Un composé du brocoli réduit le risque d’obésité et contribue à traiter le diabète

brocoli

En bref -

  • Le sulforaphane, un composé organique soufré présent dans le brocoli et d’autres légumes crucifères, peut réduire votre risque d’obésité et agir comme un substitut ou un complément idéal à la metformine dans le traitement du diabète de type 2
  • Le sulforaphane réduit la production de glucose et améliore l’expression des gènes hépatiques. Les patients atteints de diabète dérégulé qui ont reçu de l’extrait de germes de brocoli en plus de la metformine avaient des taux de glycémie à jeun de 10 % inférieurs à ceux du groupe placebo
  • Le brocoli et les germes de brocoli exercent également une puissante activité anticancéreuse grâce au sulforaphane et à d’autres composés chimioprotecteurs

Par le Dr. Mercola

Le brocoli et les germes de brocoli exercent une puissante activité anticancéreuse grâce au sulforaphane, un composé soufré organique naturel et d’autres composés chimioprotecteurs. Des études ont montré que le sulforaphane :

Soutient la fonction et la division cellulaires normales et agit comme un stimulant immunitaire.

Provoque l’apoptose (la mort cellulaire programmée) dans les cellules cancéreuses du poumon induites par le tabac, du colon, de la prostate et du sein. Trois portions de brocoli par semaine peuvent réduire votre risque de cancer de la prostate de plus de 60 %.

Active le facteur nucléaire de type 2 (Nrf2), un facteur de transcription qui régule l’oxydation et la réduction cellulaires et facilite la détoxification, ainsi que d’autres enzymes de détoxification de phase 2.

Les germes de brocoli, en particulier, se sont révélés utiles pour contribuer à détoxifier les polluants environnementaux tels que le benzène. Dans une autre étude, le sulforaphane a augmenté de 61 % l’excrétion des polluants atmosphériques. Les phytonutriments glucoraphanine, gluconasturtiine et glucobrassicine facilitent également la détoxification.

Réduit jusqu’à 73 % les dérivés réactif de l’oxygène (DRO) dommageables, réduisant ainsi votre risque d’inflammation qui est une caractéristique du cancer. Il abaisse également le taux de protéine C-réactive, un marqueur de l’inflammation.

Réduit l’expression de l’ARN long non codant dans les cellules cancéreuses de la prostate, influençant ainsi le micro-ARN et réduisant la capacité des cellules cancéreuses à former des colonies jusqu’à 400 %.

Cependant, les avantages pour la santé de ce légume crucifère ne s’arrêtent pas là. La recherche montre qu’il peut réduire votre risque de développer un certain nombre de maladies courantes, notamment l’arthrite, les maladies cardiaques et les maladies rénales. Plus récemment, ses effets bénéfiques sur l’obésité et le diabète de type 2 ont été mis en évidence.

Le sulforaphane contribue à réduire le risque d’obésité

La recherche sur les animaux suggère que le sulforaphane peut être utilisé comme aide à la gestion du poids. Les souris nourries avec un régime riche en graisses et du sulforaphane ont pris du poids à une vitesse 15 % plus lente que celles recevant le même régime sans complémentation en sulforaphane.

Elles ont également accumulé 20 % de graisse viscérale en moins, celle qui s’accumule autour de vos organes internes, ce qui est particulièrement dangereux pour la santé. Deux mécanismes différents à l’origine de ces effets ont été découverts.

  • Premièrement, il a été découvert que le sulforaphane a accéléré le brunissement des tissus. La graisse brune est un type de graisse corporelle bénéfique qui vous aide à rester mince. C’est un type de graisse générant de la chaleur qui brûle de l’énergie plutôt que de la stocker.
  • Le sulforaphane a également réduit le nombre de bactéries intestinales de la famille des Desulfobivrionaceae. Ces bactéries sont connues pour produire des toxines qui contribuent à l’endotoxémie métabolique et à l’obésité.

Le brocoli dans le traitement des diabètes

Les résultats d’une étude suédoise suggèrent que le sulforaphane peut également être utile dans le traitement du diabète, en abaissant la glycémie et en améliorant l’expression des gènes dans votre foie. Medical News Today précise :

« Bien qu’il existe des médicaments, tels que la metformine, qui peuvent aider les personnes atteintes de diabète de type 2 à gérer leur glycémie, [la doctorante Annika] Axelsson et son équipe notent que certains patients ne peuvent pas les utiliser en raison de leurs effets secondaires graves qui incluent des lésions rénales.

De fait, il existe un besoin pour des alternatives plus sûres. Le sulforaphane pourrait-il répondre à ce besoin ? Pour répondre à cette question, Axelsson et ses collègues ont créé une signature génétique pour le diabète de type 2, basée sur 50 gènes associés à la maladie. Les chercheurs ont ensuite appliqué cette signature aux données publiques d’expression des gènes.

Cela leur a permis d’évaluer les effets de plus de 3 800 composés sur les changements d’expression des gènes dans les cellules hépatiques associées au diabète de type 2. L’équipe a constaté que le sulforaphane (un composé chimique présent dans les légumes crucifères, y compris les germes de brocoli, les germes de chou de Bruxelles, le chou et le cresson) a démontré les effets les plus importants. »

Le sulforaphane réduit les taux de glucose chez les diabétiques obèses avec un glucose mal contrôlé

Lors de tests sur des cellules hépatiques en culture, il a été montré que le sulforaphane réduisait la production de glucose. Chez les rats diabétiques, le composé a amélioré l’expression des gènes dans le foie. Ensuite, un extrait de germes de brocoli a été testé sur 97 adultes diagnostiqués avec un diabète de type 2. Tous sauf trois prenaient également de la metformine.

Après 12 semaines, chez les patients atteints de diabète dérégulé qui ont reçu une dose quotidienne d’extrait de germes de brocoli (contenant une quantité de sulforaphane équivalente à environ 5 kg de brocoli) en plus de la metformine, la glycémie à jeun était 10 % inférieure à celle du groupe placebo.

Il s’agit d’une amélioration suffisamment importante pour réduire le risque de complications sur votre état de santé, selon les auteurs, qui ont décrit les effets du sulforaphane comme suit :

« Le sulforaphane a supprimé la production de glucose à partir des cellules hépatiques par translocation nucléaire de [Nrf2] et a diminué l’expression des enzymes clés dans la gluconéogenèse.

De plus, le sulforaphane a inversé la signature de la maladie dans le foie des animaux diabétiques et atténué la production exagérée de glucose et l’intolérance au glucose d’une ampleur similaire à celle de la metformine. Enfin, le sulforaphane, fourni sous forme d’extrait concentré de germes de brocoli, a réduit la glycémie à jeun et l’hémoglobine glyquée (HbA1c) chez les patients obèses atteints de diabète de type 2 dérégulé. »

Aucun effet n’a été observé chez les patients dont le diabète était déjà bien régulé. Selon les auteurs, l’extrait de brocoli peut être un bon complément à la metformine, car les deux composés réduisent la glycémie de manière très différente.

Alors que la metformine sensibilise vos cellules à l’insuline, augmentant ainsi l’absorption cellulaire de glucose (qui réduit les taux sanguins), le sulforaphane agit en supprimant les enzymes hépatiques qui stimulent la production de glucose.

Pour les patients qui ne tolèrent pas la metformine, le complément peut être un « substitut idéal ». Dans des tests futurs, les chercheurs évalueront les effets du sulforaphane sur les personnes atteintes de prédiabète pour voir s’il peut contribuer à prévenir le diabète de type 2 en première intention.

Le sulforaphane combat également le foie gras

Comme discuté dans un récent article du blog Bulletproof, la protéine Nrf2 se lie à l’élément de réponse antioxydant (ARE), un « interrupteur principal » qui régule la production d’antioxydants et de glutathion dans votre corps. Cela permet d’expliquer pourquoi le sulforaphane semble offrir une protection aussi puissante contre les maladies chroniques, car le sulforaphane active le Nrf2.

En plus de lutter contre le diabète et le cancer, le brocoli peut également s’avérer être une intervention alimentaire importante pour la stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD), qui affecte jusqu’à 25 % de personnes, y compris les enfants. La NAFLD est définie comme une accumulation excessive de graisses dans votre foie en l’absence d’une consommation d’alcool significative.

La surconsommation de glucides nets, en particulier le fructose provenant des aliments transformés, des sodas et des jus, est fortement associée à la NAFLD qui, si elle n’est pas traitée, peut augmenter votre risque de cancer du foie. La recherche suggère que les effets sur la formation de graisse et pro-inflammatoires du fructose peuvent être dus à l’épuisement transitoire de l’ATP (la forme chimique de stockage de l’énergie).

Cela entraîne à son tour la formation d’acide urique qui, à des taux trop élevés, agit comme un pro-oxydant à l’intérieur de vos cellules. Selon une étude sur les animaux publiée en 2016, la consommation à long terme de brocoli peut réduire vos risques de développer une stéatose hépatique causée par le régime alimentaire américain standard en abaissant les taux de triglycérides dans votre foie.

Autres composés présents dans le brocoli bénéfiques pour la santé

Mis à part le sulforaphane, le brocoli contient plusieurs autres nutriments et composés bénéfiques pour la santé, notamment :

La fibre — qui contribue à alimenter votre microbiome intestinal pour renforcer votre fonction immunitaire et réduire votre risque de maladies inflammatoires. La fibre active également un gène appelé T-bet, qui est essentiel pour la production de cellules immunitaires dans la muqueuse de votre tube digestif.

Ces cellules immunitaires, dénommées cellules lymphoïdes innées (CLI), contribuent à maintenir l’équilibre entre l’immunité et l’inflammation dans votre corps et elles produisent de l’interleukine-22, une hormone qui aide à protéger votre corps contre les bactéries pathogènes. Les CLI contribuent même à traiter les lésions cancéreuses et à prévenir le développement de cancers de l’intestin et d’autres maladies inflammatoires.

La glucoraphanine — un glucosinolate précurseur du sulforaphane qui influence la cancérogenèse et la mutagenèse. Comparé au brocoli mature, les germes de brocoli peuvent contenir jusqu’à 20 fois plus de glucoraphanine.

Les composés phénoliques — y compris les flavonoïdes et les acides phénoliques, offrent une puissante capacité pour éliminer les radicaux libres nocifs et étouffer l’inflammation, ce qui réduit le risque de maladies telles que l’asthme, le diabète de type 2 et les maladies cardiaques.

L’une des façons qui permet aux composés phénoliques de ralentir l’envahissement de la maladie consiste à se défendre contre l’infection, principalement en zappant les DRO liés à l’athérosclérose et aux maladies neurodégénératives, telles que Parkinson et Alzheimer.

Le diindolylméthane (DIM) — Votre corps produit du DIM lorsqu’il décompose les légumes crucifères. Comme de nombreux autres composés du brocoli, le DIM a montré de multiples bénéfices potentiels, notamment en renforçant votre système immunitaire et en contribuant à prévenir ou à traiter le cancer.

Le nicotinamide mononucléotide (NMN), une enzyme impliquée dans la production de nicotinamide adénine dinucléotide (NAD), un composé impliqué dans la santé mitochondriale et le métabolisme énergétique. Le NAD peut ralentir le déclin de la santé lié à l’âge en rétablissant votre métabolisme à des taux correspondant à ceux de personnes plus jeunes.

Des recherches antérieures ont montré qu’avec l’âge, votre corps perd sa capacité à créer de la NAD, un effet qui serait lié à, ou le résultat d’une inflammation chronique. Des études ont également montré que la prise directe de NAD est inefficace.

Au lieu de cela, vous devriez consommer son précurseur, le NMN, présent dans le brocoli, les concombres, le chou, l’avocat et d’autres légumes verts. Une fois dans votre système, le NMN est rapidement converti en NAD.

Faites légèrement cuire votre brocoli à la vapeur pour augmenter la teneur en sulforaphane

Lorsque vous mangez du brocoli mature cru, vous ne profitez que d’environ 12 % de la teneur totale en sulforaphane théoriquement disponible sur la base du composé d’origine. Vous pouvez augmenter cette quantité et vraiment maximiser le pouvoir de lutte contre le cancer du brocoli en le préparant correctement.

Dans la vidéo ci-dessus, le professeur émérite Elizabeth Jeffery, ancienne chercheuse sur les mécanismes alimentaires de prévention du cancer à l’Université de l’Illinois, approfondit ce point en montrant que la cuisson à la vapeur de votre brocoli pendant trois à quatre minutes est l’idéal. Ne dépassez pas cinq minutes.

La cuisson à la vapeur de vos fleurons de brocoli pendant trois à quatre minutes optimisera la teneur en sulforaphane en éliminant la protéine épithiospécifique (une protéine thermosensible qui capture le soufre et qui inactive le sulforaphane) tout en préservant l’enzyme myrosinase qui convertit la glucoraphanine en sulforaphane. Sans cela, vous ne bénéficierez pas de sulforaphane.

Faire bouillir ou cuire au micro-ondes votre brocoli au-delà d’une minute N’EST PAS recommandé, car cela détruira la plus grande partie de la myrosinase. Si vous souhaitez faire bouillir votre brocoli, faites-le blanchir dans de l’eau bouillante pendant 20 à 30 secondes au maximum. Puis plongez-le dans de l’eau froide pour arrêter le processus de cuisson.

L’ajout de graines de moutarde peut maximiser encore plus la teneur en sulforaphane

La teneur en sulforaphane peut encore être optimisée en y ajoutant un aliment contenant de la myrosinase. Les aliments contenant cette enzyme importante sont les suivants :

L’ajout d’un aliment riche en myrosinase est particulièrement important si vous ne faites pas cuire à la vapeur ou blanchir le brocoli cru. Par exemple, le brocoli congelé contient généralement une quantité réduite de myrosinase car il a déjà été blanchi dans le cadre de son traitement.

Le faire bouillir ou le passer au micro-ondes peut facilement aboutir à ce qu’il soit plus ou moins dépourvu de sulforaphane. Donc, si vous utilisez du brocoli congelé, assurez-vous d’ajouter un aliment contenant de la myrosinase (voir la liste ci-dessus).

Si vous préférez les aliments crus, vous devriez consommer des germes de brocoli crus au lieu de brocoli mature, car ils sont une source beaucoup plus importante de sulforaphane.

Les tests montrent que les germes de brocoli de trois jours contiennent de manière constante jusqu’à 50 fois la quantité de composés anticancéreux trouvés dans le brocoli mature, y compris le sulforaphane. Cette densité nutritive concentrée signifie que vous pouvez en consommer beaucoup moins tout en maximisant les bienfaits qu’il vous procure.

+ Sources et Références