Le régime cétogène et ses effets physiologiques sur le corps humain

(Vidéo seulement disponible en Anglais)
effets cétogènes sur le corps

En bref -

  • L’insuline est la clé pour la santé et la prévention de maladies, et le contrôle de votre ingestion est la meilleure façon pour contrôler votre niveau d’insuline et pour optimiser votre sensibilité à l’insuline
  • Un régime cétogène pauvre en carbohydrates affecte l’aspect de la santé métabolique, il réduit votre taux d’insuline, et en même temps que votre taux d’insuline baisse, votre rythme métabolisme augmente
  • La voie de la cible de la rapamycine chez les mammifères (mTOR) contrôle l’autophagie et joue un rôle important dans le vieillissement et le cancer
Taille du texte:

Dr. Mercola

Dans cet interview, Benjamin Bikman, Ph.D., un scientifique de l’obésité et du diabète et professeur associé de physiologie et biologie du développement à la Brigham Young University (BYU) dans l’Utah, révèle, comment le régime cétogène affecte votre physiologie et vous maintient en bonne santé.

« Depuis le début mon intérêt principal résidait en la compréhension comment le corps s’adapte à l’obésité », déclare-t-il. « C’était ma thèse de maîtrise.

Je voulais expliquer pourquoi et comment le corps devient résistant à l’insuline sur le chemin vers l’obésité... la résistance à l’insuline est la clé.

Au cours de mes études nous avons observé l’inflammation chez des personnes, qui ont perdu du poids suite à un pontage gastrique, et nous avons constaté qu’après la procédure du pontage gastrique, l’inflammation ainsi que la sensibilité à l’insuline se sont améliorées.

J’ai continué mes propres recherches et je suis convaincu que l’insuline est la clé, pas seulement pour le diabète, mais aussi pour toutes les maladies chroniques. Alors quel est la meilleure façon de contrôler l’insuline ?

Avant je me fiais seulement aux données publiées sur les humains -pas sur les rats, ni sur les cellules, ni sur les données épidémiologiques, seulement sur les données cliniques.

Dans cette situation le régime pauvre en carbohydrates était la meilleure solution. Puis j’ai commencé à m’intéresser aux régimes cétogènes, et nous continuons d’y travailler dans mon laboratoire... Comment l’insuline régule le régime cétogène. »

Bikman est convaincu que l’insuline est la clé pour la santé et la prévention de maladies, et le fait de contrôler l’ingestion de carbohydrates est la meilleure façon de contrôler l’insuline, et il a commencé de mettre sa théorie en pratique.

Un taux élevé d’insuline développe des maladies

Aussi bien la résistance à l’insuline que l'hyperinsulinémie développe un foie engraissé et un taux élevé de glucose, et les deux mis ensemble développent de l’athérosclérose. Une pression sanguine élevée est un autre effet indésirable qui mène à l’athérosclérose en malmenant vos artères.

Les effets de la résistance à l’insuline sont au cœur de la plupart voire toutes les maladies chroniques dégénératives. Diabète, maladies du cœur, cancer et Alzheimer en sont seulement quelques-unes. La conclusion logique est qu’il faut s’attaquer à la résistance à l’insuline comme composante principale pour des soins efficaces.

Comment le régime cétogène améliore la sensibilité à l’insuline

Alors la question suivante se pose : Comment traiter la résistance à l’insuline? Comme le révèlent les recherches de Bikman, le régime cétogène fait partie de la « cure » pour cette maladie.

« Pour moi le bénéfice d’un régime cétogène pauvre en carbohydrates lents a une influence sur l’aspect endocrine de la santé métabolique », dit Bikman. C’est l’idée que si l’on réduit l’apport calorique d’une personne, elle perdra du poids - le problème paraît résolu... mais nous savons que ceci a des conséquences à long terme.... Il y aura des dégâts métaboliques à long terme...

Toutefois un régime pauvre en carbohydrates influence la composante endocrine. Même si a part de calories est importante, et si je comprends aussi les lois thermodynamiques... nous ne pouvons ignorer l’importance des hormones, en particulier l’insuline. »

L’énergie que vous consommez et l’énergie que vous stockez. « L’insuline est comme un capitaine aux commandes de ce que le corps fait avec l’énergie dont il dispose », dit-il.

L’importance d’alterner une alimentation à haute et basse teneur en carbohydrates

Malgré ses maints bénéfices, il n’est pas conseillé de rester en l’état de cétose nutritionnelle chronique. Après avoir constaté cela, je suis convaincu qu’on doit alterner les cycles de cétose nutritionnelle. Bikman soutient en gros cette idée.

L’insuline empêche la foie de produire du glucose. Elle réduit sa gluconéogenèse. Ce qui signifie, que si votre taux d’insuline est trop élevé pendant trop longtemps, votre taux de glucose peut commencer à augmenter. Ceci n’est pas une vérité universelle pour tout le monde, mais pour moi ce l’est. Alterner les états de cétose et de non-cétose vous aidera à éliminer cet effet indésirable paradoxe.

Le lien entre les bactéries gastriques et la santé du foie

Bikman résume aussi comment un régime riche en fibres aide à combattre la maladie du foie engraissé, ce qu’il fait en influençant votre microbiome intestinal.

« Le corps humain n’obtient aucun bénéfice énergétique des fibres, mais les bactéries oui. Les bactéries utilisent les fibres comme combustible. Un des produits de ce processus sont les acides gras à chaîne courte, comme le butyrate. »

L’acide butyrate (un acide gras à chaîne courte produit par vos bactéries intestinales) est similaire à l’acide de hydroxybutyrate cétone, qui est produit par votre foie pendant la conversion de la graisse en énergie.

La principale différence entre les deux est que l’acide de hydroxybutyrate ne peut pas être absorbé. Sa plus grande partie est utilisée localement par des colonocytes (cellules épithéliales de votre colon). En d’autres termes, les acides de hydroxybutyrate sont utilisés comme combustibles dans votre intestin, tandis que les acides butyrates servent pour votre foie.

La cible mécanique de la rapamycine - un moteur pour la santé

La voie de la cible de la rapamycine chez les mammifères (mTOR), aussi connue sous le nom de cible mécanique de la rapamycine est une voie extrêmement importante, puisqu’elle contrôle l’autophagie - le système autonettoyant de votre corps, au cours duquel les vieilles cellules usées sont éliminées et remplacées avec de nouvelles cellules saines.

Elle joue alors un rôle important dans le vieillissement et le cancer.

En bref, si vous voulez ralentir le vieillissement et réduire le risque de cancer, vous voulez bloquer la mTOR puisque elle provoque l’autophagie. Quand la mTOR est activée, l’autophagie est désactivée et les protéines ne sont plus recyclées. Toutefois, la suppression chronique de la mTOR n’est pas idéale non plus.

L’insuline active la mTOR à un degré bien plus élevé que les protéines

En d’autres termes, les sucres/carbohydrates sont l’ennemi numéro 1 quand il s’agit d’activer la mTOR et de provoquer le processus de vieillissement et les maladies. Selon Bikman une comparaison directe des tissus montre que l’insuline provoque trois à quatre fois plus la mTOR que la leucine, l’acide aminé qui a le plus grand impact sur la mTOR.

Les acides aminés telles que la leucine ou les protéines en général, provoquent des pics de la mTOR pour 45 à 90 Minutes, après la mTOR redevient normale.

Mais si vous mangez beaucoup d’aliments riches en amidon et en sucre, vous élevez le taux d’insuline de manière chronique et ainsi vous activer la mTOR de manière chronique aussi, ce qui peut causer des problèmes.

Les bénéfices du jeûne intermittent

En plus du régime cétogène, il y a le jeûne intermittent - selon lequel vous ne mangez pas pendant 16 à 18 heures par jour; 12 heures étant le minimum absolu - c’est une autre façon efficace de regagner votre sensibilité à l’insuline et de contrôler la mTOR.

Essentiellement, quand vous jeûnez, votre taux d’insuline s’abaisse considérablement et votre corps entre en autophagie et commence à faire le ménage. Puis, quand vous mangez de nouveau, votre corps désactive l’autophagie et commence à se reconstruire.

La raison pour laquelle vous ne voulez pas manger pendant 16 à 18 heures est que vous ne pouvez pas faire autrement pour décomposer le glycogène stocké dans votre foie. Bikman a observé que votre foie retient en moyenne 100 grammes de glycogène et il a besoin de 24 à 48 heures pour le brûler.

Ce qui signifie que si vous mangez une alimentation riche en carbohydrates et que vous voulez entrer l’état de cétose, vous devez supprimer complètement les carbohydrates pour au moins 24 heures. Une fois que vous aurez utilisé tout votre glycogène, vos cétones commenceront à prendre leur place pour fournir l’énergie à votre corps. Au bout de 48 heures, vous êtes dans un solide état de cétose et le glycogène dans votre foie a disparu.

L’huile de graines industrielle - un autre coupable qui entraîne des maladies

Le diable est dans le détail, bien sûr, et les problèmes principaux ne sont pas seulement causés par les carbohydrates affinés dans notre alimentation occidentale, mais aussi par les huiles de graines raffinées, que Birkam décrit comme « étonnamment pathogènes ».

« Prenons cet important oméga-6 et comment il s‘oxyde par la molécule appelée 4-hydroxynonénal (4-HNE), et regardons comment il s’accumule dans les cellules musculaires.

Il force ces changements d’une manière à ce que les mitochondries sont physiquement rassemblées. Les mitochondries sont très dynamiques. Elles sont longues et fines. Souvent elles se séparent en petits morceaux, puis elles se rassemblent.

 Toutes n’ont pas de fonction physiologique en lien avec la croissance et la division des cellules.

Mais dans le cas de l’accumulation du 4-HNE, ce procès est arrêté. Maintenant vous avez forcé cet état statique durable de la mitochondrie, qui n’est pas bon pour les cellules. Pour l’instant je ne peux pas en dire plus parce que nous n’avons pas encore de données, mais elles sont sur le chemin. »

Cétones - un marqueur de substitution pour l’insuline

Même s’il est honorable de mesurer son insuline, vous avez besoin d’un médecin pour vous prescrire ce test. Heureusement il y a un bon marqueur de substitution pour l’insuline : votre taux de cétone, parce que vous ne pouvez pas avoir un taux d’insuline élevé si vous avez un taux de cétones élevé.

En d’autres termes, les cétones sont l’indicateur à l’envers de votre taux d’insuline. (Un des meilleurs appareils pour mesurer les cétones que je connaisse est Keto-Mojo, les bandes ne coûtent que $1 chacune.)

« Les cétones offrent une indication immédiate de l’insuline, que même le glucose n’y arrive pas, c’est pour ça que je me suis intéressé aux cétones au départ. Vous pouvez très bien avoir des taux de glucose normaux et un taux d’insuline élevé.

Si vous êtes résistants à l’insuline, vous avez juste besoin d’un peu plus d’insuline pour garder votre taux de glucose à un niveau normal, alors vous ne pouvez pas vous fier au glucose.

D’une certaine façon les cétones deviennent plus sensitives en tant que marqueurs, elles se substituent à l’insuline mieux que le glucose.

Avec le temps, si quelqu’un a surveillé son taux d'insuline pendant une période suffisante, son foie brûle les graisses à un tel degré qu’il brûle plus de graisses qu’il n’est nécessaire, alors le corps a une idée géniale et il déclenche la production de cétones », dit Bikman.

Quand et que-est-ce qu’il faut manger pendant l’exercice ?

Il est clair que votre régime est de loin plus important que l’exercice quand il s’agit de contrôler votre taux d’insuline et votre santé en général. Ceci dit, je ne pense pas que vous pourrez atteindre une santé optimale sans faire de l’exercice. La question pratique est « Quand est qu’est-ce que vous devez manger quand vous faîtes de l’exercice ? »

J’en tire la conclusion que les protéines est un élément nécessaire d’un repas après l’effort et qu’il est mieux de faire de l’exercice en jeûnant. Bikman aussi dit :

« Concernant les protéines, ils sont nécessaire pour quelqu’un qui fait de l’exercice d’endurance ou de résistance. Vous devez vous assurez d’obtenir assez de protéines. Mais il s’avère qu’avec les protéines la fenêtre magique ne s’ouvre pas.

Essentiellement, vous ne devez pas en prendre 45 minutes ou 1 heure avant votre entraînement. Normalement, en une période de 24 heures, si vous avez mangé suffisamment de protéines, vous devriez aller bien.

Maintenant, en concernant les carbohydrates, une nouvelle étude a été faite avec des étudiants de lycée, au cours de laquelle ils s’entraînaient et un groupe a reçu un repas après l’effort qui était riche en carbohydrates.

Dans l’autre groupe, les enfants n’ont rien mangé jusqu’au prochain repas... le groupe qui a reçu le régime riche en carbohydrates n’a pas montré d’amélioration concernant sa sensibilité à l’insuline. »

L’importance de la leucine après l’effort

Une des plus importantes sources de protéines pour votre entraînement est l’acide aminé de la leucine. Il est intéressant de constater qu’en partie la leucine active l’autophagie, même si elle active aussi la mTOR, ce qui signifie que l’autophagie devrait se retrouver bloquée.

Ce paradoxe a un rapport avec le fait que la leucine est cétogène, c’est à dire qu’elle peut se transformer en cétone, et les cétones activent l’autophagie.

La leucine a aussi un effet sur la croissance musculaire, les recherches citées par Bikman ont montré que seulement 5 grammes de leucine suffisent pour maximiser la synthèse musculaire des protéines chez des personnes qui d’habitude suivent un régime pauvre en protéines.

Quant aux suppléments de leucine, l’hydroxyméthylbutyrate (HBM) est un produit dérivé de la leucine que vous pouvez prendre. Mais elle coûte plus cher et selon la lecture que Bikman fait de la littérature, elle n’aurait pas plus de bénéfices que la leucine elle-même.

Le collagène ne compte pas comme source de protéine

En règle générale, pour optimiser la mTOR, vous voulez réduire votre apport en protéines à environ 0,25 grammes de protéines pro kilogramme de masse corporelle maigre (non pas de poids corporel total) ou 1 gramme de protéines pro kilogramme de masse maigre. Les personnes âgées ont besoin de 25 pour cent de plus.