Les meilleurs nutriments pour protéger votre peau du soleil estival

une femme qui prend un bain de soleil

En bref -

  • Il est possible d'avoir une peau saine et de la protéger, de l’intérieur, des dommages des ultraviolets. Les scientifiques ont identifié plusieurs nutriments à l’activité anti-UV, qui réduisent les risques de coups de soleil et de dommages cutanés qu’ils occasionnent
  • Il a été démontré que l’astaxanthine, le lycopène, le bêta-carotène, les vitamines D et E, et le gallate d’épigallocatéchine (EGCG) peuvent contribuer à protéger votre peau des dommages du soleil
  • L'astaxanthine, en particulier, contribue à protéger de la mort cellulaire provoquée par les UV. Contrairement aux écrans solaires en application topique, l'astaxanthine ne bloque pas véritablement les rayons UV, et n’empêche donc pas les UVB de se transformer en vitamine D dans votre peau, elle la protège simplement des dommages
Taille du texte:

Dr. Mercola

L’été arrive et, avec les longues journées ensoleillées qui s’annoncent, les invitations à nous protéger avec des crèmes solaires se multiplient.

Malheureusement, la plupart des écrans solaires contiennent des ingrédients toxiques qui sont facilement absorbés par la peau, et peuvent mettre votre santé en péril.

La bonne nouvelle, c’est qu’il est possible d'avoir une peau saine et de la protéger, de l’intérieur, des dommages des ultraviolets. Les scientifiques ont identifié plusieurs nutriments à l’activité anti-UV, qui permettent de réduire les risques de coups de soleil et de dommages cutanés qu’ils occasionnent.

Je vous présente dans cet article les grands favoris parmi ces nutriments : l’astaxanthine, le lycopène et le bêta carotène, les vitamines D et E, et le gallate d’épigallocatéchine (EGCG).

L'astaxanthine - le plus puissant écran solaire naturel

Il a été démontré que l’astaxanthine, l’un des plus puissants antioxydants naturels qui soient, offre une protection significative contre les dommages occasionnés par les rayons UV, en agissant tel un écran solaire interne.

C’est un piégeur de radicaux libres très puissant qui protège vos cellules, vos organes et tissus corporels, des dommages oxydatifs.

L’astaxanthine est produite par une microalgue, l’Haematococcus pluvialis, lorsque sa réserve d’eau est asséchée, ce qui l’oblige à se protéger des rayons ultraviolets. L'astaxanthine est, en bref, le mécanisme de survie de cette algue.

C’est cet « écran anti-rayonnements » qui explique que l’astaxanthine puisse nous protéger contre des rayonnements similaires, et contribuer ainsi à prévenir le photo-vieillissement cutané et la formation des rides.

L'astaxanthine protège de la mort cellulaire provoquée par les UV

S'agissant de la protection contre les UV, l’astaxanthine aide plus particulièrement à lutter contre la mort cellulaire qu’ils provoquent.

Contrairement aux écrans solaires en application topique, l'astaxanthine ne bloque pas véritablement les rayons UV, elle n’empêche donc pas les UVB de se transformer en vitamine D dans votre peau, elle la protège simplement des dommages.

Cet effet protecteur est tellement efficace que les études montrent qu'il protège même contre :

  • L’irradiation entière du corps, principalement en piégeant les espèces réactives de l’oxygène intracellulaires et en réduisant l'apoptose (mort cellulaire programmée)
  • La progression des brûlures, en réduisant l’inflammation provoquée par le stress oxydatif et l'apoptose liée aux mitochondries

La Cyanotech Corporation a financé une étude qui a été réalisée par un laboratoire indépendant de recherche sur les biens de consommation, afin de mesurer la résistance de la peau aux rayons UVA et UVB, avant et après une supplémentation en astaxanthine.

Après qu’ils aient pris une supplémentation de 4 mg d'astaxanthine par jour pendant deux semaines, la peau des sujets mettait beaucoup plus de temps à rougir sous les effets des rayons UV.

Une autre étude a démontré les propriétés protectrices d'autres caroténoïdes contre les rayons UV : la lutéine et la zéaxanthine.

Cette étude a montré que la lutéine et la zéaxanthine offraient une protection quatre fois plus importante lorsqu’elles étaient prises par voie orale, et six fois plus importante lorsqu’elles étaient utilisées par voie topique ainsi que par voie orale.

De nombreux athlètes rapportent que l'astaxanthine leur permet de rester plus longtemps au soleil, sans se sentir mal, et sans prendre de coup de soleil. Moins de coups de soleil signifie également moins de risques de cancer de la peau.

Le lycopène et le bêta-carotène améliorent également le FPS naturel de la peau

Le lycopène agit également comme un écran solaire interne, bien qu’il ne soit de loin pas aussi efficace que l’astaxanthine.

Une étude publiée en 2001 a montré que le concentré de tomate pouvait protéger la peau des personnes à la peau claire ayant tendance à brûler, plutôt qu’à bronzer.

Dix-neuf hommes et femmes au teint clair, ayant les yeux bleus et des cheveux clairs, ont reçu pour instruction d'ajouter à leur alimentation quotidienne soit 10 grammes d'huile d'olive, soit un mélange de dix grammes d'huile d'olive et de 40 grammes de concentré de tomates (soit environ 5 cuillères à soupe, ou la moitié d'une boite).

De précédents travaux réalisés par cette équipe de recherche avaient montré que la cuisson améliorait la biodisponibilité du lycopène présent dans les tomates, d'où l’utilisation de concentré de tomates dans cette étude. L’huile facilite par ailleurs l’absorption du nutriment par l’organisme.

Au cours de l’étude, qui a duré dix jours, les chercheurs ont régulièrement testé la tolérance des participants au soleil, en exposant une petite zone de la peau du dos à une lampe à bronzer, pour mesurer le temps qu’elle mettait à rougir (apparition d'un érythème).

Le groupe ‘huile d'olive seule’ n'a montré aucune modification de la tolérance au cours de l’étude, mais celui qui prenait un mélange d'huile et de concentré de tomates présentait une diminution du rougissement de 40 % au bout des dix semaines, par rapport aux quatre premières semaines.

Selon les auteurs, « Les données prouvent qu’il est possible de se protéger des érythèmes provoqués par les rayons UV en ingérant une source de lycopène de consommation courante. »

La vitamine D réduit le risque de cancer de la peau

Comme la plupart des gens, vous suivez peut-être le conseil mal avisé d’une majorité de dermatologues et des autorités de santé publique, qui préconisent d'éviter le soleil, afin de vous prémunir du cancer de la peau.

Il est cependant déconseillé d'éviter totalement de s’exposer au soleil, car cela peut en réalité augmenter ce risque, au lieu de le réduire. En bref, la vitamine D que produit votre corps en réponse aux rayons UVB, contribue à vous protéger contre le développement d'un mélanome.

Ainsi qu’il a été souligné dans une étude du Lancet :

« Paradoxalement, les personnes travaillant en extérieur présentent un risque de mélanome plus faible que les personnes travaillant en intérieur, ce qui suggère qu’une exposition chronique au soleil peut avoir un effet protecteur. »

Optimiser votre taux de vitamine D en vous exposant raisonnablement au soleil peut également contribuer à vous protéger contre de nombreux cancers internes, qui font beaucoup plus de victimes que les mélanomes.

La vitamine D est également essentielle pour prévenir de nombreuses maladies chroniques, et il a été démontré qu’elle est un important facteur de longévité.

Une étude suédoise publiée en 2014, qui a suivi 29.518 femmes d’âge moyen et femmes âgées pendant une période allant jusqu’à 20 ans, a par exemple montré que les femmes qui évitaient le soleil et les lampes à bronzer avaient un risque deux fois plus élevé de mourir au cours de l’étude.

Les chercheurs ont attribué cette constatation à l’effet protecteur de la vitamine D.

La vitamine E joue un rôle important dans la photoprotection, mais choisissez votre supplément avec soin

La vitamine E contribue également à prévenir les dommages cutanés liés au soleil, en particulier lorsqu’elle est associée à la vitamine C.

Un article publié sur le site internet du Centre d’information de l’Université d’état de l’Oregon sur les micronutriments, aborde les nombreuses fonctions de la vitamine E au niveau de la peau, et souligne que « la vitamine E est capable d'absorber l’énergie provenant des rayons UV.

Elle joue donc un rôle important dans la photoprotection, en prévenant les dommages infligés à la peau par les radicaux libres, induits par les UV.

L'alimentation est la meilleure source de vitamine E, car les aliments renferment une combinaison des huit types de vitamine E.

Si vous prenez un supplément, il est important de prendre en compte certains points essentiels. La vitamine E synthétique (alpha-tocophérol) est dérivée de produits pétrochimiques et provoque des effets toxiques.

La vitamine E naturelle comprend un total de huit composés, et un bon équilibre entre les huit contribue à optimiser ses fonctions antioxydantes. Ces composés sont divisés en deux groupes de molécules :

1. Les tocophérols

a. Alpha

b. Bêta

c. Gamma

d. Delta

2. Les tocotriénols

a. Alpha

b. Bêta

c. Gamma

d. Delta

Les tocophérols sont considérés comme la « véritable » vitamine E, et nombreux sont ceux qui affirment que c’est la seule à apporter des bienfaits pour la santé. Une partie du problème que présentent les tocotriénols vient du fait qu’ils n’ont simplement pas fait l’objet de beaucoup d’études scientifiques.

D'après moi, on peut raisonnablement supposer que c’est l’équilibre entre les huit composés qui est bénéfique, et non un seul d’entre eux.

Les suppléments de vitamine E synthétique renferment généralement uniquement de l’alpha-tocophérol, et une recherche publiée en 2012 a conclu que les alpha tocophérols synthétiques présents dans les suppléments de vitamine E n’apportent aucune protection notable contre le cancer, tandis que les tocophérols gamma et delta, présents dans les aliments, contribuent à prévenir les cancers du côlon, du poumon, du sein et de la prostate.

Gardez à l’esprit qu’il n’est pas indiqué sur les suppléments qu’ils sont synthétiques, vous devez donc connaitre les indications à repérer sur leurs étiquettes.

  • L’alpha-tocophérol synthétique est généralement précédé de la mention « dl » (c’est-à-dire dl-alpha-tocophérol)
  • La version non-synthétique, ou naturelle, est généralement précédée d’un « d » (d-alpha-tocophérol). Sachez que lorsque la vitamine E est stabilisée par l’ajout d'acide succinique ou d'acide acétique, l'appellation de la substance passe de tocophérol à tocophéryl (d-alpha tocophéryl succinate, par exemple).

Recommandations en matière de vitamine E

Je déconseille vivement les suppléments de vitamine E synthétique car il a été démontré qu’à forte dose, et/ou à long terme, ils ont des effets toxiques.

La vitamine E synthétique est également associée à une augmentation de la progression tumorale, et à une accélération du développement du cancer du poumon chez la souris.

Si vous décidez de prendre un supplément, vous devez donc veiller à en choisir un entièrement naturel et bien équilibré, et non un synthétique.

Choisissez également un supplément exempt de soja, de dérivés d'huile de soja, et d'ingrédients génétiquement modifiés (les dérivés de maïs, de soja et de graines de coton font partie des ingrédients génétiquement modifiés les plus courants dans les suppléments).

Selon une revue scientifique publiée en 2015, à peine 21 % de la population étudiée présentait un taux sérique de vitamine E égal ou supérieur à 30 micromoles par litre (μmol/L), qui est le seuil à partir duquel apparaissent les effets bénéfiques pour la santé.

Selon l’article intitulé « 100 Years of Vitamins » (« Cent ans de vitamines »), un numéro spécial de la revue pour la recherche sur les vitamines et la nutrition, paru en 2012, il faut un apport quotidien de 15 à 30 mg de vitamine E pour atteindre un taux de 30 μmol/L.

L’une des principales raisons de ce nombre important de personnes carencées, c’est que la majeure partie des individus ont une alimentation principalement constituée d'aliments transformés, qui manquent généralement de vitamine E et d'autres nutriments importants.

Les antioxydants du thé vert contribuent à prévenir les dommages génétiques de la peau, occasionnés par les UV

Il a également été démontré que le gallate d’épigallocatéchine (EGCG), présent dans le thé vert, peut prévenir les dommages génétiques occasionnés aux cellules cutanées par l’exposition aux rayons UV.

L'étude, publiée dans le Journal of Nutrition en 2011, a montré que les femmes qui buvaient une boisson contenant des polyphénols de thé vert (avec une teneur totale en catéchines de 1.402 mg), réduisaient leurs risques de coups de soleil, par rapport au groupe de contrôle.

Voici ce qui a été rapporté lors de l’étude :

« La photoprotection, la structure et la fonction de la peau ont été mesurées au début de l’étude (semaine 0), puis à la sixième et à la douzième semaine.

Suite à l’exposition de certaines zones de la peau à une dose érythémateuse minimale de 1,25, par le biais d'un simulateur solaire, l’érythème provoqué par les UV a diminué de façon significative dans le groupe d'intervention, respectivement de 16 % et 25 % après 6 et 12 semaines.

Les caractéristiques structurelles de la peau qui ont été positivement affectées comprenaient l’élasticité, la rugosité, la desquamation, la densité, et l’homéostasie de l’eau... en résumé, il a été démontré que les polyphénols de thé vert intégrés dans une boisson protègent la peau des rayons UV nocifs, et contribuent à améliorer la qualité globale de la peau des femmes. »

Pour booster encore davantage les bienfaits du thé vert, ajoutez dans votre tasse un trait de jus de citron. Une étude a démontré que la vitamine C augmente de façon significative la quantité de catéchines absorbables par votre organisme.

L'ajout de 30 mg d'acide ascorbique (vitamine C) dans une tasse de 250 ml de thé, fait passer l’extraction des EGCG à 56 à 76 %, alors que seuls 20 % des catéchines de thé vert subsistent en principe après la digestion.

Une peau saine, et une protection naturelle contre le soleil, qui vient de l’intérieur

Comme vous pouvez le constater, il existe de nombreuses façons d'améliorer la capacité de votre peau à supporter les rayons du soleil, et de vous permettre ainsi d’en tirer les bienfaits sans prendre plus de risques.

Comme je l’ai indiqué, l’essentiel pour éviter les dommages cutanés et le cancer de la peau, c’est d’éviter les coups de soleil.

Dès que votre peau prend une teinte très légèrement rosée (ce qui est relatif et dépend de votre teint de base), il est temps de vous mettre à l’ombre ou de vous protéger avec des vêtements.

Il est conseillé de porter en permanence un chapeau à larges bords afin de protéger votre visage. La majeure partie de la production de vitamine D a lieu lorsque vous exposez de grandes parties de votre corps au soleil, mais pas votre visage.