivor Cummins, si de telles personnes « surmontent » le virus, « elles ne le propageront pas... à moins qu'elles ne reçoivent une énorme charge virale beaucoup plus importante », si le virus devait réapparaître. Ces personnes ne contribuent peut-être pas à l'immunité collective en soi, mais elles sont « moins susceptibles » de contracter la maladie, précise Creon Levit.

D'autres personnes peuvent également bénéficier d'une immunité de facto

D'autres personnes peuvent également contribuer à l'immunité collective d'une région, mais elles ne sont souvent pas détectées par les tests d'anticorps actuels qui sont effectués. Parmi ces personnes figurent celles considérées comme ayant un statut « inné » ou « épargné », ce qui signifie, selon Creon Levit :

« ...que certains aspects de votre système immunitaire, certains anticorps et certains autres processus de signalisation peuvent prévenir ou éliminer une infection virale même si vous n'avez jamais été exposé à ce virus particulier auparavant et même si vous n'avez pas de mémoire immunologique. »

De telles réponses immunitaires généralisées qui peuvent reconnaître et combattre des virus qui n'ont jamais été rencontrés auparavant sont observées dans le monde animal, en particulier chez les animaux primitifs et même dans la vie microbienne, explique Creon Levit.

« Le seul système immunitaire dont ils disposent est un système générique qui... cible généralement toutes les bactéries ou généralement tous les virus et donc ce n'est pas là où l'on peut trouver des anticorps spécifiques contre un virus spécifique, mais c'est là où il y a un signal indiquant que les cellules virales infectées font certaines choses. Et puis, le système immunitaire... commence à placer les cellules voisines dans une sorte de mode antiviral...

...Certaines personnes parviennent à combattre les infections en utilisant vraisemblablement leur système immunitaire inné sans nécessairement tomber malade et en générant une réponse immunitaire adaptative ou acquise... elles ont vraiment vécu une bataille immunitaire. Elles continueront à contribuer de facto à l'immunité collective dans la société, mais elles ne présenteront pas d'anticorps. »

Le rôle des cellules T dans l'immunité

Selon la vidéo, les systèmes immunitaires des mammifères ont évolué pour cibler des virus ou des familles de virus spécifiques et ils sont tous basés sur des cellules T, des lymphocytes produits ou mis en oeuvre par le thymus.

Si une personne est infectée par un virus, son corps peut présenter une réponse des lymphocytes T ciblant ce virus particulier et les cellules infectées, en particulier lorsque cette personne a une mémoire immunologique. La mémoire immunologique est un concept bien connu, explique Creon Levit :

« Nous avons tous entendu parler de cela, du genre une fois que vous êtes immunisé contre quelque chose, vous pourriez rester immunisé pendant des années ou toute votre vie. Vous pouvez avoir une mémoire immunologique acquise auprès de virus qui ne sont pas identiques au virus actuel, mais qui sont similaires. »

Une infection antérieure par le SRAS ou d'autres coronavirus comme le rhume peut fournir une telle immunité et une mémoire immunologique, explique Creon Levit. Votre système de lymphocytes T peut agir pour éliminer de votre corps l'infection causée par des virus similaires, mais pas identiques. Notamment, dit-il, cela peut se produire « sans générer une multitude d'anticorps ».

De plus, indique Creon Levit, les tests d'anticorps du COVID-19 « ne testent qu'une petite fraction des anticorps possibles contre le COVID ».

Comment fonctionnent les cellules T

Les lymphocytes T sont l'un des composants les plus étonnants du système immunitaire décrit dans « L'immunologie étonnante de notre problème viral ». Leur intuition et leur adaptabilité dans la lutte contre les virus envahisseurs sont tout simplement miraculeuses. Selon Creon Levit, il y a :

« ...plusieurs centaines de milliers ou de millions de types différents de cellules T et la différence entre une cellule T et une autre est que chacune est ciblée pour reconnaître un fragment peptidique spécifique contenu dans une molécule du CMH [complexe majeur d'histocompatibilité].

Les seules qui agissent lorsque vous ne vous sentez pas bien, les seules qui sont dans votre circulation au cours de la vie normale sont celles qui ciblent les protéines du non-soi.

Toutes les cellules T qui ciblent les protéines du soi sont éliminées dans votre thymus lorsque vous êtes très jeune. Vous n'avez donc que des cellules T circulant dans votre corps qui ciblent le CMH qui contient des peptides du non-soi. [Ce type de cellule T] est une variante spécifique d'une cellule T qui ne reconnaît que ce seul peptide spécifique du non-soi... il reconnaît des choses auxquelles vous n'avez jamais fait face auparavant comme le SRAS-CoV-2. »

D'autres réponses immunitaires peuvent ne pas produire d'anticorps

Les cellules B, les lymphocytes non traités par le thymus, les cellules T et les gènes du CMH (complexe majeur d'histocompatibilité) qui codent pour les principaux antigènes peuvent également augmenter les réponses immunologiques, explique Creon Levit.

« Le point essentiel est que, si vous n'avez jamais fait face au virus auparavant et que vous présentez une réponse immunitaire qui commence par les lymphocytes T et le CMH ... vous pouvez éliminer l'infection de votre corps en utilisant une variété de mécanismes différents... Ce n'est pas nécessairement le cas qui va activer un système qui produit des anticorps que le test d'anticorps teste...

Votre infection peut être éliminée en principe par l'une des voies médiées par les cellules T comme les cellules T cytotoxiques qui ne sont pas testées par le test des anticorps. »

Les personnes qui ont combattu avec succès le COVID-19 de cette manière « contribuent à l'immunité collective dans la société mais sans avoir un test positif », résume Ivor Cummins. Celles qui sont testées pour les anticorps du COVID-19 et qui reçoivent un résultat « faux négatif » alors qu'elles hébergent réellement les anticorps du coronavirus contribuent également à l'immunité collective. Ils s'accordent sur le fait qu'on ne sait pas combien de fois cela se produit.

Les virus peuvent tromper le système immunitaire

Le « programme » d'un virus consiste à se répliquer dans les cellules d'un hôte. Contrairement aux bactéries, un virus ne peut pas se reproduire seul. Mais, dit Creon Levit, si un millier de virus pénètrent dans votre corps à cause de l'éternuement de quelqu'un et qu'ils n'entrent pas dans vos cellules pour se reproduire, ils ne vous font aucun mal. « Il y en a juste un millier qui flottent et ils ne vont nulle part. »

Les nombreuses protéines dont le virus a besoin pour se répliquer et infecter d'autres cellules « sont enfouies à l'intérieur du virus là où les anticorps ne les verront jamais », de sorte qu'elles ne déclencheront pas de réponse « lorsque le virus flotte librement » de cette manière, explique Creon Levit.

Mais, et c'est un gros mais, les virus sont méfiants et utilisent des protéines en pointe pour envahir les cellules d'un hôte, souligne Creon Levit.

« Le virus trompe votre cellule et finalement la cellule commence à faire bourgeonner les virus depuis ses propres membranes et finalement la cellule peut se transformer quasiment comme un cristal de virus. Elle peut être tellement submergée par les virus qu'elle cesse de fonctionner... Les virus ont peut-être même infecté le noyau [de la cellule]... et là, la cellule est perdue. »

Idéalement, le système immunitaire de l'organisme ne laisse pas entrer le virus, explique Creon Levit.

« Une chose que votre corps peut faire s'il possède les bons anticorps pour se débarrasser des virus est... qu'il peut simplement entourer complètement le virus. Cela peut provoquer sa paralysie car il n'y a plus de protéine en pointe exposée et disponible pour se faufiler dans une cellule.

De plus, une fois que le virus est entouré d'anticorps, d'autres parties du système immunitaire savent que si elles voient quelque chose entouré d'anticorps, cette chose doit être digérée et éliminée ... le virus lui-même sous forme de boule ou de sphère possède des protéines identifiables. Si vous avez de la mémoire et que vous avez construit des anticorps... il peut être attaqué directement en tant qu'entité reconnue comme virus. »

Votre système immunitaire est incroyable

À la fin de cette excellente vidéo, vous ne pouvez pas vous empêcher d'être surpris par l'intelligence de votre système immunitaire mobilisant des défenses contre des virus comme le COVID-19, ainsi que d'autres agents pathogènes.

Les manières subtiles dont votre système immunitaire reconnaît les virus envahissants suggèrent également que l'immunité collective contre le COVID-19 pourrait être beaucoup plus élevée que celle estimée par les responsables de la santé publique. Comme le résume Creon Levit à la fin de la vidéo :

« ...il semble qu'il puisse très bien y avoir un ensemble de personnes qui ont été infectées par le COVID, mais qui ne produisent pas d'anticorps, peut-être parce que ces autres mécanismes immunologiques, les lymphocytes T ou [le] système inné, ou les deux, les ont éliminés efficacement avant d'avoir commencé à produire beaucoup d'anticorps.

En outre, à l'inverse, nous avons cet autre phénomène selon lequel un groupe de personnes qui n'ont jamais été infectées par le COVID semblent déjà disposer d'une partie du mécanisme immunologique qui est partiellement spécialisé dans la lutte contre le COVID car elles ont été infectées par des virus homologues dans le passé. »

Une conclusion qui peut être tirée de la vidéo est que les tests d'anticorps comme base pour l'estimation de l'immunité collective ne sont clairement pas efficaces. Ceux qui ont pu être infectés n’ont pas nécessairement d’anticorps, y compris les personnes asymptomatiques dont la maladie n’était pas détectable.

À la fin de la vidéo, Ivor Cummins exprime son admiration devant le système immunitaire humain aux multiples facettes conçu pour vous garder en bonne santé et promouvoir l'immunité collective.

« Je pense que [c'est] la machinerie immunologique la plus exotique de l'univers... tout ce système que vous avez décrit qui n'est pas le système d'anticorps, mais tout le système de cellules T [qui] a été développé et je suppose qu'il est assez efficace après un million d'années d'évolution. »