Votre âge n’est pas le meilleur prédicteur de votre santé

un grand-père faisant des tractions en portant ses petits-enfants sur son dos

En bref -

  • Votre risque de développer certains problèmes de santé peut dépendre de votre âge chronologique, mais vous pouvez modifier votre risque potentiel en influant sur votre âge biologique
  • Votre santé est liée à de nombreux facteurs différents, notamment votre capacité à distinguer les contrastes entre différents plans de couleurs similaires, votre bien-être psychologique et votre mobilité
  • Vous faites chaque jour des choix qui affectent la longueur de vos télomères, un autre facteur qui intervient dans le vieillissement biologique. Faire les bons choix d’hygiène de vie peut augmenter vos chances de vivre longtemps, en bonne santé
Taille du texte:

Dr. Mercola

En règle générale, vos risques de développer certains problèmes de santé augmentent avec l’âge. Vous êtes par exemple plus exposé à l’ostéoporose aux alentours de 70 ans, et présentez un risque accru de développer des calculs biliaires si vous êtes une femme âgée d'une quarantaine d'années.

Bien entendu, ces règles ne s'appliquent pas à tout le monde. On voit des personnes de 70 ans faire des concours de bodybuilding, et d’autres qui, à 40 ans, souffrent de problèmes cardiaques et ont des articulations endommagées par l’arthrite.

Si votre âge influe sur votre état de santé global, ce n’est pas le seul facteur et ce n’est pas toujours le plus important. Les chercheurs évaluent aujourd'hui les différences entre l’âge biologique et l’âge chronologique.

L’âge et la santé

D'après une recherche menée à l’Université de Chicago, l’âge chronologique ne justifie pas les différences d’état de santé et de bien-être qu’il peut y avoir entre différentes personnes âgées. L’étude a utilisé un échantillon de 3.000 personnes âgées de 57 à 85 ans pour réunir des données sur une période de cinq ans.

Jusqu’à récemment, la plupart des médecins estimaient votre état de santé et votre espérance de vie en fonction des maladies dont vous étiez atteint, telles que diabète, ostéoporose ou cancer. Toutefois, il est évident que chaque personne réagit différemment à ces maladies et aux traitements, en fonction de son état de santé global, de ses gènes et de son hygiène de vie.

Ces différences vous font suivre un chemin qui vous est propre, ce qui rend votre espérance de vie difficile à prédire. Cette étude a découvert que les individus les mieux portants avaient généralement un poids supérieur à la normale pour leur taille, et avaient une tension artérielle plus élevée que les autres.

Le poids des individus du groupe intermédiaire était généralement dans une fourchette normale, et ils ne souffraient ni de maladies cardiovasculaires, ni de diabète, mais souffraient de problèmes de santé mineurs, tel que l’anémie.

Les personnes du groupe qui semblaient en moins bonne santé, et dont le risque de décès prématuré était le plus élevé, souffraient de diabète, pour lequel elles n’étaient pas traitées, et étaient relativement peu mobiles.

Votre perception de la santé remise en question

Les résultats de cette étude à grande échelle remettent en question les méthodes traditionnelles d’évaluation de la santé. Alors que votre santé était jusqu'à présent évaluée en fonction des maladies dont vous souffriez, cette étude suggère que les aspects positifs dans votre vie jouent également un rôle dans la façon dont vous réagissez aux problèmes de santé et aux traitements.

L’ennui, lorsqu’on définit la santé comme l'absence de maladie, c’est que l’on néglige d'autres facteurs essentiels qui influent sur votre santé et votre longévité.

D'après l’étude, 25 % des américains considérés comme bien portants d'après les normes traditionnelles, présentent un risque de mourir ou d’être frappé d'invalidité dans les cinq ans, si l’on prend en compte d'autres facteurs.

Les auteurs de l’étude ont défini 54 facteurs de santé, établissant un schéma global de santé et de vieillissement. Le rythme cardiaque, la fonction neuro-immunologique et les capacités sensorielles faisaient partie des autres facteurs pris en compte dans l’évaluation des participants.

Les chercheurs ont identifié six niveaux potentiels de catégories de santé, dont les trois mentionnés ci-dessus. L'obésité est un facteur complexe, susceptible d’augmenter ou non votre risque de décès prématuré.

Pour l’essentiel, une surcharge pondérale augmente votre risque de souffrir de dommages articulaires, de maladies cardiovasculaires et d'autres maladies à médiation immune.

Toutefois, les chercheurs ont également découvert un groupe d'individus dont le poids n’influait pas sur d'autres facteurs de leur modèle de santé. Ces individus ont été classés comme obèses robustes, car leur poids ne réduisait pas leur mobilité, et n’était pas associé au diabète ni à aucune maladie cardiovasculaire.

Les chercheurs ont d'ailleurs découvert que les individus de cette catégorie étaient les mieux portants et les moins susceptibles de mourir ou d’être frappés d'invalidité ou de handicap au cours des cinq années suivantes.

Les fractures osseuses sont corrélées au handicap ou au décès dans les cinq ans

D'après les données réunies au cours de l’étude, une personne sur sept est victime d'une fracture aux alentours ou après l’âge de cinquante ans.

Les chercheurs ont découvert que les individus qui sont victimes d'une fracture avant l’âge de 45 ans, et qui ont un état de santé moyen, ont un risque accru de handicap ou de décès dans les cinq années qui suivent.

Ils ont constaté que ces fractures n’étaient pas comparables aux fractures de la hanche qui surviennent chez les personnes plus âgées, et qu’il s'agissait plutôt de fractures osseuses qui guérissaient bien. Ces fractures n’handicapaient pas du tout les individus.

L’équipe de chercheurs a estimé que, dans ces conditions, ces fractures étaient des signes annonciateurs d'un trouble neurologique ou musculaire, qui augmentait le risque d'incapacité des individus.

Marqueurs biologiques

D'autres études ont également évalué les effets de marqueurs biologiques sur le vieillissement et la santé, indépendamment de l’âge chronologique. Au cours d'une étude, les chercheurs ont évalué les marqueurs biologiques d'un groupe de 180 Maîtres en natation âgés de 20 à plus de 70 ans.

Les scientifiques ont utilisé différentes mesures pour comparer ce groupe à un groupe d'individus de la population générale, d’âges et de tailles similaires. Leurs conclusions ont prouvé les effets positifs de l’exercice physique sur les marqueurs biologiques indicateurs d'une bonne santé.

Voici certains de ces marqueurs :

La tension artérielle

Le taux de cholestérol

Le rythme cardiaque

L’indice de masse corporelle (IMC)

La fonction pulmonaire

La masse osseuse

La force musculaire

Chacun de ces marqueurs décline souvent à mesure que l’âge chronologique augmente. Toutefois, les Maîtres en natation de tous les groupes d’âge présentaient de meilleurs résultats dans toutes ces catégories. Les chercheurs ont constaté que les marqueurs du vieillissement étaient meilleurs chez les jeunes nageurs et chez ceux des catégories les plus âgées.

D'autres recherches ont utilisé la même approche pour définir les différences entre les marqueurs de l’âge chronologique et ceux de l’âge biologique.

L'établissement de marqueurs qui révèlent le vieillissement biologique donnera aux médecins des mesures uniques pour chaque individu, qui permettront d'élaborer des traitements spécifiques basés sur la capacité de votre organisme à supporter le protocole.

Suivre leur évolution vous permettra également de déterminer si les modifications que vous faites dans votre alimentation, vos choix d'activité physique et d'hygiène de vie, vous éloignent du déclin ou vous en rapprochent.

Méthodes pour déterminer votre âge biologique

Les experts s'accordent également à dire que l’emploi de biomarqueurs acceptables qui déterminent l’âge biologique, donnerait une meilleure indication de l’espérance de vie, que l’âge chronologique.

Toutefois, ces biomarqueurs ne sont pas tous mesurables par une simple analyse de sang ou un questionnaire. Au cours d'une étude réalisée en 2010, les chercheurs ont analysé les dossiers médicaux de plus de 4.000 femmes.

Ils ont découvert que la capacité à distinguer les contrastes entre différents plans de couleurs similaires (une image dans un dégradé de gris clairs sur un fond blanc) était un facteur prédictif de mortalité significatif.

Vos télomères sont également essentiels

La science a déterminé que chacun de vos chromosomes est doté à son extrémité d'une structure composée, que l’on appelle un télomère. Ces télomères recouvrent l’extrémité des brins d’ADN, les protégeant à la manière des pièces plastifiées placées à l’extrémité des lacets de chaussures, qui les empêchent de s'effilocher.

Les télomères protègent des informations vitales renfermées dans vos brins d’ADN. Vos cellules se régénèrent en se répliquant ou en se reproduisant. À chaque reproduction, le télomère qui protège l’extrémité du brin d’ADN se raccourcit, jusqu’à devenir si court que les cellules ne fonctionnent plus correctement.

Des télomères courts sont associés à une faible réponse immunitaire, au vieillissement biologique et à la réduction de la densité minérale osseuse. Chacun de ces facteurs détermine la façon dont vous vieillissez fonctionnellement et cliniquement.

Plusieurs facteurs influent sur la longueur et les modifications subies par vos télomères, notamment le stress, le soutien social, l'alimentation et l’exercice.

Que peut-on faire pour améliorer son âge biologique ?

Bien que les gènes jouent un rôle important dans votre santé globale et vos marqueurs d’âge biologique, les choix que vous faites au quotidien les influencent également. Chacun des choix décrits ci-dessous peut vous aider à vivre plus longtemps, en meilleure santé.

1. L’alimentation — Nous sommes véritablement ce que nous mangeons. Votre organisme utilise les aliments que vous consommez comme sources de carburant et de nutriments pour fabriquer des cellules saines. Pour être en bonne santé, vous devez avoir des cellules saines. Pour que vos cellules soient saines, vous devez les nourrir de vrais aliments, riches en nutriments et en carburant.

2. L’hydratation — Votre corps est composé en moyenne de 60 % d’eau. Certaines parties de votre corps ont une proportion d’eau plus élevée, comme votre cerveau et votre cœur, qui sont composés de 73 % d’eau, et vos poumons, de 83 %. Vous hydrater correctement réduit le stress infligé à vos cellules, une mesure préventive pour ralentir le vieillissement. 

Évaluez votre niveau d'hydratation à la couleur de vos urines. Vous devez boire suffisamment d’eau pour que vos urines soient jaune pâle ou jaune paille, et que vous uriniez quatre à sept fois par jour.

3. L’exercice — L’exercice physique est important pour votre santé et votre capacité physique à effectuer vos tâches quotidiennes. Mais il est également important pour la longueur de vos télomères.

En étudiant des données recueillies auprès de 6.500 participants, des chercheurs ont constaté que ceux qui pratiquaient régulièrement et fréquemment une activité physique lorsqu’ils avaient entre 45 et 65 ans, avaient le plus d'influence sur la longueur de leurs télomères, et donc sur leur âge biologique.

Il y avait un lien évident entre la pratique d’exercice physique par les participants, et la longueur de leurs télomères. Une autre étude a démontré l’existence d'un lien entre une pratique d’exercice physique modérée, qui permettait aux participants de brûler entre 1.000 et 3.500 calories par semaine, et une plus grande longueur des télomères.

4. L’équilibre — Il est important de maintenir une bonne communication entre votre cerveau et votre système musculosquelettique pour réduire vos risques de chutes. Il est aussi important d'avoir un bon équilibre, que d’être souple et d'avoir un tronc fort pour réduire son risque de chutes et de fractures.

L’objectif n’est pas d’être capable de marcher sur une corde, mais d’être capable de vous rattraper si vous perdez l’équilibre.

Les exercices d’équilibre ne sont pas utiles uniquement aux personnes âgées. Si vous n’êtes pas capable de vous tenir sur une jambe pendant au moins 30 secondes sans vous tenir à quoi que ce soit, il est temps pour vous d'intégrer ces exercices dans votre routine quotidienne. Vous sentirez certainement une nette différence après seulement une ou deux semaines.

5. La santé mentale — Votre santé mentale et cognitive est influencée par de nombreux facteurs physiques, tels que l'hydratation, l’exercice et l'alimentation. Mais il existe d'autres facteurs dont vous devez tenir compte pour jouir d'une bonne santé mentale et préserver vos capacités cognitives. Voici certains de ces facteurs :

Le soutien social — votre cercle de soutien, qui comprend vos amis et votre famille, contribue à réduire votre stress et à améliorer votre vision de la vie.

La gestion du stress — le stress augmente votre sécrétion de cortisol, qui a un effet sur vos autres systèmes corporels et stresse votre organisme au niveau cellulaire.

L’optimisme/le sentiment de bonheur — les centenaires expliquent que le fait de se sentir heureux et d’avoir une attitude positive a joué un rôle important dans leur longévité.

Les exercices mentaux — vous connaissez l’expression « Ce que l’on n’utilise pas se perd ». Cela vaut pour vos capacités cognitives. Votre cerveau a besoin d’exercice, tout comme votre corps.

Le sommeil — il est nécessaire pour détoxifier votre cerveau ; votre corps et votre cerveau ont besoin de profiter toutes les nuits d’un sommeil réparateur de bonne qualité.

La foi — il s'agit de la croyance en quelque chose d'invisible. Votre foi ou votre spiritualité est importante pour votre santé mentale et pour prévenir la dépression.

6. L’exposition aux produits chimiques — Votre organisme est assailli par les toxines et les substances chimiques présentes dans votre alimentation, dans l’air que vous respirez et les meubles qui vous entourent. Il fait son maximum pour se détoxifier autant que possible, mais c’est une tâche considérable.

Il est important de limiter au maximum votre exposition en suivant les conseils suivants :

Arrêtez de fumer et préservez-vous des fumées secondaires

Utilisez des produits non toxiques pour entretenir votre maison, tels que du vinaigre blanc et du bicarbonate de soude.

N'utilisez pas de désodorisants d'intérieur, de bougies ou d'autres produits parfumés

Optez pour des sacs poubelle sans désodorisant

Limitez dans la mesure du possible votre utilisation de médicaments, qu'ils soient délivrés avec ou sans ordonnance

Utilisez une lessive ‘verte’ pour laver votre linge

Optez pour des méthodes de jardinage biologiques