Tout ce qu’il faut savoir à propos des enzymes

l’essentiel sur les enzymes

En bref -

  • Votre organisme secrète des enzymes qui catalysent des réactions biologiques, et qui sont donc essentielles pour la santé et la longévité. Chaque organe dispose d’un ensemble particulier d’enzymes, et chaque enzyme a une fonction différente
  • Il existe trois principaux types d’enzymes : les enzymes digestives, les enzymes métaboliques, et les enzymes alimentaires
  • Les enzymes sous forme de suppléments peuvent être d'origine animale, végétale ou microbienne, ou encore d'origine fongique
  • Il existe deux façons principales d'utiliser un supplément enzymatique : par voie digestive ou par voie systémique Prises avec des aliments, elles aident à les digérer. Lorsqu’elles sont prises à jeun, les enzymes traversent le système digestif et pénètrent dans le sang, apportant des bienfaits à l’ensemble du système
Taille du texte:

Dr. Mercola

Les enzymes sont des protéines composées d'acides aminés individuels. Elles sont nécessaires pour accélérer de nombreux processus biologiques et fonctions cellulaires. Votre organisme secrète des enzymes qui catalysent des réactions biologiques, et qui sont donc essentielles pour la santé et la longévité.

Chaque enzyme a une fonction différente ; la superoxyde dismutase, par exemple, la glutathion peroxydase et la catalase, ont des fonctions antioxydantes. Les enzymes digestives telles que les protéases, les lipases et les amylases sont nécessaires à la digestion, à l'absorption des nutriments, et à l’élimination, tandis que les enzymes moteurs moléculaires telles que la myosine et l’actine, sont nécessaire à l'activation des contractions musculaires.

Les différents types d’enzymes et leurs fonctions

Il existe trois grandes catégories d’enzymes :

  • Les enzymes digestives — Impliquées dans la digestion, la décomposition des aliments en nutriments, et l’élimination des déchets. Les enzymes digestives sont extracellulaires, ce qui signifie qu’elles se situent à l’extérieur de vos cellules. Il existe huit enzymes digestives principales, chacune étant chargée de décomposer différents types d'aliments.
  • Les enzymes métaboliques — Elles interviennent dans la production d’énergie et la détoxification. Les enzymes métaboliques sont intra-cellulaires, et se situent donc à l’intérieur de vos cellules, qu’elles aident à assurer différentes fonctions liées à leur reproduction et à leur régénération.
  • Les enzymes alimentaires — On les trouve dans les aliments crus, non cuits et non transformés, et/ou sous forme de suppléments.

Les 3 principaux types de suppléments enzymatiques

Les enzymes présentes dans les suppléments utilisés en thérapie enzymatique, sont appelées des hydrolases. Comme leur nom l’indique, elles utilisent une molécule d’eau pour couper certains liens de la chaine d'acide aminés. Il existe trois principaux types de suppléments enzymatiques :

  1. Les protéases ou enzymes protéolytiques, qui hydrolysent (décomposent) les protéines en acides aminés
  2. Les lipases, qui décomposent les lipides (ou graisses) en acides gras
  3. Les carbohydrases, qui hydrolysent les glucides en sucres simples

Les enzymes sous forme de suppléments peuvent être d'origine animale, végétale ou microbienne. Les enzymes pancréatiques, par exemple, qui comprennent les trois types (protéases, lipases et carbohydrases), sont généralement tirées de pancréas de vaches ou de cochons.

Les enzymes protéolytiques, telles que la bromélaïne et la papaïne, sont tirées respectivement de l’ananas et de la papaye. Les enzymes peuvent également être obtenues de sources microbiennes ou fongiques. Ce sont les plus nombreuses, car les microbes et champignons peuvent produire des centaines de types d’enzymes différents.

Utilisation digestives vs utilisation systémique des enzymes

Il existe deux façons principales d'utiliser un supplément enzymatique : par voie digestive, ou par voie systémique, et la différence entre les deux tient au moment de leur absorption. Prise avec des aliments, une enzyme digestive aide à les décomposer en composants plus petits.

Prises à jeun, les enzymes traversent le système digestif et pénètrent dans le sang, et une fois absorbées par le système, elles agissent comme de puissantes protéases, dissolvant notamment les fibrines, et réduisant l’inflammation.

Ceci étant dit, que vous utilisiez la voie digestive ou la voie systémique, la thérapie enzymatique améliore l'assimilation et l’élimination des composants. En d'autres termes, les enzymes décomposent les éléments jusqu’à leurs composantes les plus petites, ce qui facilite aussi bien l’assimilation des composants nécessaires, que l’élimination des composants inutiles à l’organisme.

Ainsi qu’il est expliqué dans un rapport publié par Jon Barron, chercheur spécialisé dans les neutraceutiques, et directeur de la Baseline Health Foundation, les enzymes protéolytiques prises pour leurs bienfaits systémiques, c’est-à-dire à jeun, peuvent contribuer à éliminer les agents pathogènes, les allergènes et les cellules solitaires, en détruisant et en digérant leur bouclier protecteur constitué de protéines. Au niveau du système, les enzymes protéolytiques peuvent également interférer avec la production d’enzymes provoquée par certains cancers, ralentissant ainsi leur développement.

L’utilisation systémique des enzymes protéolytiques combat l’inflammation

Dans vos intestins, les protéases et enzymes protéolytiques, qui décomposent les protéines alimentaires et les corps étrangers à base de protéines, agissent comme des aides à la digestion. Dans le sang, elles agissent comme purificateurs, combattant ainsi l’inflammation, et rééquilibrent le système immunitaire, en :

  1. Décomposant les protéines étrangères présentes dans le sang, qui provoquent des inflammations
  2. Facilitant l’élimination des protéines inflammatoires via les systèmes sanguin et lymphatique
  3. Réduisant l’œdème dans les régions enflammées
  4. Augmentant de façon significative l'activité des macrophages et des cellules tueuses naturelles
  5. Éliminant la fibrine, qui prolonge l’inflammation. La fibrine est un matériau coagulant qui restreint le flux sanguin, et que l’on trouve dans le sang et dans certains tissus conjonctifs, comme celui des muscles. Les cellules cancéreuses se cachent également sous une couche de fibrine pour ne pas être détectées.

Une fois les cellules cancéreuses « découvertes », elles peuvent être repérées et attaquées par votre système immunitaire. On pense également que la fibrine permet aux cellules cancéreuses de s'agglutiner entre elles, ce qui augmente les risques de métastases.

L'accumulation de fibrine est également responsable de la formation de tissu cicatriciel dans les muscles endommagés ou lors d'interventions chirurgicales. Si l’accumulation est excessive, ce qui peut se produire si vous avez une mauvaise circulation sanguine, due à une faible activité enzymatique, le tissu cicatriciel peut engendrer des problèmes chroniques.

Un excès de fibrine dans le sang augmente également votre risque de crise cardiaque et/ou d’AVC. Voici certains symptômes provoqués par l’excès de fibrine : fatigue chronique, mauvaise capacité de cicatrisation, inflammation, douleurs et hypertension artérielle.

Les facteurs qui affectent l'activité enzymatique

Ainsi qu’il est souligné dans la vidéo de présentation, certains facteurs environnementaux tels que le taux de pH et la température corporelle peuvent affecter l’activité des enzymes. Lorsque votre température corporelle augmente, l’activité enzymatique augmente généralement. Si votre température augmente trop, cependant, les enzymes se décomposent.

Ceci est dû au fait que les charges positives et négatives de la liaison peptide (qui lie les acides aminés), qui donnent leur forme aux enzymes, les font vibrer. Lorsque la température augmente, cette vibration devient plus rapide, ce qui fait travailler les enzymes plus dur. C’est essentiellement ce qui se produit lorsque vous avez de la fièvre. Lorsque votre température corporelle augmente, vos enzymes accélèrent leur activité afin de soigner votre organisme.

Cependant, lorsque les vibrations atteignent un certain rythme, les enzymes ne parviennent plus à rester stables, et se décomposent. Cela n’est cependant pas un problème pour les suppléments, car la plupart restent viables jusqu'à une température de 48,8°C (120°F), et la température interne du corps n’atteint jamais une telle valeur. Par contre, si elles sont stockées dans de mauvaises conditions et que le supplément est exposé à une chaleur excessive, les enzymes peuvent devenir inactives.

Comme vous vous en doutez, à des températures basses, l’activité enzymatique ralentit. De nombreuses personnes conservent pour cette raison leur supplément enzymatique au réfrigérateur ou au congélateur, ce qui n’est cependant pas une bonne idée. Pourquoi ? Parce que sortir le flacon régulièrement du réfrigérateur ou du congélateur risque d'y introduire de l’humidité.

L’idéal est de conserver votre supplément enzymatique dans un endroit relativement frais et sec, comme un cellier ou un placard de cuisine. Conservé dans de bonnes conditions, un supplément enzymatique conservera toute ses qualités jusqu’à un an.

L'autre facteur qui affecte l'activité enzymatique est le pH du corps (acidité vs alcalinité), qui évolue tout au long de l'appareil digestif. De ce fait, certaines enzymes seront plus actives ou efficaces dans certaines parties du système digestif, et moins actives dans d'autres.

C’est pourquoi les suppléments de bonne qualité contiennent des enzymes aux tolérances de pH variées, ce qui leur permet d'être efficaces tout le long du tractus gastro-intestinal.

Pourquoi opter pour une supplémentation enzymatique ?

Comme nous l'avons indiqué, votre corps produit naturellement des enzymes. Pourquoi donc pourriez-vous avoir besoin d'une supplémentation enzymatique ? S'il est vrai que votre corps produit des enzymes en permanence, certains facteurs peuvent limiter cette capacité :

  • Le vieillissement — Le ralentissement de l’activité enzymatique fait partie du processus de vieillissement.
  • Les gènes — C’est votre séquence ADN qui indique à vos cellules quels enzymes elles doivent produire, et en quelles quantités, toute anomalie génétique peut donc influer sur la capacité de votre organisme à produire certaines enzymes. L'intolérance au lactose en est un exemple : la capacité de l’organisme à hydrolyser ou décomposer le lactose, c’est-à-dire le sucre présent dans le lait, est restreinte en raison d'un manque de lactase, l’enzyme qui décompose le lactose.
  • L’hygiène de vie — Certains choix d'hygiène de vie influent sur les capacités des enzymes : c’est le cas de votre type d'alimentation (aliments entiers ou malbouffe, ou encore alimentation vegan ou carnivore), des quantités d'aliments que vous consommez (trop ou trop peu), et du fait que vous pratiquiez ou non le jeûne, ou encore que vous soyez fumeur ou non.

Si le vieillissement est inévitable, et que la génétique ne peut pas être modifiée, vous avez néanmoins une importante capacité d'influence sur vos enzymes, par le biais de vos choix d'hygiène de vie. Plus vous avez une hygiène de vie saine, plus votre activité enzymatique le sera, même sans avoir recours à une supplémentation.

Consommer par exemple des aliments frais, crus et/ou fermentés en quantités, fournira de bonnes enzymes à votre organisme. Les graines germées sont une source particulièrement riche d’enzymes vivantes.

Il a également été démontré que la pratique du jeûne favorise la conservation des enzymes. Lorsque vous cessez de manger, vous ne produisez plus d’enzymes digestives, ce qui permet d'accélérer la fabrication et l’activité des enzymes métaboliques. Un supplément enzymatique peut cependant être utile pour contrer les effets de la génétique, du vieillissement, ou d'une hygiène de vie qui n’est pas optimale.

Comment les enzymes digestives influent sur la digestion

Lorsque vous ingérez un aliment, il commence par entrer dans la partie supérieure de votre estomac. Là, les enzymes présentes dans l'aliment lui-même commencent à s’activer, contribuant à le décomposer. Comme vous vous en doutez, plus l’aliment peut être décomposé dans cette première partie de votre tractus gastro-intestinal, plus la suite du processus digestif s’en trouve simplifiée.

Le pH dans cette partie supérieure de l’estomac varie généralement de 4 à 6, c’est-à-dire qu’il est légèrement acide. Lorsque les aliments pénètrent dans l’estomac, les pompes à proton qui tapissent la partie pylorique (inférieure) de l’estomac commencent à pomper de l’acide chlorhydrique, proportionnellement à la quantité d'aliments que vous avez ingérée. Plus vous mangez, plus ils envoient d'acide chlorhydrique pour aider à décomposer et à liquéfier les aliments.

Il est important de souligner que l’acide chlorhydrique ne vous aide pas à digérer les aliments. Il active la pepsine, une enzyme protéolytique qui aide à digérer les protéines. Dans la partie inférieure de l’estomac, le pH varie entre 2 et 4.

Lorsque les aliments sont liquéfiés, ils s'écoulent progressivement vers le duodénum, la partie supérieure de l’intestin grêle, ce qui pousse le pancréas à secréter des bicarbonates alcalins, qui neutralisent l’acidité. Le pH de l’intestin grêle se situe généralement entre 8 et 9.

Des enzymes pancréatiques sont également libérées, qui poursuivent la décomposition des aliments en composants encore plus petits. En résumé, la digestion peut se produire dans trois zones différentes : la partie supérieure de l’estomac, la partie inférieure de l’estomac, et l’intestin grêle, et de vos choix alimentaires dépend où et comment se déroule la digestion.

Les suppléments enzymatiques influent également sur la digestion dans ces différentes parties, et ils contribuent à optimiser l'assimilation et l’élimination des aliments que vous consommez. Comme je l’ai indiqué, pour en tirer le meilleur parti, vous devez choisir un supplément capable d'agir dans de nombreuses conditions de pH, car le pH de votre estomac et de votre intestin grêle varie de 2, pour la partie acide, à 9, pour la partie alcaline.

Généralement, il est utile de prendre un mélange d’enzymes, car il n’existe aucune enzyme capable d'assurer à elle seule toutes les fonctions tout au long du tractus digestif. Ainsi qu’il est souligné dans l’exposé en référence, « Plus le mélange est varié, meilleure sera la décomposition du substrat » en acides aminés individuels, di et tri-peptides.

Résumé de ce qu’il faut rechercher dans un supplément enzymatique

En résumé, voici les facteurs auxquels il faut être attentif lorsque vous achetez un supplément enzymatique :

  • Choisissez des mélanges d’enzymes plutôt que des enzymes uniques
  • Choisissez des enzymes capables d'agir à des taux de pH variés
  • Favorisez les valeurs FCC plutôt que le poids, qui garantissent leur efficacité (une valeur élevée d'unités FCC indique une activité enzymatique plus importante)

Les contre-indications associées aux enzymes protéolytiques

Bien que les enzymes protéolytiques soient bien tolérées et puissent être utilisées sur le long terme par la plupart des individus sans présenter de danger, il existe quelques exceptions. Si vous vous trouvez dans l’un quelconque des cas suivants, vous ne devez pas prendre d’enzymes protéolytiques :

Vous prenez un anticoagulant tel que Coumadine, Héparine ou Plavix

Vous devez subir une intervention chirurgicale dans les deux semaines (car elles risquent d'augmenter les saignements au cours de l’intervention)

Vous souffrez d'un ulcère à l’estomac

Vous êtes enceinte ou allaitez votre enfant

Vous êtes sous traitement antibiotique

Vous êtes allergique à l'ananas ou à la papaye

Si vous prenez habituellement des anti-inflammatoires non stéroïdiens pour soulager des douleurs, et souhaitez prendre, en plus, des enzymes systémiques, veillez à les prendre au moins à une heure d'intervalle.

Les enzymes systémiques sont préférables aux antalgiques à bien des égards, car elles réduisent efficacement l’inflammation et renforcent la capacité innée de guérison du corps, tandis que les médicaments antalgiques ne font que masquer les symptômes, et augmentent votre risque de dépendance et de décès.