Un câlin par jour vous éloigne du médecin

2 femmes qui s’étreignent

En bref -

  • Un câlin peut améliorer votre humeur en augmentant les émotions positives et en diminuant les négatives
  • Les conflits relationnels ont été associés à une augmentation des émotions négatives tandis que l’inverse était valable pour les câlins
  • Les jours où les participants à l’étude vivaient un différend mais recevaient également un câlin, ceux-ci déclaraient ressentir des émotions plus positives que les jours où ils ne recevaient aucun câlin — et les effets positifs se poursuivaient même le jour suivant
  • Les câlins expriment de l’attention et de l’empathie, agissant comme bouclier contre les facteurs de stress
Taille du texte:

Quand avez-vous reçu, ou donné un câlin pour la dernière fois? Si cela fait longtemps, s’engager à effectuer plus de câlins est un moyen simple de non seulement se sentir plus heureux mais également d’être physiquement en meilleure santé. Le contact humain est un phénomène complexe lié à la libération d’hormones de bien-être et à d’autres réactions physiologiques dans votre organisme.

La pratique du câlin n’est qu’un exemple, et un exemple excellent. Même au cours des journées compliquées, comme lorsque vous vous retrouvez empêtré dans des difficultés relationnelles, un câlin peut améliorer votre humeur en augment les émotions positives et réduisant les émotions négatives.

Ce n’est pas un ouï-dire ; une récente étude publiée dans PLOS One a révélé ce détail intéressant après une étude portant sur plus de 400 adultes.

Chaque personne fût interrogée chaque soir pendant deux semaines sur son humeur, la survenance de tout conflit relationnel et si elle avait reçu un câlin ou non. Comme on s’y attendait, un différend relationnel a été associé à une augmentation des émotions négatives tandis que l’inverse était valable pour les câlins.

Toutefois, les jours où les participants rencontraient un différend mais recevaient également un câlin, ils déclaraient ressentir des émotions plus positives que les jours où ils ne recevaient pas de câlin — et les effets positifs se prolongeaient même le jour suivant.

Le co-auteur de l’étude, Michael Murphy, chercheur postdoctoral au sein du Laboratoire d'Étude du Stress, du Système Immunitaire et des Maladies de l’Université Carnegie Mellon, a déclaré au Time, “Un acte très simple et direct — le câlin— pourrait constituer un moyen efficace de soutenir aussi bien les hommes que les femmes qui connaissent une situation conflictuelle dans leurs relations.”

Les câlins réduisent le stress

La raison derrière les caractéristiques de bien-être des câlins n’est pas entièrement connue, mais les chercheurs de Carnegie Mellon suggèrent que l’un de leurs aspects précieux est leur capacité à protéger contre les facteurs de stress.

Concrètement, les câlins “augmentent les perceptions de soutien social en communiquant de manière tangible l’attention et la compassion sans communiquer aux récepteurs que les récepteurs ne fonctionnent pas.”

En d’autres termes, passer vos bras autour de quelqu’un lui montre physiquement que vous tenez à cette personne et que vous êtes là pour elle, réduisant ainsi le niveau de stress. De plus, aussi bien la personne qui donne que celle qui reçoit le câlin peut en bénéficier.

Au cours d’une étude sur 20 couples d’amoureux, l’un des partenaires passait un examen d’imagerie médicale tandis que l’autre partenaire se tenait à proximité, recevant des décharges électriques.

Lorsqu’un geste de réconfort, comme tenir le bras du partenaire lorsqu’il souffre, se produisait, l’activité augmentait dans le striatum ventral du cerveau, une zone associée à la récompense également impliquée dans le comportement maternel, ainsi que dans la région septale, qui est associée au comportement maternel et à l’atténuation de la peur.

Cela laisse entendre que même la personne apportant le réconfort physique. Un câlin de 20 secondes et se tenir la main pendant 10 minutes, réduit également les effets physiques néfastes du stress, comme son impact sur votre tension artérielle et votre rythme cardiaque. Cela semble logique puisqu’il est reconnu que faire des câlins fait diminuer le taux des hormones du stress telles que le cortisol.

En réalité, lorsque ce type “de contact chaleureux avec le partenaire” se produisait avant une tâche stressante de prise de parole en public, les participants présentaient une tension artérielle et un rythme cardiaque plus faible que ceux n’ayant pas reçu un tel contact.

“Ces résultats suggèrent que des relations affectueuses avec un partenaire positif peuvent contribuer à réduire la réactivité à des évènements stressants de la vie et peuvent en partie induire les bienfaits du soutien conjugal sur une meilleure santé cardiovasculaire,” ont indiqué les chercheurs.

La pratique du câlin est bonne pour votre cœur

Le 21 janvier est le Jour National du Câlin, un évènement qui aurait été créé par Kevin Zaborney de Caro, Michigan, pour accroître les manifestations publiques d’émotion. Zaborney estimait que faire des câlins pouvait aider à faciliter la communication humaine, bien qu’ils soient également réputés pour renforcer la santé cardiaque.

En plus de diminuer le rythme cardiaque, “l’expérience émotionnelle positive [du câlin] donne lieu à des réactions biochimiques et physiologiques, telles qu’une ampleur plus importante d’ocytocine plasmatique, de norépinéphrine, de cortisol et des changements dans la tension artérielle.”

Une étude présentée à la réunion annuelle de 2004 de l’American Psychosomatic Society a également révélé que lorsque les couples parlaient en privé pendant cinq minutes, regardaient une vidéo romantique et se faisaient des câlins, les femmes présentaient des taux plus élevés d’ocytocine, « l’hormone de l’amour », ainsi que des taux plus faibles de norépinéphrine, l’hormone du stress, et une tension artérielle plus faible.

“Il se pourrait bien … que l’ocytocine déclenche des changements physiologiques aidant à protéger le cœur des femmes,” a expliqué le rédacteur en chef de Critical Care Nurse.

 En effet, d’autres recherches encore ont révélé que, chez les femmes ménopausées, des câlins fréquents entre les partenaires sont associés à une tension artérielle et un rythme cardiaque plus faibles et un taux plus élevé d’ocytocine.

Les câlins peuvent renforcer votre système immunitaire, aider à prévenir les rhumes

Faire des câlins peut augmenter la production d’endorphines de bien-être dans votre corps, ce qui renforce ensuite votre système immunitaire. De plus, ils peuvent également faire baisser vos risques d’infection en atténuant les effets du stress qui, s’ils ne sont pas maîtrisés, augmenteront votre vulnérabilité aux maladies.

Généralement, si vous êtes en situation de stress (comme celui provoqué par des conflits dans vos relations), vous avez plus de risques de contracter des maladies comme le rhume. Cependant, lorsque des participants stressés étaient exposés à un virus du rhume, il a été découvert que la perception de soutien social et les câlins amortissaient les effets du stress, protégeant contre l’augmentation attendu du risque d’infection.

Comme révélé au cours d’une étude, faire des câlins apportait 32 pour cent des effets bénéfiques. L’auteur principal de l’étude a déclaré :

« Cela suggère que faire un câlin à une personne de confiance peut faire office de moyen efficace de communiquer du soutien et qu’augmenter la fréquence des câlins pourrait constituer un moyen efficace de réduire les effets délétères du stress...

L’effet protecteur apparent des câlins peut être attribué au contact physique en lui-même ou au fait que le câlin constitue un indicateur comportemental de soutien et d’intimité...Dans tous les cas, ceux qui reçoivent le plus de câlins sont relativement mieux protégés contre les infections.» 

La pression d’un câlin peut également stimuler thymus gland, qui est responsable de la régulation et de l’équilibre de vos globules blancs, une autre manière par laquelle le câlin peut soutenir votre système immunitaire.

Le toucher aide à vous rendre heureux

Qu’il s’agisse de câlins, de massothérapie ou même d’une tape dans le dos ou d’une caresse sur le bras, le contact humain fait partie intégrante du bien-être.

Les massages, par exemple, influent sur votre système nerveux par l’intermédiaire de terminaisons nerveuses au sein de votre peau, stimulant la libération d’endorphines et induisant une sensation de bien-être, soulageant la douleur et réduisant les taux de substances chimiques du stress comme le cortisol et la noradrénaline.

Ceci peut, à son tour, ralentir le rythme cardiaque et faire diminuer une pression artérielle élevée. Même les contacts moins engagés, comme une tape dans le dos, peuvent avoir des bienfaits, aidant à créer un climat de confiance et à propager de la bienveillance.

Chez les joueurs de la National Basketball Association (NBA), les équipes où l’on se touchait le plus obtenaient de meilleurs résultats, même après la prise en compte du statut des joueurs et des résultats de début de saison.

« La communication tactile, ou le contact physique favorise la coopération entre les personnes, transmet des émotions distinctes, apaise dans les moments de stress, et est utilisé pour établir des conclusions de cordialité et de confiance, » ont écrit des chercheurs dans le journal Emotion.

“Conformément aux hypothèses, des contacts en début de saison annonçaient de meilleurs résultats aussi bien pour les individus que pour les équipes plus tard dans la saison.”

Le toucher est même décrit comme un langage universel pouvant communiquer des émotions distinctes avec une précision surprenante. Une étude a découvert que le seul toucher peut révéler des émotions comme la colère, la peur, le dégout, l’amour, la gratitude et la compassion, avec un taux de précision allant jusqu’à 83 pour cent.

Êtes-vous dépourvu de toucher et avez un ‘grand besoin de contact’ ?

Il est bien connu que les nouveau-nés élevés sans recevoir suffisamment de contact physique subissent des problèmes de développement et présentent un risque plus élevé de problèmes comportementaux, émotionnels et sociaux à l’âge adulte. Mais le contact physique peut être un besoin qui se poursuit à toutes les étapes de la vie.

Les gens manquant d’affection souffrent de répercussions négatives dans les domaines de la santé, du bonheur, du soutien social et de la satisfaction dans les relations. Cela est également associé à la solitude, la dépression, le stress et les troubles de l’humeur et de l’anxiété. Certaines populations sont plus vulnérables que d’autres, les hommes et les personnes âgées se retrouvant au bout de l’échelle.

Une étude du Docteur Kory Floyd de l’Université d’Arizona suggère même que nous ressentons un «grand besoin de contact.» Non seulement les américains vivent de plus en plus seuls mais 1 sur 4 ne dispose pas de confident avec lequel parler de sujets importants. En outre, il écrit que 3 adultes sur 4 sont d’accord avec l’affirmation, « les américains souffrent d’un grand besoin de contact. » Floyd poursuit :

« Nous associons généralement la faim avec la nourriture, bien entendu— mais nous n’avons pas faim juste parce que nous voulons de la nourriture. Nous avons faim parce que nous avons besoin de nourriture, tout comme nous avons soif parce que nous avons besoin d’eau, et sommes fatigués car nous avons besoin de sommeil.

Nos organismes savent ce dont ils ont besoin pour bien fonctionner, et l’étude suggère que l’affection fait partie de cette liste, juste derrière la nourriture, l’eau et le repos. Tout comme le manque de nourriture, d’eau et de repos, le manque d’affection a également ses effets néfastes.»

En plus des risques susmentionnés, les personnes souffrant d’un besoin de contact sont plus susceptibles d’avoir des problèmes à exprimer et interpréter les émotions, un trouble connu sous le nom d’alexithymie. Elles sont également moins susceptibles de constituer des liens stables avec les autres.

Comment recevoir plus de câlins

Un grand nombre de gens peuvent obtenir plus de câlins dans leur vie en effectuant une démarche concertée pour être plus affectueux avec leurs proches et leurs amis. N’oubliez pas, donner des câlins est aussi bénéfique que d’en recevoir, mettez donc un point d’honneur à souvent engager des câlins à l’attention de votre partenaire et de vos proches.

Si vous vivez seul et que vous n’avez personne à qui faire des câlins au quotidien, d’autres solutions existent pour que vous puissiez obtenir plus de contacts dans votre vie.

Des centres de câlins professionnels sont apparus dans certaines villes, lesquels vous proposent un câlin non sexuel contre rémunération. Se faire masser ou prendre rendez-vous chez un chiropracteur ou un spécialiste du reiki sont d’autres options valables.

Vous pouvez également prendre l’habitude de saluer vos amis par une accolade. Les câlins non humains, donnés à votre chien ou à votre chat, par exemple, peuvent également être gratifiants, et si cela n’est pas possible, même le fait de câliner un nounours peut être utile.

En définitive, plus vous recevez d’affection physique, plus vous êtes susceptible d’être heureux et en bonne santé. Votre corps a besoin de câlins et d’autres sortes de contact tout comme il a besoin de nourriture et d’eau, efforcez-vous donc de recevoir plus de câlins au quotidien.

Si vous vous demandez quel est le nombre idéal de câlins, la regrettée psychothérapeute Virginia Satir a eu cette formule célèbre, «Il nous faut [quatre] câlins par jour pour survivre. Il nous faut [huit] câlins par jour pour nous entretenir. Il nous faut 12 câlins par jour pour grandir.»