Les bienfaits cognitifs du magnésium L-thréonate

cerveau

En bref -

  • Développé par des scientifiques en 2010, le magnésium L-thréonate (MgT) est un composé breveté du magnésium, qui a la capacité d'améliorer la mémoire de travail, la mémoire à court et à long terme, et l'apprentissage
  • En 2016, les scientifiques ont découvert que le MgT améliore non seulement les performances aux tests cognitifs individuels chez les personnes âgées souffrant de troubles cognitifs, mais qu'il inverse également le vieillissement du cerveau de plus de 9 ans
  • Il a été démontré que le MgT permet aux personnes souffrant d'anxiété, de troubles du sommeil et de dysfonctionnements cognitifs, de faire des progrès spectaculaires
  • Les personnes qui manquent de magnésium sont exposées à de nombreux troubles graves, notamment à des maladies cardiovasculaires, à une hypertension artérielle, à une augmentation de la glycémie, et à d'autres signes de syndrome métabolique, ainsi qu’au développement de l’ostéoporose
  • Les dernières découvertes à propos du MgT sont considérées comme essentielles au regard du lien qui associe la perte de densité synaptique, le rétrécissement du cerveau et le déclin cognitif subséquent
Taille du texte:

Dr. Mercola

Décrit comme un composé breveté capable d'améliorer la mémoire de travail, la mémoire à court et à long terme ainsi que l'apprentissage, dans des études animales, le magnésium L-thréonate (connu sous l'abréviation MgT, prononcée « Mag T »), a été développé par des scientifiques du Massachusetts Institute of Technology en 2010.

La première étude animale conduite sur le MgT, publiée dans la revue Neuron en 2010, soulignait sa capacité à être rapidement absorbé par le cerveau, inversant des aspects structurels spécifiques du vieillissement cérébral en augmentant le nombre de « sites de libération présynaptiques fonctionnels, tout en réduisant leur probabilité d’émission. »

On sait déjà que le magnésium est un minéral indispensable à l’organisme pour l’exécution de plus de 300 fonctions biologiques essentielles, telles que la contraction des muscles, le maintien du rythme cardiaque, la fabrication d’énergie et l'activation des nerfs qui envoient et reçoivent des messages.

Pourtant, alors qu’il est si important pour les fonctions corporelles, une grande partie de la population américaine est carencée en magnésium, et environ la moitié des individus ne reçoivent pas les apports recommandés, qui sont de 310 à 320 milligrammes (mg) pour les femmes et de 400 à 420 mg pour les hommes.

La probabilité de carence dépend de votre état de santé et de votre âge ; d'après une étude, souffrir d'une maladie cardiovasculaire, par exemple, et être âgé, augmente le risque de carence en magnésium.

Ceci dit, indépendamment de l’âge, la carence en magnésium est une véritable préoccupation mondiale en matière de santé.

Une étude française de 2006, qui portait sur 2.373 sujets âgés de 4 à 82 ans, a par exemple conclu que 71,7 % des hommes et 82,5 % des femmes avaient un apport de magnésium insuffisant.

Les personnes qui manquent de magnésium sont exposées à de nombreux troubles graves, notamment à des maladies cardiovasculaires, à une hypertension artérielle, à une augmentation de la glycémie, et à d'autres signes de syndrome métabolique, ainsi qu’au développement de l’ostéoporose.

Une étude publiée dans le Journal of Alzheimer’s Disease en 2016 souligne les bienfaits du MgT chez l’homme, dans des domaines tels que l’anxiété, les troubles du sommeil et les dysfonctionnements cognitifs.

L’étude clinique randomisée en double aveugle, contrôlée contre placébo, a été menée dans trois institutions distinctes, et a porté sur des participants âgés de 50 à 70 ans qui présentaient des épisodes de troubles de la mémoire, de troubles du sommeil et d'anxiété.

En bref, l’étude a montré que l'atrophie du cerveau est un aspect naturel du vieillissement, mais qu'une supplémentation en magnésium L-thréonate, ou MMFS-01, pendant 12 semaines, avait amélioré et même inversé les symptômes du groupe d’étude :

« Avec le traitement au MMFS-01, les capacités cognitives globales se sont améliorées de façon significative, par rapport au traitement par placébo. Les fluctuations cognitives ont également diminué.

La population étudiée présentait des déficits des fonctions exécutives plus sévères que des témoins du même âge, selon des données normatives, et le traitement au MMFS-01 a permis de pratiquement restaurer leurs fonctions exécutives déficientes, ce qui démontre que le MMFS-01 pourrait être cliniquement significatif...

La présente étude démontre le potentiel du MMFS-01 dans le traitement des troubles cognitifs chez les personnes âgées. »

Les scientifiques doublent la mise en matière de vieillissement cérébral

Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs ont fait passer des tests cognitifs aux sujets en début d’étude, et de premiers tests de suivi six semaines plus tard.

Ensuite, pendant 12 semaines, les sujets de l’étude ont reçu chaque jour de façon aléatoire soit un placébo, soit 1.500 ou 2.000 mg de MgT, en fonction de leur poids corporel, et des tests cognitifs ont été effectués de nouveau après 6 et 12 semaines, dans les domaines de :

  • La fonction exécutive
  • La mémoire de travail
  • L’attention
  • La mémoire épisodique (capacité à se rappeler des évènements éphémères)

La découverte la plus surprenante fût que le MgT permet d’améliorer non seulement les performances aux tests cognitifs individuels chez les personnes âgées présentant des déficiences cognitives, mais qu'il permet également d’inverser le vieillissement du cerveau de plus de neuf ans.

Les conclusions de l’étude ont révélé quatre effets significatifs de la prise de MgT :

1. Une amélioration du taux de magnésium dans l’organisme — Après 12 semaines, deux effets ont été remarqués chez les sujets du groupe de traitement : ils présentaient une nette augmentation de la concentration de magnésium dans les globules rouges, ce qui indique qu’une quantité importante de magnésium circule dans l’organisme, et une excrétion significative de magnésium dans les urines, ce qui montre que le magnésium est absorbé en grandes quantités.

2. Une amélioration des capacités cognitives — L’amélioration de l’attention visuelle et de la capacité de commutation de tâches (dans certains cas dès six semaines) ont permis d'améliorer la vitesse d’exécution des fonctions exécutives et du traitement cognitif.

Les scores composites globaux, en particulier, ont connu une forte progression par rapport aux tests de début d’étude, et par rapport au groupe placébo à la sixième et à la douzième semaine.

3. Une diminution des fluctuations de la capacité cognitive — Des fonctions cognitives irrégulières d'un jour à un autre, peuvent être le signe du développement de légers troubles cognitifs.

Les sujets du groupe placébo ont obtenu des scores sensiblement variables lors des tests cognitifs, tandis que ceux du groupe MgT ont montré pour la plupart une progression.

4. Une inversion des mesures cliniques du vieillissement cérébral — Sans doute la découverte la plus significative, qui explique comment le MgT peut « faire remonter le temps » aux cerveaux vieillissants.

Le MgT et la barrière hémato-encéphalique

Le MgT pris par voie orale booste le taux de magnésium dans le cerveau, grâce à sa capacité à traverser la barrière hémato-encéphalique.

Une fois dans le cerveau, il augmente la densité des synapses, les zones de connexion qui permettent aux cellules du cerveau de communiquer entre elles. De plus, le MgT améliore cette fonction précisément dans les zones où cela est nécessaire.

L’importance qu’il y a à ce qu’il arrive au cerveau montre qu’il ne suffit pas d'enrichir votre alimentation en magnésium ; le MgT fonctionne en effet différemment du magnésium classique, qui n’atteint pas le cerveau et ne modifie donc pas les facteurs du vieillissement cérébral.

Même lorsque l’on augmente de 300 % le taux sanguin de magnésium (ce que l’on appelle « l’hypermagnésémie provoquée »), son taux dans le liquide cérébrospinal n’augmente que de 19 %.

Comprendre comment le MgT rajeunit les cerveaux vieillissants

Selon les chercheurs, le cerveau de vieillit pas à la même vitesse que le reste du corps. Une personne de 60 ans, par exemple, peut avoir un cerveau qui fonctionne pratiquement comme celui d'une personne de dix ans plus âgée.

Ce genre de variation est mesurable via des tests de performance ainsi que par le biais de certains paramètres physiologiques. Elle peut également être due à des lésions cérébrales traumatiques.

Les participants à l’étude sur le MMFS-01 avaient un âge chronologique moyen de 57,8 ans. Cependant, leurs fonctions cognitives étaient 'âgées’ en moyenne de 68,3 ans - soit une différence d’environ 10 ans.

La supplémentation en MgT a toutefois entrainé une évolution : l'âge cérébral collectif des sujets est passé de 69,6 ans au début de l’étude, à 60,6 ans en seulement six semaines : une baisse de 9 ans de l’âge cérébral.

Les progrès ont continué tout au long des 12 semaines, et l’âge cérébral des participants à la fin de l’étude était en moyenne plus jeune de 9,4 ans, c’est-à-dire proche de celui de personnes du même âge qu’eux, dont le cerveau était en bonne santé.

Le point à retenir, c’est la remarquable différence que peut faire le magnésium, et plus particulièrement le MgT, pour faire remonter le temps aux personnes dont le cerveau est plus âgé que leur âge chronologique.

Les études montrent également qu'augmenter la concentration de magnésium dans des cultures de cellules de l’hippocampe (ou sont stockés et d'où sont récupérés les souvenirs) stimule à la fois la densité des synapses et la plasticité cérébrale.

Ceci est important à deux égards :

  • La densité synaptique ne correspond pas seulement à la mesure de l’intégrité structurelle des synapses présentes dans le cerveau, mais les données indiquent que l’augmentation de la densité synaptique améliore l’efficacité des processus cognitifs.
  • La plasticité est la mesure de la vitesse à laquelle les connexions synaptiques peuvent évoluer en étant soumises à de nouveaux stimuli : il s'agit essentiellement d'un apprentissage au niveau cellulaire.

Les facteurs liés au sommeil et l’anxiété observés avec le déclin cognitif

Les chercheurs ont cité plusieurs études antérieures qui se sont penchées sur les facteurs contribuant au déclin cognitif. Le manque de sommeil et les troubles anxieux avec pertes de mémoire.

Sans surprise, les personnes qui présentent cet ensemble particulier de troubles sont plus susceptibles de développer la maladie d’Alzheimer, comme en attestent les études suivantes.

À l’issue d'une revue publiée en 2013, les chercheurs de différents hôpitaux et centres de recherche de St Louis ont rapporté que les symptômes de troubles du sommeil, d'anxiété et de perturbation du rythme circadien sont courants chez les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Leur conclusion était que les plaques amyloïdes sont associées à une moins bonne qualité de sommeil, en particulier à une mauvaise efficacité du sommeil (la proportion de temps passé à dormir réellement lorsqu’on est couché) par rapport aux personnes qui ne présentent pas de plaques amyloïdes, alors même que le temps de sommeil était similaire dans les deux groupes.

Fait important, « Les siestes fréquentes sont associées à la formation de plaque amyloïdes ».

Quel rapport entre le calcium et le magnésium ?

Il existe quelques facteurs importants et cependant peu connus à propos du magnésium. L’un d’entre eux, c’est que, comme d'autres minéraux, votre organisme ne le fabrique pas, et qu’il doit donc provenir d'une source extérieure.

Ensuite, le magnésium agit de concert avec le calcium, et le ratio idéal entre magnésium et calcium est de 1 pour 1.

Cependant, les médecins poussent à tort, les femmes en particulier, à se concentrer sur leurs apports en calcium afin d’éviter les problèmes d'ostéoporose. S'il manque de magnésium, votre cœur ne peut pas fonctionner correctement.

Lorsque l’équilibre entre les deux favorise le calcium, en particulier avec le ratio de 2 pour 1 prôné par les médecins depuis ces trente dernières années, cela peut entrainer une crise cardiaque.

Au cours d'une étude, on soupçonnait que l’incidence élevée de fractures de la hanche en Norvège était due au déséquilibre entre les taux de calcium et de magnésium dans l’eau potable municipale.

En fait, 5.472 hommes et 13.604 femmes âgés de 50 à 85 ans avaient été victimes de fractures de la hanche, et les chercheurs ont conclu après leur enquête qu'augmenter le taux de magnésium pourrait prévenir ce type de fracture.

Il est par ailleurs également important d'équilibrer vos apports de vitamine K2 et de vitamine D avec vos apports de magnésium et de calcium. Les quatre agissent en effet ensemble.

Il a été démontré par exemple au cours d'une étude que les personnes dont l'apport de magnésium est relativement élevé sont moins susceptibles d’être carencées en vitamine D, par rapport aux personnes qui n’ont pas un apport adéquat en magnésium.

Si vous choisissez de prendre un supplément de magnésium, sachez qu’il en existe différentes formes. Par ailleurs, vous pouvez augmenter vos apports en prenant régulièrement des bains ou des bains de pieds au sel d’Epsom.

Cette forme de magnésium, également appelée sulfate de magnésium, est absorbée par la peau et peut ainsi augmenter votre taux de magnésium.