L’attitude à l’égard du vieillissement, et vivre sa vie trop vite

attitude positive

En bref -

  • Avoir une attitude positive vis-à-vis de votre âge peut vous aider à rester heureux et en bonne santé jusqu’à un âge très avancé
  • Les personnes âgées qui indiquent avoir une perception positive de leur vieillissement vivent 7,5 années de plus que celles qui ont une vision moins positive de leur âge
  • Les personnes âgées qui ont une image positive du vieillissement ont 44 % plus de chances de se remettre pleinement d’un handicap lourd que celles qui ont une image négative du vieillissement
Taille du texte:

Dr. Mercola

L’âge est avant tout un état d’esprit, et l'on a réellement l’âge que l’on ressent. Votre médecin vous a peut-être expliqué tous les changements associés au vieillissement, en termes de santé, mais il ne s'agit cependant que d'approximations.

Nombre d’entre vous connaissez sans doute une personne qui semble défier le temps, et qui ‘fait’ beaucoup plus jeune que son âge, en termes d'allure, et de façon de penser et d'agir. Votre hygiène de vie - adopter une alimentation saine, faire de l’exercice, éviter les polluants, etc. - joue sans aucun doute un rôle dans la façon dont vous supportez le poids des ans, mais votre attitude fait également une différence.

Les recherches sont à la fois assez claires et plutôt intrigantes : avoir une attitude positive vis-à-vis de votre âge peut vous aider à rester heureux et en bonne santé jusqu’à un âge très avancé

Votre façon de percevoir le vieillissement peut devenir une ‘prophétie autoréalisatrice’

La façon dont vous percevez la vieillesse peut avoir un réel impact sur votre santé physique. Au cours d’une étude menée par des chercheurs de l’université d’Exeter, 29 personnes âgées de 66 à 98 ans ont été interrogées à propos de leur expérience du vieillissement et de leur fragilité, et sur qu’elles pensaient de l’influence de l'attitude sur la santé.

Si la plupart d’entre elles estimaient être en bonne forme physique (y compris celles qui ne l’étaient pas), deux personnes se sont décrites comme étant âgées et fragiles. Leur vision négative les avait entrainées dans un « cycle de déclin », et elles avaient notamment cessé toute participation à des activités sociales, et toute forme d’exercice physique.

Les chercheurs ont décrit l’état d’esprit négatif comme une ‘prophétie autoréalisatrice’, dans laquelle les pensées d'une personne l’entrainent à réduire sa qualité de vie. Inversement, vous sentir fort et en bonne santé augmente vos chances d'agir dans ce sens.

Une perception positive de son propre vieillissement prolonge l’espérance de vie

L’état d’esprit dans lequel vous vieillissez peut effectivement vous permettre de vivre plus longtemps, s'il s'agit toutefois d'un état d’esprit positif. La recherche a montré que les personnes âgées qui indiquent avoir une perception positive de leur vieillissement vivent 7,5 années de plus que celles qui ont une vision moins positive de leur âge.

Les chercheurs ont remarqué que l’effet était « en partie induit par la volonté de vivre ». Des études ont également associé la vision du vieillissement des individus au développement de maladies chroniques et d'autres problèmes de santé.

Les personnes qui ont par exemple une image assez négative de la vieillesse lorsqu’elles sont encore jeunes, sont plus susceptibles de développer des modifications, au niveau du cerveau, associées à la maladie d’Alzheimer.

Par ailleurs, une autre étude a montré que les personnes âgées qui ont une image positive du vieillissement ont 44 % plus de chances de se remettre pleinement d’un handicap lourd que celles qui ont une image négative du vieillissement. D'après cette étude, l'attitude positive peut favoriser le rétablissement, suite à une invalidité, par différents biais :

  • Elle limite la réponse cardiovasculaire au stress
  • Elle améliore l’équilibre physique
  • Elle renforce l'auto-efficacité
  • Elle favorise les comportements sains

Le lien corps-esprit est également mis en avant dans les recherches qui montrent l’importance de conserver une source de motivation dans votre vie, lorsque vous prenez de l’âge.

Le fait de sentir et de croire que votre vie a un sens, et avoir des objectifs, est associé à une diminution du risque de développer de nombreux problèmes de santé, notamment certains types d’AVC, un déclin cognitif, une démence - notamment la maladie d’Alzheimer, des handicaps, et un décès prématuré.

La neurasthénie : un exemple vieux comme le monde de l’influence de l’état d’esprit sur la santé physique

Les années 1800 ont connu l'apogée d'une maladie que l’on appelle la neurasthénie. La neurasthénie, dont on disait qu’elle était due à l’épuisement de « l’énergie nerveuse » dans l’organisme, était considérée comme le résultat d'une vie vécue « trop vite », la manifestation d'un monde de plus en plus moderne et urbanisé.

Les symptômes de la neurasthénie étaient nombreux (maux de tête, perte de poids, anxiété, irritabilité, dépression, insomnie, léthargie, douleurs musculaires, etc.), et son traitement allait de la « cure de repos » (employée surtout pour les femmes, et qui consistait à rester au lit pendant plusieurs semaines), à la « cure par l’ouest » (qui consistait pour les hommes à se rendre dans l’ouest, pour restaurer leur énergie nerveuse).

On trouvait également de nombreuses potions en bouteilles, vendues comme médicaments contre la neurasthénie. Non seulement les différents traitements semblaient fonctionner pour certaines personnes, mais la maladie affectait les hommes et les femmes de l’époque différemment.

On pensait que les hommes la développaient s'ils passaient trop de temps ‘enfermés’, tandis que les femmes s’y exposaient si elles avaient une vie sociale trop riche et passaient trop de temps en dehors de chez elles.

Le stress serait-il la neurasthénie des temps modernes?

Tom Lutz, Ph.D., auteur de « American Nervousness : 1903 » (‘La nervosité américaine : 1903’), et professeur d’écriture créative à l’université de Riverside en Californie, a même déclaré au magazine The Atlantic que la neurasthénie était considérée comme la maladie des nantis :

« … Si vous faisiez partie des classes défavorisées, que vous n’aviez pas fait d'études et que vous n’étiez pas Anglo-Saxon, vous ne deviendriez pas neurasthénique car vous n’aviez pas ce qu’il fallait pour être affecté par le monde moderne. »

Ceci étant dit, de nombreux fondements de la neurasthénie peuvent être comparés aujourd'hui à ceux du stress, ainsi qu’à une multitude d'autres troubles qui peuvent être provoqués ou aggravés par le surmenage, qu’il soit mental ou autre.

Le magazine The Atlantic ajoute :

« La neurasthénie a engendré tant de choses (y compris la création de parc nationaux et de camps de vacances), mais son véritable héritage, c’est la façon dont les gens parlent de la santé, du bonheur et des modes de vie.

… elle résonne dans tous les livres de développement personnel qui vous promettent de vous révéler le secret du bonheur, dans les cours de yoga occidentalisés qui proposent la paix intérieure, chez toutes les personnes qui se tourmentent à propos de l’effet aliénant d'Internet, ou qui se demandent s'il est sain que les bébés regardent des écrans, et si les américains ne travaillent trop et ne sont tous en train de faire des ‘burn out’.

Les gens ne cessent depuis de s’inquiéter de ce que les pièges de la vie moderne nous font subir. »

Améliorer votre vision du vieillissement peut améliorer votre santé

Vos choix d’hygiène de vie ont une profonde influence sur votre santé quel que soit votre âge, et il est important non seulement d'adopter une alimentation saine et de pratiquer une activité physique, mais également de vous préoccuper de vos besoins émotionnels en décidant d’être heureux, en étant positif, en ayant une vie sociale, en cherchant à vivre de nouvelles expériences, et en associant le vieillissement à une vision positive plutôt que négative.

Malheureusement, de nombreuses sociétés conditionnent les individus à voir la vieillisse comme une période de faiblesse, de fragilité et de solitude, au lieu de la voir comme ce qu’elle peut être - une période de sagesse, de respect, d’indulgence (envers vous-même et envers vos propres désirs), et, oui, même comme une période de force physique et de clarté mentale.

Si vous avez actuellement une image négative de la vieillesse, vous avez tout à gagner à changer cette image. Une étude a par exemple recherché des moyens d'améliorer le point de vue des individus à l’égard de la vieillesse, et a ensuite observé la façon dont ce nouvel état d’esprit influait sur leur force physique.

Lorsque la vision positive de la vieillesse était renforcée, les fonctions physiques s’en trouvaient autant améliorées que par six mois d’exercice physique ! Ce n’est pas non plus une coïncidence si de nombreux centenaires mentionnent la pensée positive et le bien-être émotionnel dans leurs conseils sur la façon de rester en bonne santé.

Comme l'a déclaré le centenaire Walter Breuning avant de mourir, « Dites-vous que chaque jour est une bonne journée, et faites en sorte qu’elle le soit. »

Le pouvoir de la pensée positive est bien réel

Avoir une attitude positive peut avoir un effet positif sur votre santé, quel que soit votre âge. Cela peut même annihiler, ou au moins atténuer une prédisposition génétique au développement d’une maladie.

Au cours d'une étude ayant porté sur près de 1.500 personnes qui présentaient un risque accru de maladie coronarienne précoce, par exemple, celles qui indiquaient se sentir joyeuses, détendues, satisfaites de leur vie et pleines d’énergie, présentaient une diminution de 30 % du nombre d’évènements coronariens, tels que les crises cardiaques.

Celles dont le risque d’évènement coronarien était le plus élevé présentaient même une diminution du risque encore plus importante, de près de 50 %. Ces résultats se vérifiaient même lorsque d'autres facteurs de risque, tels que le tabagisme, l’âge et le diabète, étaient pris en compte. Voici ce que l'auteur principal de l’étude a souligné :

« Si vous êtes une personne joyeuse de nature, et que vous voyez toujours le bon côté des choses, vous êtes plus susceptible d’être à l'abri d’évènements cardiaques. Avoir un tempérament joyeux influe véritablement sur les maladies, et cela peut donc vous permettre d’être en meilleure santé. »

Cette étude n’est pas la seule à avoir démontré l’existence d'un lien fort entre le bien-être psychologique et la santé cardiovasculaire (et globale). Une autre recherche a montré également que :

  • Le bien-être psychologique est associé à une réduction conséquente du risque de maladie coronarienne (MC)
  • La vitalité émotionnelle pourrait protéger les hommes et les femmes du risque de MC
  • Les patients souffrant d'une maladie cardiaque qui sont d’un tempérament joyeux vivent plus longtemps que les patients pessimistes
  • Les personnes très optimistes ont un moindre risque de mourir, de toutes causes confondues, ainsi qu’un moindre risque de mourir d'une maladie cardiovasculaire, que les personnes extrêmement pessimistes

Choisissez d’être heureux et de ne pas agir en fonction de votre âge

Si vous voulez vous sentir jeune et profiter de la vie jusqu’à un âge avancé, adoptez ce mantra : n’agissez pas en fonction de votre âge. Si vous commencez à vous dire que vous êtes « trop vieux » pour faire telle ou telle chose, votre esprit et votre corps risquent de suivre le mouvement.

Considérer que votre âge n’est qu'un chiffre, et que vous pouvez être en pleine forme, en bonne santé et fort à tout âge, peut véritablement vous aider à vivre plus longtemps et à conserver une excellente qualité de vie. Même de simples petits changements peuvent faire une différence.

Lorsqu’au cours d'une étude, des personnes âgées ont par exemple été exposées à des mots négatifs à propos de la vieillesse, tels que grincheux, sénile, ou faible, elles ont obtenu de moins bons résultats aux tests de mémoire.

Les mêmes personnes ont obtenu de bien meilleurs résultats (et même aussi bons que des personnes âgées d'une vingtaine d'années) après qu'on leur ait montré des mots positifs, tels qu’accompli, actif et expérimenté.

Même si vous êtes atteint d'une maladie, rester positif peut vous aider à vivre plus longtemps. Si vous devez éviter de « vivre trop vite » et de succomber aux méfaits du stress chronique et du burnout, vous devez cependant veiller à continuer de vivre. Quel que soit votre âge, regardez vers l’avenir, ayez des objectifs et donnez un sens à votre vie.

Au cours d'une étude, les personnes qui indiquaient donner un véritable sens à leur vie présentaient un moindre risque de maladie cardiaque, ainsi qu’un risque de décès, au cours de la période de l’étude, réduit de 20 %. Se sentir simplement « utile » aux autres peut donner un sens à notre vie et renforcer la résilience de notre corps au stress, tout en nous encourageant à adopter une hygiène de vie plus saine.