Comment votre matelas peut nuire à votre santé, et comment choisir un matelas sain

une femme qui dort

En bref -

  • Sachant que vous passez un tiers de votre vie au lit, votre matelas pourrait représenter une importante source d’exposition à des produits chimiques toxiques
  • BPDE, Déca, acide borique, antimoine, mélamine, polychlorure de vinyle, brome et formaldéhyde, qui sont tous associés à de graves dangers pour la santé, font partie des substances ignifuges nocives que l’on peut trouver dans un matelas
  • Les produits chimiques ne sont pas les seuls éléments de votre matelas qui peuvent vous rendre malade
  • Les déjections d'acariens, les moisissures et champignons, la transpiration, la salive, l’urine et les squames provenant des animaux domestiques qui partagent votre lit, sont d’autres facteurs susceptibles de nuire à votre santé
  • Si vous souhaitez acheter un matelas bio, sans substances chimiques, optez pour un modèle certifié ‘Global Organic Textile Standard (GOTS)’ et/ou ‘Global Organic Latex Standard (GOLS)’. Nous évoquons ici également la valeur des autres labels
  • Les meilleurs matelas du marché, et les plus purs, répondent à de nombreuses normes de sécurité. Soyez particulièrement vigilant si vous achetez un matelas pour votre enfant, car les produits destinés aux enfants et aux bébés sont les plus susceptibles d’être imbibés de produits chimiques ignifugeants
Taille du texte:

Dr. Mercola

Lorsqu'on achète un matelas, il y a plusieurs facteurs à prendre en compte, au-delà de son confort. Le New York Times propose plusieurs conseils pour vous aider à choisir votre matelas idéal. En voici des exemples :

1. Évaluez sa qualité et sa durabilité — Les spécialistes en matière de literie et les experts médicaux recommandent d'opter pour la mousse à mémoire de forme, d'une densité minimale de 48 kg/m3, et pour des ressorts d'un calibre de 13 à 15.

2. On en a généralement pour son argent — Le New York Times a récemment testé 20 matelas en mousse, et a conclu que les modèles d’une valeur de 1.000 dollars et au-delà, étaient de meilleure qualité que les modèles moins chers.

Un matelas de bonne qualité a une durée de vie d’environ 10 ans, cela vaut donc la peine d'investir dans la meilleure qualité possible, en fonction de votre budget.

3. Le confort est subjectif — Ce qui peut sembler trop dur ou trop mou pour certains, peut être parfait pour d'autres, y compris pour les personnes qui souffrent du dos.

Si une étude parue en 2003 dans The Lancet concluait que les matelas d'une fermeté moyenne étaient les plus indiqués pour soulager les douleurs et le handicap des patients souffrant de douleurs lombaires chroniques non spécifiques, l’idéal est d’essayer plusieurs niveaux de fermeté.

Le New York Times recommande d’emporter votre oreiller lorsque vous souhaitez acquérir un nouveau matelas, et de vous allonger sur celui que vous envisagez d'acheter dans votre position habituelle de sommeil, pendant une quinzaine de minutes.

Si le confort d’un matelas est bien entendu important, si vous souffrez de maux de dos, vous avez peut-être intérêt également à revoir votre position de sommeil.

Comme l’explique le Dr. Peter Martone, chiropracteur, dans l’article « Quelle est la meilleure position pour dormir ? », il est important que votre colonne vertébrale soit dans une position neutre lorsque vous dormez, c’est-à-dire que vous devez dormir sur le dos, avec un oreiller sous la nuque, et non sous la tête.

4. Profitez des périodes d’essais — Comme l’explique Ron Rudzin, PDG de la société Saatva, votre matelas doit vous sembler confortable lorsque vous vous couchez, mais « vous devez également vous sentir bien au réveil ».

De nombreux matelas sont aujourd'hui vendus avec une période d’essai de 30 jours, et si vous n’en êtes pas totalement satisfait, il vous suffit de le retourner et d’en essayer un autre.

Sachant que vous allez dormir dessus pendant les dix prochaines années, cela vaut la peine de faire un effort pour trouver le bon.

De nombreux matelas sont bourrés de toxines

L’un des conseils qui ne figure pas sur la liste du New York Times, c’est celui de veiller à ce que le matelas ne contienne pas de substances chimiques toxiques. Du point de vue de votre santé, c’est peut-être le point le plus important.

Bien que les fabricants aient le choix entre des méthodes naturelles ou des moyens chimiques, nombre d’entre eux utilisent des substances chimiques ignifugeants.

Voici certaines des substances ignifugeantes que l’on peut trouver dans un matelas, y compris dans les matelas « haut de gamme » :

Les éthers diphényliques polybromés (PBDE) — Les PBDE sont associés à des perturbations endocriniennes, à une neurotoxicité développementale, à des troubles de la reproduction, à des dysfonctionnements de la thyroïde, et à certains cancers, pour ne citer que quelques exemples.

Les PBDE sont interdits aux États-Unis depuis 2004 en raison de préoccupations sanitaires, mais si votre matelas contient de la mousse polyuréthane et a été fabriqué avant cette date, il est possible qu’il renferme un retardateur de flamme de ce type.

Le décabromodiphényléther — Il s'agit d'un retardateur de flamme chimique similaire aux PBDE, qui ont été interdits, et qui est associé à des pertes de cheveux, de mémoire, et possiblement au cancer.

L’ensemble des retardateurs de flamme sont d'ailleurs recensés parmi les 17 groupes de produits chimiques « hautement prioritaires », devant être évités pour réduire le risque de cancer du sein.

L'acide borique — Irritant respiratoire utilisé pour tuer les cafards, l'acide borique est associé à des dommages au système reproducteur, des troubles du développement et des dommages neurologiques.

L’antimoine — Un métal potentiellement plus toxique que le mercure et le formaldéhyde, il est associé au cancer et à des troubles cardiaques. Les vapeurs d'antimoine provenant des housses de matelas pour berceaux en polychlorure de vinyle (PVC) sont également associées au syndrome de la mort subite du nourrisson.

Les températures élevées, l’urine, la salive et les détergents utilisés pour nettoyer ces housses, favorisent les émanations de vapeurs d'antimoine, et peuvent avoir le même effet si votre matelas en contient.

La mélamine — Associée à des dommages cellulaires, des dysfonctionnements rénaux, des troubles du systèmes reproducteur et au cancer.

Le polychlorure de vinyle — S’il est moins courant que d'autres retardateurs de flamme, ce produit chimique, potentiellement cancérigène, est néanmoins parfois utilisé. Il provoque notamment des effets sur le système nerveux central, tels que convulsions, sédation et spasmes.

Le brome — Une exposition chronique à ce produit chimique corrosif peut notamment entrainer un œdème pulmonaire.

Le formaldéhyde — Il s'agit d'un poison hautement toxique et d'un agent cancérigène.

Votre matelas peut être une importante source d’exposition aux retardateurs de flamme toxiques

La Commission américaine de la Sécurité des Produits de Consommation admet que ces types de retardateurs de flamme chimiques sont toxiques et qu’ils sont susceptibles d’être absorbés par l’organisme.

Elle estime cependant que les quantités émises par les matelas sont si minimes qu’elles ne provoquent pas d’effets nocifs sur la santé.

C’est ce que l’on dit de la plupart des sources d’exposition toxique, que ce soit l'alimentation, l’air, l’eau, les produits nettoyants, les meubles, les appareils électroniques, les produits d'hygiène corporelle, et ainsi de suite.

Cependant, lorsqu’on additionne toutes ces expositions, on ne peut plus parler de quantités minimes.

Sachant que vous passez un tiers de votre vie au lit, votre matelas pourrait représenter une importante source d’exposition toxique, et si vous vous penchez sur la question, vous trouverez des rapports anecdotiques à propos de personnes tombées malades à cause de toxines retrouvées dans leur matelas.

Malheureusement, il est virtuellement impossible de savoir exactement ce que contient votre matelas, car les fabricants n’ont pas l’obligation de mentionner ou de révéler les produits chimiques employés dans la fabrication de leurs matelas.

La meilleure solution est donc de rechercher les fabricants qui spécifient que leurs matelas sont exempts de produits chimiques.

Gardez cependant à l’esprit que le fait qu’une entreprise utilise une mousse certifiée exempte de produits chimiques pour la fabrication de ses matelas, ne signifie pas nécessairement que le matelas est totalement exempt de retardateurs de flamme.

Les produits chimiques ignifugeants sont souvent incorporés dans une toile qui se trouve entre la mousse et l’enveloppe extérieure du matelas, le fait que la mousse soit exempte de produits chimiques ne signifie alors pas grand-chose.

Vous devez donc trouver un matelas qui soit entièrement fabriqué à base de produits naturellement ignifuges, tels que le kevlar, la laine ou le coton bio.

Votre lit peut vous rendre malade de bien des façons

Les produits chimiques ne sont pas les seuls éléments de votre matelas qui peuvent vous rendre malade. L'année passée, CNN Health a établi une liste de nombreux facteurs qui peuvent entrer en ligne de compte, dont voici un extrait :

Les déjections d'acariens — D'après certaines recherches, 4 foyers américains sur 5 comprennent au moins un lit sur lequel on trouve des acariens, et s'ils ne représentent pas eux-mêmes un danger pour la santé, leurs déjections sont hautement allergènes.

Pour lutter contre les acariens, l’American Lung Association recommande de limiter l’humidité dans votre chambre ainsi que les endroits dans lesquels ils prolifèrent, de remplacer les moquettes et de dépoussiérer et laver régulièrement vos sols.

Les moisissures et champignons — Au cours d'une étude, 47 espèces différentes de champignons ont été répertoriées sur 10 oreillers testés. Pour limiter la prolifération de moisissures et de champignons, placez un purificateur d'air équipé d'un filtre HEPA près de votre lit.

La transpiration — Certaines études indiquent que notre transpiration nocturne peut totaliser jusqu'à 100 litres de sueur en une année, ce qui peut favoriser les infections à staphylocoque ou à streptocoque. Pour minimiser ce risque, lavez vos draps à l’eau chaude au moins une fois par semaine.

Les squames, la salive et l’urine des animaux domestique — Si vous possédez des animaux domestiques, évitez de les laisser dormir dans votre lit. Si vous les y autorisez, lavez vos draps plus fréquemment, et passez l'aspirateur sur votre matelas et vos oreillers au moins une fois par semaine.

Les labels bio auxquels vous pouvez faire confiance s'agissant des matelas

Si vous cherchez un matelas sûr, vous devez connaitre les labels qu'il faut favoriser.

Certains termes, tels que « naturel », ne signifient pour ainsi dire rien, tandis que d'autres labels, tels que « biologique », peuvent être trompeurs (ils peuvent signifier que seuls certains des matériaux utilisés pour la fabrication du matelas sont biologiques).

Le magazine Consumer Reports a publié un guide qui indique ce que signifient réellement ces labels.

Voici quelques points importants à prendre en compte :

Labels correspondant aux meilleurs matelas

  • Global Organic Textile Standard (GOTS) — Au moins 95 % des matériaux utilisés dans la fabrication des matelas doivent être certifiés biologiques. Certaines substances, telles que les retardateurs de flamme et le polyuréthane (courant dans les mousses à mémoire de forme) y sont interdites.
  • Global Organic Latex Standard (GOLS) — Ce label concerne les matelas en latex et garantit l’utilisation exclusive de latex biologique.

Labels correspondant à des matelas de bonne qualité

  • OEKOTEX standard 100 — Ce label impose des limites en termes d’émissions de substances chimiques toxiques telles que le formaldéhyde et les composés organiques volatils (COV). Les retardateurs de flamme chimiques, les colorants et les teintures allergènes sont interdits.

Les labels qui garantissent une certaine qualité

CertiPUR-US — Ce label s'applique uniquement aux mousses polyuréthane et interdit certaines substances, telles que les PBDE. Il impose des tests pour détecter la présence éventuelle de formaldéhyde et d'autres toxines.

Gardez cependant à l’esprit que ces tests ne portent que sur la mousse, et non sur les revêtements en tissus, qui peuvent contenir des retardateurs de flamme chimiques.

Greenguard — Le matelas terminé subit des tests et doit respecter certaines limites d’émissions de formaldéhyde et d'autres COV.

Greenguard Gold — Le même label que Greenguard, mais avec des limites d'émissions plus strictes.

Organic (biologique) — Un matelas peut être labelisé ‘organic’ ou ‘biologique’ même si une partie seulement des matériaux qui le composent sont biologiques (il peut renfermer par ailleurs des substances chimiques toxiques). Le label peut spécifier par exemple « fabriqué avec du coton biologique ».

Organic Content Standard 100 — Ce label indique le pourcentage de matériaux certifiés biologiques utilisés dans la fabrication du matelas. Il garantit également la traçabilité du coton biologique, de sa source au produit fini.

Les meilleurs matelas présentent plusieurs labels dans lesquels vous pouvez avoir confiance

Un matelas ne présente pas nécessairement un seul des labels cités ci-dessus. Les meilleurs matelas du marché, et les plus purs, répondent à de nombreuses normes de sécurité, et vous garantissent ainsi le nec plus ultra en termes d'innocuité et de confort.

C’est le cas de mes matelas certifiés biologiques « Healthy Home » et de la literie fabriquée par la société Naturepedic.

Ces matelas répondent non seulement aux normes en termes d’inflammabilité, sans contenir de retardateurs de flamme chimiques, mais ils sont également certifiés par des organismes tiers indépendants et répondent aux standards suivants:

  • Global Organic Textile Standard (GOTS)
  • Global Organic Latex Standard (GOLS)
  • GREENGUARD® Gold
  • Organic Content Standard (OCS100)

Mes matelas offrent une protection contre le feu, sont d'une conception exceptionnelle et sont fabriqués avec les meilleurs matériaux.

Leur conception unique et innovante apporte une solution simple et élégante qui permet à ces matelas et articles de literie de répondre à toutes les normes fédérales et à celles des états - et sont exempts de dangereux produits chimiques.

Soyez particulièrement vigilant si vous achetez un matelas pour votre enfant, car les produits destinés aux enfants et aux bébés sont les plus susceptibles d’être imbibés de produits chimiques ignifugeants.

Vous passez entre six et neuf heures par nuit sur votre matelas, à respirer ces substances chimiques.

Vos enfants passent encore plus de temps à dormir, le visage encore plus près du matelas, veillez donc à choisir pour eux des matelas totalement exempts de produits chimiques.