Le mythe du cholestérol qui nuit à votre santé (1ère partie)

Le cholestérol et le cœur

En bref -

  • Depuis ces 20 dernières années, le cholestérol est injustement accusé d’être responsable de pratiquement toutes les maladies cardiovasculaires, alors qu’il vous est en réalité indispensable pour être en bonne santé ; le cholestérol est nécessaire aux membranes cellulaires, aux hormones, aux neurotransmetteurs et à l’ensemble du système nerveux
  • Votre taux de cholestérol total n’est pas un bon indicateur de votre risque de maladie cardiovasculaire ; il existe plusieurs autres constantes biologiques qui sont de meilleurs prédicteurs de maladie cardiaque et de risques pour la santé en général
  • Avoir un taux optimal de vitamine D est essentiel pour être en bonne santé, or la synthèse de la vitamine D dépend du cholestérol
Taille du texte:

Dr. Mercola

Le cholestérol pourrait être qualifié d’ennemi public n° 1 de ces deux dernières décennies. Par sa faute, de nombreux aliments ont été diabolisés (comme les œufs et les graisses saturées) et accusés d'à peu près tous les cas de maladies cardiovasculaires des 20 dernières années.

Pourtant, à l’époque où j’ai ouvert mon premier cabinet médical dans les années 1980, on parlait très peu du cholestérol et de la crainte d'avoir un taux trop élevé. Cependant, entre temps, le cholestérol est devenu un mot présent sur toutes les lèvres - quelque chose qu’il fallait maintenir aussi bas que possible, sous peine d’en payer les conséquences.

Vous connaissez sans doute les nombreux mythes qui décrivent les aliments contenant des matières grasses et du cholestérol comme les pires que l’on puisse consommer. Sachez que ces mythes ne font en réalité que nuire à votre santé. Le cholestérol ne ruine certainement pas votre santé (comme on tente de vous le faire croire), et il n’est pas non plus responsable des maladies cardiovasculaires.

Et pour ceux d’entre vous qui prennent des médicaments anti-cholestérol, il est grand temps que vous preniez connaissance des informations qui suivent. Avant que je n'aborde en détail cette question qui pourrait changer votre vie, reprenons un peu les bases.

Qu’est-ce que le cholestérol, et pourquoi vous est-il nécessaire ?

En effet, vous avez besoin du cholestérol.

Cette substance molle et cireuse est présente non seulement dans votre sang, mais aussi dans chaque cellule de votre corps, où elle contribue à la production des membranes cellulaires, des hormones, de la vitamine D et des acides biliaires qui vous aident à digérer les graisses. Le cholestérol contribue également à la formation de vos souvenirs et est essentiel à la fonction neurologique.

Votre foie produit environ 75 % du cholestérol présent dans votre organisme, et selon la médecine conventionnelle, il en existe deux types :

1. Les lipoprotéines de haute densité, ou HDL — il s'agit du « bon » cholestérol, qui permet de tenir le cholestérol à distance de vos artères et d’éliminer toute plaque d'athérome, ce qui peut contribuer à prévenir les maladies cardiovasculaires

2. Les lipoprotéines de basse densité, ou LDL — ce « mauvais cholestérol » circule dans votre sang et, selon la pensée conventionnelle, peut s'accumuler dans vos artères et former des plaques qui les rétrécissent et les durcissent (une maladie connue sous le nom d'athérosclérose).

Si un caillot se forme dans l’une de ces artères rétrécies, et qu’elle mène à votre cœur ou à votre cerveau, il peut en résulter une crise cardiaque ou un AVC.

Les éléments suivants sont également pris en compte dans le calcul de votre cholestérol total :

  • Les triglycérides — un taux élevé de ces graisses dangereuses est associé aux maladies cardiovasculaires et au diabète. On sait que le taux de triglycérides augmente en cas d’alimentation trop riche en céréales et en sucres, de sédentarité, de tabagisme, de consommation excessive d'alcool et de surpoids ou d'obésité.
  • Les lipoprotéines (a), ou Lp(a) — la Lp(a) est une substance constituée de LDL (le mauvais cholestérol) et d'une protéine (l'apolipoprotéine a). Un taux élevé de Lp(a) est un facteur de risque très important de maladie cardiaque. C’est un fait clairement établi, et pourtant très peu de médecins vérifient ce taux chez leurs patients.

Comprenez bien : Votre taux de cholestérol total n’est PAS un bon indicateur de votre risque de maladie cardiovasculaire

L’American Heart Association recommande que le taux de cholestérol total soit inférieur à 200 mg/dL, mais elle ne vous dit pas que le taux de cholestérol total est pratiquement inutile pour déterminer votre risque de maladie cardiovasculaire, à moins qu’il ne soit supérieur à 300.

Par ailleurs, l’AHA a mis ses recommandations à jour en 2004, abaissant le taux recommandé de LDL de 130 à moins de 100, ou même à moins de 70 pour les patients à très haut risque.

Pour atteindre ces objectifs extravagants et dangereusement bas, vous êtes généralement obligé de prendre divers médicaments anti-cholestérol. Les directives ont donc instantanément élargi le marché pour ces dangereux médicaments.

Aujourd'hui, en faisant tester le taux de cholestérol des enfants, ils augmentent leur marché encore davantage.

J'ai vu de nombreuses personnes ayant un taux de cholestérol total supérieur à 250, mais qui présentaient un faible risque de maladie cardiaque en raison de leur taux de HDL. Inversement, j’ai vu davantage encore de personnes présentant un taux de cholestérol inférieur à 200, mais un risque de maladie cardiaque très élevé, sur la base des analyses complémentaires suivantes :

  • Le ratio HDL/cholestérol
  • Le ratio triglycéride/HDL

Le pourcentage de HDL est un facteur de risque de maladie cardiaque très important. Divisez simplement votre taux de HDL par votre cholestérol total. Ce ratio devrait idéalement être supérieur à 24 %.

Gardez cependant à l’esprit qu’il ne s’agit là que de recommandations, car votre risque de maladie cardiovasculaire dépend de bien d'autres facteurs, et non uniquement de l’un quelconque de ces chiffres.

Ce n’est d'ailleurs qu'après que l’on ait compris que le cholestérol total était un mauvais prédicteur de risque de maladie cardiaque, que l’on a commencé à évoquer les taux de cholestérol HDL et LDL. Ils vous donnent une meilleure idée de ce qui se passe, mais ils ne vous montrent pas encore tout.

Le cholestérol est votre ami, et non votre ennemi

Avant d'aller plus loin, je voudrais vraiment que ce concept soit clair pour vous. Aux États-Unis, l’idée selon laquelle le cholestérol est malfaisant est très ancrée dans les esprits. Mais il s'agit d'un mythe très nuisible, auquel il faut définitivement mettre un terme.

La vitamine D et votre taux de cholesterol

Vous connaissez sans doute l'incroyable influence de la vitamine D sur votre santé. Ce que la plupart des gens ignorent, c’est que la meilleure façon d’obtenir la vitamine D est d’exposer raisonnablement sa peau au soleil. Les UVB émis par le soleil interagissent avec le cholestérol sur votre peau, et le convertissent en vitamine D. Conclusion ?

Si votre taux de cholestérol est trop bas, vous ne serez pas en mesure d'utiliser le soleil pour fabriquer suffisamment de vitamine D. Par ailleurs, si le cholestérol était si dangereux, pourquoi votre organisme l’utiliserait-il comme précurseur de la vitamine D, et de pratiquement toutes les hormones stéroïdiennes présentes dans votre corps ? Une autre preuve qui indique que le cholestérol est bon pour vous ?

Pensez au rôle du « bon » cholestérol HDL. Essentiellement, le HDL récupère le cholestérol des tissus et des artères, et l’envoie vers le foie, où est produite la majeure partie de votre cholestérol. Si l’objectif de ce processus était d’éliminer le cholestérol de votre organisme, il devrait logiquement être dirigé vers les reins ou les intestins, de façon à être évacué.

Mais au lieu de cela, il est dirigé vers le foie. Pourquoi ? Parce que votre foie le réutilise. « Il le renvoie vers votre foie pour que celui-ci puise le recycler, il le transforme en particules différentes qui sont envoyées vers des tissus et des cellules qui en ont besoin », explique le Dr. Rosedale.

« Votre organisme essaye de fabriquer et de conserver le cholestérol précisément parce qu’il est important, et même essentiel pour la santé. »

Cholestérol et inflammation - quel est le lien ?

L'inflammation est un peu devenu un mot ‘à la mode’ dans le milieu médical, car elle est associée à de nombreuses maladies. Elle est associée, entre autres, aux maladies cardiovasculaires … les mêmes maladies dont on accuse souvent le cholestérol d’être responsable.

Où est-ce que je veux en venir ? Eh bien, examinez tout d'abord le rôle de l'inflammation dans votre organisme. À de nombreux égards, c’est une bonne chose car c’est la réponse naturelle de votre corps aux envahisseurs qu’il perçoit comme des menaces. Si vous vous coupez, par exemple, c’est le processus inflammatoire qui vous permet de cicatriser. Plus précisément, au cours de l’inflammation :

  • Vos vaisseaux sanguins se contractent pour empêcher que vous ne vous vidiez de votre sang
  • Votre sang s’épaissit de façon à pouvoir coaguler
  • Votre système immunitaire envoie des cellules et des substances chimiques pour combattre les virus, les bactéries et autres « saletés » qui pourraient infecter la zone
  • Les cellules se multiplient pour réparer les dommages.

À terme, la coupure cicatrise et une cicatrice protectrice se forme éventuellement. Si vos artères sont endommagées, un processus très similaire se déroule dans votre organisme, à l’exception près qu'une « cicatrice » dans vos artères prend la forme d'une plaque d'athérome.

Cette plaque, associée à l’épaississement du sang et à la constriction des vaisseaux sanguins qui ont généralement lieu au cours du processus inflammatoire, peut augmenter votre risque d'hypertension artérielle et d'attaque cardiaque. Notez que le cholestérol n’est pas encore entré en jeu à ce stade. Le cholestérol intervient car il est nécessaire au remplacement de vos cellules endommagées.

Souvenez-vous qu’aucune cellule ne peut être produite sans lui. Si vous avez de nombreuses cellules endommagées qui doivent être remplacées, votre foie va donc recevoir l’ordre de produire davantage de cholestérol et de le libérer dans votre sang.

Il s'agit d'un processus délibéré qui permet à votre organisme de produire de nouvelles cellules saines. Il est également possible, et assez courant, que votre organisme présente des dommages de façon régulière. Il est alors dans un état inflammatoire chronique dangereux.

Le test généralement pratiqué pour déterminer si vous souffrez d'une inflammation chronique est une analyse de sang, au cours de laquelle est mesuré votre taux de protéine C-réactive (CRP). Le taux de CRP est utilisé comme marqueur de l’inflammation dans vos artères. En règle générale :

  • Un taux de CRP inférieur à 1 milligramme par litre de sang signifie que votre risque de maladie cardiovasculaire est faible
  • Un taux de 1 à 3 milligrammes signifie que votre risque est moyen
  • Un taux supérieur à 3 milligrammes témoigne d'un risque élevé

Faire baisser le taux de cholestérol est une folie

Sally Fallon, présidente de la fondation Weston A. Price, et Mary Enig, Ph.D, experte en biochimie des lipides, sont allées jusqu'à qualifier l’hypercholestérolémie de « maladie inventée », un ‘problème’ qui est apparu lorsque les professionnels de santé ont appris comment mesurer le taux de cholestérol dans le sang. » C’est exactement ce dont il s'agit.

Si votre taux de cholestérol augmente, c’est au moins en partie dû à l’augmentation de l’inflammation dans votre organisme. Le cholestérol a un rôle à jouer : il aide votre corps à se soigner et à se restaurer.

La médecine conventionnelle se trompe complètement et dangereusement lorsqu’elle préconise de faire baisser le taux de cholestérol au moyen de médicaments pour réduire votre risque de crise cardiaque, car il faut en réalité traiter la cause, quelle qu’elle soit, des dommages subis par votre organisme, qui augmentent l’inflammation et par conséquent le taux de cholestérol.

Comme le souligne judicieusement le Dr. Rosedale :

« Si des dommages excessifs nécessitent d’envoyer dans le sang une dose supplémentaire de cholestérol, il ne semble pas judicieux de faire simplement baisser le taux de cholestérol et d'oublier pourquoi il est apparu. Il semble bien plus logique de traiter la raison de ce surplus de cholestérol - les dommages excessifs subis, qui sont à l’origine de l’inflammation chronique. »

La méthode à suivre sera détaillée dans la deuxième partie de cet article et on évoquera aussi les dangers d’un taux de cholestérol bas.

2ème partie

+ Sources et Références