Le régime cétogène s'avère souvent plus efficace que les médicaments pour traiter l’épilepsie

une petite fille réconfortée par sa mère

En bref -

  • Le film ‘First Do No Harm’ (‘Au risque de te perdre’, en version française), réalisé par Jim Abrahams, est tiré d’une histoire vraie et raconte la guérison d'un garçon atteint d'une forme sévère d’épilepsie grâce au régime cétogène
  • Les enfants qui souffrent d'épilepsie cessent souvent de faire des crises épileptiques, même après avoir arrêté leur régime cétogène, et nombre d’entre eux peuvent, à terme, reprendre une alimentation normale
  • Il a été démontré que le régime cétogène est également efficace dans le traitement de la SLA, de l’autisme, du cancer, de la maladie de Parkinson et du diabète de type 2, mais il n’est pas nécessaire d’être gravement malade pour en tirer des bienfaits
Taille du texte:

Dr. Mercola

Cette année marque le 20ème anniversaire du film « First Do No Harm » (« Au risque de te perdre »), réalisé par l'auteur et réalisateur Jim Abrahams. Tiré d'une histoire vraie, le film raconte la guérison d'un garçon atteint d'une forme sévère d'épilepsie, grâce au régime cétogène.

Dans ce film, avant la découverte du régime par ses parents, Robbie, leur fils cadet, avait suivi plusieurs traitements médicamenteux, dont certains avaient entrainé constipation, fièvre, éruptions cutanées et autres effets secondaires, et qui lui avaient même fait frôler la mort plus d'une fois.

Certains passages du scénario font référence à l'expérience de Jim Abraham lui-même avec son petit garçon Charlie, qui fait une brève apparition à l'écran dans le rôle d'un petit camarade d'hôpital de Robbie.

Charlie a été diagnostiqué épileptique alors qu'il n'avait que 11 mois.

Tout comme la mère dans le film, incarnée par Meryl Streep, après avoir vu son fils souffrir de plusieurs crises épileptiques par jour, et des accidents et blessures qui les accompagnaient, et prendre une multitude de médicaments, Jim Abrahams a découvert le régime cétogène en effectuant ses propres recherches.

Tout comme le petit garçon dans le film, Charlie a cessé de faire des crises épileptiques et a cessé tout traitement médicamenteux dans le mois qui a suivi la mise en place du régime.

Charlie a suivi le régime cétogène pendant cinq ans, après quoi il a repris une alimentation classique, sans jamais refaire de crise.

« Au risque de te perdre » vous fera ressentir la violence et le désespoir qui accompagnent souvent les maladies graves. Vous aurez également un aperçu des contraintes émotionnelles et financières que doivent subir les familles qui font face à un grave problème de santé.

Par ailleurs, le film met parfaitement en lumière le mal qui est couramment infligé par les médecins et les laboratoires pharmaceutiques au travers de ce qui peut sembler être des conjectures et processus essai-erreur liés au traitement des maladies complexes.

Si vous n'êtes pas encore convaincu de l'intérêt d'aller voir au-delà de la médecine conventionnelle, « Au risque de te perdre » vous rappellera que ce qu'on appelle les « approches alternatives », telles que le régime cétogène, donnent toute sa valeur au simple bon sens, pour ce qui est d'optimiser votre santé.

Pourquoi les médicaments sont-ils souvent la première option envisagée pour traiter l'épilepsie ?

Comme vous le savez peut-être, l'épilepsie est un trouble neurologique caractérisé par des décharges électriques anormales dans le cerveau, qui déclenchent les crises épileptiques.

Ces épisodes brefs et soudains peuvent être intenses, et sont généralement marqués par une altération ou une diminution de l'état de conscience, des convulsions et des mouvements involontaires.

L'Epilepsy Foundation indique que l'épilepsie est la quatrième maladie neurologique la plus courante, estimant que 65 millions de personnes en souffrent dans le monde.

D'après la clinique Mayo, les médicaments sont les premières méthodes de traitement, et les plus couramment utilisées pour traiter l'épilepsie.

Malheureusement, trouver un médicament efficace prend du temps et nécessite plusieurs essais, et ces médicaments s'accompagnent souvent d'effets secondaires désagréables qui font parfois plus de mal que de bien.

Ces effets secondaires vont des moins graves - fatigue, éruptions cutanées et prise de poids, aux plus sévères - dépression, inflammation des organes vitaux tels que le foie, et comportements suicidaires.

Dans le film, après avoir appris qu'une petite fille hospitalisée dans le même service que son fils Robbie était décédée, sans doute des suites du traitement contre l'épilepsie qui lui avait été administré, dont une opération du cerveau, le personnage incarné par Meryl Streep se met en colère.

Elle déclare en criant, au médecin de son fils et à deux autres employés de l'hôpital que :

Si les médicaments sont inefficaces, comme c'est le cas pour son fils Robbie, il existe d'autres méthodes de traitement possible pour les personnes atteintes d'épilepsie :

  • La chirurgie — si les crises épileptiques émanent d'une petite partie bien définie de votre cerveau, qui n'interfère avec aucune autre fonction vitale, telle que l'audition, les fonctions motrices ou le langage, il est possible de pratiquer l'ablation chirurgicale de la partie soupçonnée d'être à l'origine des crises
  • La stimulation du nerf vague — un générateur d'impulsions implanté, similaire à un pacemaker, stimule votre nerf vague, ce qui stabilise l'activité électrique anormale dans votre cerveau ; il a été démontré que ce traitement réduit le nombre de crises de 20 à 40 %
  • Le régime cétogène — un régime riche en bonnes graisses et pauvre en glucides qui, pour les épileptiques, fait l'objet d'une surveillance stricte et d'un contrôle médical. Il fonctionne pour certains épileptiques, mais pas pour tous

Lorsque les traitements conventionnels échouent, apparaissent souvent des alternatives porteuses d'espoir

Alors que Meryl Streep projetait de retirer Robbie de l'hôpital dans lequel il avait été traité pendant des mois sans résultats, avec des médicaments toxiques qui altérait sa qualité de vie, le médecin du petit garçon envisageait de recommander une opération du cerveau.

Désespérée, Meryl Streep écumait des revues médicales et d'autres publications depuis des semaines, lorsqu'elle tomba sur un livre écrit par Samuel Livingston, publié en 1972 : « L'approche globale de l'épilepsie chez les bébés, les enfants et les adolescents ».

Le médecin, qui n'est clairement pas un adepte des interventions diététiques, réagit de façon sarcastique à ses découvertes.

Ne se laissant pas influencer par la réponse du médecin, Mery Streep est encore plus déterminée à se rendre à l'hôpital Johns Hopkins, afin que son fils soit évalué comme candidat au traitement basé sur le régime cétogène. En l'espace de quelques jours, Robbie commence le régime et est sevré de ses médicaments.

Rapidement, ses crises s'espacent puis cessent totalement. Ses parents sont stupéfaits de sa guérison. Meryl Streep découvre que le diététicien qui suit Robbie et lui explique ce nouveau mode d'alimentation, traite des patients de l'hôpital Johns Hopkins avec le régime cétogène depuis plus de 40 ans.

Le régime cétogène et le jeûne intermittent : une puissante combinaison

Adopter un régime cétogène implique de minimiser sa consommation de glucides en les remplaçant par de bonnes graisses, et par une juste quantité de protéines d'excellente qualité.

Je recommande à tous le régime cétogène cyclique ou ciblé, au cours desquels vous augmentez votre consommation de glucides et de protéines les deux ou trois jours par semaine au cours desquels vous pratiquez la musculation, dès lors que vous êtes capable de brûler les graisses comme source de carburant.

Je pense que ces régimes sont sains pour la plupart des individus, qu'ils souffrent ou non d'un problème de santé chronique.

En effet, le régime cétogène vous aidera à optimiser votre santé en vous permettant de brûler les graisses, au lieu des glucides, comme principale source de carburant.

Vous en saurez plus sur cette approche qui permet d'améliorer la fonction mitochondriale en lisant mon dernier livre, « La Santé par le Gras ».

L'une des conséquences les plus courantes, du fait d'être un « brûleur de sucre », est que l'on finit par développer une résistance à l'insuline et à la leptine, qui sont à l'origine de la plupart des maladies chroniques.

Gardez à l'esprit qu'adopter un régime cétogène en l'associant au jeûne intermittent peut améliorer davantage encore vos résultats.

Le jeûne intermittent est l'une des méthodes les plus efficaces que je connaisse pour faire basculer votre organisme du brûlage des sucres au brûlage des graisses comme principale source de carburant.

Faire passer le message à propos du régime cétogène pour les enfants atteints d'épilepsie

Après avoir découvert le régime cétogène et avoir constaté à quel point il avait transformé la vie de leur fils, Jim Abrahams et sa femme ont en 1994 fondé la Charlie Foundation to Help Cure Pediatric Epilepsy (« Fondation Charlie pour aider à guérir l'épilepsie pédiatrique »).

Lorsque l'organisation étendit sa mission en tentant d'appliquer le régime à des maladies telles que la SLA, l'autisme, le cancer, la maladie de Parkinson et le diabète de type 2, elle fût rebaptisée la Fondation Charlie pour les thérapies cétogènes.

Depuis sa création, la fondation a confirmé :

  • La valeur du régime cétogène des milliers de fois de façon anecdotique, mais également grâce à une étude randomisée contrôlée,8 dans le traitement de l'épilepsie
  • La diminution des crises épileptiques incontrôlées chez les enfants et les adultes, nombre d'entre eux parvenant à terme à se passer de médicaments et cessant de faire des crises, et étant en mesure de reprendre une alimentation normale
  • Le développement de versions moins restrictives du régime cétogène, qui puissent être appliquées à une plus large portion de la population épileptique globale
  • L'adoption par plus de 200 hôpitaux dans le monde de programmes basés sur le régime cétogène, ainsi que l'obligation pour tous les centres américains de traitement des cas d'épilepsie avancée, de proposer une thérapie basée sur cette diète
  • La création de nouvelles applications du régime cétogène pour traiter la SLA, l'autisme, le cancer, la maladie de Parkinson et le diabète de type 2

Le régime cétogène est également efficace pour les épileptiques adultes

Si le traitement par la diète cétogène a permis d'obtenir de bons résultats chez les enfants épileptiques, peu d'études ont été menées sur les adultes. Une recherche de 2014 publiée dans le magazine Neurology a analysé deux types de régime utilisés pour traiter les adultes souffrant d'épilepsie :

  • Le régime cétogène, appliquant un ratio graisses/glucides/protéines de 3/1/1 ou de 4/1/1, 87 à 90 % des calories provenant de matières grasses
  • Le régime Atkins modifié, appliquant un ratio graisses/glucides/protéines de 1/1/1, environ 50 % des calories provenant de matières grasses

Globalement, les résultats apportés par les deux régimes ont été très similaires : 32 % des patients ayant suivi le régime cétogène, et 29 % de ceux ayant suivi le régime Atkins modifié, ont vu leurs crises réduites d'environ 50 %.

Un petit sous-groupe de patients - 9 % de ceux ayant suivi le régime cétogène et 5 % de ceux ayant suivi le régime Atkins modifié - ont vu leurs crises réduites de plus de 90 %.

Comment démarrer un régime cétogène

Comme vous allez le constater ci-dessous, le régime cétogène recommandé pour les épileptiques est proche de ce qui pourrait être considéré comme une façon idéale de se nourrir pour la plupart des individus.

Je pense d'ailleurs que le régime cétogène cyclique peut être très bénéfique pour la vaste majorité des individus, qu'il soit adopté seul ou en combinaison avec le jeûne intermittent.

La principale différence entre une personne souffrant d'une maladie chronique, telle que l'épilepsie ou le cancer, et les personnes pour lesquelles aucune maladie chronique n'a été diagnostiquée, c'est l'assiduité avec laquelle elles doivent suivre le régime, et la durée pendant laquelle elles doivent le suivre.

Je pense que les recommandations suivantes, en termes d'alimentation, vous seront bénéfiques - en particulier si vous essayez de perdre du poids. Commencez par :

  1. Éviter les aliments transformés, les céréales, et ne dépassez pas 15 grammes par jour de sucre raffiné et de fructose transformé
  2. Consommer des aliments entiers, idéalement bio, et réduisez au minimum, ou éliminez si possible tous les aliments transformés de votre alimentation
  3. Remplacer les glucides provenant de céréales par de grandes quantités de légumes bio, augmentez votre consommation de bonnes matières grasses et consommez des protéines de bonne qualité en quantités faibles à modérées ; je reviens ci-dessous plus en détail sur le sujet des protéines
  4. Consommer environ 50 à 85 % de vos calories sous forme de matières grasses saines de bonne qualité - des graisses saturées et monoinsaturées de sources animales et sous forme d'huiles tropicales - notamment :

Des acides gras oméga-3 d'origine animale, sous forme d'huile de krill et de petits poissons gras tels que des anchois et des sardines, par exemple

Des avocats

Du beurre élaboré à partir de lait cru bio de vaches nourries à l'herbe

Du beurre de cacao (cru)

Des noix de coco et de l'huile de noix de coco

Des produits laitiers (crus, à base de lait de vaches nourries à l'herbe)

Du ghee, que l'on appelle également du beurre clarifié

Du saindoux et/ou du suif

De la viande (bio, nourrie à l'herbe)

Des noix (crues), tels que des noix de macadamia et de pécan

Des olives et de l'huile d'olive

Des jaunes d'œufs biologiques

Des graines telles que des graines de sésame noir, du cumin, des graines de chanvre et de citrouille

Des huiles de noix bio de pression à froid

Du saumon sauvage d'Alaska

Consommez-vous trop de protéines ?

La raison pour laquelle vous devez limiter votre consommation de protéines repose sur un principe important.

Lorsque vous consommez trop de protéines, vous activez votre voie mTOR (cible de la rapamycine chez les mammifères), ce qui peut vous aider à développer vos muscles, mais peut également augmenter vos risques de développer un cancer.

Des recherches suggèrent également que le gène mTOR est un régulateur important dans le processus de vieillissement. La suppression de ce gène semble être associée à la prolongation de l'espérance de vie.

Deux autres éléments à prendre en considération dans le traitement de l'épilepsie

Bien qu'elle ne fonctionne pas nécessairement pour tout le monde, je soutiens pleinement la méthode de la cétose cyclique ou ciblée comme traitement de première ligne de l'épilepsie et de la plupart des autres maladies chroniques.

Elle est particulièrement bénéfique si vous recherchez une alternative sans médicaments, ou que les médicaments vous ont fait davantage de mal que de bien dans la gestion de vos crises. Ceci étant dit, je souhaite évoquer deux autres éléments qui sont susceptibles de vous aider à gérer vos crises épileptiques :

L'huile de cannabis — les enfants atteints d'épilepsie sont souvent rapidement soulagés par l'huile de cannabis, bien que les résultats soient variables, et qu'ils n'y répondent pas tous immédiatement positivement.

Le Dr. Margaret Gedde, propriétaire et fondatrice de la clinique Gedde Whole Health, dans le Colorado, qui propose des services médicaux basés sur l'utilisation du cannabis thérapeutique, indique qu'environ 25 % des enfants épileptiques voient leur nombre de crises épileptique diminuer radicalement dans les quelques jours ou semaines qui suivent la prise d'huile de cannabis.

La vitamine D — le fait de souffrir de fréquentes crises épileptiques pouvant interférer avec leur capacité à passer du temps en plein air et à s'exposer au soleil, les épileptiques risquent d'être carencés en vitamine D.

Certains médicaments contre l'épilepsie interfèrent également avec son métabolisme, entrainant également des carences.

Nous méritons tous des traitements médicaux personnalisés et de haute qualité. Quel que soit le diagnostic ou le conseil médical que vous avez reçu, je pense que vous pouvez améliorer votre santé dès aujourd'hui en modifiant simplement vos habitudes alimentaires.