Le thé : avec ou sans plastique ?

sachets de thé

En bref -

  • Dans une analyse récente des sachets de thé, des chercheurs ont découvert que ceux scellés dans du plastique libèrent des milliards de particules de plastique avec chaque tasse infusée. Le plastique a provoqué un comportement anormal chez des organismes aquatiques
  • Le thé est une boisson ancienne, reconnue pour son impact positif sur la santé et son rôle important dans les cultures du monde entier. Tandis que le thé vendu dans des sachets de thé en plastique augmente votre charge toxique, les sachets de thé en papier ne sont pas plus sûrs car ils sont infusés avec un cancérigène connu
  • Une étude a révélé que les humains excrètent des microparticules de plastique dans les selles et celles-ci ne sont pas éliminées lors du traitement dans les stations d’épuration, donnant ainsi une toute nouvelle signification au recyclage
  • Boire du thé procure des avantages importants pour la santé. Il serait donc sage de garder cette habitude, tout en remplaçant les sachets de thé par du thé en feuilles. Le thé peut contribuer à développer de meilleures connexions cérébrales et à améliorer la santé cardiovasculaire. On pense qu’il réduit également les plaques bêta-amyloïdes présentes dans la maladie d’Alzheimer et le développement des plaques athérosclérotiques
Taille du texte:

Dr. Mercola

Le thé est important dans de nombreuses cultures à travers le monde et il a été reconnu pendant des siècles comme ayant des impacts importants et positifs sur la santé. C'est l’une des boissons les plus populaires au monde, juste derrière l’eau.

Il existe plusieurs herbes et plantes faciles à cultiver qui peuvent être utilisées pour préparer du thé chez soi. Toutefois, la plupart des consommateurs choisissent un sachet de thé pour préparer leur boisson du matin ou de l’après-midi.

Il y a de fortes chances que vous n’ayez jamais réfléchi au sujet du sachet de thé. En effet, certains sachets sont fabriqués avec une multitude de plastiques. Les chercheurs ont découvert que du plastique s’échappe du sachet pendant qu’il est infusé. Que le sachet soit infusé ou scellé avec du plastique, l’exposition à la chaleur peut libérer des microparticules dans votre thé.

En prenant conscience de la façon dont le plastique pénètre dans l’eau et les aliments, vous pouvez être amené à vous interroger sur la quantité que vous consommez. Les particules de plastiques existent à une taille microscopique ou sous forme de nanoparticules, certaines étant trop petites pour être vues à l’œil nu.

L’une des clés pour comprendre la taille des particules de plastique est leur nature dynamique. En effet, leur taille et leur forme peuvent changer au fil du temps ou selon la contrainte environnementale. La taille des microplastiques correspond à une large plage, définie comme étant comprise entre 5 mm et 0,1 micromètre (µm), tandis que les nanoparticules sont aussi petites que 0,001 µm.

Pour apprécier la taille de ces particules de plastique, notez que 5 mm correspondent à peu près à la taille de cinq grains de sel. Un cheveu mesure environ 100 µm et le plus petit microplastique représente 1/10 de la taille d’une seule bactérie.

Quelle quantité de plastique aimeriez-vous avec votre thé ?

Une tasse de thé chaud et apaisant peut-être exactement ce dont votre corps a besoin pour stimuler ses composés phytochimiques et d’autres nutriments. Mais saviez-vous que vous buvez également 11,6 milliards de microparticules et 3,1 milliards de nanoparticules de plastique avec chaque tasse de thé ? Des chercheurs de l’Université McGill ont récemment publié les résultats d’une étude dans laquelle ils ont analysé la pollution plastique libérée par les sachets de thé.

Ils se sont demandé si les sachets de thé en plastique libéraient des microparticules ou des nanoparticules de plastique après avoir été immergés dans de l’eau chaude pendant le processus d’infusion. Ils ont utilisé quatre produits commerciaux emballés dans des sachets en plastique. Les feuilles de thé ont été retirées pour garantir qu’aucune particule de plastique présente dans le thé ne contamine l’analyse des sachets.

Les sachets vides ont ensuite été placés dans de l’eau chaude pour simuler le processus d’infusion. L’eau a été examinée à l’aide d’un microscope électronique, grâce auquel l’équipe a découvert qu’un seul sachet libérait des milliards de particules. Les chercheurs rapportent que cette contamination est à des niveaux des milliers de fois supérieurs à ceux signalés pour d’autres aliments et boissons.

En plus d’analyser la quantité de plastique libérée, l’équipe a également cherché à déterminer l’effet que les particules pouvaient avoir sur les petits organismes aquatiques.

Avec des puces d’eau, qui sont couramment utilisées pour modéliser les organismes dans les études environnementales, les chercheurs ont découvert que, lorsqu’elles étaient traitées avec les microparticules et les nanoparticules des sachets de thé, les organismes survivaient mais qu’ils démontraient des anomalies anatomiques et comportementales.

Papier ou plastique ?

Les chercheurs ont reconnu que les effets sur l’homme de la consommation de milliards de particules de plastique restent inconnus et ils appellent à des études plus approfondies dans ce domaine. Toutefois, l’utilisation de sachets de thé en papier est tout aussi dangereuse. La plupart des sachets de thé et même les filtres à café sont traités à l’épichlorohydrine pour réduire les risques de déchirure du produit pendant l’utilisation.

L’épichlorohydrine est un solvant industriel et un cancérogène connu. Ce produit chimique est pulvérisé sur certains sachets de thé. En plus de la toxicité associée au produit chimique d’origine ajouté aux sachets de thé pour réduire les déchirures, l’Agence de protection de l’environnement (EPA) de Californie note qu’il se dégrade dans l’eau et peut contenir une certaine impureté également connue pour provoquer le cancer.

Si vous préparez votre thé ou votre café avec de l’eau en bouteille dans l’espoir d’éviter les contaminants couramment présents dans l’eau du robinet, il est important de noter que la majorité des eaux en bouteille contiennent des microplastiques, ce qui ajoute au fardeau toxique de vos sachets de thé.

L’eau en bouteille est souvent issue des approvisionnements municipaux, de puits ou de sources qui ne sont pas réglementés pour les substances polyfluorées (PFAS) par l’EPA. La FDA place la responsabilité des tests sur le fabricant sans aucune surveillance d’un organisme fédéral.

Vous pouvez consommer une carte de crédit en plastique chaque semaine

Dans une analyse du World Wildlife Fund (WWF) réalisée par l’Université de Newcastle en Australie, les scientifiques ont constaté qu’en moyenne, les consommateurs absorbent environ 5 grammes de plastique chaque semaine dans leur alimentation et leur eau.

Les chercheurs ont analysé 52 études qui ont porté sur une liste d’aliments et de boissons courants. Ils ont découvert qu’une personne peut ingérer en moyenne jusqu’à 1 769 particules de plastique par semaine dans sa consommation d’eau. Le WWF rapporte qu’un tiers des déchets plastiques se retrouvent dans l’environnement, la plupart étant le résultat de déchets mal gérés.

Alors que le plastique était initialement annoncé comme réutilisable, la moitié du nouveau plastique produit au cours des 76 dernières années a été fabriqué au cours des 16 dernières années. Comme indiqué dans le rapport, la plus importante source de microparticules de plastique ingérées est l’eau potable. Les autres aliments et boissons à forte concentration comprennent les crustacés, le sel et la bière.

Lorsque vous ajoutez les microparticules ingérées à vos sachets de thé, la quantité se démultiplie rapidement. Une personne moyenne consomme suffisamment de plastique chaque semaine (seulement avec l’eau) pour fabriquer une carte de crédit. Si vous tenez compte dans l’équation de la quantité de plastique contenue dans les sachets de thé, l’impact sur votre santé pourrait bientôt se faire sentir.

Le recyclage prend une toute nouvelle signification

Une étude évaluant les particules de plastique dans les selles humaines de l’Université médicale de Vienne a été présentée lors de la conférence annuelle United European Gastroenterology en octobre 2018. Comme indiqué dans Salon Magazine :

« Huit personnes issues de Finlande, d’Italie, du Japon, des Pays-Bas, de Pologne, de Russie, du Royaume-Uni et d’Autriche ont participé à l’étude.

Chaque personne a tenu un journal alimentaire la semaine avant l’échantillonnage des selles, ce qui a montré aux chercheurs que tous les participants étaient exposés à des aliments emballés dans du plastique ou qu’ils consommaient de l’eau dans des bouteilles en plastique. Six des huit personnes ont également consommé du poisson de mer et aucune d’elles n’était végétarienne. »

Les selles de chaque participant ont été testées pour 10 types de plastiques différents, dont neuf ont été trouvés. L’impact du plastique sur vos intestins n’a pas encore été établi.

Le chercheur principal, le Dr Philipp Schwabl de l’Université de médecine de Vienne, a trouvé les résultats surprenants et il pense que les premières indications sont « que les microplastiques peuvent endommager le tractus gastro-intestinal en favorisant des réactions inflammatoires ou en absorbant des substances nocives ».

Comme les déchets humains sont jetés dans les toilettes et traités dans les stations d’épurations, le processus de traitement des eaux usées peut s’avérer inefficace selon les résultats d’une étude. Des chercheurs du Royaume-Uni ont évalué l’approvisionnement en eau de six rivières du nord de l’Angleterre. Leurs données ont montré un nombre plus élevé de microplastiques dans les eaux réceptrices situées en aval des stations d’épuration.

Les chercheurs pensent que cela confirme que les eaux usées traitées sont une source importante de microplastiques. En suivant ces microplastiques encore plus en aval, il est probable qu’ils se retrouvent dans l’environnement et pourraient un jour faire partie de l’approvisionnement municipal en eau.

Profitez des bienfaits du thé en feuilles

Boire du thé procure un nombre important de bienfaits pour la santé. Il serait donc sage de préserver cette habitude, tout en substituant le thé en feuilles aux sachets de thé.

Comme je l’ai expliqué dans un article précédent, boire du thé peut vous aider à développer de meilleures connexions cérébrales, à améliorer votre santé cardiovasculaire, à réduire les plaques bêta-amyloïdes présentes dans le développement de la maladie d’Alzheimer et à réduire le développement des plaques d’athérosclérose.

Bien que l’infusion du thé en feuilles puisse nécessiter une ou deux étapes supplémentaires, le processus est une forme d’art simple. Voici quelques conseils simples pour préparer la tasse de thé « parfaite » :

Instructions

1. Portez l’eau à ébullition dans une théière (évitez d’utiliser une casserole antiadhésive, car elles peuvent également libérer des produits chimiques nocifs lorsqu’elles sont chauffées).

2. Préchauffez votre théière pour éviter que l’eau refroidisse rapidement. Ajoutez une petite quantité d’eau bouillante dans une théière ou une tasse à thé dans laquelle vous allez infuser le thé. La céramique et la porcelaine conservent bien la chaleur. Couvrez la théière ou la tasse avec un couvercle. Ajoutez un couvre-théière si vous en avez un ou drapez-la avec une serviette. Laissez reposer jusqu’à la température adéquate, puis versez l’eau chaude.

3. Placez le thé dans un infuseur ou une passoire ou ajoutez le thé en feuilles dans la théière. L’infusion sans infuseur ni passoire produira un thé plus savoureux. Commencez avec 1 cuillère à café bombée par tasse de thé. La robustesse de la saveur peut être ajustée en utilisant plus ou moins de thé.

4. Ajoutez de l’eau bouillante. Utilisez le volume approprié en fonction de la quantité de thé que vous avez ajoutée (pour 4 cuillères à café de thé, ajoutez 4 tasses d’eau). La température idéale de l’eau varie en fonction du type de thé à infuser :

Thés blancs et verts (feuilles entières) — bien en dessous de l’ébullition (170 à 185°F ou 76 à 85°C). Une fois que l’eau a été portée à ébullition, retirer du feu et laisser refroidir l’eau pendant environ 30 secondes pour le thé blanc et 60 secondes pour le thé vert avant de la verser sur les feuilles.

Thés oolongs (feuilles entières) — 185 à 210°F ou 85 à 98°C.

Thés noirs (feuilles entières) — à l’ébullition (212°F ou 100°C).

5. Couvrez la théière avec un couvre-théière ou une serviette et laissez infuser en suivant les instructions sur l’emballage. En l’absence de consignes, voici quelques conseils généraux. Goûtez fréquemment car vous souhaitez qu’il soit savoureux, mais pas amer :

Thés oolongs — quatre à sept minutes.

Thés noirs — trois à cinq minutes.

Thés verts deux à trois minutes.

6. Une fois la saveur désirée obtenue, retirez la passoire ou l’infuseur. Si vous utilisez des feuilles en vrac, versez le thé à travers une passoire dans votre tasse et tout le reste dans un autre récipient (couvrez avec un couvre-théière pour conserver la chaleur).