Que ressent-on lorsque l’on cache sa dépression?

Femme prenant une pilule

En bref -

  • La dépression est l’un des troubles mentaux les plus courants aux États-Unis, où 15,7 millions d’adultes ont subi au moins un épisode dépressif majeure au cours de l’année passée
  • La dépression peut ne pas être causée par un déséquilibre des substances chimiques cérébrales, comme dans le cas d’un faible taux de sérotonine pouvant être «corrigé» par des antidépresseurs
  • Pour les cas plus légers, et en plus des traitements prescrits par des professionnels pour les cas graves, la première chose à faire pour se sentir mieux est de revenir à l’équilibre — aussi bien dans votre organisme que dans votre vie
Taille du texte:

Dr. Mercola

La dépression est l'un des troubles mentaux les plus courant aux États-Unis, où 15.7 millions d'adultes — ou près de 7 pour cent de la population des États-Unis — a subi au moins un épisode dépressif majeur au cours de l'année précédente.

Beaucoup de ces personnes souffrent en silence, faisant semblant d'être heureux auprès de leur famille, leurs amis et leurs collègues tout en se sentant broyer du noir au fond d'eux. Dans la vidéo ci-dessus, Doug Leddin a partagé sa propre histoire de la manière dont il vit avec la dépression depuis ces 10 dernières années.

L'une des plus grandes difficultés pour Leddin et probablement pour des millions d'autres personnes est d'avoir l'impression de vivre une double vie. Il a expliqué que ses amis le décrivaient comme un boute-en-train, et qu'il avait craignait de laisser s'échapper le secret avec lequel il vivait.

Le pire pour lui n'était pas la tristesse débilitante mais la peur de pouvoir perdre ses amis, ses proches et même son travail à cause de celle-ci.

Pourquoi vous ne devriez pas ignorer la dépression

Près de la moitié des américains pour lesquels une dépression a été diagnostiquée ne reçoivent pas de traitement, ce qui peut constituer une décision dangereuse. Toutefois, compter sur un «traitement» à base d'antidépresseurs est également mal avisé et potentiellement dangereux.

Si vous êtes aux prises avec la dépression, recevoir de l'aide, notamment un traitement pouvant remédier aux raisons de la maladie, est essentiel. Non traitée, la dépression peut non seulement vous enlever votre capacité à profiter de la vie mais également conduire à des modifications physiques dans votre cerveau.

Plus précisément, des épisodes dépressifs récurrents peuvent réduire la taille de votre hippocampe - une partie du cerveau impliquée dans la formation des émotions et de la mémoire - ce qui souligne l'importance d'une intervention précoce, en particulier chez les adolescents.

Votre mémoire ne se limite pas à se souvenir de dates et de mots de passe ; elle joue également un rôle important dans le développement et le maintien de l'image que vous avez de vous-même.

Ainsi, lorsque votre hippocampe rétrécit, il n'y a pas que votre mémoire qui en est affectée. Les comportements associés à votre estime de vous sont également altérés, et un hippocampe plus petit équivaut à une perte générale de la fonction émotionnelle et comportementale.

La bonne nouvelle, c'est que les dommages sont réversibles, mais pour cela, vous devez réellement prendre en main votre situation.

La dépression peut ne pas être dû à un déséquilibre dans votre cerveau

Contrairement aux idées reçues, la dépression n'est vraisemblablement pas causée par un déséquilibre dans les substances chimiques du cerveau comme un faible niveau de sérotonine pouvant être "corrigé" avec des antidépresseurs. La théorie du faible taux de sérotonine, aussi appelée théorie de la monoamine, a été plusieurs fois remise en question.

D'après une étude publiée dans Nature Reviews: En Neuroscience, par exemple, "… [D]es données récentes indiquent que des problèmes de traitement de l'information au sein des réseaux neuronaux, plutôt que des changements dans l'équilibre chimique, pourraient être à l'origine de la dépression."4 Une étude publiée dans le New England Journal of Medicine a de plus observé que:

" … [De] nombreuses études des métabolites norépinephrines et sérotonines dans le plasma, l'urine, et le liquide céphalorachidien ainsi que des études postmortem sur les cerveaux de patients souffrant de dépression, n'ont toujours pas identifié la fiabilité des carences supposées.

… Aucun mécanisme unique ne peut expliquer toutes les modifications cliniques pour cette pathologie. La théorie de la monoamine oxydase peut expliquer un grand nombre des actions des antidépresseurs, mais des facteurs génétiques, le stress, et des facteurs psychosociaux jouent également un rôle dans la dépression."

Si un faible taux de sérotonine n'est pas le problème, à quoi servent donc les antidépresseurs ?

Les questions autour de la théorie du faible taux de sérotonine mettent en évidence l'un des problèmes avec le traitement de la dépression en utilisant des antidépresseurs. L'ISRS fonctionne en empêchant la réabsorption (mouvement de retour dans les terminaisons nerveuses) du neurotransmetteur sérotonine.

Cela apporte plus de sérotonine à disposition de votre cerveau, ce qui est censé améliorer votre humeur Mais comme expliqué par le journaliste spécialisé sur les questions de santé, Robert Whitaker, en 1983 le National Institutes of Mental Health (NIMH) a enquêté sur le fait de savoir si les personnes déprimées présentaient un faible taux de sérotonine ou non.

A l'époque, celui-ci avait conclu qu'il n'y avait aucune preuve qu'il y'avait quoique ce soit de mal dans le système sérotonergique des patients souffrant de dépression.

Une étude publiée en 2009 a apporté plus de preuves à tout un ensemble indiquant que l'idée du faible taux de sérotonine était inexacte, puisqu'elle a relevé des éléments probants indiquant que la dépression commence en réalité plus haut dans la chaîne des évènements dans le cerveau. En substance, les médicaments se sont concentrés sur les effets, et non sur la cause.

Les compagnies pharmaceutiques ont cependant continué à avancer la théorie du faible taux de sérotonine, car cela justifie l'utilisation intensive d'antidépresseurs pour corriger ce supposé «déséquilibre.»

Les antidépresseurs sont-ils même efficaces pour la plupart des gens?

Les antidépresseurs sont le type de médicament le plus fréquemment prescrit en dehors des antibiotiques, étant consommés par plus d'un américain sur dix (et une sur quatre chez les femmes âgées de 50 à 64 ans).

Beaucoup partent du principe que ces pilules sont le meilleur traitement disponible contre les symptômes de la dépression, mais en réalité, la différence entre les comprimés antidépresseurs et placebo est très faible — et les deux types sont inefficaces pour la plupart des patients dépressifs.8

Si l'on diagnostique la dépression chez votre enfant ou vous-mêmes, sachez qu'il existe un grand nombre de solutions de traitement disponibles, comme notamment la thérapie cognitivo-comportementale (TCC).

Au cours d'un examen systématique de 11 études, aucun écart statistique important d'efficacité n'a été identifié entre les antidépresseurs de deuxième génération et la TTC.

De plus, dans une méta-analyse publiée dans PLOS Medicine, seuls les personnes les plus gravement déprimées ont présenté une réaction aux antidépresseurs et cette réaction était tout à fait minime. Ce manque d'efficacité doit être pris en compte ainsi que les effets secondaires des médicaments — qui sont nombreux.

Effets secondaires graves associés aux antidépresseurs

Une étude suggère, par exemple, que prendre un ISRS peut doubler vos risques de fractures osseuses. Ceci s'explique par le fait que la sérotonine est aussi impliquée dans la physiologie osseuse. Si vous modifiez le taux de sérotonine avec un médicament, cela pour avoir conséquence une faible densité osseuse, renforçant les risques de fracture.

Une grande étude sur les femmes ménopausées a également révélé que les personnes prenant des antidépresseurs tricycliques ou ISRS étaient 45 pour cent plus susceptibles de souffrir d'un accident vasculaire cérébral fatal.

Par ailleurs, le taux de mortalité global était 32 pour cent plus élevé chez les femmes utilisant les médicaments, tandis qu'une autre étude a associé l'utilisation d'antidépresseurs à un épaississement des artères, ce qui pourrait contribuer à vos risques de maladies cardiaques et d'AVC.

Parmi les effets secondaires les plus importants, toutefois — en particulier concernant la société dans son ensemble — on compte les pensées suicidaires et les comportements violents, qui sont des effets secondaires bien connus, en particulier chez les jeunes.

Si vous n'en avez pas entendu parler, une étude menée par le Dr. Helen Mayberg, professeur de psychiatrie à l'Université Emory, pourrait un jour ouvrir la voie vers un programme de traitement plus précis et personnalisé.

Le Dr. Mayberg a identifié un biomarqueur dans le cerveau qui peut être utilisé pour prédire si un patient déprimé est un bon candidat pour les médicaments, ou pourrez être mieux loti avec la psychothérapie. Peut-être que cela aidera un jour plus de gens à obtenir le traitement qui leur est réellement adapté.

Solutions naturelles pour le traitement de la dépression

Si vous souffrez d'une profonde dépression, veuillez consulter un professionnel. Pour les cas plus légers, et en complément d'un traitement prescrit par un professionnel pour les cas les plus graves, la première chose à faire est de revenir à l'équilibre — dans votre corps et dans votre vie.

Si vous prenez actuellement des antidépresseurs et souhaitez arrêter, vous devez arrêter progressivement sous la surveillance d'un professionnel de la santé qualifié. Un sevrage brutal de ces médicaments peut entraîner de graves problèmes psychiatriques ou physiques.

Vous n'avez rien à perdre, et tout à gagner, à effectuer quelques changements dans votre style de vie avant d'essayer les médicaments, en particulier chez les enfants. Vous seriez surpris de voir à quel point de tels changements atténuent naturellement les symptômes.

L'activité physique — En plus de contribuer à la création de nouveaux neurones, dont ceux qui libèrent le GABA, un neurotransmetteur calmant, l'activité physique stimule la production de puissantes substances chimiques du cerveau, telles que la sérotonine, la dopamine, et la norépinephrine, qui peuvent aider à atténuer certains effets du stress.

De nombreux sportifs assidus ressentent également un sentiment d'euphorie après une séance d'entraînement, que l'on appelle parfois « l'euphorie du coureur ». Lorsque l'on connait le bien-être procuré par l'augmentation du rythme cardiaque et le corps en mouvement, cela peut devenir assez addictif, dans un sens positif.

Les Techniques de Libération Émotionnelle (EFT) L'EFT (Emotional Freedom Technique) (technique de libération émotionnelle) peut être très efficace, en vous aidant à reprogrammer les réactions de votre corps aux inévitables facteurs stressants de la vie quotidienne. Cela inclut tant les stresseurs réels qu'imaginaires, qui peuvent être d'importantes sources d'anxiété. Dans la vidéo qui suit, Julie Schiffman, thérapeute d'EFT, nous présente l'EFT comme méthode de soulagement de la dépression.

Notez toutefois que, bien que chacun puisse apprendre à pratiquer l'EFT chez soi, l'auto-traitement est dangereux et DÉCONSEILLÉ en cas de problème sérieux tel qu'une anxiété persistante ou la dépression, et vous devriez consulter un professionnel de l'EFT pour recevoir l'aide dont vous avez besoin.

Optimisez votre flore intestinale — Vos intestins et votre cerveau fonctionnent en tandem, l'un influençant l'autre. C'est pourquoi votre santé intestinale peut avoir une réelle influence sur votre santé mentale, et vice-versa. C'est également la raison pour laquelle votre régime alimentaire est si étroitement lié à votre santé mentale.

Une étude antérieure a montré que le probiotique Lactobacillus rhamnosus avait un effet marqué sur les niveaux de GABA au sein de certaines régions du cerveau et faisait diminuer le taux d'hormone induite par le stress, la corticostérone, avec pour conséquence la réduction des comportements associés à la dépression et à l'anxiété.

Il a également été démontré que le Bifidobacterium longum NCC3001, un probiotique normalisait les comportements anxieux chez les souffrant de colite infectieuse.

Optimiser votre flore intestinale grâce à de bonnes bactéries est donc une stratégie très efficace. Cela peut être effectué en éliminant les sucres et les aliments transformés et en consommant des légumes non amylacés en quantité, en évitant les huiles végétales raffinées, et en utilisant de bonnes graisses.

De plus, consommer de bonnes quantités de légumes fermentés ou prendre des compléments de probiotiques fortement dosés est également utile pour restaurer la flore intestinale.

Consommez des acides gras oméga-3 — Votre alimentation doit comporter une bonne source d'oméga 3 d'origine animale, comme de l'huile de krill. Les acides gras oméga-3 EPA et DHA jouent un rôle important dans votre bien-être émotionnel et une étude a montré une réduction de l'anxiété spectaculaire de 20 pour cent chez des étudiants en médecine qui consommaient des omega-3.

Le Dr. Andrew Stoll, un psychiatre d'Harvard, fût l'un des pionniers dans la recherche de preuves soutenant que l'utilisation d'acides gras oméga-3 pour le traitement de la dépression. Il a écrit un excellent livre intitulé «The Omega-3 Connection.» décrivant en détail son expérience dans ce domaine?

La vitamine D — Optimisez votre taux de vitamine D, de préférence par une exposition appropriée au soleil. La vitamine D est très importante pour votre humeur. Au cours d'une étude, les personnes présentant un faible taux de vitamine D étaient 11 fois plus susceptibles d'être déprimées que celles qui en présentaient un taux normal.

Le meilleur moyen d'optimiser votre taux de vitamine D est de vous exposer régulièrement au soleil, ou d'utiliser une cabine de bronzage d'excellente qualité. Des compléments de vitamine D3 peuvent être utilisés si ces options ne sont pas disponibles, mais il vous faudra régulièrement surveiller vos taux.

Réduisez votre consommation de sucres et d'aliments transformés — En plus d'être riches en sucre et en céréales, les aliments transformés contiennent également une variété d'additifs qui peuvent affecter la fonction cérébrale et l'état mental, en particulier le glutamate monosodique, et les édulcorants artificiels.

William Duffy a écrit un excellent livre sur ce sujet il y a plus de 30 ans, The Sugar Blues (« le roman noir du sucre blanc »), dans lequel il décrit de façon très détaillée le lien entre le sucre et la santé mentale.

Le sommeil — Dormez suffisamment. Vous pouvez avoir le meilleur régime et programme d'exercices possible, mais si vous ne dormez pas bien, vous pouvez facilement devenir déprimé. Le sommeil et la dépression sont si intimement liés qu'un trouble du sommeil fait en réalité partie de la définition du complexe symptomatique qui donne le terme de dépression.

Les médicaments contre l'anxiété sont souvent prescrits pour les troubles de sommeil. Je suggère de lire d'abord mon Guide pour une Bonne Nuit de Sommeil pour 33 conseils simples sur la manière d'améliorer votre sommeil.

De petits ajustements à votre routine quotidienne et à votre lieu de couchage peuvent faire beaucoup pour assurer un sommeil réparateur et ininterrompu (ce qui peut en outre soulager également les symptômes d'anxiété).