Une antenne relais retirée d'une cour d’école en raison d'une épidémie de cas de cancer

antenne relais

En bref -

  • Une épidémie de cas de cancer chez des enfants de l’école élémentaire de Weston, située à Ripon, en Californie, a conduit au démantèlement d'une antenne relais de la société Sprint, qui sera prochainement relocalisée
  • La FCC a revu sa règlementation concernant le lancement de la technologie 5G en septembre 2018, limitant les droits des agglomérations quant à la décision des emplacements des antennes 5G
  • Los Angeles et d'autres métropoles ont intenté une action en justice pour faire invalider la nouvelle règlementation de la FCC, mais le 10 janvier 2019, la Cour d’Appel américaine pour le dixième circuit a pris parti pour la FCC, ce qui signifie que les citoyens ne pourront pas empêcher l'installation de stations de base 5G devant leur maison
  • La technologie 5G repose principalement sur la bande passante des ondes millimétriques (MMW), qui se situe essentiellement entre 30 gigahertz (GHz) et 300 GHz, et dont on sait qu’elles pénètrent le tissu cutané humain sur 1 à 2 millimètres
  • Les MMW sont associées à de nombreux problèmes de santé potentiels, notamment à des dommages oculaires, à des effets sur la variabilité de la fréquence cardiaque (un indicateur de stress), à des arythmies, des douleurs, à l'affaiblissement du système immunitaire, au ralentissement de la croissance et à l’augmentation de la résistance des bactéries aux antibiotiques
Taille du texte:

Dr. Mercola

Une épidémie de cas de cancer parmi les enfants de l'école élémentaire de Weston située à Ripon, en Californie, a relancé le débat sur les rayonnements électromagnétiques (EMF) provenant des antennes relais, et sur le fait qu'ils puissent être des facteurs contributifs.

En 2016, Kyle Prime, âgé de 10 ans, a été diagnostiqué d'un cancer du rein. Cinq mois plus tard, l'un de ses camarades de classe, Mason Ferrulli, était diagnostiqué d'un cancer du cerveau.

Cette année, deux autres enfants de cette école ont été diagnostiqués d'un cancer. Trois enseignants ont également développé différentes formes de cancer depuis 2016, ainsi que deux enfants d'âge préscolaire vivant près de l'école, et un ancien élève, diagnostiqué d'un cancer du cerveau à l'âge de 22 ans.

Les parents de Kyle Prime et de Mason Ferrulli pensent que l'antenne relais de la société Sprint, située dans l'enceinte de l'école, pourrait avoir joué un rôle, bien que les tests indiquent qu'elle fonctionne normalement et que les rayonnements qu'elle émet sont en-deçà des normes fixées par le gouvernement.

« Ils sont classés comme cancérigènes possibles. Cela nous donne certaines indications.

Nous ne sommes pas naïfs, et nous savons qu'il pourrait y avoir d'autres éléments, d'autres influences environnementales... Mais quoi qu'il en soit nous pensons que cette antenne n'a pas sa place ici... s'il existe la moindre indication qu'elle puisse être dangereuse », a déclaré Monica Ferrulli à CBS News.

Les consignes de sécurité concernant les rayonnements des téléphones portables sont obsolètes

En effet, pour ceux d'entre vous qui connaissez les effets des EMF sur la santé, et qui connaissez la façon dont les normes de sécurité sont fixées par le gouvernement, ces résultats ne prouvent pas grand-chose en termes d'innocuité.

Comme le souligne Joel Moskowitz, directeur du Centre pour la santé familiale et communautaire de l'Université de Berkeley en Californie (une région qui a adopté une position particulièrement stricte en matière de sécurité et de sensibilisation aux EMF), les directives adoptées en 1996 par la Commission fédérale américaine des communications (FCC) sont obsolètes, et étaient principalement basées sur des travaux réalisés par des scientifiques payés par l'industrie ».

Heureusement, si la société Sprint nie catégoriquement qu'elle puisse représenter un quelconque danger pour la communauté, elle a néanmoins démantelé l'antenne et déclaré qu'elle serait transférée ailleurs.

Le lancement de la 5G va augmenter les expositions aux EMF de façon exponentielle

La question de savoir si les EMF sont susceptibles de provoquer ou non des effets néfastes ne va faire que s'amplifier avec le temps, en particulier à l'approche du lancement de la 5G. Ainsi qu'il est indiqué dans le journal The Modesto Bee :

« Ripon et de nombreuses autres villes se préparent à la conversion de l'industrie des technologies sans fil vers la technologie 5G, conçue pour offrir un internet mobile ultra rapide.

Son lancement nécessite l'installation de centaines, voire de milliers de dispositifs dits « petites cellules », qui exposeront les citadins à des ondes radiofréquences.

La technologie 5G pour les systèmes sans fil utilisant des ondes « millimétriques » qui parcourent de courtes distances, il faudra sans doute environ 200 antennes petites cellules dans une ville telle que Ripon, et on estime qu'il en faudra plus de 4.000 à San Jose. »

Ce qu'il faut savoir à propos de la 5G

Contrairement à la technologie 4G qui est utilisée actuellement, qui fonctionne avec des antennes relais de 30 mètres de haut disposant chacune d'une douzaine de sorties, le système 5G utilise des systèmes ou bases dites « petites cellules », chacune étant équipée d'une centaine de sorties.

Ces bases seront montées sur des infrastructures déjà existantes, telles que des poteaux électriques.

À terme, de nombreux, voire une majorité de propriétaires peuvent s'attendre à voir une base 5G installée juste devant chez eux, ou à tout le moins très près de leur maison. Les lieux de travail et les établissements scolaires seront également saturés de MMW.

Une fois qu'elles seront installées dans votre voisinage, vous ne pourrez pas échapper à l'exposition constante à la 5G, et les recherches rassemblées entre autres par Lloyd Burrell, auteur et coach en EMF, suggèrent que la prolifération de la 5G pourrait véritablement se transformer en désastre de santé publique.

Quant aux nombreuses personnes qui souffrent d'hypersensibilité électromagnétique, les villes et banlieues saturées de rayonnements MMW vont sans aucun doute empirer leurs souffrances, et elles feront également de nouvelles victimes.

La technologie 5G (5ème génération) repose principalement sur la bande passante des ondes millimétriques (MMW), qui se situe essentiellement entre 30 gigahertz (GHz) et 300 GHz.

On sait que les MMW pénètrent le tissu cutané humain sur 1 à 2 millimètres, et qu'elles sont associées à de nombreux problèmes de santé potentiels, notamment :

  • Des problèmes oculaires chez le rat, tels que l'opacité du cristallin, associée au développement de la cataracte, et des dommages oculaires chez le lapin
  • Chez le rat, des effets sur la variabilité de la fréquence cardiaque, un indicateur de stress, et des modifications du rythme cardiaque (arythmie) chez la grenouille
  • Des douleurs — les MMW sont utilisées dans l'arsenal de maintien de l'ordre (Systèmes actifs de déni) par le département américain de la défense, car elles sont capables de provoquer une sensation de brûlure intense
  • L'affaiblissement du système immunitaire
  • Une diminution de la croissance et l'augmentation de la résistance des bactéries aux antibiotiques

Les médecins et les scientifiques mettent en garde contre les dangers de la 5G et appellent à la prudence

Bien que les MMW n'aient encore jamais été utilisées à grande échelle, on suppose déjà que les conduits sudoripares présents dans la peau agissent comme des antennes lorsqu'ils sont en contact avec des MMW.

Dans un courrier qu'il a adressé au FCC en 2016, le Dr. Yael Stein, du Hadassah Medical Center de Jérusalem, qui a étudié la technologie 5G et les MMW, et leurs interactions avec le corps humain, écrit :

« Des simulations informatiques ont démontré que les glandes sudoripares concentrent les longueurs d'onde sub-térahertz dans la peau de l'homme. L'homme pourrait ressentir ces ondes comme une source de chaleur.

L'utilisation de longueurs d'ondes sub-térahertz (millimétriques) dans les technologies de communication (téléphones portables, Wi-Fi, antennes) pourrait provoquer des douleurs physiques chez l'homme, via les nocicepteurs.

Potentiellement, si la Wi-Fi 5G est étendue au domaine public, nous pouvons nous attendre à constater davantage d'effets sur la santé que ce que nous constatons actuellement avec les hyperfréquences, notamment de nombreux cas supplémentaires d'hypersensibilité (HSE), ainsi que de nombreux nouveaux cas de douleurs physiques, et diverses perturbations neurologiques encore inconnues.

Il sera possible d'établir une relation causale entre la technologie 5G et ces effets spécifiques sur la santé. Les personnes touchées pourront peut-être prétendre à une indemnisation...

Chers membres du FCC et des comités sénatoriaux américains, s'il vous plaît, protégez la santé publique et votez contre l'exposition du public à la dangereuse technologie 5G. »

En 2015, 247 scientifiques du monde entier, engagés dans l'étude des effets biologiques et sanitaires des EMF non-ionisantes, ont signé un appel international aux Nations Unies, demandant une protection contre l'exposition aux EMF non-ionisantes, en raison des preuves de leurs effets sur la santé, même à de faibles degrés.

Deux ans plus tard, en 2017, plus de 180 médecins et scientifiques de 35 pays différents ont signé une pétition afin d'instaurer un moratoire sur le lancement de la 5G, en raison des risques potentiels pour la faune et la santé de l'homme.

À propos de la 5G

Vidéo seulement disponible en anglais

Dans cette vidéo, Paul Ben Ishai, Ph.D., maître de conférences au département de physique de l'université d'Ariel, en Israël, passe en revue les risques potentiels pour l'homme que présentent les systèmes de communication sub-MM.

L'Environmental Health Trust a également publié une liste de 20 informations que vous devez connaître à propos de la technologie sans fil 5G. Les voici :

La couverture 5G nécessite que des antennes « petites cellules » soient installées dans tous les quartiers.

Des millions de petites cellules doivent être placées dans les jardins des particuliers.

Les rayonnements émis par les petites cellules 5G ne sont pas minimes, et augmenteront les rayonnements EMF près des maisons, provoquant une dégradation de l'esthétique environnementale en plus des dangers pour la santé.

La 5G ne remplacera pas la technologie sans fil actuelle, mais elle s'y ajoutera et augmentera notre exposition de façon exponentielle.

L'autorité communautaire est rejetée à tous les niveaux du gouvernement, au prétexte de booster la couverture mobile et la vitesse d'internet.

Les opérateurs téléphoniques indiquent que les petites cellules 5G fonctionneront à une distance de 900 mètres et n'auront pas besoin d'être installées tous les 30 mètres, et donc près des habitations.

Les scientifiques du monde entier appellent à stopper le lancement de la 5G.

L'exposition quotidienne cumulée est associée à de graves effets sur la santé, notamment au cancer, à des troubles du développement cérébral chez les enfants, et à des troubles de la reproduction chez l'homme.

En effet, des milliers d'études sur les effets biologiques des EMF de faible intensité, notamment plus de 1.800 citées dans la conclusion du rapport, ont été résumées dans le BioInitiative Report (en 2007 et 2012), et démontrent des effets sur le système immunitaire, des effets neurologiques, cognitifs et bien d'autres encore.

Une autre étude importante, financée par le gouvernement américain, a été publiée dans le Journal of the American Medical Association en 2011.

Grâce à la tomographie par émission de positions, ou PET scan, qui est capable de détecter les altérations du glucose, les chercheurs ont déterminé que les radiations des téléphones portables poussent les cellules cérébrales à métaboliser le glucose plus rapidement.

Le métabolisme du glucose correspond à l'activation des cellules, les conclusions indiquent donc que les radiations de votre téléphone portable ont une influence mesurable bien définie sur votre cerveau.

En substance, chaque fois que vous portez un téléphone portable à votre oreille, vous activez vos cellules cérébrales de façon artificielle.

De nombreux articles ont conclu que les rayonnements sans fil sont cancérigènes pour l'homme ; le Centre International de Recherche sur le Cancer a classé en 2011 les téléphones portables comme « possiblement cancérigènes » (groupe 2B), et deux études récentes (une conduite par le programme national américain de toxicologie (NTP) et l'autre par l'institut Ramazzini, en Italie), ont confirmé leur potentiel cancérigène.

L'étude du NTP a montré que les tumeurs cardiaques (schwannomes malins) chez les rats mâles, étaient « similaires au neurinome de l'acoustique, une tumeur bénigne chez l'homme, qui se situe au niveau du nerf reliant l'oreille au cerveau, et que certaines études ont associé à l'utilisation des téléphones portables. »

D'après les experts, les frais engendrés par les petites cellules 5G n'ont pas de sens, d'un point de vue financier.

Les antennes placées près des maisons diminuent par ailleurs leur valeur immobilière.

Les antennes microondes installées dans les jardins présentent plusieurs risques pour les travailleurs et la sécurité publique.

Les opérateurs téléphoniques informent les investisseurs des risques, mais ils n'en informent pas les personnes qui résident près des antennes relais.

Les antennes situées près des habitations vont perturber le sommeil des occupants, ce qui réduira leurs performances et affectera leur santé.

Il a été démontré que les rayonnements provenant des téléphones portables ont un impact sur les oiseaux, les arbres et les plantes.

De nombreuses villes aux États-Unis, et des pays tout entiers souhaitent stopper la 5G.

La FCC ne contrôle pas les expositions aux radiations provenant des antennes, et de nombreuses antennes relais violent déjà les limites autorisées.

L'Association internationale des pompiers s'oppose officiellement à l'installation d'antennes relais dans les casernes depuis 2004, après que des recherches aient montré que des pompiers dont les casernes hébergeaient des antennes souffraient de troubles neurologiques, notamment de problèmes de mémoire, de confusion occasionnelle et de faiblesse.

L'Académie américaine de pédiatrie et de nombreuses autres organisations médicales réclament une action fédérale qui protègerait les enfants de l'exposition aux EMF, citant des recherches qui montrent que le fait d'habiter près d'une antenne relais est associé à un risque accru de maux de tête, de problèmes de mémoire, de vertiges, de dépression et de troubles du sommeil.

Une recherche conduite par Martin Pall, Ph.D., publiée en 2016, détaille comment, lorsque les CCVD sont activés dans le cerveau, ils libèrent des neurotransmetteurs et des hormones neuroendocrines.

Les conséquences d'une exposition chronique aux EMF comprennent donc également l'anxiété, la dépression, l'autisme et la maladie d'Alzheimer.

Les premiers résultats de la plus importante étude à long-terme menée sur le développement cérébral et la santé des jeunes américains, l'Adolescent Brain Cognitive Development Study (ABCD), révèlent également que le cerveau des plus fervents utilisateurs d'appareils électroniques est différent de celui des jeunes qui utilisent moins fréquemment téléphones portables, tablettes et jeux vidéo.

Les enfants qui utilisent des appareils électroniques pendant sept heures, voire plus, quotidiennement, présentent un amincissement prématuré du cortex cérébral, l'écorce cérébrale qui traite les informations provenant des cinq sens (goût, toucher, vue, odorat et ouïe).

Deux heures d'écran par jour peuvent suffire à affecter les fonctions cognitives, et les résultats obtenus aux tests d'évaluation de la réflexion et du langage.

La solution, et l'alternative la plus sûre pour accélérer les connexions internet et leur fiabilité, c'est d'opter pour les connexions par fibre optique.

+ Sources et Références