Comment votre canapé pourrait augmenter votre exposition toxique

une fillette qui joue sur un canapé

En bref -

  • De récentes données montrent que les enfants qui vivent dans une maison dont les sols sont tous en vinyle, ou qui comporte un canapé dans la pièce de vie principale, présentent des taux de produits chimiques ignifugeants plus élevés dans les urines et dans le sang, que les autres enfants
  • On trouve également des produits chimiques ignifugeants dans les aliments et l’eau ; cela peut être dû au dépôt de particules de poussières chargées de substances chimiques qui se déposent sur les aliments, ou à la contamination des réserves d’eau par des mousses extinctrices
  • Alors qu’il n’a jamais été prouvé que ces produits chimiques étaient efficaces, ils continuent d’être incorporés dans des appareils électroniques, des articles ménager et des vêtements
  • L’exposition à ces produits est associée à des troubles de la thyroïde, à une diminution du QI ainsi qu’à des troubles de l'attention chez les enfants
Taille du texte:

Dr. Mercola

En 1973, le gouvernement américain a adopté une loi imposant que tous les pyjamas pour enfants soient ignifuges, pensant ainsi préserver la santé publique et la sécurité des enfants.

À peine cinq ans plus tard, les scientifiques ont découvert que la substance chimique utilisée pour fabriquer les tissus ignifuges - le tri-bromure - était responsable d'une augmentation de l'incidence du cancer, et ce produit a été interdit en 1977.

Cependant, d'autres substances chimiques ignifugeantes sont toujours utilisées dans les jouets pour bébés, les moquettes et les meubles. Heather Stapleton, Ph.D., est connue pour être l’une des plus grandes expertes dans le domaine des produits chimiques ignifugeants.

Sa dernière étude porte sur quatre ou cinq substances chimiques, mais elle reconnait que des douzaines, voire des centaines de produits chimiques ignifugeants sont utilisés dans les appareils électroniques, les voitures, les avions et les articles ménagers.

Si l’Union européenne a adopté une position ferme pour interdire ces substances, en particulier dans les objets utilisés par les enfants, les États-Unis n’ont pas suivi l’exemple.

La structure de certains de ces produits, les polybromodiphényléthers (PBDE), ressemble à celle des biphényles polychlorés (PCB), qui sont associés au cancer, à des problèmes de reproduction et de développement du cerveau chez le fœtus.

Au cours de sa dernière étude, Heather Stapleton, de l’Université Duke, a examiné la concentration de substances chimiques ignifugeantes chez des enfants vivant dans des logements dont les sols étaient en vinyle, ou qui comportaient un canapé ignifugé.

Ces composés organiques semi-volatiles nocifs (COSV) sont un sous-groupe de composés organiques volatiles (COV), dont la masse moléculaire est plus élevée.

De quoi est fait votre canapé ?

On trouve dans le groupe des COSV des phtalates, des PBDE, des PCB, des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et des pesticides.

L’exposition aux PBDE est associée à des retards du neurodéveloppement, à l'obésité, au cancer et à d'autres maladies.

Heather Stapleton souligne « qu'il y a eu peu de recherches sur la contribution relative de produits et matériaux spécifiques, à l’exposition globale des enfants aux COSV. »

Ce manque d'informations a poussé Heather Stapleton et son équipe à démarrer une étude de trois ans sur 203 enfants provenant de 190 familles, avec l’objectif principal d’étudier les liens entre les produits et l’exposition, et de déterminer comment l’exposition se produisait.

L’équipe a analysé des échantillons d'air et de poussière provenant des habitations des enfants, ainsi que des mousses provenant des meubles.

Des échantillons de substances chimiques présentes sur les mains des enfants ont été recueillis au moyen de lingettes, et des échantillons de sang et d'urine ont également été prélevés auprès de chacun d’entre eux.

À partir de ces informations, les chercheurs ont pu identifier 44 biomarqueurs, et ont découvert que les enfants chez lesquels la pièce principale comportait un canapé contenant des PBDE, présentaient une concentration sanguine de PBDE six fois supérieure aux autres.

Les enfants dont l’habitation avait un revêtement de sol en vinyle présentaient des concentrations de métabolites de benzyle butyle phtalate dans les urines 15 fois plus élevées que les enfants dont l’habitation ne comportait pas de sols en vinyle.

Le benzyle butyle phtalate est associé à des troubles respiratoires, au myélome multiple et à des troubles de la reproduction.

La lutte pour éliminer des substances chimiques cancérigènes inefficaces se poursuit

Cette recherche confirme les résultats d’une précédente étude menée par Heather Stapleton et son équipe avec l’EWG (Environmental Working Group - Groupe de travail sur l’environnement), qui avait montré que les enfants avaient cinq fois plus de substances chimiques ignifugeantes dans le corps, que leurs mères.

L’organophosphate étudié au cours de cette étude — TDCPP Tris(1,3-dichloro-2-propyl) phosphate — entre dans la composition des mousses utilisées pour fabriquer des canapés, des oreillers, des matelas et des moquettes.

La Californie a inscrit le TDCPP sur sa liste ‘Proposition 65’ d'agents cancérigènes, et exige qu’un avertissement soit apposé sur tous les articles et produits qui en contiennent.

La Consumer Product Safety Commission (CPSC - Commission américaine pour la sécurité des produits de consommation) a répertorié le TDCPP comme cancérigène probable.

Heather Stapleton a témoigné devant la CPSC lors d'une audience visant à interdire les retardateurs de flamme organohalogénés dans les produits de consommation.

Faites attention à votre alimentation et à l’eau

L'une des raisons pour lesquelles les organophosphates sont si insidieux, c’est qu'ils peuvent être inhalés, avalés ou absorbés au travers de la peau.

Si Heather Stapleton a étudié l’utilisation des retardateurs de flamme dans les articles ménagers et les produits électroniques, les chercheurs en ont également découvert dans des aliments de consommation courante, notamment le beurre de cacahuète, le poisson et la dinde.

Une étude publiée en 2012 a montré que près de la moitié des produits de consommation courante achetés dans un supermarché de Dallas, contenaient des traces de retardateurs de flamme couramment utilisés dans la mousse isolante.

L’équipe n'a cependant testé la présence que d'un seul produit, l’hexabromocyclododécane (HBCD).

D'après l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA), « Le HBCD est hautement toxique pour les organismes aquatiques ... et est préoccupant du point de vue de la santé humaine, en raison d’effets potentiels sur la reproduction, le développement et le système nerveux. »

Dans une déclaration au Huffington Post, un analyste principal de l’EWG a ajouté que la présence de cette substance chimique avait non seulement été détectée dans du sang de cordon ombilical, mais que l’exposition se poursuivait très probablement au cours de l’enfance, et au-delà, via l’environnement et l’alimentation.

Vous pouvez être exposé aux retardateurs de flamme de nombreuses façons différentes, notamment par votre alimentation, l’eau que vous buvez, et par le biais des produits que vous utilisez chez vous ou sur votre lieu de travail.

Les substances chimiques présentes dans les objets peuvent se propager dans la poussière et d'ans l'air, pour se redéposer ensuite sur les aliments.

Une recherche publiée en 2015 a trouvé du Tris phosphate et du triphenyl phosphate (TPHP) dans chacun des échantillons de poussière récoltés dans des maisons ; 90,6 % des échantillons d'urine des résidents contenaient également des métabolites de Tris phosphate, et 83 % des résidents présentaient des métabolites de TPHP.

D'autres tests ont révélé que 90 % des américains ont des substances chimiques ignifugeantes dans l’organisme, et nombre d’entre eux en ont six types différents, voire plus.

Les produits chimiques ignifugeants peuvent pénétrer dans les circuits de distribution d’eau en s'accumulant sur des particules de poussière.

Une étude a démontré la variabilité saisonnière des PBDE, les concentrations étant plus élevées pendant la saison des pluies dans les cours d’eau situés à proximité des décharges.

Les substances per- et polyfluoroalkyles (PFAS), des substances chimiques artificielles persistantes utilisées dans les mousses extinctrices à usage militaire, s'infiltrent également dans les nappes phréatiques.

Les PFOA et les PFOS, deux des plus connues du groupe, entrent également dans la composition du Téflon.

Les substances chimiques ignifugeantes associées à de nombreux problèmes de santé

En plus des problèmes de santé déjà mentionnés, les produits chimiques ignifugeants sont associés à des troubles de la thyroïde. C’est un point important, en particulier pour les femmes enceintes, car cela a un effet sur l’enfant à naître.

Lors d'une étude, les chercheurs ont observé qu’une multiplication par 10 des PBDE était associée à une réduction des hormones stimulatrices de la thyroïde (TSH).

À une exception près, toutes les femmes participant à l'étude, qui présentaient un faible taux de TSH, avaient un taux de T4 libre normal, ce qui correspond à une hyperthyroïdie subclinique.

Une hyperthyroïdie en période de grossesse est associée à des troubles du neuro-développement du fœtus, et à un risque accru de naissance prématurée ou de fausse-couche, de retard de croissance intra-utérin ou de diminution des capacités motrices.

Des données plus récentes, recueillies par les chercheurs de l'école de santé publique de Harvard, montrent également un risque accru de troubles de la thyroïde - notamment d'hyperthyroïdie, d'hypothyroïdie, de goitre et de maladie d’Hashimoto, un trouble auto-immun de la thyroïde - chez les femmes présentant des taux sanguins élevés de substances chimiques ignifugeantes.

Les femmes ménopausées étaient plus vulnérables, avec une taille d’effet double par rapport aux femmes non ménopausées.

Les chercheurs commencent seulement à appréhender pleinement le triste héritage que les retardateurs de flamme ont laissé à notre société.

Cumulativement, les données suggèrent qu'un impact sur la régulation de la thyroïde est hautement probable, et impliquent potentiellement les substances chimiques ignifugeantes dans les maladies de la thyroïde et les cancers.

L’exposition au cours de la grossesse est également associée à une baisse de l’intelligence chez les enfants.

Pour une exposition prénatale aux PBDE 10 fois plus élevée, les chercheurs ont constaté une diminution de 3,7 points aux tests de QI, confirmant de précédentes études qui avaient démontré une diminution des tests de QI.

Ils l’associaient également à une diminution de la capacité de concentration et de la coordination motrice fine, ainsi que des capacités cognitives.

Les substances chimiques ignifugeantes ne fonctionnent pas

Les fabricants ont convaincu les régulateurs de la nécessité d'une norme en matière de flamme nue, pour garantir la sécurité. La science a récemment prouvé que des substances ignifugeantes telles que les TDCPP et les HBCD ne ralentissaient pas le feu en situation réelle.

Les pompiers font face à un risque supplémentaire

Les chiffres montrent que les femmes pompières âgées de 40 à 50 ans sont six fois plus susceptibles de développer un cancer du sein que la moyenne nationale.

L’une des principales explications de ce chiffre est le taux élevé de dioxines et de furanes auquel sont exposés les pompiers lors de feux de substances chimiques ignifugeantes.

Ce que peu de personnes savent, c’est qu'un objet ignifugé au moyen de substances chimiques peut prendre feu - l'incendie n’est retardé que de quelques secondes - et que lorsqu'il prend feu, il émet bien plus de monoxyde de carbone, de suie et de fumées qu'un objet non ignifugé.

Ironiquement, ces trois substances sont plus susceptibles de vous tuer qu'une brûlure, ce qui signifie que les substances chimiques ignifugeantes peuvent rendre un incendie plus mortel lorsque vous y êtes confronté.

D'après l’industrie chimique, les meubles ignifugés multiplient par 15 le temps dont vous disposez pour fuir en cas d’incendie.

Cette affirmation fait suite à une étude ayant utilisé des retardateurs de flamme puissants, du type de ceux utilisés par la NASA, qui ont permis de prolonger de 15 secondes le temps disponible pour échapper aux flammes.

Mais il ne s'agit pas des mêmes types de retardateurs de flamme que ceux utilisés dans la plupart des meubles.

Des tests ont révélé que les retardateurs de flamme les plus largement employés n’apportent en réalité aucun avantage significatif en cas d'incendie, tout en augmentant la quantité de substances chimiques présentes dans la fumée.

Les pompiers sont donc exposés par le biais de leurs meubles et foyers personnels, dans leurs casernes, et lors des incendies.

C’est pour ces raisons que de nombreuses associations de particuliers et de pompiers luttent activement contre l’utilisation de retardateurs de flamme dans les objets domestiques.

+ Sources et Références