D’où vient la folie médiatique à propos du ‘keto crotch’ ?

Une femme qui se tient le bas-ventre au niveau de l’utérus

En bref -

  • Le « keto crotch » est une fake news, basée sur quelques anecdotes tirées de vieux forums de discussions de Reddit. Il n’existe aucun rapport médical qui indique que la cétose nutritionnelle pourrait provoquer des odeurs vaginales désagréables
  • Le sucre et les glucides nets sont les principaux facteurs qui favorisent les mycoses, vaginoses, infections urinaires et troubles du même type, et les femmes souffrant de ces affections qui optent pour une alimentation pauvre en glucides notent généralement une nette amélioration
  • Les cétones ont des propriétés similaires à celles du jeûne, qui prolonge l’espérance de vie en améliorant notamment le métabolisme du glucose, en réduisant l’inflammation, en éliminant les cellules dysfonctionnantes, et en favorisant l’autophagie et la mitophagie de vos mitochondries
  • L'acidocétose diabétique - responsable de mauvaise haleine - n'a rien à voir avec la cétose nutritionnelle que l’on atteint en adoptant un régime cétogène
Taille du texte:

Dr. Mercola

Un article du site munchies.vice.com intitulé « Votre alimentation riche en viande pourrait provoquer un ‘Keto Crotch’ », affirme que « Les médecins ont confirmé que modifier votre alimentation peut générer de nouvelles odeurs intéressantes... au niveau de l’entrejambe. » « Le ‘Keto Crotch’ pourrait être l'argument le plus fort en faveur des glucides », rapporte Emily Alford sur Jezebel.com.

« Le ‘Keto Crotch’ est l’effet secondaire gravement nauséabond du régime populaire », déclare le New York Post, et poursuit en confondant l'acidocétose diabétique - qui provoque une mauvaise haleine - avec la cétose nutritionnelle que l’on atteint en adoptant un régime cétogène (les deux n’ayant absolument rien en commun).

De nombreuses autres sources d'informations, plus ou moins populaires, diffusent soudainement ce genre de titres, avertissant le public que le régime cétogène peut provoquer des pertes nauséabondes et vous transformer ainsi en véritable paria - et affirmant que les aliments riches en sucre, tels que les jus de fruits et les céréales complètes, sont la solution à ces odeurs désagréables.

Aussi incroyable que cela puisse paraitre, une recherche en ligne du terme « keto crotch », le jour de la rédaction du présent article, a donné 2.060.000 résultats ! La question est : ‘où sont les preuves de ces absurdités ?’

La montée du ‘Keto Crotch’

D'après ce que je sais, le terme ‘keto crotch’ est apparu pour la première fois dans un forum de discussion de Reddit, en 2014, puis à nouveau en 2016, et de nombreux articles qui évoquent aujourd'hui ce problème semblent se référer à ces brèves anecdotes.

Entre temps, et jusqu’au 24 février 2019 - date à laquelle Delish.com a publié l'article de Korin Miller « Le ‘Keto Crotch’ pourrait être l’effet secondaire surprenant des régimes pauvres en glucides », republié le même jour par Yahoo Finance sous le titre plus accrocheur « ‘Keto Crotch est le p... d’effet secondaire de ce régime » - le terme « keto crotch » n’est apparu pour ainsi dire nulle part, pour autant que je sache après avoir scruté une douzaine de pages de recherches.

Korin Miller, qui semble être l'une des premières journalistes à avoir utilisé le terme accrocheur de « keto crotch », est une journaliste freelance qui a publié des articles dans de nombreux magazines santé et magazines féminin.

Elle est également consultante SEO et fondatrice de la société de SEO KeepUp Marketing9 qui aide les sites internet à optimiser leurs résultats de recherches, et rédactrice en chef du groupe StyleCaster Media, l’un des « principaux médias numériques et une plateforme technologique de la mode, de la beauté et de l’hygiène de vie. »

Au vu de ses compétences, on peut raisonnablement penser qu’elle a tout le savoir-faire nécessaire pour créer « le buzz ». Le pourquoi de cette histoire n’a cependant pas encore été élucidé.

La rumeur a commencé à se répandre dès le lendemain, et le 28 février, on lisait déjà partout des articles sur le ‘keto crotch’. Cependant, aucune étude scientifique n’est mentionnée dans ces articles, et les recherches dans la littérature médicale ne donnent rien.

D'ailleurs, l'article du 24 février de Korin Miller précise qu’il n’existe aucun rapport médical associant la cétose nutritionnelle à de quelconques odeurs nauséabondes des parties intimes.

Quels sont les experts de santé qui évoquent l’effet ‘Keto Crotch’ ?

Les articles citent par contre plusieurs professionnels de santé, dont la diététicienne et nutritionniste Lisa DeFazio (dont le commentaire est apparu dans de nombreuses émissions dans les 48 heures qui ont suivi), la gynécologue Lauren Streicher et la diététicienne Andrea Hardy.

Lisa DeFazio, interrogée par un follower de Twitter à propos des fondements de ses propos, a indiqué un lien vers une étude publiée en 2009 dans le Journal of Nutrition, qui a établi que les vaginoses bactériennes étaient plus fréquentes chez les femmes dont l’alimentation était particulièrement riche en matières grasses.

Les commentaires du Dr. Lauren Streicher, par contre, étaient bien plus neutres ; elle soulignait qu'une modification de l’alimentation altérait temporairement le pH dans la zone vaginale en général, et qu’il n’existait aucun rapport médical associant le régime cétogène à des infections ou à des troubles vaginaux responsables de mauvaises odeurs.

Voici ce qu'a publié le Huffington Post :

« La première fois que j'ai reçu un appel à ce propos, j’ai demandé s'ils avaient inventé cette histoire pour vendre un article », a déclaré en riant au HuffPost Lauren Streicher, directrice médicale du centre médical Northwestern de la médecine sexuelle et de la ménopause, et gynécologue à l’école de médecine Feinberg de la Northwestern University.

Le Dr. Streicher a déclaré que, s'il était tout à fait possible que l’alimentation ait une influence sur la santé vaginale, il n’existait aucune preuve scientifique le démontrant, et qu’il existait une myriade de causes potentielles à la formation d’odeurs. »

Le problème, s'agissant de l’étude citée par Lisa DeFazio, c’est que les femmes qui y avaient participé avaient également des apports élevés en glucides, or les glucides sont les principaux facteurs déclenchant des infections et des mycoses. D'après les auteurs de cette étude :

« L'apport énergétique moyen excédait l’apport journalier recommandé pour une femme adulte. Par ailleurs, les apports énergétiques, en matières grasses et en glucides des femmes étaient considérablement plus élevés que ceux indiqués dans le NHANES (1999-2000) pour des femmes d’âge similaire. »

En d'autres termes, ces femmes avaient une alimentation américaine standard, riche en matières grasses et en glucides, et les résultats ne peuvent donc pas être attribués à une alimentation riche en matières grasses et pauvre en glucides, telle que l’alimentation cétogène.

Sans surprise, Lisa DeFazio recommande de consommer des glucides pour perdre du poids et ne pas en reprendre, expliquant que « les régimes pauvres en glucides ne fonctionnent pas à long terme ».

Elle répond également volontiers aux demandes des médias, déclarant qu’elle est « disponible pour toute interview des magazines, journaux, stations de radio, de télévision ou sites internet » et qu’elle « vous recevra dans les meilleurs délais, même en cas de demande à la dernière minute. »

Elle met également ses talents au service de la société Taylor Talent Services, dont la spécialité est « d'aider les marques, les fabricants et les distributeurs à trouver le visage qui représentera leurs produits ».

Les experts du régime cétogène n’ont jamais entendu parler du ‘Keto Crotch’

Les experts du régime cétogène, par contre, dont je fais partie, n’avaient jamais entendu parler de ce genre de problème jusqu’à aujourd'hui. Dans la vidéo ci-dessus, le Dr. Ken Berry, médecin qui se proclame lui-même « défenseur du cétogène », expose son point de vue sur cette question.

Comme il le souligne, les glucides sont les principaux facteurs favorisant les mycoses, les vaginoses, les infections urinaires et troubles du même type, et les femmes souffrant de ces affections qui optent pour une alimentation pauvre en glucides notent toutes une amélioration de leur état.

« Il n’y a rien dans le régime cétogène qui puisse vous faire développer une vaginite ou une vaginose », explique-t-il. « Cela n'a tout simplement aucun sens. »

Kristie Sullivan, Ph.D., qui suit un régime cétogène depuis 2013 et est conseillère en régime cétogène depuis des années, partage ce point de vue :

« En presque six ans de régime strict pauvre en glucides, et d'interactions avec des centaines de milliers de personnes via les réseaux sociaux et mes groupes Facebook (plus de 250.000 abonnés...), j’ai participé à presque toutes les discussions imaginables à propos de santé et de régimes keto et pauvres en glucides.

La question d’odeurs vaginales désagréables n’a jamais été évoquée. Les problèmes de mauvaise haleine ou de modification des odeurs corporelles ne sont pas rares, mais ils sont généralement rencontrés au début de la phase d'adaptation, et ce ne sont pas des problèmes durables. »

Megan Ramos, Directrice Générale d’Intensive Dietary Management à Toronto, au Canada, également experte en régime cétogène, a déclaré dans une interview :

« Nous avons suivi plus de 10.000 patients à ce jour. Environ 65 % d’entre eux sont des femmes. Aucune d’entre elles ne m’a jamais parlé de ce problème.

En réalité, nous avons même constaté l’effet inverse : les femmes ont de moins en moins de mycoses et d'infections urinaires, en particulier nos patientes diabétiques qui normalisent leur glycémie, et qui arrêtent de prendre leurs inhibiteurs de SGLT2 (un médicament qui fait éliminer le sucre par les urines). »

D'où vient l’histoire du ‘Keto Crotch’ ?

Sachant qu’il n’existe aucune preuve scientifique à l'appui des allégations selon lesquelles la cétose nutritionnelle pourrait provoquer des infections vaginales, on peut se demander d’où vient cette histoire. Après tout, ces simples anecdotes, sélectionnées simultanément par quelques grands médias, ne se sont pas propagées comme une trainée de poudre sans raison.

Pourtant, des douzaines d'histoires presque identiques se sont retrouvées, le même jour, à la une de différents magazine et agences de presse.

Deux personnes ont suggéré une explication à ce phénomène. Dans la vidéo ci-dessus, Ken Berry explique comment, en feuilletant chez un marchand de journaux plusieurs magazines féminins qui relataient l’histoire du ‘keto crotch’, il a remarqué un fait curieux.

Chacun de ces magazines présentait des publicités pleine page pour Weight Watchers, dont la valeur des actions, du reste, a chuté de 80 % depuis juillet 2018 - une baisse attribuée par Weight Watchers à l'adoption en masse du régime cétogène.

Les grandes entreprises ont visiblement peur du succès du régime cétogène

Si les preuves impliquant les sociétés Edelman et Weight Watchers dans la création de ce mythe du ‘keto crotch’ ne sont encore que des présomptions, la coïncidence semble étrangement suspecte.

Le jour même de l’explosion du mythe keto crotch sur internet (le 28 février), CNN Business faisait état de la déconfiture financière de Weight Watchers :

« Mindy Grossman, PDG de l’entreprise, a attribué le problème au régime cétogène, un mode d'alimentation populaire qui rend le pain et autres glucides tabous. Elle a déclaré au cours d'une conversation téléphonique avec des analystes … que le régime keto était en train de ‘devenir une culture’ et elle a même parlé de ‘flambée du keto’ ».

Soyons réalistes, le média appartient à l’industrie, et en s'appuyant sur des influenceurs de médias sociaux, il peut faire se propager ce genre de fake news et d'affirmations sans fondement comme des trainées de poudre.

S'il n’existe aucune preuve à l'appui de cette histoire odieuse, d'innombrables études publiées démontrent par contre les bienfaits du régime cétogène pour la santé.

Les cétones ont par exemple un impact biologique similaire à celui du jeûne, notamment en accélérant l’autophagie et la mitophagie, en améliorant le métabolisme du glucose, en réduisant l’inflammation, en éliminant les cellules immunitaires défectueuses, et en réduisant l’IGF-1 (l’un des facteurs régulant les voies et les gènes du développement, et un acteur majeur de l’accélération du vieillissement, de la régénération et de la restauration cellulaire/intracellulaire).

Les bases du régime cétogène

Je suis convaincu que la plupart des gens peuvent avoir intérêt à adopter un régime cétogène cyclique - qui consiste, lorsque vous avez atteint la flexibilité métabolique, à manger par intermittence des aliments riches en bonnes graisses, une quantité modérée de protéines et peu de glucides nets (ou glucides non fibreux).

C’est un régime très efficace pour perdre du poids et, comme je l’ai expliqué, il interagit avec votre organisme de sorte qu’il améliore la régénération et le renouvellement.

Maintenir vos apports de glucides nets (glucides totaux moins les fibres) à 50 grammes ou en-deçà vous permet d’entrer en cétose nutritionnelle (l’état métabolique associé à une augmentation de la production de cétones dans votre foie, qui est l’illustration biologique du fait d’être capable de brûler des graisses).

Toutefois, nous réagissons tous différemment aux aliments, cette quantité est donc susceptible de varier d’un individu à l'autre.

Certaines personnes peuvent ne brûler que des graisses et être en état de cétose à un niveau de glucides non fibreux supérieur à 50 grammes, parfois jusqu'à 70 ou 80 grammes. Toutefois, si vous êtes insulino-résistant ou souffrez de diabète de type 2, il se peut que vous deviez limiter votre apport de glucides nets à 20 ou 30 grammes par jour.

Pour déterminer votre consommation optimale personnelle de glucides, il est important de mesurer non seulement votre glycémie, mais aussi vos cétones. À ce jour, le Keto Mojo est l'un des dispositifs de mesure des cétones les plus précis et les moins chers du marché.

Il vous permettra d'obtenir une mesure objective pour savoir si vous êtes réellement en cétose, plutôt que de vous fier à la seule quantité de glucides que vous consommez.

Utiliser un traqueur nutritionnel vous permettra de déterminer beaucoup plus facilement vos objectifs en termes de nutriments, dans le cadre de votre régime cétogène, et d’estimer la valeur nutritionnelle de vos choix alimentaires.

Il existe de nombreux modèles de traqueurs, mais mon préféré est le Cronometer.com/Mercola. Il s'agit d'une version améliorée du traqueur de base ‘Cronometer’, dont les valeurs par défaut sont préréglées à des taux de macronutriments qui favorisent la cétose nutritionnelle.

Lorsque vous êtes certain d’être en état de cétose, adoptez la méthode cyclique décrite plus haut, en augmentant vos apports de glucides nets et de protéines une ou deux fois par semaine, idéalement les jours où vous faites des exercices de musculation.

Le jeûne intermittent fonctionne également très bien avec le régime cétogène, et peut accélérer et optimiser vos résultats. Vous en saurez plus sur les bienfaits du régime cétogène en lisant mes livres « La Santé par le Gras, » et « Ketofast. »