Les fils dentaires sont-ils dangereux?

personne utilisant un fil dentaire

En bref -

  • L'utilisation d'un fil dentaire, qui réduit vos risques de maladies parodontales, peut vous exposer à des poly- et perfluoralkyles (PFAS), des substances chimiques toxiques utilisées pour faciliter le passage du fil entre vos dents
  • Les PFAS sont un groupe de produits chimiques anthropiques persistants, que l’on trouve dans les emballages alimentaires, les produits ménagers et les cosmétiques, et qui sont associés, entre autres, à certains cancers, à des maladies de la thyroïde et à la rectocolite hémorragique
  • La lutte contre les PFAS a donné lieu à la condamnation d'une entreprise de fabrication, à un sommet de l’EPA (Agence américaine pour la protection de l’environnement) sur les PFAS, au cours duquel des représentants de la presse ont été jetés dehors, et à une tentative, de la part de l’administration Trump, de supprimer des données qui, d'après elle, risquaient de provoquer un « cauchemar médiatique ».
  • Pour réduire votre exposition à ces substances chimiques toxiques, utilisez un fil dentaire enduit de cire, et non de produits chimiques, buvez de l’eau pure, débarrassez-vous de vos casseroles antiadhésives et évitez les fast foods
Taille du texte:

Peu de gens réalisent malheureusement l’influence que la santé bucco-dentaire peut avoir sur la sangé globale. L’équilibre délicat des bactéries présentes dans votre bouche est sans doute aussi important pour votre santé que votre microbiote intestinal.

Les maladies parodontales qui affectent les tissus mous et les os, par exemple, sont provoquées par une augmentation du nombre de porphyromonas gingivalis, des bactéries buccales anaérobies à Gram négatif, qui perturbent la réponse immunitaire.

Les caries dentaires, quant à elles, sont liées au Streptococcus mutans. La recherche a établi un lien entre les maladies parodontales et le diabète de type 2, et a montré que le fait de ne pas se brosser les dents deux fois par jour peut augmenter notre risque de démence jusqu'à 65 %.

Une bonne hygiène dentaire peut également réduire de 40 % votre risque de contracter une pneumonie. Les bains de bouche antibactériens altèrent également votre microbiote buccal.

Dans l’un de ses récents communiqués, l’ADA (American Dental Association - Association dentaire américaine) a réaffirmé l’importance de l’utilisation d'un fil dentaire pour l'hygiène bucco-dentaire et la réduction des caries et maladies gingivales, qui se développent lorsque la plaque dentaire s'accumule sur les dents et le long du rebord gingival.

D'après l’ADA, les dispositifs interdentaires, tels que le fil dentaire, sont indispensables pour prendre soin de vos dents et de vos gencives.

Les chercheurs ont cependant découvert que5 l’utilisation de fils dentaires peut également vous exposer à des substances per- et polyfluoroalkyles (PFAS), un groupe de produits chimiques anthropiques persistants, utilisés dans la fabrication d’emballages alimentaires, de produits ménagers et dans certaines industries.

L'utilisation du fil dentaire associée à un taux plus élevé de PFAS

Les résultats d’une étude conduite par l’institut Silent Spring, en collaboration avec l’institut de Santé Publique de Berkeley, en Californie, suggèrent que certaines habitudes, notamment l’utilisation de fil dentaire, pourraient contribuer à l’augmentation des taux de PFAS.

Les chercheurs pensent que cette étude est la première à démontrer l’existence d'un lien entre le fil dentaire Oral-B Glide et l’exposition aux PFAS - des substances imperméables à l’eau et à la graisse associées à de nombreux problèmes de santé.

L’étude a été publiée dans la revue ‘Journal of Exposure Science and Environmental Epidemiology’, dans un numéro spécial consacré aux PFAS.

Une précédente recherche avait démontré une augmentation de l’exposition aux PFAS directement liée à l'utilisation de produits, et à la consommation d'aliments dont les emballages contenaient ces substances. Ces substances étant persistantes dans l’environnement, vous pouvez également y être exposé via l’air intérieur et les poussières, ou via une eau potable contaminée.

Si les scientifiques savaient que le fil dentaire Oral-B Glide contenait des PFAS, Courtney Carignan, professeur adjoint de science alimentaire et de toxicologie à l’Université d’état du Michigan, qui n'a pas pris part à l’étude, indique que cette découverte suggère que cela pourrait avoir plus d'importance que ce que l'on pense.

Dans une réponse au site Buzzfeed, Procter & Gamble, propriétaire des marques Oral B et Crest, a indiqué être sûr de l’innocuité de tous ses produits.

En plus des taux sanguins, les chercheurs ont analysé la composition chimique de fils dentaires, et ont découvert que six marques contenaient du fluor, un élément indiquant la présence de PFAS.

Voici les produits dont les tests se sont révélés positifs :

‘Ease Between Super Slip Dental Floss Waxed’, de la marque CVS Health

‘Mint Waxed Comfort Floss’, de la marque Safeway Signature Care

‘Deep Clean Cool Mint Floss’, de la marque Crest Glide

‘Dental Floss Mint’, marque Colgate Total

‘Pro-Health Mint’, marque Oral-B Glide

‘Pro-Health Original’, marque Glide

Un autre expert, qui n'a pas participé à l’étude non plus, a souligné que les produits dentaires contiennent parfois également du fluorure, qui contient également du fluor.

Pourtant, comme l'a précisé Katie Boronow de l’institut Silent Spring, auteur de l’étude, il n’est indiqué sur aucun des produits d'hygiène bucco-dentaire qu'ils contiennent du fluorure.

Katie Boronow a insisté sur le fait que l’objectif de l’étude était d'avoir une idée plus précise de la façon dont les PFAS sont absorbées, hormis par le biais de l’eau potable contaminée, ou de la contamination sur le lieu de travail.

De nombreux produits contiennent des substances chimiques ‘éternelles’

Jusqu’à récemment, la plupart des PFAS étaient généralement désignés sous le terme de PFC, ou composés perfluorés.

La communauté scientifique et les responsables utilisent aujourd'hui le terme de PFAS, afin d'inclure toutes les substances chimiques caractérisées par une chaine de liaison carbone-fluor, qui fait partie des plus fortes qui existent en chimie.

La stabilité des PFAS signifie qu’elles sont persistantes dans l’environnement et dans votre organisme, ce qui leur doit leur surnom familier de « substances chimiques éternelles ».

De plus, la science commence à comprendre aujourd'hui l’étendue de leurs effets potentiels sur la santé, notamment différents types de cancer, l’augmentation du cholestérol et un impact négatif sur la fonction hépatique.

Les PFAS ont récemment été responsables d'un important remue-ménage.

Au cours de la seule année passée, l’état du Minnesota a assisté à un procès intenté contre la société 3M, l’EPA a tenu un sommet sur les PFAS au cours duquel des représentants de la presse ont été jetés dehors, et l’administration Trump a tenté de supprimer des données sur les effets des PFAS sur la santé publique, pensant qu’elles allaient provoquer un « cauchemar médiatique ».

Ces types de substances chimiques industrielles sont présents dans de nombreux produits, notamment dans les mousses ignifugées, les emballages alimentaires et les cosmétiques.

Des sources qui alimentent plus de 30 villes en eau à travers tous les États-Unis, sont contaminées dans des proportions dangereuses par des PFAS, des substances aux propriétés antitaches qui ont une relation particulière avec l’eau.

Ces produits peuvent à la fois être attirés et repoussés par l’eau, ce sont donc des substances uniques qui restent intactes dans l’eau, dans l’air et dans nos organismes pendant des milliers d'années.

Ils sont sans doute utiles aux fabricants de matériel de camping, de moquettes et de casseroles antiadhésives - mais à quel prix pour notre santé.

L’eau de millions de personnes est polluée par des substances perfluoroalkyles

Dans le rapport que l'administration Trump a voulu faire disparaitre, les données indiquent une contamination généralisée aux PFOA, et il est indiqué que ces substances sont dangereuses à des niveaux au moins 7 à 10 fois plus bas que les seuils de sécurité actuels établis par l’EPA.

Le taux actuellement admis de PFOA et de PFOS dans l’eau potable, est de 70 parties par billion (ppt), mais les groupes environnementaux répètent depuis longtemps que ce seuil est encore beaucoup trop élevé.

Le rapport de l’Agence de répertorisation des maladies et des substances toxiques (ATSDR) recommande de ramener ces taux à 7 et 11 ppt pour les PFOA et les PFOS respectivement.

Une étude de l’Université de Harvard a montré que l’eau potable de 16,5 millions d’américains présente un taux détectable d'au moins une forme de PFAS, et que près de 6 millions boivent de l’eau qui contient un taux de PFAS égal ou supérieur aux seuils de sécurité actuels établis par l’EPA.

Si l’EPA baissait ses seuils de sécurité, conformément aux recommandations de l’ATSDR, cela augmenterait considérablement le nombre d'américains légalement en danger.

Les taux les plus élevés de PFAS ont été enregistrés dans des bassins versants situés à proximité de sites industriels, dans des zones militaires destinées à l’entraînement au tir, et dans des usines de traitement de l’eau, mais des puits privés contaminés ont également été répertoriés.

Les casseroles toxiques polluent les eaux depuis des dizaines d'années

On imaginait autrefois que les substances présentes sur le fil dentaire ou les casseroles antiadhésives y restaient fixées. Cependant, plusieurs études montrent aujourd'hui que ces produits chimiques se détachent et émanent de ces produits courants, contaminant votre organisme et l’environnement.

Il a été découvert que l’un des PFAS, l’acide perfluorooctanoïque (PFOA, également baptisé C8) est plus dangereux que ce que l’on pensait. La société DuPont a produit du PFOA pour fabriquer des casseroles en Teflon pendant près de 50 ans.

Pendant toute cette période, l’entreprise a défendu l’innocuité de la substance chimique, en dépit des preuves accablantes qui la démentaient.

DuPont refuse encore aujourd'hui d’être tenu responsable de quelque problème de santé que ce soit, qui résulterait d'une exposition à ce produit.

Ces batailles se livrent maintenant devant les tribunaux, DuPont devant répondre à des accusations selon lesquelles le C8 aurait provoqué de nombreux problèmes de santé.

Les batailles juridiques ont permis de dévoiler des documents internes prouvant que la société DuPont était parfaitement consciente des dangers que courraient le public et ses employés, et qu’elle continue pourtant d’utiliser le produit.

Après sept ans de recherches, dont les résultats sont détaillés dans plus de trois douzaines d'articles revus par des pairs, le groupe scientifique C8 a associé les PFOA :

  • À la rectocolite hémorragique
  • À un taux élevé de cholestérol
  • À l’hypertension gravidique
  • À des maladies de la thyroïde
  • Au cancer du rein et des testicules

Les graves risques pour la santé associés aux PFAS

La liste des risques pour la santé, associés aux PFAS, continue de s'allonger. Le rapport de l’ASTDR souligne les preuves de leurs effets nocifs sur le foie, les systèmes cardiovasculaire, endocrinien, immunitaire, reproducteur et sur le développement.

D'autres études ont révélé des effets subtils, tels qu’une augmentation du risque d'obésité chez les enfants, lorsque l’exposition a eu lieu in utero.

En mai 2015, plus de 200 scientifiques de 40 pays différents ont signé la déclaration de Madrid, qui met en garde contre les dangers des PFAS et recense les effets potentiels suivants pouvant résulter de l’exposition à ces substances :

Perturbation du métabolisme lipidique, et des systèmes immunitaire et endocrinien

Diminution des niveaux hormonaux et retard pubertaire

Réduction de la réponse immunitaire aux vaccins

Tumeurs dans divers systèmes organiques

Cancer du rein et des testicules

Effets neurocomportementaux néfastes

Toxicité et décès néonatal

Toxicité hépatique

Insuffisance hépatique

Hypothyroïdie

Taux de cholestérol élevé

Faibles poids et taille de naissance

Rectocolite hémorragique

Obésité

Prenez des mesures pour réduire votre exposition

Les agences gouvernementales étant exceptionnellement lentes pour réglementer l’usage des toxines auxquelles vous risquez d’être exposé par le biais des produits que vous achetez, c’est à vous de limiter votre exposition en faisant les bons choix en matière d'hygiène de vie.

Voici des mesures qui peuvent vous permettre de limiter au quotidien vos contacts avec des PFAS.

Soins bucco-dentaires — Vous éviterez facilement toute exposition en choisissant un fil dentaire, ou d'autres dispositifs interdentaires, fabriqués sans produits toxiques, par une entreprise digne de confiance.

Cherchez les produits à base de cires végétales vegan, qui sont plus doux et passent facilement entre les dents, ainsi que ceux qui sont exempts de fluor, et utilisent du nylon au lieu d'une soie traitée chimiquement.

Oil pulling — Adoptez la technique du ‘oil pulling’ dans vos rituels quotidiens, pour réduire vos risques de périodontite et protéger vos gencives. Pour en savoir plus sur les bienfaits du ‘oil pulling’, lisez mon article « Qu’est-ce que le Oil Pulling ? »

Eau potable — Malheureusement, les militaires ne font qu’essayer d’enrayer la contamination des eaux potables aux PFOA et PFOS, et ne fournissent pas d’eau propre aux résidents des régions touchées, à moins que leur eau ne contienne plus que le seuil de sécurité fixé par l’EPA, soit 70 ppt de PFOA et/ou de PFOS.

De plus, il existe plus de 4.000 PFAS différents, et les scientifiques commencent seulement à découvrir leurs effets perturbateurs. On ne connait pas l’étendue de la contamination, mais il y a de fortes chances que votre eau soit affectée.

C’est pour cette raison, entre autres, que je vous recommande vivement de filtrer votre eau au point d’entrée dans votre habitation, avant de l’utiliser.

Casseroles — Débarrassez-vous de toutes vos casseroles et ustensiles antiadhésifs, y compris gaufriers et grils à croque-monsieur et sandwichs. Optez plutôt pour une batterie de casserole antiadhésives en céramique, qui ne contiennent pas de dangereux PFAS, ni d'autres métaux lourds tels que fer, plomb, aluminium ou cadmium.

Emballages alimentaires — Depuis quelques années, les chercheurs et les scientifiques nous mettent en garde contre l’augmentation des expositions aux substances toxiques, et des efforts sont faits pour freiner l’utilisation de produits connus pour être dangereux pour la santé, notamment les PFAS que l’on trouve couramment dans les emballages alimentaires, des fast-foods aux pizzas, en passant par les aliments vendus dans les supermarchés.

Les cosmétiques — Certains produits cosmétiques, en particulier les ombres à paupière, les fonds de teint, les poudres, les auto-bronzants et les blush, sont plus susceptibles que d'autres de contenir des PFAS.

Un rapport de l’EWG (groupe de travail sur l’environnement) a identifié 13 PFAS différents dans près de 200 produits de 28 marques, notamment des produits de maquillage, des écrans solaires, des shampoings et des crèmes à raser. Pensez à consulter la base de données de l’EWG « Skin Deep Cosmetic » avant de faire votre prochain achat.