Le romarin peut-il améliorer la fonction cognitive?

Fait vérifié
bienfaits pour la santé du romarin

En bref -

  • Dans une étude menée auprès de 28 adultes âgés, ceux consommant une faible dose de romarin séché en poudre ont observé des améliorations en termes de vitesse de mémorisation, ce qui pourrait être un indicateur de fonction cognitive lors du vieillissement
  • Cela suggère que l'utilisation de romarin aux doses « culinaires » normales pourrait s'avérer bénéfique pour votre cerveau
  • L'acide carnosique est l'un des ingrédients actifs du romarin et les chercheurs pensent qu'il contribue à protéger le cerveau en prévenant les dommages causés par les radicaux libres qui peuvent provoquer des AVC et des affections neurodégénératives
  • Des effets bénéfiques significatifs ont été observés parmi les personnes qui ont bu de l'eau de romarin, y compris l'augmentation du taux de sang désoxygéné dans leur cerveau, ce qui indique que le romarin pourrait faciliter l'extraction de l'oxygène lors de la demande cognitive
  • L'arôme de l'huile essentiel de romarin peut également stimuler votre cerveau et provoquer une amélioration significative des performances de la qualité de mémorisation

Dr. Mercola

Le romarin est un arbuste à feuilles persistantes originaire de la Méditerranée qui est vénéré pour ses usages culinaires et thérapeutiques. Son arôme relevé et sa saveur piquante de citron et de pin l'ont rendu populaire dans les cuisines française, italienne et d'autres encore et il est utilisé depuis des siècles pour renforcer la fonction de mémorisation.

Membre de la famille de la menthe, avec l'origan et le basilique, le romarin est polyvalent en médecine comme en cuisine. Doté de puissantes propriétés antibactériennes et antioxydantes, le romarin est souvent utilisé pour favoriser l'allongement de la durée de conservation des aliments périssables et l'extrait de romarin a été approuvé comme antioxydant naturel pour la conservation des aliments dans l'Union Européenne.

Parmi ses nombreux autres usages pharmacologiques validés en médecine figurent ses propriétés anticancer, anti-diabétique, anti-inflammatoire et hépatoprotectrice. Il est également remarquable pour sa capacité à améliorer la fonction cognitive. En fait, on dit que dans la Grèce antique, les étudiants devaient porter des colliers de romarin tout en étudiant et devaient consommer la plante afin d'améliorer leur mémoire.

L'ouvrage « Herball », la référence classique en matière de plantes rédigée par le botaniste anglais John Gerard et publié en 1597, a même décrit le romarin comme un « confort » pour le cerveau, utile pour améliorer la mémoire et les sens intérieurs tout en étant « particulièrement bon pour les infirmités de la tête et du cerveau ». De nombreuses études modernes soutiennent le pouvoir stimulant pour le cerveau du romarin, grâce aux diterpènes polyphénoliques comme l'acide carnosique.

De petites quantités de romarin procurent des bienfaits cognitifs

Ce qui est peut-être plus intéressant concernant le romarin, ce sont que des bienfaits ont été démontrés à de très faibles doses, telles que celles que vous pouvez utiliser en cuisine. Dans une étude menée auprès de 28 adultes dont l'âge moyen était de 75 ans, de la poudre de feuilles de romarin séchées a été mélangée avec du jus de tomate afin d'étudier ses effets sur la fonction cognitive des personnes âgées. Les sujets de l'étude ont reçu du jus sans romarin, donné comme placebo ou une dose de ce qui suit :

  • 750 milligrammes (mg) (0,15 cuillère à café)
  • 1 500 mg (0,3 cuillère à café)
  • 3 000 mg (0,6 cuillère à café)
  • 6 000 mg (1,2 cuillère à café)

La dose la plus faible a occasionné des améliorations en termes de vitesse de mémorisation, ce qui pourrait être indicateur de la fonction cognitive lors du vieillissement, par rapport au placebo, tandis que la dose la plus élevée a, elle, provoqué un trouble de la mémoire. Cela suggère que l'utilisation de romarin aux doses « culinaires » pourrait s'avérer plus bénéfique pour votre cerveau.

« En conclusion, la poudre de romarin à la dose la plus proche de la consommation culinaire normale a démontré des effets positifs sur la vitesse de mémorisation... Le résultat souligne la valeur d'études futures des effets des faibles doses de romarin sur la mémoire et la cognition sur le long terme », ont noté les chercheurs.

De plus, il a été également rapporté en toute subjectivité que les sujets « présentaient remarquablement moins de troubles de leur vigilance par rapport à ceux ayant eu le placebo » à la dose la plus faible, ce qui, selon les chercheurs, « renforce les résultats, surtout étant donné que des recherches suggèrent que l'humeur est un facteur sous-jacent de la fonction cognitive ».

Le romarin protège le cerveau des radicaux libres

L'acide carnosique est l'un des ingrédients actifs du romarin et les chercheurs pensent qu'il contribue à protéger le cerveau en prévenant les dommages causés par les radicaux libres qui peuvent provoquer des AVC et des affections neurodégénératives.

En fait, les chercheurs de l'Université d'Iwate au Japon et leurs collègues ont découvert que l'acide carnosique active une voie de signalisation qui protège les cellules du cerveau des radicaux libres et qui est activée par les dommages des radicaux libres, ce qui souligne son innocuité jusqu'à ce qu'il soit nécessaire. Les chercheurs ont décrit en détail ce processus impressionnant dans Advances in Experimental Medicine and Biology :

« L'acide carnosique, un des principaux composés phénoliques du romarin, est un pro-électrophile spécifiquement activé par l'état pathologique de stress oxydatif résultant de cette conversion de l'hydroquinone dans la forme quinone oxydée, avant qu'il n'active la voie Keap1 / Nrf2 favorisant l'expression des gènes de l'élément de la réponse antioxydante (ERA) et les produits géniques qui fournissent une protection contre le stress oxydatif. »

Les diterpènes du romarin sont également connus pour inhiber la mort des cellules neuronales et sont multifonctionnels par nature, offrant ainsi une protection neuronale grâce aux antioxydants contre l'inflammation du cerveau et la formation de bêta-amyloïde qui peut être impliquée dans la maladie d'Alzheimer.

On pense que la quantité d'acide carnosique dans les feuilles séchées s'échelonne de 1,5 à 2,5 %, bien que des quantités supérieures aient été enregistrées. Les facteurs environnementaux, y compris l'exposition aux rayons du Soleil et à l'eau, sont connus pour affecter la concentration de l'acide carnosique et d'autres diterpènes présents dans le romarin.

Le romarin peut-il aider à prévenir ou traiter la maladie d'Alzheimer ?

Les sociétés pharmaceutiques ont fait la promotion de l'utilisation hors indications prévues de médicaments anti-inflammatoires inhibiteurs de COX-2 pour traiter la maladie d'Alzheimer, mais le romarin offre ces propriétés naturellement. « Si un inhibiteur de COX-2 synthétique peut prévenir la maladie d'Alzheimer, un inhibiteur de COX-2 naturel le peut également », a indiqué feu Jim Duke, membre émérite du Conseil d'administration de l'American Botanical Council. Le romarin contient de nombreux inhibiteurs naturels du COX-2, notamment :

Apigénine

Carvacrol

Eugénol

Acide oléanolique

Thymol

Acide ursolique

Une analyse de 2011 est aussi arrivée à la conclusion que « l'acide carnosique [du romarin] pourrait être utile dans la protection contre la neurodégénération induite par la bêta-amyloïde dans l'hippocampe » et a réduit la mort cellulaire dans certaines régions du cerveau.

Il est possible que les composés du romarin, comprenant non seulement l'acide carnosique, mais aussi le carnosol et l'acide rosmarinique, puissent offrir une protection contre différents troubles neurologiques, y compris la maladie d'Alzheimer et d'autres formes de démence, la maladie de Parkinson, l'épilepsie et les migraines, ont écrit des chercheurs dans Natural Bio-active Compounds, qui ont précisé :

« ... R. officinalis L. [romarin] et ses métabolites bioactifs [jouent un rôle protecteur] vis-à-vis des troubles neurologiques en ciblant l'agrégation de la bêta-amyloïde (A-β), la mort des neurones, l'acétylcholinestérase (AChE), la neuroinflammation, l'activité de la β-secrétase (BACE-1), l'état redox mitochondrial, etc.

Si l'on se base sur sa nature multifonctionnelle due à ses métabolites secondaires bioactifs efficaces, R. officinalis peut être une formidable source thérapeutique alternative pour lutter contre de nombreuses maladies neurodégénératives. »

Au sujet des migraines, une étude de 2013 publiée dans Food Chemistry indique que le romarin a une longue tradition de traitement des maux de tête en raison des puissants composés anti-inflammatoires et analgésiques qu'il contient.

Pour utiliser l'huile essentielle de romarin afin de soulager la migraine vous pouvez tenter d'en ajouter une ou deux gouttes à une tasse de thé, d'eau ou de soupe, puis de boire le mélange. Vous pouvez également mélanger deux gouttes d'huile de romarin avec deux gouttes d'huile de menthe poivrée et une cuillère à café d'huile de noix de coco pour masser votre front, vos tempes et l'arrière de votre cou.

Les adultes en bonne santé pourraient bénéficier de la stimulation du cerveau suscitée par le romarin

Le romarin peut également s'avérer utile pour améliorer la fonction cognitive des patients en bonne santé. Dans un exemple, huit adultes en bonne santé ont consommé 250 millilitres (8,4 onces) d'eau de romarin ou de l'eau minérale normale, puis ont effectué une série de tâches cognitives.

Plusieurs effets bénéfiques significatifs sur le plan statistique ont été observés parmi les personnes qui ont bu de l'eau de romarin, y compris l'augmentation du taux de sang désoxygéné dans leur cerveau, ce qui indique que le romarin pourrait faciliter l'extraction de l'oxygène lors de la demande cognitive, observation jusque-là inconnue.

De plus, les personnes ayant consommé du romarin ont bénéficié d'une stimulation moyenne de 15 % par rapport au groupe placebo lors de l'exécution de tâches liées à la mémorisation. Les bénéfices observés ont été décrits comme similaires à ceux précédemment démontrés via l'inhalation de l'arôme de l'huile essentielle de romarin. L'auteur de l'étude, Mark Moss de l'Université Northumbria au Royaume-Uni, a déclaré dans un communiqué de presse :

« [L]e romarin offre de nombreuses possibilités d'application intéressantes pour la promotion de la santé, de l'activité antioxydante et antimicrobienne à l'action hépatoprotectrice et antitumorigène...

Les résultats de cette étude ont montré qu'il existe des améliorations statistiquement fiables de la fonction mémorielle grâce à l'ingestion... d'eau de romarin. En fait, je dirais que les doses agissent comme un turbocompresseur pour le cerveau. »

Même le fait de sentir le romarin peut améliorer la cognition

Si vous n'appréciez pas particulièrement l'odeur du romarin, vous pouvez bénéficier d'une stimulation rapide simplement en inhalant son odeur. L'arôme de l'huile essentiel de romarin a favorisé une amélioration significative des performances de la qualité de mémorisation et des facteurs mémoriels secondaires dans une étude menée auprès de 144 personnes.

Le parfum caractéristique du romarin provient du 1,8-cinéol, qui est également présent dans les feuilles de laurier, l'absinthe, la sauge et l'eucalyptus. Il est possible que le 1,8-cinéol, un monoterpène commun présent dans de nombreuses huiles essentielles, est responsable de certains bienfaits de son arôme, car il a été relié aux performances obtenues pour les tâches cognitives.

Lorsque 20 volontaires ont réalisé une série de problèmes mathématiques et d'autres tâches cognitives alors qu'ils se trouvaient dans une pièce où de l'arôme de romarin était diffusé, leurs performances se sont améliorées parallèlement à l'augmentation des concentrations de 1,8-cinéol, dont le taux a pu être mesuré via une analyse de sang. La rapidité et la précision ont été améliorées en lien avec les concentrations de 1,8-cinéol.

« Ces observations suggèrent que les composés absorbés de l'arôme de romarin affectent la cognition et l'état d'esprit subjectif indépendamment via différentes voies neurochimiques », ont expliqué les chercheurs, au nombre desquels figurait Mark Moss.

Une étude de taille réduite de 2009 a également révélé que 28 jours d'aromathérapie impliquant des huiles essentielles de romarin, de citron, de lavande et d'orange ont contribué à améliorer la fonction cognitive, notamment chez les patients atteints de la maladie d'Alzheimer, sans aucun effet indésirable.

Quels sont les autres bienfaits du romarin ?

Outre votre cerveau, le romarin procure de nombreux autres bienfaits supplémentaires ressentis à l'échelle de tout votre corps. Cette plante puissante peut favoriser la santé cardiaque, y compris après une crise cardiaque, tout en affectant favorablement la masse corporelle et la dyslipidémie. Le romarin présente aussi des qualités en termes de soulagement de la douleur et le pouvoir de combattre l'infection, tout en protégeant votre foie, en combattant la prolifération des cellules tumorales et même en réduisant le stress et l'anxiété.

En effet, le romarin « pourrait contrôler les troubles physiologiques de manière équivalente, voire supérieure, aux médicaments habituels », selon une analyse parue dans le Journal of Biomedical Science. Bien que l'on trouve le romarin sous différentes formes, que ce soit dans des extraits et des compléments ou encore dans des thés et des huiles essentielles, l'un des meilleurs moyens pour profiter des bienfaits de cette plante vivace est de la cultiver dans son jardin. Ainsi, vous disposerez de romarin frais chaque fois que vous en aurez besoin.

Heureusement, le romarin est facile à cultiver et ne demande que peu d'entretien. Dans les climats plus doux, il pousse plus vite, aussi, devez-vous le planter en espaçant les plants de 0,90 m pour lui laisser suffisamment de place pour se développer. Dans les climats plus septentrionaux et dans les régions habituées au gel à des températures inférieures à -9 degrés Celsius (15 degrés Fahrenheit), vous devez faire pousser votre romarin dans un pot et le rentrer à l'intérieur pendant les mois d'hiver.

Lors de la récolte de romarin, coupez les pousses aux extrémités tendres, non ligneuses, car il s'agit de la meilleure partie pour la cuisine. Il est facile d'ôter les feuilles lorsque les tiges sont sèches simplement en parcourant et suivant la tige avec les doigts. N'hésitez pas à utiliser généreusement le romarin dans vos plats et à diffuser son huile essentielle partout chez vous, surtout si vous ressentez le besoin de stimuler votre cerveau.