5 façons dont les céréales nuisent à votre peau

Acné gluten

En bref -

  • Même si vous prenez chaque jour grand soin de votre peau de l’extérieur, les aliments que vous consommez peuvent sérieusement l’endommager
  • Certains produits céréaliers agissent comme le blé et peuvent augmenter la perméabilité de vos intestins et l'inflammation globale dans votre organisme
Taille du texte:

Dr. Mercola

Vous prenez peut-être soin de votre peau au quotidien en la nettoyant, en l’exfoliant et en l’hydratant soigneusement.

Mais saviez-vous que le sandwich que vous avez mangé ce midi pourrait faire plus de dégâts sur votre peau que le fait de manquer l’un de vos rituels de soins ?

Votre peau est le plus grand organe de votre corps ; elle sert, entre autres, à contrôler la température corporelle, ainsi qu’à vous protéger des toxines et à les excréter.

Loin d’être une simple enveloppe inerte qui recouvre vos organes internes, la peau est un système complexe de nerfs, de glandes et de couches de cellules qui jouent un rôle fondamental dans votre santé et votre bien-être global.

Si vous voulez protéger votre peau, vieillir avec grâce et éviter les problèmes d’éruptions cutanées, il est temps de prendre soin de votre peau de la même façon que vous prenez soin de votre cœur, de votre poids et de votre moral. En d’autres termes, en faisant attention à ce que vous mangez.

Le blé est l’une des céréales présentes dans de nombreux aliments transformés, qui nuit à votre teint et contribue au développement du psoriasis et aux poussées d’eczéma. Les protéines présentes dans le blé sont responsables de l’inflammation et de changements dans votre tractus gastro-intestinal, dans votre système nerveux et votre système cardiovasculaire.

5 troubles cutanés provoqués par les céréales

Plusieurs troubles cutanés sont associés aux changements qui surviennent dans votre organisme lorsque vous mangez du blé ou d'autres aliments contenant du gluten. Que vous souffriez de la maladie cœliaque ou d'une sensibilité au gluten, votre risque de développer les troubles cutanés suivants sont plus élevés si vous consommez du gluten :

Acné : ce trouble cutané affecte presque 80 % des personnes qui ont entre 11 et 30 ans dans les cultures occidentales. Il est par contre pratiquement inexistant dans les sociétés primitives. Des communautés de chasseurs-cueilleurs vivant au Paraguay ont été étudiées pendant trois ans, durant lesquels aucun cas d'acné n’a été observé.

Les symptômes de la sensibilité au gluten sont différents de ceux de la maladie cœliaque, mais les deux troubles entrainent une augmentation de l’acné chez les adultes. Des chercheurs ont découvert qu’il existe un lien entre ce que vous mangez et la façon dont cela affecte votre cerveau et votre peau.

Dermatite atopique : des chercheurs ont découvert que la dermatite atopique est trois fois plus courante chez les personnes souffrant de la maladie cœliaque et deux fois plus dans les familles dont certains membres souffrent de la maladie cœliaque.

Psoriasis et eczéma : le psoriasis est inconfortable et parfois défigurant, tandis que l’eczéma est un terme appliqué à une grande variété d’éruptions cutanées caractérisées par des démangeaisons, des rougeurs et une sécheresse de la peau.

Le psoriasis affecte souvent une grande partie de la peau et est une réaction immunitaire liée aux protéines des céréales, les gliadines. Au cours d’une étude publiée dans le British Journal of Dermatology, les participants qui présentaient des anticorps anti-gliadine ont vu leur état s'améliorer en suivant un régime sans gluten.

La National Psoriasis Foundation recommande également aux personnes souffrant de la maladie cœliaque ou de sensibilité au gluten, d’opter pour une alimentation sans gluten afin de réduire, voire d’éliminer leurs symptômes.

Stomatite aphteuse récurrente (SAR) : bien que d'apparence similaire, ces ulcérations de la bouche, ou aphtes, n’ont rien à voir avec les boutons de fièvre provoqués par le virus de l’herpès. Ils peuvent représenter une gêne mineure, ou devenir si douloureux qu’ils empêchent de parler ou de manger.

Dans un article publié dans BMC Gastroenterology, les auteurs suggèrent que la SAR pourrait être le seul symptôme visible de la sensibilité au gluten, et recommandent que les patients souffrant de SAR subissent un test de dépistage de la maladie cœliaque.

Le vitiligo Cette affection de la peau est caractérisée par une perte de pigmentation, qui provoque l'apparition de taches blanches. Bien qu’elle ne soit pas dangereuse, elle peut avoir de graves répercussions sur la vie des personnes qui en sont atteintes. L’étude du cas d'une jeune femme de 22 ans souffrant de vitiligo a été publiée dans Case Reports in Dermatology (Études de cas en Dermatologie).

Après avoir suivi des traitements médicaux, sans succès, on lui a fait suivre un régime sans gluten. Une repigmentation partielle mais rapide a eu lieu au cours du premier mois, et s’est stabilisée après quatre mois de régime sans gluten.

Les auteurs suggèrent qu'une modification de l’alimentation, notamment une alimentation sans gluten, devrait être envisagée comme traitement du vitiligo.

Les protéines de blé provoquent des problèmes

Vous avez peut-être entendu dire que les aliments à base de céréales complètes sont des aliments sains. Cependant, selon des experts de plus en plus nombreux, notamment le Dr. Loren Cordain, Ph.D., professeur à l’Université d’état du Colorado, et expert en mode de vie paléolithique, présenté dans la vidéo ci-dessus, l'homme n’est pas conçu pour digérer les céréales. Voici ce qu’il explique :

« L’être humain n'a pas besoin de céréales. C’est le problème des recommandations de l’USDA (département américain de l’agriculture). Ils pensent que nous sommes une espèce programmée pour manger des céréales.

On peut vivre très bien et obtenir tous les nutriments nécessaires à l’être humain sans manger de céréales. Les céréales sont par ailleurs des sources de vitamines et de minéraux très pauvres par rapport aux fruits, aux légumes, à la viande et au poisson. »

Parmi les substances présentes dans le blé, responsables de nombreux problèmes cellulaires, on trouve notamment :

La gliadine : la gliadine est la principale protéine immunotoxique présente dans le gluten de blé, et fait partie des plus néfastes pour la santé. La gliadine donne au pain à base de blé sa texture pâteuse et peut augmenter la production de zonuline, la protéine intestinale, qui ouvre des espaces entre les cellules intestinales, alors qu’elles sont normalement étroitement jointes.

Si vous souffrez de la maladie cœliaque, votre corps fabrique des anticorps anti-gliadine, qui endommagent les fragiles surfaces d'absorption de vos intestins. De nombreuses personnes qui présentent une sensibilité au gluten souffrent également des effets néfastes des gliadines.

Cela pourrait expliquer que de récentes recherches aient démontré l’augmentation de la perméabilité intestinale après une exposition aux gliadines, aussi bien chez des personnes atteintes de la maladie cœliaque, que chez des personnes n’en souffrant pas.

Les lectines : les lectines font partie d’un mécanisme essentiel, que les plantes utilisent pour se protéger et perpétrer leur espèce. C’est dans les graines que leur concentration est la plus élevée. Lorsque les animaux mangent des aliments contenant des lectines, ils peuvent ressentir une irritation du système digestif ; le degré de cette irritation est fonction du nombre de générations de cet animal qui a consommé cette plante particulière.

L’homme consomme des céréales non germées depuis environ 500 générations, et nous souffrons plus que les rongeurs et les oiseaux qui s’y sont adaptés depuis des milliers de générations.

Le blé tendre a joué un rôle majeur dans les effets néfastes provoqués par les lectines, car c’est une forme relativement récente, et elle contient de l'agglutinine de germe de blé (wga), qui n’est pas éliminée lors de la germination, et que l’on retrouve en fortes concentrations dans le blé complet.

D'autres céréales agissent comment le blé

Si vous souffrez de la maladie cœliaque ou de sensibilité au gluten, vous avez tout intérêt à éviter tous types de gluten pour réduire vos risques de développer des problèmes cutanés.

D'autres céréales, et même certains légumes, ont des propriétés similaires à celles du blé. Les aliments suivants contiennent des lectines qui fixent les chitines, qui sont de nature similaire aux lectines présentes dans le blé (wga), décrites plus haut. Les lectines qui fixent les chitines, et les lectines de blé, fonctionnent de de la même façon et peuvent provoquer des réactions similaires dans votre corps.

  • L'orge
  • La pomme de terre
  • Le riz
  • Le seigle
  • Les tomates

La perméabilité intestinale provoque la libération de toxines

Le gluten augmente la perméabilité de votre tractus intestinal ; c’est ce que l’on appelle l’hyperperméabilité intestinale.

Des espaces apparaissent entre les cellules qui forment les parois intestinales, permettant à des aliments non digérés, des bactéries et des déchets métaboliques de passer dans le sang. D’où le terme de syndrome de l'intestin perméable. Ces corps étrangers provoquent votre système immunitaire et augmente l’inflammation dans votre corps.

Une recherche publiée dans Gut Pathogens a émis l’hypothèse que toute réponse inflammatoire qui débute dans l’intestin se propage dans le reste de votre organisme et affecte votre peau. Les chercheurs ont appelé ce phénomène la connexion intestins-cerveau-peau.

Les protéines glutineuses, que l’on appelle des prolamines, augmentent la perméabilité de votre tractus intestinal, sensibilisant ainsi votre système immunitaire et contribuant à aggraver l'acné.

Le syndrome de l’intestin perméable peut être associé aux maladies inflammatoires de l’intestin, telles que la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse, mais même les personnes en bonne santé peuvent présenter une perméabilité intestinale à des degrés divers.

Les pics de glycémie et d'insuline affectent votre peau

Le blé affecte votre taux de glycémie et votre production d’insuline. Le blé est un glucide, et lorsqu’il est métabolisé, il augmente votre taux de glycémie et déclenche la libération d’insuline et d'un facteur de croissance apparenté à l’insuline, l’IGF-1. Ce facteur de croissance peut augmenter la sécrétion d'hormones mâles, telles que la testostérone.

La libération d'hormones mâles n’est pas suffisante pour déclencher des manifestations typiquement masculines, telles qu’un développement pileux ou musculaire, mais elle peut suffire à augmenter la sécrétion de sébum.

Il s'agit d'une substance grasse présente sur la peau, qui piège des bactéries favorisant l'acné. Les IFG-1 peuvent également provoquer la multiplication de cellules cutanées que l’on appelle les kératinocytes, un processus également associé à l’acné.

Chez les personnes dont la perméabilité intestinale est accrue, l'activation du système immunitaire par l'invasion des bactéries et des protéines, peut également déclencher une libération d'insuline. Cela augmente la production d’IGF-1, ainsi que le risque de développer une résistance à l’insuline et un diabète de type 2.

Le blé n’est toutefois pas le seul aliment à provoquer des pics de glycémie et d'insuline. Je vous recommande vivement de privilégier les aliments entiers, et de consommer le moins possible, voire pas d'aliments transformés.

Une étude publiée dans l’American Journal of Clinical Nutrition (Magazine américain de nutrition clinique) a rapporté que de jeunes hommes souffrant d'acné avaient vu leur acné et leur sensibilité à l’insuline nettement améliorées après avoir suivi un régime à faible indice glycémique pendant 12 semaines.

Une autre étude a démontré qu’une alimentation à indice glycémique élevé et la consommation fréquente de produits laitiers étaient également liées à l'acné.

La solution paléolithique

Il est vivement recommandé d'éliminer le blé et le gluten de votre alimentation pour réduire l’inflammation ainsi que vos risques de problèmes cutanés ultérieurs.

Il y a des milliers d'années, à l’époque du paléolithique, l'homme était chasseur-cueilleur et se nourrissait principalement de la viande qu’il pouvait chasser et des plantes qu’il trouvait dans son environnement.

Il n’y avait dans cette alimentation aucune trace de sucre raffiné, de sirop de glucose fructose ou de produits à base de blé raffiné - des ingrédients dont nous savons aujourd'hui qu’ils sont fortement associés à la résistance à l’insuline et à une mauvaise santé.

Ce n’est qu’après l’introduction de ces aliments transformés dans notre alimentation que sont apparus les symptômes de la perméabilité intestinale.

Revenir à une alimentation presque exclusivement à base d'aliments entiers, comprenant de la viande bio élevée en pâturages, des produits laitiers bio et des végétaux non génétiquement modifiés, pourrait vous aider à retrouver une meilleure santé et un teint plus frais. Comme le déclare le Dr. Cordain :

« Les qualités nutritionnelles des aliments transformés modernes et des aliments apparus à l’époque néolithique ne sont pas compatibles avec notre ancien génome classique. Cette discordance génétique se manifeste sous forme de diverses maladies chroniques, que l’on a surnommées les ‘maladies de la civilisation’.

En diminuant nettement notre consommation, ou en éliminant ces aliments de notre alimentation et en les remplaçant par d'autres, plus sains, aux qualités nutritionnelles plus en accord avec les aliments que mangeaient nos ancêtres, il est possible d'améliorer notre santé et de réduire les risques de maladies chroniques. »

+ Sources et Références